Publié dans Irlande du Nord, Voyage et Escapade

A la poursuite des fresques de Belfast !

Symbole de paix aujourd’hui, mais signe de conflit jadis, la ville de Belfast fut et demeure encore à l’heure actuelle marquée par l’époque des Troubles.

Une période d’agitation politique et de violence qui débuta à la fin des années 1960 et qui opposa les communautés catholiques et protestantes.

 

Guerre civile, émeutes, attentats meurtriers, guérillas urbaines… la ville porte encore les stigmates de ce conflit. Notamment de par la division de la ville en secteur catholique républicain et protestant unioniste, mais aussi par la présence des fresques politiques, rappelant la violence du passé.

Si aujourd’hui la capitale régionale s’est dynamisée et réinventée, passant de ville défigurée par les bombes à celle de ville contemporaine et vivante tournée vers l’avenir, il n’en existe pas moins quelques tensions du passé, en dehors du centre-ville.

Notamment aux environs du 12 juillet, date de commémoration annuelle de la Bataille de la Boyne où l’on peut observer quelques émeutes ponctuelles…

 

 

Après ce petit rappel d’histoire, laissez-moi vous emmener à la découverte des fresques politiques de Belfast, l’un des aspects les plus importants de l’histoire de l’Irlande du Nord.

 

Lors de mon court séjour de 3 jours à Belfast, j’étais hébergée en couchsurfing en plein cœur du quartier loyaliste.

De quoi me plonger droit dans l’histoire de cette ville !

 

Accompagnée de mon hôte, je partis à la poursuite des fresques du quartier loyaliste, marqué par des peintures plus militaristes et provocatrices que les peintures républicaines.

Je laissais ma mascotte (nommée Chamus), fièrement accrochée à mon sac-à-dos depuis le début de mon voyage, chez mon hôte, sur ses recommandations… En effet, il s’agissait d’un petit leprechauns en peluche, souvenir et symbole d’Irlande, ce qui risquait selon lui de contrarier les habitants de la ville malgré le retour à la paix.

Je passais ainsi la soirée plongée dans le passé tumultueux de la ville, affairée à découvrir chaque fresque et à écouter l’histoire de Belfast et les enjeux actuels, relatés par mon hôte.

imgp9250

 

Le lendemain matin, direction l’Ouest du centre où se situent l’ancien champ de bataille de West Belfast, mais aussi la majeure partie des fresques de la ville.

Falls Road, Shankill Road, Donegall Road… autant de rues emblématiques du conflit, recouvertes de fresques remarquables et chargées d’émotions. Sans oublier le mur de la Paix !

imgp9504

 

Le quartier ne présente pas de risque particulier mais je me suis tout de même fait copieusement insulter par l’un des automobilistes qui circulait sur la route, tandis que je photographiais les fresques.

J’étais consciente qu’un tourisme voyeurisme pourrait être mal-perçus par les habitants, mais il ne s’agissait que de simples photos et j’étais seule (ce n’est pas comme s’il y avait une horde de touristes avide de photos dans les rues).

D’ailleurs, je n’en ai pas croisé réellement, la plupart se contentant de visite en taxi noir : les black cabs. J’imagine que ce genre de circuit en taxi pourrait être très intéressant mais j’aime visiter par mes propres moyens et à mon rythme, je m’imprègne plus facilement de l’atmosphère ambiante de par ce biais.

D’ailleurs, il y a certains recoins inaccessibles en voiture, mais qui recèlent de fresques fantastiques ! Je vous recommanderais donc d’explorer le quartier à pied, même si j’admets que les circuits en taxi noir sont très emblématiques !

 

Je vous dévoile désormais quelques-unes de mes photos !

imgp9449imgp9442imgp9451imgp9458imgp9459imgp9466imgp9473imgp9474imgp9475imgp9476imgp9477imgp9478imgp9479imgp9480imgp9485imgp9486imgp9487imgp9488imgp9490-2imgp9491imgp9492imgp9493imgp9509imgp9494imgp9495imgp9496imgp9507imgp9500

 

« Le souvenir, c’est la présence invisible. »

Victor Hugo