Publié dans Afrique, Egypte, Voyage et Escapade

Voyage en Egypte : la concrétisation d’un rêve d’enfant ! ( part. 2)

 

Végétation luxuriante, civilisation pharaonique et climat désertique : c’est partie pour la deuxième partie de l’article sur l’Egypte !

 

PS : si vous voulez connaître les détails quant au budget, à la sécurité, à la nourriture ou encore à la circulation en Egypte, je vous invite à lire la partie 1 de l’article !

 

La découverte du temple d’Edfou

imgp3573

Dédié au dieu faucon Horus, ce temple pharaonique est l’un des mieux préservés d’Egypte. Sa construction s’étend de 237 à 57 av JC sous le règne de Ptolémée XII.

On y raconte notamment la grande fête annuelle accompagnant la venue de l’épouse d’Horus : la déesse Hathor (déesse de la joie, de l’amour, de la musique, de la beauté et de la fertilité) descendue de Dendéra par le fleuve.

Au sein de ce temple, vous trouverez notamment de nombreuses salles hypostyles, une salle des offrandes, un sanctuaire, dix petites chapelles ainsi que de nombreux pylônes monumentaux.

imgp3562imgp3593imgp3618imgp3669imgp3674imgp3677imgp3678


 

 

La découverte d’Abou Simbel

imgp4422

Situé au nord du lac Nasser, ces monuments furent construits à l’occasion de la victoire de Ramsès II lors de la bataille de Qadesh.

Temples de beauté creusés dans la roche, les temples de Ramsès II et de son épouse Néfertari sont devenus un symbole du sauvetage des monuments de la Nubie.

Plus de 3000 personnes sous l’égide de l’Unesco travaillèrent au déplacement de ce site historique. Plus de 40 millions de dollars furent dépensés à cet effet et il fallut dégager les temples, les découper et les remonter dans leur orientation initiale.

imgp4375imgp4384imgp4396imgp4397imgp4412imgp4407


 

 

La découverte du musée du Caire

imgp1628

Abritant la plus riche collection d’art égyptien au monde, le musée du Caire abrite plus de 25 siècles de civilisations et plus de 100 000 pièces de collection !

Vous y trouverez notamment le trésor de Toutankhamon sans compter d’innombrables sarcophages, momies, stèles, statues, mobiliers et autres objets divers historiques.

imgp1698imgp1707


 

 

Observation de la faune et de la flore du Nil

imgp4560

C’était accompagnée d’un ornithologue local que je débutais cette charmante excursion matinale.

Tandis que le bateau à moteur naviguait sur le Nil, le guide nous parlait de la vie locale animale environnante. C’est ainsi que j’ai pu croiser divers oiseaux dont des hérons, des aigrettes et tant d’autres oiseaux dont je ne connais malheureusement pas le nom (eh oui, on ne s’improvise pas ornithologue).

Après âpre observation des joyeux êtres vivants peuplant ce charmant fleuve, le guide proposa à ceux qui le souhaitaient de monter sur le toit du bateau !

Ni une, ni deux, je grimpais avec excitation et enthousiasme la première sur le toit !

La vue fut fantastique et la nature m’entourant était tellement belle !

Rochers formant naturellement diverses formes animales, buffles d’eau, arbre magique entouré par l’eau du Nil … Je ne perdais pas une miette de ce spectacle fantastique.

Au retour, je croisais deux jeunes enfants sur une sorte de planche qui s’accrochèrent au bateau avant de se mettre à chanter « Il était un petit navire » dans leur langue locale !

C’était vraiment magique bien que je fus un peu attristé quant à l’origine de cette action. Ce n’était pas les premiers enfants égyptiens que je croisais faisant tout leur possible pour ramener quelques pécules à leurs parents.

Convaincu qu’ils donneraient l’argent récolté à leurs parents ou à un quelconque adulte qui les forceraient à mendier toujours plus, je leur donnais quelques bonbons que j’avais sous la main, espérant leur donner le sourire, en vain. Certainement s’attendaient-ils à recevoir de l’argent…

Enfin, cette balade s’acheva et nous passâmes devant l’hôtel Old Cataract qui servit de lieu de tournage au film « Mort sur le Nil » adapté du roman d’Agatha Christie.

D’ailleurs, nous passâmes aussi devant le fameux, l’authentique et célébrissime bateau de croisière « Le SS Sudan » qui laisse rêveur pour ses voyages d’époques…

imgp4498imgp4507imgp4531imgp4532imgp4542imgp4574imgp4583imgp4587imgp4597imgp5022


 

 

La découverte d’une ferme Nubienne

imgp4823

Sans conteste l’un de mes meilleurs souvenirs d’Egypte !

C’est par bateau que j’arriverais sur place.

Devant moi, se dresse un escalier coloré de jaune, de vert ou encore de bleu.

Un panneau indique la présence de la cabane Nubienne et sur la gauche, je peux apercevoir une sorte de terrasse avec des pilotis en bois et des couvertures orientales suspendues en guise de plafond.

L’ensemble fait penser à un petit cocoon de douceur et de bonheur avec des coussins de sol à profusion invitant à la détente et à la convivialité.

Je poursuis la visite en empruntant un dédale de chemin sableux déambulant à travers une végétation luxuriante et lumineuse.

Lorsque j’arrive devant la bâtisse principale, des tapis à l’effigie de Toutankhamon sont dispersés de part et d’autres, habillant les murs du bâtiment.

Dans la cour, j’aperçois un habitant afféré à la préparation du thé et du café tandis que j’admire un faucon de toute beauté, perché et attaché sur la branche d’un arbre.

Plus loin, un autre local nourrit de charmants dromadaires plus ou moins jeunes.

Je passe à côté de la cage d’un bébé crocodile qui me fend le cœur, privé de sa famille, d’amour et de liberté ; puis je poursuis ma visite vers la ferme où se trouvent poules, oies, brebis et canards.

Je visite ensuite une boutique locale vendant étoffes, souvenirs et épices en tout genre avant de déambuler avec curiosité dans les jardins.

Je finirais cette charmante matinée ensoleillée par une chicha à la pomme, une citronnade maison, un thé vert à la menthe et des falafels cuisinés avec amour et délice dans un décor attrayant, naturel et resplendissant.

imgp4831imgp4836imgp4842imgp4853imgp4856imgp4868imgp4876imgp4880imgp4898imgp4921imgp4931imgp4937imgp4941imgp4944imgp4948imgp4956imgp4961imgp4964imgp4965imgp4967imgp4968imgp4972imgp4981imgp4983imgp4988imgp4989

 

La suite dans la partie 3 !

 

« Il existe un jardin secret où les Miracles et la Magie abondent. Il est ouvert à tous ceux qui font le choix de le visiter. »

Dr Wayne Dyer

Publié dans Afrique, Egypte, Voyage et Escapade

Voyage en Egypte : la concrétisation d’un rêve d’enfant ! (part. 1)

 

Dunes de sables dorés, palmiers verdoyants, pyramides antiques, mythologie légendaire, vestiges historiques… L’Egypte m’a toujours fait rêver.

 

Je ne compte plus les fois où j’ai suivis derrière mon écran les aventures de Rick O’connell et d’Imhotep. C’est certainement le film que j’ai le plus vu et revu au monde.

D’ailleurs, c’est en écoutant en boucle le générique de « la Momie » que je suis en train d’écrire ces quelques mots…

Mon enfance a donc été bercée par les noms de Thèbes ou encore d’Hamunaptra.

A la même époque, je rêve toujours plus de pyramides tout en regardant « les aventuriers de l’arche perdue ».

C’est alors décidé : plus tard, je serais archéologue et aventurière !

Je ne suis malheureusement pas cette voie-là lorsque j’apprends au collège qu’il n’y a aucun débouché en Egyptologie.

Mais ma passion pour la mythologie égyptienne et mon rêve d’Egypte ne faiblis guère.

 

 

Et c’est l’année dernière, tandis que je prépare mon voyage pour l’Irlande, que je décide de partir sur un coup de tête en Egypte.

Je n’aurais guère le temps de rester sur place plusieurs longues semaines, mon billet d’avion simple pour Dublin étant déjà pris mais qu’importe !

 

 

Je décide donc de partir deux semaines en Egypte, un voyage que j’avais rêvé toute ma vie.

Pour être honnête, je n’ai pas vraiment voyagé de façon aventureuse (je n’ai ni dormis chez l’habitant ni pratiqué l’auto-stop). D’ailleurs, après avoir passé quelques jours au Caire, j’ai poursuivi le voyage en faisant la fameuse croisière sur le Nil et en pratiquant diverses excursions alléchantes.

Mais contrairement à ce que l’on peut penser, cela ne m’a pas empêché d’être libre et de me retrouver seule plusieurs heures sur les sites historiques (il n’y a malheureusement plus aucun touriste en Egypte depuis la révolution égyptienne de 2011) ou me balader par exemple seule la nuit en ville (il est vrai que je suis plutôt insouciante et téméraire) lorsque le bateau était accosté.

Et puis, le pays est tellement vaste que cela m’a paru être le moyen le plus facile pour visiter les différents points d’intérêts et sites archéologiques.

Sans compter l’inquiétude de ma mère de me voir aller seule à 20 ans dans un pays qu’elle considère « dangereux ». D’ailleurs, l’incident avec l’avion d’Egyptair qui s’est crashé, est intervenu une semaine avant mon propre vol Egyptair Paris-Le Caire… Autant vous dire que ma mère était dans tous ses états, d’autant plus qu’à ce moment-là, tout le monde privilégiait la piste terroriste…

Bref, si en plus je décidais de partir à la grande aventure là-bas, jamais ma mère ne m’aurais conduit à l’aéroport…

 

 

Toutefois, maintenant que je suis un peu plus familière de l’Egypte, je compte bien y retourner plus tard car ce pays reste pour le moment mon plus gros coup de cœur ❤

L’Afrique est tellement belle et l’Egypte me fait vraiment rêver, j’ai donc le projet d’y revenir et d’y rester plusieurs mois à l’avenir…

 

Et la nourriture ?

 

Amateurs de pâtisseries, j’ai le plaisir de vous annoncer que vous ne serez pas déçus.

Vous trouverez ainsi en Egypte Kenafeh (pâtisserie feuilletée et trempée dans un sirop, réalisée à base de cheveux d’ange), basboussa (pâtisserie préparée à base de semoule fine de blé, de sucre et de fruits secs) ou encore mon préféré : des belah el sham (choux au sirop : trop délicieux !).

Sans oublier les fallafels maison et le thé vert à la menthe ! Désormais, j’en achète régulièrement en épicerie fine, c’est devenu mon thé numéro 1.

 

Et le budget ?

 

Ayant gardé tous mes tickets d’entrée pour les sites historiques (j’ai même plusieurs classeurs de voyage dans lesquels je range billets d’avion, tickets divers etc… sans compter mes boites à brochures de voyage et mes boites à cartes postales), je suis en mesure de partager avec vous le prix d’entrée officiel pour chacun des endroits que j’ai visité :

  • Musée du Caire : 75 LE
  • Droit de prendre des photos dans le musée du Caire : 50 LE
  • Temple de Louxor : 60 LE
  • Temple de Karnak : 80 LE
  • Site de Saqqarah : 80 LE
  • Pyramides de Gizeh : 100 LE
  • Droit de pénétrer à l’intérieur de l’une des pyramides : 80 LE
  • Barrage d’Assouan : 20 LE
  • Temple de Kom Ombo : 50 LE
  • Temple d’Edfou : 60 LE
  • Vallée des rois (pour 3 tombeaux seulement) : 100 LE
  • Temple d’Hatchepsout : 50 LE
  • Temple d’Abou Simbel : 100 LE
  • Temple de Philae : 60 LE

 

Et la circulation ?

 

Concernant la circulation, c’est vraiment le capharnaüm, surtout au Caire ! Les voitures s’engagent à coup de klaxon et il faut avoir l’oreille tendue et le regard vif. C’est comme un rapport de force ou le plus confiant et aguerri s’engage en premier tout en coupant la route aux autres. Une vraie jungle urbaine !

Lorsque l’on est piéton, il faut donc regarder à deux fois avant de traverser la route car les voitures ne s’arrêtent pas.

 

Et la sécurité ?

 

Si cela peut vous rassurer et malgré tout ce que l’on peut entendre de négatif par rapport au pays, jamais je ne me suis sentie en danger là-bas et la population a vraiment un cœur en or !

Bien entendu, je me suis faite constamment harcelée par les vendeurs pour acheter leurs produits mais si l’on s’y prépare à l’avance, ce n’est pas dérangeant.

En tant que fille blonde aux yeux bleus, j’ai aussi attiré les regards et la curiosité des locaux mais jamais rien de malveillant.

Les femmes me touchaient les cheveux dans la rue, les jeunes se prenaient en photos à mes côtés, certains vendeurs me demandaient en mariage, bref rien de bien inquiétant.

Il n’y a eu qu’un seul incident : une nuit ou je me baladais dans le souk de Louxor, un homme m’a ploté les fesses par derrière et lorsque je me suis retournée pour lui asséner un coup de poing, il avait déjà disparu dans la foule…

Bref, sinon le pays est vraiment extraordinaire et la population vraiment charmante.

Alors s’il vous plait, n’écoutez pas tout ce que les médias peuvent dire au sujet de l’Egypte, du terrorisme et de la sécurité. De cette façon, vous ne sortirez jamais de chez vous et resterez ancrés dans vos peurs infondées…

Si le pays vous fait envie, allez-y ! ❤

 

 

Je partage désormais avec vous quelques-uns un de mes plus beaux souvenirs d’Egypte.

 

  • Ma première balade à dos de dromadaire

imgp4608

C’était dans le désert Nubien. Je m’empressais de choisir un dromadaire à la peau caramel qui me faisait les yeux doux avant de grimper sur sa bosse.

J’étais vraiment excitée, un grand sourire accroché à mes lèvres : j’avais toujours rêvé de faire une balade à dos de dromadou !

Lorsque le dromadaire entrepris de se lever, je fus assez surprise et un peu ballotée d’avant en arrière. J’ai même failli casser l’objectif de mon appareil photo accroché à mon cou dont j’avais retiré le cache. Plus de peurs que de mal heureusement. Après cela, ce ne fut que du plaisir !

Le paysage désertique s’étendait sous mes yeux et à ma gauche, une rive du Nil bleuté scintillait sous un soleil éclatant.

J’essayais de ne pas prêter attention à la dispute entreprise entre mon chamelier et celui qui devait être son petit-fils, et reportait mon attention sur mon adorable dromadaire à la peau si douce et au rythme de marche dynamique.

J’espérais qu’il était heureux, que je n’étais pas trop lourde à porter et que sa corde ne lui faisait pas mal. Après quelques minutes de culpabilité, j’envoyais tout mon amour à ce ravissant dromadaire dont je ne connaissais même pas le nom, à ma plus grande honte.

Les minutes se succédèrent et trop rapidement à mon goût, la balade pris fin. Je ne saurais dire combien de temps elle dura, peut-être 20 ou 30 minutes. Je n’avais pas vu le temps passer et c’est avec mélancolie que j’abandonnais mon « caramel »…

imgp4603imgp4626imgp4664


 

 

  • La découverte du temple de Philae

imgp3927

Sanctuaire dédié à la déesse Isis et édifié par Nectanébo Ier, le temple de Philae était à l’origine situé sur une petite île fleurie du Nil.

A la suite de la construction du Haut barrage, le site fut submergé et un gigantesque chantier de sauvetage instauré par la communauté internationale et financé par l’Egypte et l’Unesco pris effet. Le temple fut démonté pierre par pierre avant d’être transporté sur l’île voisine d’Aguilkya.

Fleurie, romantique, ensoleillé : le site est vraiment extraordinaire !

imgp3946imgp3960imgp3968imgp3976imgp4015imgp4021imgp4031imgp4048imgp4054imgp4056imgp4058imgp4065imgp4082imgp4090imgp4099


 

 

  • Déambulation dans le souk de Louxor

 

Il est 21h lorsque je sors du bateau pour me rendre dans le centre-ville de Louxor.

Nous sommes en pleine période du Ramadan, les magasins n’ouvrent leur porte qu’au soir et les locaux commencent à se faire de plus en plus présents dans les rues.

Sur les devantures des immeubles, j’admire d’innombrables fanous colorés : ce sont des lanternes que les Egyptiens utilisent pour décorer et éclairer les rues en période de Ramadan.

Je rentre dans une boutique d’épice ou l’un des vendeurs m’offre quelques cacahuètes avant de m’engouffrer dans le souk ô combien local de Louxor.

 

Un jeune égyptien d’une vingtaine d’année, me voyant toute seule, se met en quête de me coller tout le long du chemin. Au début, je le trouve bien sympathique et nous discutons de choses et d’autres, mais au bout d’une trentaine de minute, je le trouve vraiment collant…

J’essaye d’échapper à sa compagnie mais rien à faire, il continue de me suivre partout. Je lui ai pourtant dit et répété que je souhaitais me retrouver seule.

Je voulais juste déambuler entre les étals, m’imprégner de l’atmosphère tranquillement sans être obligée de tenir une conversation…

Je le suis alors dans la boutique de son père pour lui faire plaisir et achète un petit scarabée que j’offrirais à mon frère à mon retour, espérant obtenir la paix. En vain…

Une fois l’achat effectué, il continue de me suivre partout et gênée, je n’ose pas le congédier trop fermement malgré nombre de répétitions intempestives de mon amour pour la solitude, et les allusions constantes au fait que je souhaitais me retrouver seule…

J’arriverais tout de même à m’en « débarrasser » au bout d’un temps indéterminé.

Après cela, c’est avec soulagement que je poursuis ma déambulation dans le souk de Louxor.

 

Vers minuit, j’aperçois une boutique attrayante idéale pour ramener quelques souvenirs à ma famille et je m’y engouffre avec enthousiasme.

Le vendeur est très sympathique et après avoir repéré les articles qui me convenaient, nous engageons une négociation serrée.

N’ayant pratiquement plus d’argent (à peine 20€ pour tenir les derniers jours et me payer de l’eau jusqu’à mon retour en France), je ne lâche pas l’affaire sur les prix !

Il m’invite donc à boire le thé dans sa boutique et c’est autour d’un thé vert à la menthe que je continuerais la soirée et le marchandage à ses côtés.

Une fois le prix conclu et une négociation remporté haut la main, il est temps de rentrer car il se fait vraiment tard.

Le vendeur souhaite prendre un selfie à mes côtés et c’est avec plaisir que je me prête au jeu en sortant mon téléphone portable.

dsc_1324

Au moment de sortir de sa boutique, une bagarre entre deux musulmans éclate et un attroupement se forme dans la rue. Quelque peu surprise, je questionne le vendeur quant à l’éthique de cette violence (nous sommes en pleine période de ramadan tout de même, et la paix dans tout cela ?).

Inquiet pour ma sécurité, il m’accompagne dans la rue jusqu’à ce que je sois éloignée de la mêlée emplie de violence.

 

Il est 2h du matin lorsque je sors du marché de Louxor pour me rendre vers les quais de la ville.

C’est alors que je fais une découverte bouleversante : je fais la rencontre d’un petit chat à 3 pattes ! Maltraité, famélique, ce chat me procure énormément de peine et je pleure quelque peu à ses côtés.

Je le caresserais alors une bonne vingtaine de minute en essayant de lui transmettre tout mon amour avant de rejoindre le bateau pour me coucher, les souvenirs, les sons et les odeurs de cette soirée, imprimés à jamais dans mon esprit…


 

 

  • La découverte des pyramides de Saqqarah !

imgp2165

Considéré comme l’un des sites les plus importants de l’Egypte, la nécropole de Saqqarah comporte les dépouilles de nombreux pharaons, membres de la famille royale, nobles et animaux sacrés à travers divers temples, cachettes, mastabas et pyramides…

Plus grand site archéologique du pays, on peut y observer la grande pyramide à degré conçue par le fameux Imhotep !

Bien sûr, ce n’était pas un prêtre épris de la fille du pharaon et momifié vivant comme dans la saga cinématographique « la momie ». Mais j’étais bien contente de découvrir ses œuvres ! Architecte et vizir pour le roi Djoser, il était également médecin et philosophe.

imgp2116imgp2140imgp2164imgp2188


 

 

  • La découverte du temple de Karnak !

imgp2340

Sanctuaires, chapelles, salles, cours… Karnak est un véritable ensemble colossal constitué de multiples temples dédiés à la triade thébaine (Amon, Mout et Khonsou).

Situé au nord de Thèbes dans la ville de Louxor, le complexe religieux de Karnak  est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979.

On y passe aisément une demi-journée complète à admirer sans relâche les ruines monumentales, dont la beauté a survécu au temps et aux âges…

 imgp2385imgp2428imgp2438imgp2458imgp2462imgp2467imgp2489imgp2582imgp2592imgp2615imgp2631imgp2645imgp2662imgp2669imgp2679imgp2695imgp2716imgp2732imgp2769imgp2751imgp2778imgp2759

 

La suite au prochain article !

 

imgp3713-2

« Où que tu ailles, va-t’en avec tout ton cœur. »

Confucius