Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

Aménager sa chambre dans un style Explorateur !

Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours été passionnée par le 19ème siècle. Il me vient toujours à l’esprit les grandes explorations, les progrès scientifiques, les romans de Jules Verne, l’Aventure à l’état pure ou tout était encore possible.

A ces pensées, ma folle imagination s’émerveille de milles choses et de milles lieux : à la poursuite d’une découverte incroyable à bord d’une montgolfière, à la ruée vers de nouvelles expériences à bord d’un train à vapeur, à la conquête de nouveaux territoires à bord d’un sous-marin fantastique…

 

Ce siècle n’était pas biaisé par les nouvelles technologies aliénantes, par cette mondialisation consumériste et cette société essayant de nous formater, aux prix de notre Liberté.

 

Je pourrais laisser mon esprit vagabonder ainsi par écrit pendant encore plusieurs centaines de lignes, glorifiant ce siècle d’aventure, mais là n’est pas le propos.

Cela fait plus de 9 mois que j’ai rendu mon appartement où j’ai vécu presque 3 années de vie étudiante et trépidante, faisant mes premiers pas dans le monde du voyage une fois la majorité atteinte.

Et en attendant les longs voyages de plusieurs années sans retour et sans attache, il me fallait retourner chez mes parents, pour un temps, du moins entre deux voyages. Je n’avais pas prévu de tout plaquer du jour au lendemain, il me fallait donc organiser tout cela. Souscrire à une nouvelle mutuelle et sécurité sociale, gérer les démarches administratives quant à l’université, l’appartement, le Crous et toutes mes bourses… C’est ainsi que j’ai retrouvé temporairement ma chambre d’adolescente, que j’étais alors auparavant, le temps de mettre un peu d’ordre dans mes affaires tout en voyageant plusieurs mois par ci par là.

Des petits city trip en Alsace pendant la période de noël, un tour d’Europe de l’Est en auto-stop de deux mois, un voyage en Guadeloupe d’un mois, quelques city trip et un trekking dans le Sud-Est de la France etc…

Plus les petits boulots de cet été comme ce séjour Trappeur d’un mois en tant qu’animatrice référente dans les Pyrénées pour me payer mon billet d’avion pour la Nouvelle-Zélande, et d’autres encore…

 

Entre voyages de plusieurs mois, jobs d’étés et tâches administratives, il m’a fallu retrouver le cocon familial quelques semaines par ci, par là dans l’année.

Après avoir vécu presque 3 ans seule dans un appartement de 41 m2, retrouver ma petite chambre de 7 m2 fut une question d’adaptation.

Les meubles entassés les uns contre les autres ne me permettaient pas de circuler librement ni de m’adonner à mes autres passions. Tout s’entassait à terre, je ressentais un besoin urgent d’espace et surtout de rangement.

Je me suis donc décidée à acheter un lit en mezzanine, certes moins confortable, mais qui me permettrait d’ajouter quelques meubles de rangement en supplément dans cette minuscule chambre.

Et alors que je naviguais sur internet à la recherche de la perle rare, j’ai eu une montée d’excitation à l’idée de refaire complètement ma chambre. Quitte à changer de lit, autant tout refaire et vivre dans un lieu qui me correspond et dans lequel je me sens bien ! D’autant plus que lorsque je suis chez moi, je reste enfermée dans ma chambre à longueur de journée, en bonne solitaire que je suis, à dévorer des livres ou à m’adonner à diverses activités créatives. En outre, on ne peut pas dire que la relation avec mon père soit au beau fixe, elle ne l’a jamais été d’ailleurs.

 

Cette décision, d’un point de vue objectif, me parait déraisonnée et irréfléchie. Je ne suis chez mes parents que temporairement, pourquoi perdre mon temps et mon argent dans cette soudaine entreprise ?

Je ferais mieux de garder cet argent pour d’autres voyages, riches en expériences et en souvenirs. J’en suis parfaitement consciente malheureusement. Je m’en suis souvent faite la réflexion, je me suis autocritiquée… et j’ai flagellé mes principes moraux…

Le plaisir que je retire à aménager et décorer un lieu de vie est intense !  Je peux naviguer des heures sur internet à la recherche d’objet décoratif vintage, vagabonder et errer dans les magasins de meubles, l’esprit tourné vers la matérialisation de cette nouvelle pièce.

J’aime les projets, quels qu’ils soient. Et aménager cette minuscule chambre de 7 mètres carré, en était un qui me motivait impatiemment !

C’est donc avec détermination et joie de vivre que j’ai entrepris ce petit chantier !

 

  • La phase préparatoire

 

Pour commencer, il me fallait redonner une touche de caractère et d’élégance à cette chambre, sans pour autant dépenser des sommes astronomiques.

Le lino effet métallique et la tapisserie avec le nom de toutes les capitales du monde ont bien vite trouvé le chemin de la poubelle.

La décoration NY à l’excès et les petits accessoires industriels ont commencés à s’entasser dans des cartons.

Quant aux meubles en bois que j’avais depuis l’âge de 4 ans (armoire, lit, table de chevet et commode), ils avaient certes du cachet, mais étaient plus adaptés à une chambre de princesse…

Vous imaginez bien l’état de ma chambre antérieure entre mélange de style industriel et princesse… Et où il fallait enjamber le lit pour atteindre le volet, se faufiler entre les meubles pour circuler tout en prenant soin de ne pas devenir obèse, faute de ne plus pouvoir accéder à la chambre.

 

La priorité est donnée à l’espace et au rangement qui me manque cruellement.

Les recherches commencent avec une idée en tête : s’immerger dans un roman de Jules Vernes, ou encore jusqu’à la première moitié du 20ème siècle dans un des films d’Indiana Jones.

Afin d’obtenir un espace d’aventure, d’exploration, de liberté et de souvenir !

 

Je commence par enregistrer des photos d’intérieurs inspirantes sur internet.

 

D’autres, un peu plus enfantines et ludiques qui me font sourires.

 

Je découvre ensuite des objets décoratifs aventureux sur Etsy.

 

Je déniche des meubles me correspondant à merveille à Maison du Monde, je rajoute à ma liste d’envies quelques cartes du monde antique décelées à droite, à gauche, au détour de mes pérégrinations informatiques…

Un fichier informatique dodu sur mon ordinateur commence à prendre forme. Les feuilles de dépenses approximatives sur Word se renouvellent.

Je mesure fréquemment l’espace de ma chambre chaque jours, armée de mon fidèle mètre afin de savoir si ce futur meuble passe éventuellement.

Je repère plancher, isolant, tapisserie et outils secondaires sur Leroy Merlin.

Enfin, après m’être fait une idée précise du rendu final, après estimation du budget et des travaux demandés, je m’œuvre à la tâche !

 

  • Les gros travaux

 

La chambre est désormais vide, les murs sont nus et à mes pieds, la moquette de 90 quand mon grand frère avait encore cette chambre…

Il faut donc reboucher les trous, mettre plusieurs couches de peinture blanche au mur et au plafond, installer l’isolant au sol, élever les prises électriques vers le plafond à hauteur du lit en mezzanine etc…

Après cela, installation du plancher en bois, qui me paraissait incontournable. J’aime sentir le bois grincer sous mes pas, cela apporte une touche de vie et d’authenticité.

Puis, place au tapissage et aux plinthes ! Tous les murs seront beige à l’exception d’un mur turquoise clair afin d’apporter une touche de luminosité et d’énergie à la pièce, tout en restant sobre et pas trop moderne.

 

Papier peint Intissé INFINITY coloris beige clair: 9,95 (x5)

Papier peint Intissé INFINITY coloris bleu turquoise : 9,95 (x2)

Sol Cottage, Ep.12 mm ARTENS : 19,95 https://www.leroymerlin.fr/v3/p/produits/sol-stratifie-cottage-ep-12-mm-artens-plus-12-e1500263121

 

  • L’Aménagement

 

La partie la plus plaisante, et de loin ! Là où l’abstrait devient concret, où l’invisible devient palpable…

 

Je commence par rayer ma liste de meuble en les commandant un par un.

 

Certains meubles demandent un peu de travaux, notamment le lit qu’il faut poncer entièrement et enduire de multiples couches de vernis couleur acajou.

 

Puis c’est au tour de ma liste secondaire décorative.

 

 

Faute de place, il y a certains meubles que je ne commanderais pas.

Notamment cette belle bibliothèque ancienne à laquelle on peut accéder au sommet avec une échelle et qui mettait la rat de bibliothèque que je suis en toute ébullition !

 

Faute d’argent, il y certains objets que je récupère et customise.

  • Avec un pot de confiture en verre, une carte routière et du masking tapes, je me fabrique un pot pour y ranger les drapeaux souvenirs des pays que je visite.

IMGP3195

 

  • Avec du papier kraft et une carte routière, je customise une vieille poubelle en métal pour la rendre plus voyageuse.

(Le rendu est temporaire, je compte poursuivre la tâche plus tard, non satisfaite de ce que cela donne actuellement.)

IMGP3122

 

  • Avec de vieilles boîtes à chaussures, une carte routière, du papier kraft, du ruban et des citations, je me fabrique des boites de rangements.

 

  • Je fais de même pour mes journaux de bords. La carte routière : l’accessoire indispensable pour customiser et redonner une seconde vie, voyageuse à de vieux objets !

IMGP3226

 

 

  • Comment donner un air d’aventure à un intérieur ?

 

Pour cela, il faut :

  • Un plancher
  • Des meubles en bois massif
  • Des couleurs chaudes et sobres
  • Des souvenirs de voyages
  • Des malles anciennes, des coffres, des valises …
  • Des cartes du monde antique
  • Un globe terrestre
  • Des accessoires anciens : Vieille boussole, Astrolabe, Sablier etc…
  • Une bibliothèque
  • Des références au voyage et à l’exploration

 

IMGP3056IMGP3113

IMGP3080
Quelques souvenirs de voyages (Egypte, Pologne, Irlande, Guadeloupe, Autriche, Allemagne, République-Tchèque, Espagne, Pays-Bas, France, Etats-Unis, Angleterre etc…)

IMGP3061

 

 

Pour ma part, j’ai aussi rajouté quelques armes blanches de ma collection personnelle (katana, machette indigène etc…) ; quelques objets cosy et cocooning pour mon bien-être personnel (bougie, encens, diffuseur d’huile essentielle etc…) ; mes papyrus d’Egypte sous cadre ; ainsi que les cartes postales des différents pays visités, collés en pèle mêle sur ma porte.

IMGP3070IMGP3079IMGP3168IMGP3096

 

J’ai aussi collé quelques gravures de Jules Verne sur mon mur (issu de mon coffret « vingt mille lieues sous les mers ») ; accroché des drapeaux de prières tibétains sur le lit (en bonne passionnée des spiritualités orientales que je suis) ; fixé des cartes postales vintages et aventureuses du monde entier collectées sur plusieurs mois de Postcrossing ; sans oublier de disséminer par ci par là quelques pierres et minéraux, la litho thérapie étant l’un de mes nombreux centres d’intérêts.

IMGP3064IMGP3106IMGP3181IMGP3067IMGP3134IMGP3086IMGP3089IMGP3144

 

Enfin, je me suis octroyée un coffre à trésor, avec à l’intérieur, du matériel de voyage : duvet, tapis de sol, paille filtrante, cartes IGN, guides de voyages en pagaille, accessoires de ma gopro, chargeurs divers et variés, adaptateurs, batterie solaire, cadenas, pèse-bagage, porte-monnaie pour chaque devise (dollar, livre sterling, livre égyptienne, zloty, couronne tchèque etc…), gogirl (achat qui s’avérera inutile), attelles, écussons de voyage (je n’ai toujours pas pris le temps de les coudre sur mes différents sacs) etc…

IMGP3239

 

  • En conclusion

 

Ma chambre n’est pas tout à fait terminée, certaines finitions sont encore à faire, notamment au niveau des prises électriques.

Je n’ai pas non plus de placard, mes vêtements sont entassés depuis 9 mois dans des cartons dans le salon. Ce n’est pas dérangeant. Les plans ont été faits et le bois a été acheté et coupé sur mesure, il faut donc encore installer cette penderie/bibliothèque sur mesure.

 

Quant au budget, cette chambre a été financée en partie par ma caution d’appartement récupéré (500 euros), les économies faites à chacun de mes jobs d’été (2 000 euros) pour les factures de 2017 (gaz, eau et électricité) que je n’ai plus eu à payer cette année (ayant rendu mon appartement) et par le restant de mes bourses…

Les gros travaux (matériel, isolant, parquet, peinture et colle) ont eux, été financés par mon grand frère, passionné par le bricolage.

 

Globalement, je suis très satisfaite de ma chambre.

Si elle avait été plus grande et si j’avais eu plus d’argent, j’aurais pu en faire quelque chose d’extraordinaire, un mélange de bibliothèque ancienne mêlé à un musée d’histoire.

J’aurais aussi pu y construire un tipi, une cabane en bois, installer un hamac, une balançoire en liane (mon esprit enfantin s’égare…).

Mais je n’oublie pas que je ne suis là que fugacement. Je repars en voyage dans trois semaines pour l’Italie.

Et le 5 février, je m’envole pour un an et demi en Nouvelle-Zélande.

Mais je peux désormais m’adonner à mes diverses passions (à l’exception du sport), je peux circuler dans ma chambre et y ranger toutes mes affaires.

C’est un lieu où je me sens bien, en paix, en sécurité, dans le confort, où je peux me retrouver et me reposer… temporairement avant de repartir pour de nouvelles aventures !

IMGP3242

 

« L’aventure, toujours, permet d’ensemencer les bas-côtés de ces routes stériles et d’éclaircir les ciels sans espoir. Il suffit de croire et de vouloir. »

(Patrice Franceschi)

Publié dans Antilles, Guadeloupe, Voyage et Escapade

Les 10 commandements du voyageur en Guadeloupe !

 

Voyageur débutant ou chevronné,

Ces commandements tu devras respecter;

Sur l’île Papillon, j’ai commise quelques erreurs,

C’est ainsi que ces conseils, je te les livres de bon cœur !

 

1. Des chaussures de randonnées tu prendras, car de la marche à profusion tu feras !

IMGP8168IMGP8759IMGP8320IMGP8335IMGP8150IMGP0816IMGP8504

IMGP8510
Comme vous pouvez le constater, je n’ai guère prise de chaussures de randonnée avec moi. Chose que j’ai amèrement regretté ! Que cela soit pour traverser les rivières ou patauger dans la boue… Les chemins étant régulièrement inondés…

 

2. Ton masque et tuba tu n’oublieras, car tortues et requins sous l’eau tu verras !

DCIM100GOPROGOPR0881.DCIM100GOPROGOPR0696.DCIM100GOPROGOPR0831.DCIM100GOPROGOPR0489.DCIM100GOPROGOPR0884.DCIM100GOPROGOPR0865.DCIM100GOPROGOPR0783.

 

3. Ta crème solaire tu mettras, car du soleil très chaud il y a !

IMGP0604IMGP9741IMGP9803IMGP9815IMGP0580

 

4. Ton appareil photo avec toi tu auras, car des paysages paradisiaques tu contempleras !

IMGP0216IMGP8543IMGP8983IMGP9087IMGP0476IMGP8302IMGP9115IMGP0256IMGP9547

 

5. Une noix de coco tu boiras, et à ses délices tu succomberas !

IMGP0199IMGP0197

 

6. Ton maillot de bain toujours sur toi, ou les cascades et sources chaudes, jamais tu ne profiteras !

IMGP8569IMGP8541IMGP927920170425_184009IMGP932120170501_183823

 

7. Punch coco et cocktail planteur tu essayeras, et de satisfaction tu capituleras !

IMGP9201IMGP9205IMGP9208

 

8. La Soufrière tu monteras, et un panorama sublime tu gagneras !

IMGP8353IMGP8346IMGP8404IMGP8421IMGP8423IMGP8453IMGP8386IMGP8375IMGP8462IMGP8457

 

9. Le bateau pour les îles avoisinantes tu réserveras, car les Saintes, La Désirade et Marie-Galante, tu arpenteras !

IMGP0557IMGP9639IMGP9636IMGP9684IMGP0542IMGP9670IMGP0564

 

10. Devant les iguanes tu te prosterneras, maîtres de l’île depuis toujours, tu leurs obéiras !

IMGP0574IMGP0423IMGP0432IMGP0350IMGP0410

IMGP0418
Enjoy Gwada ! 

 

Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

Le couchsurfing : une autre façon de dormir chez l’habitant !

Il est temps pour moi de vous parler de mon petit secret qui me permet de voyager autant et sur le long terme. Car oui, je n’ai pas un rond mais je voyage tout le temps !

Comment cela se fait-il ? La principale raison (il y en a pleins d’autres, mais je les partagerais avec vous dans un futur article spécialement dédié à cet effet), c’est que je ne paye jamais les frais d’hébergement, que cela soit sur quelques semaines ou plusieurs mois.

Vous imaginez bien que je fais de sacrées économies !

Comment c’est possible ? Grâce au couchsurfing, pardi !

Ce petit bijou informatique qui m’a ouvert les bras lors de mon premier voyage solo en sac à dos il y a deux ans !

 

Le couchsurfing, vous connaissez ?

 

Créé en 2004, ce concept génialissime propose un service d’hébergement totalement gratuit (aucun lézard, promis !) !

Pour faire simple, le site met en relation des hôtes (ceux qui hébergent) et des voyageurs (appelés couchsurfers) afin que ces derniers puissent voyager partout dans le monde sans se soucier de dormir à la rue ou à la belle étoile.

Basé sur la gratuité, le site est avant tout un outil d’échange et de partage de culture ! Ne venez-pas ici pour avoir seulement l’hôtel gratuit, c’est irrespectueux et inconvenant pour les personnes qui vous hébergent.

Le but principal est de discuter, tisser des liens sociaux avec l’hôte.

Tout ce que vous avez à faire, c’est donner un peu de votre temps pour une expérience humaine et enrichissante à tous points de vue !

 

Que vous soyez un voyageur fauché ou un éternel amoureux de rencontres, vous trouverez forcément votre bonheur !

 

« Qu’est-ce qu’en général qu’un voyageur ? C’est un homme qui s’en va chercher un bout de conversation au bout du monde. »

Barbay d’Aurevilly

 


.

1. Le principe

 

Une fois que vous êtes inscrit sur le site de Couchsurfing et que vous avez complété votre profil en bonne et due forme, une large palette d’expérience s’offre à vous :

.

> Vous pouvez séjourner gratuitement chez l’habitant et faire des rencontres inoubliables !

 

Pour commencer, il vous faut taper dans la barre de recherche le nom de la ville où vous souhaitez voyager.

Puis deux solutions :

  • Soit vous naviguez à travers les profils des différents hôtes de la ville et vous leur envoyer une requête personnelle pour séjourner chez eux (le moyen le plus sûr pour vous faire héberger, bien que plus long à faire).

 

  • Soit vous écrivez un message public à destination de la ville où vous souhaitez allez. Tous les hôtes auront accès à ce message et pourront vous offrir l’hospitalité selon leur bon vouloir et leurs disponibilités. Cela a l’avantage d’être beaucoup plus rapide, néanmoins, votre message sera impersonnel car s’adressant à tous. Et bon nombre d’hôte n’apprécient que les requêtes personnelles. A vous de choisir mais je vous recommande fortement la première solution !

 

Quelques points à préciser :

  • Ne soyez pas trop exigeants au niveau du confort. Rappelez-vous que l’hôte a accepté de vous héberger chez lui donc soyez-en reconnaissant.
  • Respectez votre hôte : ne ramenez pas de viande s’il est végétarien, ne sortez pas faire la fête toute la nuit sauf s’il vous accompagne (vous risqueriez de le réveiller et de le déranger, ce n’est pas un hôtel !), ne vous enfermez pas dans votre chambre toute la journée (l’hôte a besoin de se retrouver seul chez lui aussi), de même, accordez-lui vos soirées (vous êtes ici pour échanger et partager) etc…
  • Adaptez-vous à l’hôte qui vous héberge. Essayez de parler sa langue dans la mesure de votre niveau (même si vous êtes une quiche, essayez quand même) ! S’il doit se rendre au travail tôt le matin et qu’il ne vous donne pas un double des clés, levez-vous, partez en même temps que lui et ne le mettez surtout pas en retard. De même, ne monopolisez pas la salle de bain. Bref, les règles de bienséance habituelles !
  • Enfin, une fois le séjour terminé, n’oubliez pas d’écrire une référence sur le profil de l’hôte. Quelle soit positive, négative ou neutre, soyez objectifs et honnêtes ! Si l’hôte est un pervers, ne lui écrivez pas une référence positive ou d’autres filles risquent de tomber dans le même piège. A l’inverse, si l’hôte est une perle, ne soyez pas avares en compliments !

 

 

> Vous pouvez héberger de sympathiques voyageurs chez vous !

 

Avant toute chose, dans la case disponibilité de votre profil : il faut que vous choisissiez soit la mention « accepte des invités », soit la mention « accepte éventuellement des demandes d’hébergement ».

Là aussi, deux possibilités s’offrent à vous.

  • Soit vous recevez une requête personnelle d’un voyageur dans votre messagerie, et alors libre à vous de l’héberger ou non.

 

  • Soit vous apercevez dans votre tableau de bord un message général d’un voyageur recherchant un hébergement dans votre ville, et vous pourrez alors lui proposer de vous-même un hébergement dans votre charmante demeure !

 

Quelques points à préciser :

  • Que vous soyez propriétaire ou locataire, que vous ayez une chambre d’amis ou seulement un matelas par terre, que vous habitiez en couple, en colocation ou tout seul, rien ne vous empêche d’accueillir des couchsurfer chez vous ! Si votre conjoint ou vos colocataires sont d’accord bien sûr.
  • Si vous proposez l’hospitalité chez vous, ne réclamez jamais d’argent ! Le principe du concept repose sur l’échange et la gratuité !
  • Une fois que vous avez hébergé une personne chez vous, n’oubliez pas de lui écrire une référence sur son profil ! Le séjour s’est-il bien passé ?  Le voyageur est-il respectueux, intéressant ? Ecrivez ce que vous avez pensé de la personne et si vous l’hébergeriez à nouveau. Pour cela, vous avez le choix entre une référence positive, négative ou neutre.
  • Vous pouvez choisir de n’héberger que des femmes, que des hommes ou les deux. Néanmoins, sachez que si vous êtes un homme qui n’accepte d’héberger que des femmes, votre profil sera mal perçu par la gente féminine et à juste titre !
  • Vous pouvez aussi choisir le nombre maximum d’invités que vous souhaitez héberger par nuit.
  • Dans la catégorie « domicile », vous pouvez accepter ou refuser les fumeurs, les enfants et les animaux de compagnie. De même, vous devez spécifier si votre logement est adapté ou non aux personnes handicapés.
  • Si vous avez un mode de vie quelque peu différent (naturisme, échangisme etc..), écrivez-le d’emblée sur votre profil, cela évitera toute gêne et éventuelle perte de temps des deux côtés.
  • Renseignez sur votre profil l’accessibilité de votre demeure quant aux transports en commun (train, tramway, métro, bus etc…).
  • De même, renseignez le voyageur sur l’endroit où il va dormir, sur le mode d’hébergement. Est-ce un hamac, un canapé, un lit, un matelas, un sac de couchage, une tente ? Est-ce qu’il va dormir dans la même pièce que vous, dans une pièce séparée, dans une chambre d’amis ? Est-ce que vous avez l’eau courante et l’électricité ? Une douche ? Est-ce des toilettes sèches ou normales ?
  • Enfin, vous devrez renseigner sur votre profil ce que vous souhaitez partager avec vos invités (sorties, repas éventuels, soirées ou seulement l’hébergement). Ces données sont seulement à titre informatif, certaines personnes échangeront plus que prévu s’ils ont un bon feeling avec le voyageur, et vice versa.

 

 

> Vous pouvez rencontrer d’autres voyageurs, drôles et gentils tant qu’à faire !

 

« Chouette, un autre français ! Ils m’ont tant manqué avec leur joie de vivre à toutes épreuves ! »

Ahah, trêve de plaisanterie… Si vous vous sentez seul et que vous avez un petit coup de mou, vous pouvez décider de rencontrer d’autres voyageurs (toutes nationalités confondues) qui se trouvent dans la même ville que vous.

Que cela soit pour partager un café, un moment, une sortie ou un sourire, cela fait toujours du bien de rencontrer de nouvelles personnes !

Peut-être même que vous partagerez un bout de route ensemble, que vous rencontrerez votre âme sœur ou que vous tisserais une nouvelle amitié !

 

Pour cela, rien de plus simple !

Vous pouvez taper directement le nom de la ville où vous êtes dans la barre de recherche, dans la catégorie « trouver des voyageurs ». Ensuite, vous leur envoyez un message pour leur proposer de sortir, et le tour est joué !

Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil aux discussions près de chez vous, dans votre tableau de bord. Bien souvent, les gens recherchent une personne avec qui partager un verre pour discuter.

Enfin, sur l’application mobile, vous avez l’onglet « Hangouts » qui repère les personnes près de chez vous, disponibles pour sortir !

 

 

> Vous pouvez participer à des événements géniaux !

 

Echange de langue, brunch hebdomadaire, couchsurfing meeting, free walking tour, randonnées, soirées dans les pubs, yoga, tango, slackline, Qi-gong, pique-niques …

Il y en a pour tous les goûts et dans toutes les grandes villes !

Idéal pour découvrir une nouvelle pratique, faire des rencontres ou tout simplement tuer l’ennui.

Pour cela, même principe que tout à l’heure : vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes dans la barre de recherche, mais dans la catégorie « trouver des événements ».

Il ne reste plus qu’à vous inscrire, à sourire et à vous rendre au point de rendez-vous !

 

 

> Vous pouvez retrouver tous les conseils d’habitants par villes, et discuter dans les forums !

 

Vous cherchez un bon restaurant à Naples ? Une auberge de jeunesse pas chère à Berlin ? Des spots sympathiques à visiter sur New-York ? Des musées gratuits à Vienne ?

Vous vous demandez si le métro est safe à Paris ? Où vous pouvez acheter des disques vinyles à Londres ? Comment se rendre de l’aéroport à la ville de Moscou ?

Pas de soucis les amis ! On reprend le même principe que tout à l’heure et on recommence ! En effet, pourquoi vouloir changer les bonnes vieilles habitudes ?

Vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes (ou que vous souhaitez aller) dans la barre de recherche, mais dans la catégorie «trouvez les conseils d’habitants».

Soit vous parcourez les discussions et vous trouvez le sujet qui vous intéresse, soit vous créez un nouveau sujet et vous demandez conseil aux gens sur un sujet précis ! Simple comme bonjour !

 

IMGP0926

« Celui qui a une maison n’en a qu’une, celui qui n’en a aucune en a mille. »

Proverbe indien

.


 

2. Les avantages du couchsurfing

 

  • Vous faites des rencontres géniales, formidables, fantastiques, merveilleuses, stupéfiantes, extraordinaires, sensationnelles ! …

Bref, vous avez compris ? Vous dites adieu à la solitude !

 

  • C’est gratuit !

Vous faites donc de jolies économies sur l’hébergement ! De quoi vous financer votre futur baptême de plongée sous-marine ou votre saut en parachute !

Il arrive aussi que les hôtes vous fassent à manger le soir, ce n’est pas systématique et cela dépendra du feeling que vous aurez avec lui ! Mais cela vous permet de faire quelques économies supplémentaires en terme de budget alimentaire !

Vous pourrez ainsi vous rajouter une plongée en cage avec les requins pendant votre voyage ! Ou pas…

 

  • Vous découvrez la culture locale !

Vous partagez avec l’habitant sa langue, ses coutumes, sa cuisine, son mode de vie… Une vraie expérience enrichissante en tous points de vue !

 

  • Vous vivez une expérience authentique chez l’habitant !

Ce n’est pas dans votre hôtel ou dans votre auberge de jeunesse que vous découvrirez la vie locale à plein temps.

 

  • Vous partagez avec votre hôte des expériences nouvelles et excitantes !

Peut-être même que vous apprendrez à danser le haka en Nouvelle-Zélande, à moins que votre hôte ne vous emmène faire la tournée des pubs en Irlande !

 

« Voyager, c’est créer des liens avec le reste de l’univers. »

Auteur inconnu

.


 

3. Les inconvénients du couchsurfing

 

  • Depuis la popularisation du site, il y a de plus en plus d’inscrits uniquement pour l’hébergement gratuit, se foutant royalement (excusez mon langage) de l’échange et de l’hôte qui l’héberge…

Ce que je ne cautionne absolument pas, vous pensez-bien.

 

  • De même, il y a une autre dérive de la part des voyageurs, consistant à prendre le site pour meetic.

Ce n’est pas systématique et cela reste plutôt rare, mais cela n’existait pas il y a quelques années.

 

  • En outre, il y a de moins en moins de Backpackers et de routards sur le site.

Je ne peux parler en état de cause, n’étant inscrite que depuis deux ans, mais à l’origine, les voyageurs étaient plus « authentiques » si l’on peut dire. Moins exigeants sur le confort, se contentant seulement d’un canapé ou d’un matelas par terre, heureux de partager le repas avec la personne qui l’héberge.

Désormais, on trouve de plus en plus de citadins purs et durs, attachés à leur petit confort.

Alors que le principe même du couchsurfing était de surfer de canapé en canapé…

 

  • Autre inconvénient découlant directement de la démocratisation de ce site : le concept se commercialise pour faire du profit !

C’est vraiment récent mais depuis le 3 mars 2017, si vous n’êtes pas un membre vérifié du site, vous êtes restreint à 10 requêtes par semaines. Vous ne pouvez pas en envoyer plus, à moins de vouloir payer pour « être vérifié », ce qui ne sert strictement à rien en terme de fiabilité.

Vous ne serez pas logé deux fois plus rapidement, c’est une sottise, un argument commercial pour faire du profit ! Je ne parle pas seulement en connaissance de cause, j’en ai aussi longuement discuté avec des voyageurs et des hôtes de tous horizons…

Tout le monde peut acheter cela, cela ne prouve en rien que vous êtes digne de confiance. Un profil bien renseigné ainsi que des références positives suffisent amplement et valent bien plus qu’un pseudo titre acheté en ligne !

Bref, je n’ai jamais été vérifié et cela ne m’a jamais empêché de trouver des hôtes pour la nuit en voyage. J’ai toujours trouvé cette mention inutile et commerciale.

 

MAIS ! Parce qu’il y a toujours un mais…

Désormais, cela a une certaine utilité si vous bougez tout le temps, genre tous les deux jours : en effet, la restriction de 10 requêtes maximum par semaines risque de vous poser problème le cas échéant. Payez cette mention (19€) et vous ne serez plus limité par un quelconque nombre de requête !

Mais je ne peux que déplorer qu’il faille payer pour accéder à cette option « requête illimitée » qui fut gratuite pendant plus de 12 ans !

 

« Je suis amoureux de ville où je ne suis jamais allé et de gens que je n’ai jamais rencontrés. »

Melody Truong

.


.

4. La sécurité

 

Vous êtes quelques peu craintif ? Et si vous retombiez sur un pervers narcissique ou un obsédé sexuel ? Et si ? Et si ? …

Ne vous inquiétez pas, le système est plutôt sécuritaire !

Sachez qu’il y a un système de référence pour chaque personne, hôte comme couchsurfer. Vous saurez d’emblée ce que chacun a pensé d’autrui, s’il y a eu des problèmes etc…

Grâce à ces avis, vous pourrez entrapercevoir la motivation de votre futur hôte (bien que l’on ne puisse jamais être sûr à 100% des intentions profondes d’une personne, cela va sans dire).

Ainsi, plus une personne a de référence positives et plus celle-ci est censée être « bien ».

 

  • Bref, si jamais vous vous lancez dans cette expérience pour la première fois, choisissez une personne avec des références !

Moi-même, je ne dors jamais chez une personne qui n’a aucune référence. Même après 2 ans d’expérience sur le site. On ne sait jamais sur qui l’on peut tomber. Prudence est mère de sûreté comme on le dit si bien !

 

  • En outre, si jamais vous êtes une fille, il peut être plus rassurant de dormir chez une femme la première fois, que chez un homme.

Moi-même, c’est ce que j’ai fait lors de ma première expérience couchsurfing.

Comme cela s’était très bien passé, j’ai tenté chez un homme dès la deuxième fois, et cela s’était révélé une très bonne expérience là-aussi.

Finalement, j’aurais eu une vingtaine d’expériences couchsurfing avec des hommes, et seulement quatre avec des femmes.

Et jamais aucune mésaventures liés aux hormones masculines en ébullitions.

 

Pourquoi est-ce que j’ai plus d’expérience cs avec les hommes ?

 

Tout simplement car ils sont plus nombreux sur le site et SURTOUT, car ils répondent à mes requêtes.

Ce n’est pas systématique mais beaucoup de femme ont tendance à ne jamais me répondre, ou à me répondre quelques semaines après, quand la requête est expirée depuis longtemps. C’est plutôt agaçant à vrai dire.

Les hommes sont plus directs et donnent une réponse tout de suite, qu’elle soit positive ou négative.

Ce n’est bien sûr pas une règle absolue, mais une tendance générale que j’ai observé ces deux dernières années à travers l’Europe.

Et puis, j’imagine que le fait d’être une jeune fille blonde aux yeux bleu facilite les choses. De manière générale, les hommes préféreront héberger des filles que des garçons (sans arrière-pensée).

D’ailleurs, pratiquement tous les hommes chez qui j’ai séjourné étaient des perles ! Beaucoup sont devenu des amis avec qui je garde le contact régulièrement.

Il y en a même un que je considérais un peu comme mon deuxième père, qui m’a accueillie et traité comme un membre de sa famille, comme sa fille…

 

M’est-il déjà arrivé une mésaventure en couchsurfing ?

 

Oui, une seule et c’était assez effrayant. D’autant plus que mon hôte avait une centaine de références positives à son actif, bien qu’elles dataient de plus de 3 ans et que cela faisait longtemps qu’il n’avait plus accueilli de couchsurfer chez lui.

Comme quoi les gens changent …

Pour faire court, je séjournais chez un homme vraiment sympathique mais alcoolique et inconscient.

Il m’a mise en danger et, alors qu’il était absent de chez lui et que je dormais seule dans sa cabane, je me suis retrouvée asphyxié par la fumée vers 2h du matin, ce qui m’a réveillé immédiatement.

Il avait laissé tous les appareils de la pièce à vivre allumés, dont la cuisinière sur laquelle il avait posé 3 bouteilles d’alcool sur les plaques chauffantes ! J’ai vraiment crus que ça allait exploser… Et si jamais je ne m’étais pas réveillée, j’aurais pu être intoxiquée par la fumée et mourir asphyxiée.

J’ai vraiment eu peur pour ma vie ce jour-là…

 

Si jamais vous voulez connaître la version longue de l’histoire et tous les détails, je vous renvoie à la dernière partie de mon article sur l’envers du voyage.

Bref, si l’on met de côté cette histoire, je garde vraiment des souvenirs positifs et inoubliables de toutes mes expériences en couchsurfing ! Pour rien au monde, je ne renoncerais à ce concept formidable !

 

« Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange. »

Fréderic Lecloux

.


 

5. Quelques conseils sympathiques

 

  • Renseignez au maximum votre profil !

Mettez des photos de vous dont au moins une avec le visage découvert. Parlez de vos centres d’intérêts, de vos passions, de votre vie, de vos rêves, de votre philosophie etc…

Plus votre profil sera complété et plus vous inspirerez confiance aux gens !

 

  • Ayez un profil original et démarquez-vous des autres !

Les phrases type « je suis ici pour faire des rencontres » ou « j’aime voyager » risquent de vous faire plonger droit dans la masse ! Certains hôtes chez qui j’ai séjourné n’acceptaient que les profils originaux et refusaient systématiquement les profils trop banals.

 

  • Ecrivez la totalité de votre profil en anglais !

De même pour les requêtes que vous envoyez. C’est la langue internationale par excellence et la langue commune utilisé sur le site par tous les utilisateurs.

 

  • Si vous voyagez beaucoup et changez d’endroits tous les deux 2 jours, il peut être plus facile et intéressant d’être « membre vérifié » pour avoir accès aux requêtes illimitées.

Sinon, aucun utilité en terme de confiance comme je l’avais écrite plus haut…

 

  • Lorsque vous séjournez chez l’habitant, offrez-lui un petit cadeau de chez vous (une spécialité locale de votre région, une bougie aux senteurs de vos paysages, une carte postale avec un mot de remerciement).

Rien ne vous oblige à le faire mais c’est une façon de remercier votre hôte !

Vous pouvez aussi faire des courses et lui cuisiner un repas bien appétissant et succulent (mais ne cherchez pas à l’empoissonner avec vos talents culinaires douteux !).

Ou tout simplement lui donner un coup de main pour le ménage, le jardinage, la cuisine, la langue etc…

 

  • Enfin, faites une requête personnelle et innovante !

Si vous écrivez une requête type : « Bonjour, je cherche un hébergement pour les nuits de telle date à telle date dans votre charmante ville. Nous sommes deux voyageurs agréables et amusants. Accepteriez-vous de nous loger chez vous ? Merci, bonne soirée et au plaisir de se rencontrer… », Vous vous tirez vous-même une balle dans le pied !

Certains hôtes, en particulier ceux qui habitent dans les capitales, reçoivent plus de 50 requêtes par jour ! Démarquez-vous ! Et surtout, donnez envie à l’hôte de vous rencontrer !

Pourquoi VOUS plutôt qu’un autre ? D’ailleurs, pourquoi tenez-vous tant à séjournez chez lui ? Parlez de vos intérêts en commun !

Je sais, cela fait un peu entretien d’embauche pour une grosse entreprise !

 

  • Pour finir, rappelez-vous : plus c’est long, plus c’est bon ! (non, je n’ai pas l’esprit mal placé …)

N’hésitez surtout pas à écrire un pavé lorsque vous écrivez une requête, cela montrera à l’hôte que vous êtes motivés et surtout, que vous lui témoignez du temps ! Cela lui fera grandement plaisir !

 

 Bref, il ne reste plus qu’à vous inscrire !

https://www.couchsurfing.com

 

« Un pays, c’est pour moi, une visage, un sourire, un accueil, un prénom, bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières »

Pierre Fillit

 


.

6. Partage d’expériences !

 

Comme je suis gentille (après tout je ne m’appelle pas Angélique pour rien), je vous partage quelques-unes de mes expériences en couchsurfing.

Des activités que j’ai pu découvrir, des endroits que j’ai pu visiter, des pratiques que j’ai pu expérimenter grâce à mes hôtes…

(Liste non exhaustive bien évidemment !)

 

  • Assister au match France/Allemagne de l’euro 2016 avec deux autres couchsurfeuses allemandes dans un pub en Irlande

Moi qui déteste le football, je dois avouer que c’était très amusant de me retrouver à soutenir ma patrie face à deux allemandes, dans un autre pays. Et avec mon hôte irlandais qui soutenait l’Allemagne qui plus est !

IMGP6473

 

  • Manger pour la première fois dans un restaurant japonais avec Léo, mon hôte Strasbourgeois et ses amis de la faculté

imgp1916

 

  • Participer à un cours de salsa avec Vincent, mon hôte en Guadeloupe

 

  • S’improviser professeur de français et donner des cours de langue à Ivana, mon hôte à Prague

IMGP4052

 

  • Pratiquer la méditation dans un centre de méditation tenu par un moine bouddhiste du Sri Lanka avec Bianca, mon hôte à Vienne

IMGP4319

 

  • Boire du rhum sur la plage de la Datcha en Guadeloupe avec Ross, mon hôte australien et deux polonaises

IMGP8021

 

  • Faire la tournée des pubs (avec du jus de fruit pour moi, je n’aime pas la bière !) à Dublin avec Mustafa, mon hôte Libanais et ses colocataires

IMGP9586

 

  • Découvrir les fresques militaristes de Belfast dans le quartier loyaliste avec Keith, mon hôte en Irlande du Nord

 

  • Assister à mon premier event meeting couchsurfing et faire une multitude de rencontres enrichissantes à Galway, en Irlande

IMGP8593

 

  • Découvrir et participer à mon premier Food not Bombs avec Pascal, mon hôte à Strasbourg

Collecte d’aliments vegan dans les jardins, les marchés et parmi les invendus des boutiques bio. Cuisine toute la journée avec les autres membres de l’association. Distribution gratuite de repas vegan aux passants dans la rue, tout au long de la nuit etc…

Une expérience vraiment enrichissante que j’ai adoré !

Retrouvez le récit complet de cet événement à la fin de mon article sur Strasbourg !

imgp2188

 

Et puis il y a aussi toutes ces randonnées :

 

  • Sur l’île de la Désirade en Guadeloupe avec Laurent

IMGP0559

 

  • Dans les montagnes de Wicklow en Irlande avec Stefanos, Paulina et Roxane

DSCN0157

 

  • Dans la ville de Grenoble avec Elise en France

IMGP7197

Etc…

 

Toutes ces visites :

 

  • Le château de Sisi avec Bianca en Autriche

IMGP4296

 

  • Le château de Malahide avec Roxane et Paulina en Irlande

DSCN0272

 

  • Le château de Prague et le pont St Charles avec 4 couchsurfeuses Indiennes en République-Tchèque

IMGP3610

Etc…

.

Tous ces prénoms riches de souvenirs et d’expériences :

 

Alex, Amélie, Andrea, Benny, Bianca, Colm, Deborah, Dorie, Elise, Flo, Guillaume, Harvinder, Ivana, Jack, Joao, Karola, Keith, Laurent, Lenka, Leo, Maria, Mariam, Milos, Morlin, Mustafa, Nathalia, Nicholas, Pascal, Paulina, Ross, Roxane, Sophie, Stefanos, Thomas, Thibault, Todd, Vincent, Yonathan et tant d’autres que j’oublie certainement !

 

Tous ces types d’hébergements :

 

Lit, canapé, matelas par terre, sac de couchage sur le sol, hamac et même une capsule !

IMGP0861IMGP0866 (2)IMGP2193 (2)DSC_0779 (2)IMGP7381 (2)IMGP3475 (2)

 

Et puis il y a toutes ces photos, ces instants capturés pour l’éternité… 

IMGP5627IMGP4749IMGP7357DSCN0287IMGP7193IMG_20170504_134548IMGP8154IMGP5923DSC_0774IMGP3478DSCN0236IMGP7352IMG_20160731_175050IMGP3484

 

“Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace.”

Alexandra David-Néel

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Top 12 des choses à voir en Irlande !

 

Vous prévoyez un voyage en Irlande ? Posez-vous d’abord ces quelques questions :

 

  • Etes-vous êtes prêts à arpenter les vertes terres et les landes sauvages du pays ?
  • Avez-vous envie d’apercevoir leprechauns, fées, trèfles magiques, dolmens sacrés et autres folklores fantastiques ?
  • Êtes-vous prêts à danser sur les airs endiablés de cessions de musiques traditionnelles irlandaises dans les pubs, et à déguster quelques pintes usuelles ?
  • Avez-vous envie d’en prendre pleins les yeux entre les falaises magnifiques, les terres sauvages, les forêts verdoyantes, les arbres biscornus et centenaires et les montagnes de toute beauté ?
  • Avez-vous envie de rencontrer une population charmante et accueillante, prête à aider son prochain et avec une vraie chaleur humaine ?
  • Etes-vous sûr de vouloir découvrir une formidable culture celtique, de vieux châteaux historiques et des contrées de légende ?

 

Si vous avez répondu oui à toutes ces questions, félicitation ! L’Irlande vous ouvre ses bras !

Laissez-moi désormais vous partager mes 12 coups de cœur du pays, et les endroits selon moi à ne rater sous aucun prétexte !

 

1) Le château de Blarney !

 

imgp6835

On commence tout de suite avec mon endroit préféré (vous l’aurez sans doute compris à force de vous rabâcher les oreilles là-dessus dans mes précédents articles) : Blarney Castle !

J’en suis tombée profondément amoureuse… Cet endroit représentait exactement l’image que je me faisais de l’Irlande : clairières féériques, verdure sans limites, charmes et ensorcellement, vestiges d’une magie passée etc…

J’y ait passée aisément toute la journée et entre le château et sa fameuse pierre de l’éloquence, ses jardins merveilleux et ses innombrables sentiers serpentant dans la nature : une chose est certaine, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer !

J’ose vous livrer quelques-uns de mes endroits favoris aux consonances ésotériques et magiques pour vous mettre l’appétit en bouche : la pierre de la sorcière, le cercle des druides, la clairière féérique, le jardin aquatique, l’escalier des désirs, la pergola des roses, le jardin des poisons et la grotte des druides…

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé à 8km de la ville de Cork, Blarney Castle est ouvert du lundi au samedi de 9h à 17h l’hiver et jusque 19h l’été. Les tarifs d’entrée sont de 11€50 pour les étudiants et 14€ pour les adultes.

Il y a des bus réguliers au départ de la gare routière de Cork pour 3€80 qui mènent directement vers Blarney.

L’été, le site est très touristique. Mais n’ayez crainte, les touristes viennent en masse seulement pour embrasser la Blarney Stone (parmi lesquels il y eut Winston Churchill, Billy Connolly ou encore Mick Jagger), et il faudra compter entre 1h et 4h de file. Vous serez donc tranquilles dans les jardins alentours et dans l’ensemble du parc.

imgp7196imgp7112imgp7172imgp7217imgp7238imgp7028imgp6806


 

2) Le parc national des montagnes de Wicklow

imgp5829

Amoureux de la nature et de la randonnée, ce parc est un passage obligé (ou du moins fortement recommandé) pour vous !

Etendues sauvages, vallées verdoyantes, faune locale, panoramas fantastiques… Le parc va vous faire rêver !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé dans le comté de Wicklow, le parc offre de très belles randonnées pour les marcheurs.

Vous pourrez tenter l’emblématique Wicklow Way d’une durée de 6 jours au départ de Dublin (à Marlay Park plus précisément). Je l’ai faite au tout début de mon séjour en camping sauvage et les montagnes sont vraiment magnifiques !

 

Vous pouvez aussi vous rendre au site monastique de Glendalough, qui offre de magnifiques promenades et randonnées, niché au creux de vallées spectaculaires et de lacs paisibles.

Sur place, vous aurez un parking payant et toutes les commodités nécessaires (restaurant, toilettes, stands de nourriture etc…).

Mais méfiez-vous des Midges (petits moustiques voraces qui attaquent toujours en meute) qui pullulent en été !

Par ailleurs, vous trouverez des promenades et des randonnées pour tous les niveaux !

imgp5841imgp5743imgp5705imgp5696imgp5815imgp5822imgp5820


 

3) L’abbaye de Kylemore

IMGP9059.JPG

Symbole du Connemara, l’abbaye bénédictine de Kylemore offre quiétude et ressourcement.

Entre les montagnes de Duchruach en arrière-plan et le lac Pollacappul, le site (d’une étendue de 600 hectares) est de toute beauté.

Sans compter le jardin victorien composé de 3 hectares de végétations affriolantes et de fleurs cosmopolites.

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé sur la N59 dans le Connemara, l’abbaye de Kylemore est ouverte toute l’année 7j/7.

Le prix d’entrée est de 13€ pour les adultes et de 9€ pour les étudiants.

Etant à proximité du Parc national du Connemara, soit 10 minutes en voiture et 1h à pied, je vous conseille de faire les deux dans la même journée.

L’auto-stop entre les deux endroits est assez facile et vous n’attendrez pas bien longtemps.

Boutique artisanale, toilette, restaurant, parking payant, navette gratuite entre l’abbaye et le jardin victorien… Le site est adapté à tous !

imgp8887imgp8962imgp8986imgp9056


 

4) Le parc national du Connemara

imgp8735

Je ne vous présente plus le célèbre Connemara, inauguré par l’emblématique chanson de notre Michel Sardou !

Je vous propose de vous aventurer au creux du parc national du Connemara où j’ai pu m’emplir de l’atmosphère sombre et légendaire de ces étendues de tourbes et de verdures.

C’était un impératif pour moi de me rendre dans cet endroit, d’autant plus que le panorama sur les landes est fantastique !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé à côté de Letterfrack dans la région du Connemara, vous aurez un office de tourisme avec des brochures et des plans du parc (de 2000 hectares).

Néanmoins sachez que je n’ai jamais vu autant de Français en Irlande qu’ici !

Il y a aussi toutes les commodités nécessaires (cafeteria, toilettes, tables de pique-nique etc…).

 

Quant à la randonnée en elle-même, sachez qu’il y a trois circuits : un petit, un moyen et un plus long qui permet pour ce dernier d’atteindre le sommet de la montagne de Diamond Hills (comptez 3h aller/retour)

Amateurs de randonnées, vous ne trouverez pas de défis sportif ici mais ne manquez pas cette marche car la faune et la flore alentour vaut vraiment le détour !

 

PS : C’est au sein de la région du Connemara (+ comté de Mayo) que vous trouverez la Blue Way où se trouvent les plus beaux spots de snorkeling du pays !

imgp8740imgp8792imgp8811imgp8846


 

5) La chaussée des géants

imgp9433

Direction l’Irlande du Nord à la rencontre du site le plus visité du pays : la chaussée des géants !

En effet, lorsque l’on voit les vastes étendues de pierre hexagonales et régulières, on peut penser logiquement à une œuvre de géants !

D’ailleurs, selon la légende, ce serait le géant Irlandais Finn Mac Cumaill qui construisit cette chaussée entre l’Irlande et l’Ecosse en jetant des pierres dans l’eau afin d’affronter son rival Benandonner.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, cette chaussée, issue d’une formation volcanique, est aussi classée réserve naturelle nationale.

Néanmoins, j’ai le regret de vous annoncer que le site est très touristique !

 

Quelques informations pratiques :

 

Située dans le comté d’Antrim, à 3km de la ville de Bushmills, la chaussée des géants est le point d’orgue de la magnifique route de la Causeway Coast et de ses panoramas imprenables.

Doté d’un centre d’accueil, le site est gratuit mais le parking est payant. Depuis le centre des visiteurs, il vous faudra marcher 1km avant d’atteindre la fameuse chaussée. Il existe aussi des navettes payantes adaptées aux fauteuils roulants qui partent toutes les 15 minutes.

Enfin, l’été, le centre des visiteurs propose des visites guidées payantes.

imgp9370imgp9376imgp9372imgp9379imgp9388

 

PS : ne manquez surtout pas à proximité de la chaussée, le magnifique pont de corde de Carrick-a-rede, reliant les falaises à la petite île de Carrick-a-rede ! Très touristique et payant (6£), le pont est totalement sécurisé !

imgp9346imgp9327imgp9347imgp9336imgp9353


 

6) Le mont St Patrick

imgp9163

Montagne sainte et historique, et lieu de culte depuis 5 000 ans, on y raconte l’ascension de ce mont par Saint Patrick qui y aurais jeuné 40 jours et fait pénitence.

 

Quelques informations pratiques :

 

Le centre d’accueil est situé dans le village de Murrisk, à quelques km de la ville de Westport dans le comté de Mayo.

Vous y trouverez toutes les commodités nécessaires. Mais aussi des casiers (payants), des douches, une boutique souvenir et un café restaurant.

 

Personnellement, je vous recommande l’ascension du Mont St Patrick dont la vue sur la baie de Clew est vraiment saisissante !

Si l’on s’intéresse à la montée en elle-même, il faudra compter 2h de montée et 1h30 de descente. Situé à 762m d’attitude, la montée est escarpée et le niveau de difficulté est modéré je dirais, mais objectivement il peut être soutenue pour les personnes non sportives.

Mais il existe aussi 4 autres balades moins sportives et beaucoup plus douces de 1km à 5km pour la dernière, au départ du centre.

imgp9185imgp9158imgp9211


 

7) Le Burren

imgp8354-2

Région rocailleuse, le Burren est un plateau karstique désertique qui concentre près de 75% des fleurs sauvage du pays.

D’une étendue de 1500 hectares, le parc national est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Vous pourrez aussi y admirer de nombreux sites mégalithiques tels que le dolmen de Poulnabrone (datant de la période néolithique).

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé au nord du comté de Clare dans la province de Munster, l’accès au parc se fait depuis le village de Corofin.

Vous pourrez aussi pratiquer nombre de randonnées à travers la Burren Way, un réseau de 123km de sentiers balisés.

imgp8337imgp8361imgp8363-2


 

8) La péninsule de Dingle

imgp8188-2

Péninsule de toute beauté dominée par l’océan, les collines vertes et les plages de sable blanc, vous vous trouverez dans l’une des zones Gaeltachts du pays (zone où le gaélique est fréquemment parlé et où le patrimoine culturel est conservé d’une main de fer).

Boucle de Slea Head et sa vue imprenable sur les falaises et les îles environnantes, ville de Dingle ô combien pittoresque et mystérieuse, Blaskets Islands et ses nombreuses randonnées sportives, pointe de Dunmore Head, site monastique de Riasc, château et oratoire de Galarus … Les activités ne manquent pas sur la péninsule !

Sans oublier la présence dans l’océan du célèbre dauphin Fungie, mascotte de Dingle !

 

Quelques informations pratiques :

 

Située dans le comté de Kerry, c’est le point le plus à l’ouest de l’Irlande où se prêtent aventures aquatiques et pêche à la chaloupe.

imgp8200


 

9) Le parc national de Killarney

imgp7802

Premier parc national d’Irlande, c’est aussi le plus grand de par ses 10 236 hectares de végétations.

Classé réserve biosphère de l’Unesco en 1982, le parc est composé notamment de lacs glaciaires, d’eaux tourbeuses, de forêts verdoyantes et de montagnes de toute beauté.

Vous y trouverez aussi le château de Ross, l’abbaye et le manoir de Muckross ainsi que de somptueuses forêts verdoyantes, sans compter les chutes d’eau et la faune exceptionnelle du parc !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé dans le comté de Kerry, au départ de la ville de Killarney, le parc national de Killarney a une position géographique très apprécié des voyageurs.

Vous trouverez notamment à proximité le Gap of Dunloe (magnifique vallée situé entre les Macgillycuddy’s Reeks et les Purple Mountain), le Ring of Kerry ainsi que le Ladies View.

L’une des entrées du parc national se situe à proximité de la cathédrale St Mary dans la ville de Killarney. Sinon il existe aussi d’autres entrées aux abords de la N71.

imgp7594imgp7572imgp7464imgp7533imgp7565


 

10) Les falaises de Moher

imgp8421

Passons maintenant aux célébrissimes falaises de Moher !

Comptant parmi les sites les plus visités d’Irlande, les falaises dominent à 203m d’attitude dans une mer bleutée, agitée et de toute beauté.

La splendeur de ce site est vraiment exceptionnelle et malgré les flots de bus et de touristes, j’ai vraiment apprécié cet endroit, notamment ses pentes vertigineuses.

D’autant plus sous une météo généreuse agrémenté d’un beau ciel bleu et d’un soleil éclatant !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situées dans le comté de Clare, au sud-ouest du Burren, les falaises disposent d’un centre des visiteurs et de murs de protections assez hauts, gâchant la vue tout le long du chemin.

Mais n’ayez crainte, en marchant quelques minutes, il y a un endroit permettant d’enjamber la clôture et vous pourrez alors admirer sans relâche la vue sur les îles d’Aran et sur les collines du Connemara.

Si au début vous êtes noyés dans le flot des touristes, en marchant une dizaine de minutes le long des sentiers, vous vous en éloignerez bien vite !

 

PS : Je m’adresse désormais aux fans d’Harry Potter (dont je fais partis).

C’est ici qu’a été tournée la scène de la grotte ou Dumbledore et Harry viennent chercher le premier horcruxe de Voldemort (faux médaillon de Salazar Serpentard) dans Harry Potter et le prince de sang mêlé.

Du moins, l’extérieur de la grotte car l’intérieur a été intégralement généré en studio. Il faut juste se remettre dans le contexte et imaginer une terrible tempête avec un océan déchainé et un ciel noir !

imgp8445imgp8467imgp8441imgp8526imgp8533imgp8515


 

11) L’île d’OmeyIMGP9078.JPG

On repart dans le Connemara où je vous présente un lieu des plus méconnus et paisible : l’île d’Omey.

Jamais citée dans les guides touristiques, cette île rocheuse recèle pourtant de nombreux attraits.

Île inhabitée, ruines abandonnées, plages désertes… Cet endroit m’a totalement subjugué ! Vous ne trouverez aucun touristes, ni âme qui vive d’ailleurs.

 

Amateurs de nature et de méditation, adeptes du silence, voyageurs solitaires, je vous ai trouvé un véritable petit coin de paradis !

Par contre, si vous aimez l’agitation des villes, passez votre chemin…

 

Quelques informations pratiques :

 

Située sur le bord du Connemara dans le comté de Galway, à 20 minutes en voiture de Clifden et 15 minutes en voiture de Cleggan, cette île offre beaucoup de quiétude, de discrétion et de ressourcement.

Pour s’y rendre, inutile de prendre un bateau : il est possible de s’y aventurer à pied (ou même en voiture) durant la marée basse à travers de longues étendues de sables fin.

imgp9115imgp9100imgp9112


 

12) Le Ring of Kerry

imgp7699-2

Je termine désormais avec le fameux Ring of Kerry, l’une des plus belles routes d’Irlande !

Considérée comme la plus célèbre boucle routière d’Irlande, cette route offre un paysage de carte postale et des vues incomparables !

Petit concentré d’Irlande de 180km où se mêle villages, pâturages et paysages côtiers, le circuit se parcourt facilement en une journée.

 

Quelques informations pratiques :

 

Prenant départ dans la ville de Killarney, vous traverserez de nombreux villages tels que Kenmare, Sneem, Caherdaniel, Waterville, Cahersiveen, Glenbeigh et Killorglin.

La boucle est très prisée et vous croiserez souvent des bus touristiques durant l’été.

Enfin, sachez que certains virages sont serrés et que la chaussée est étroite !

imgp7742imgp7728imgp7715


 

Quelques pistes supplémentaires :

 

Bien entendu, les lieux à voir en Irlande ne se résume pas seulement à un nombre.

Je vous recommanderais donc aussi :

  • Les îles d’Aran
  • Skellig Michael (désormais très touristique et très onéreuse depuis que l’île fut utilisée comme lieu de tournage pour la dernière scène de Stars Wars 7)
  • Les fjords de Killary
  • Le site archéologique de Brú na Bóinne
  • Le monastère de Clonmacnoise
  • Le Rock of Cashel
  • Les falaises de Slieve League
  • Etc…

Quant aux villes à voir dans le pays, je vous renvoie à mon précédent article !

 

En espérant que cet article saura vous être utile et pratique, je vous souhaite un merveilleux (futur) voyage en Irlande !

Et n’oubliez pas de dire bonjour aux moutons en passant !

 

IMGP7784.JPG

« Le voyage, comme l’amour, représente une tentative pour transformer un rêve en réalité. »

Alain de Botton

 

 

 

Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

La Bucket-list ou le reflet de nos rêves

La Bucket List, quèsaco?

  • Un concept formidable pour inscrire nos envies les plus profondes ou nos rêves les plus fous
  • Un moyen de déterminer la vie que nous voulons réellement mener et ainsi être plus heureux
  • Une manière d’apprendre ou de réapprendre à se connaitre
  • Un outil pédagogique nous aidant à sauter le pas en matérialisant par écrit nos souhaits
  • Une liste nous poussant à être à l’écoute de notre cœur et menant à l’introspection
  • Une solution pour atteindre ses objectifs plus facilement
  • Une promesse vis-à-vis de nous même
  • Une façon de prendre sa vie en main

 

Deux petits mots magiques : Bucket List…

Deux petits mots qui pourtant représentent tant de chose ! Nos rêves sans limites, les chuchotements de notre cœur, nos souhaits du moment, le reflet de nous-mêmes, des désirs encore inassouvie, des objectifs en cours de réalisation, l’éclat de nos espoirs mais encore nos projets les plus fous…

Plus concrètement, il s’agit d’écrire de quelque façon que ce soit et sur le support de votre choix toutes les choses que vous souhaitez réalisez au cours de votre vie afin de n’avoir aucuns regrets.

Cela peut être des objectifs à atteindre, des rêves à réaliser, des compétences à acquérir, des expériences à vivre, des endroits à visiter, des mets à goûter ou encore des décisions à prendre.

Cela peut aussi être le fait de se lancer dans des instants de folie, accéder à un but que l’on pensait chimérique ou effectuer des actes qui vous paraissent hors de votre portée.

« Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer. »

(William Shakespeare)

Dans cette liste, ne vous restreignez surtout pas ! L’impossible d’aujourd’hui deviendra probablement le possible de demain.

« Nous savons ce que nous sommes, mais nous ignorons ce que nous pourrions être. »

(William Shakespeare encore, mais quel sage !)

 

Comment s’y prendre?

Vous pouvez commencer par réfléchir à tout ce que vous souhaitez faire ou entreprendre dans votre vie, chaque soir avant de vous endormir. La nuit est en effet propice à l’introspection et à la réflexion.

Vous pouvez aussi laissez vos idées vagabonder librement lorsque vous attendez dans les transports ou lors d’une réunion de travail (soporifique).

Vous pouvez aussi vous isolez seul dans une pièce, et vous y installer confortablement avec de la musique relaxante et une bonne tasse de thé fumante pour réfléchir à vos rêves. Ou encore prendre un bain (à bulle tiens !) et laisser dériver vos idées au fil de votre cheminement intérieur.

Mais cela peut-aussi être à n’importe quel moment de la journée, de la façon dont vous le voulez, ces pistes s’adressant surtout aux personnes ayant du mal à rentrer en introspection.

Le tout étant de savoir ce que l’on veut réellement afin de savourer pleinement le bonheur et non ce que la société ou autrui pourrait attendre de nous.

Comme le dit Nicolas Proupain : « Pour prendre son envol, il faut découvrir ce qui nous donne des ailes. »

 

Lorsque des idées émergent au cours de la journée ou à l’extérieur, vous pouvez les écrire au fur et à mesure sur une petite liste créé spécialement à cet effet dans votre téléphone portable (ou un petit carnet que vous transportez toujours avec vous pour les technophobes).

La base de votre bucket-list n’est pas restreinte à un type de support. Cela peut être un écrit électronique sur ordinateur/tablette, un écrit manuscrit sur une simple feuille de papier ou dans un cahier/carnet prévu à cet effet ou encore n’importe quel support qui vous plairez et vous correspondrez le plus.

imgp9985

Ecrire ces souhaits vous permettra de les inscrire durablement et de les réaliser plus facilement. Cela devient un engagement que vous prenez face à vous-même, vous serez ainsi plus à même de les concrétiser.

Cette liste n’est pas non plus éternel, les gens changent et heureusement ! Nous évoluons tous que cela soit d’une manière positive ou négative et si vos rêves d’hier ne correspondent plus à votre être d’aujourd’hui, ne vous sentez surtout pas obligés de les mener à terme ! Supprimez-les simplement et sans remords.

« Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. » (Francis Picabia)

 

Mais avant, prenez conscience de la source de ce changement et demandez-vous si vous n’êtes pas plutôt influencés par des sources extérieures. Il faut que le changement provienne du tréfonds de votre conscience afin de ne pas se trahir soi-même.

 

Soyez simplement à l’écoute de votre cœur et apprenez à vous redécouvrir !

« Qui regarde dehors rêve. Qui regarde à l’intérieur se réveille. » (Carl Gustav Jung)

 

En outre, lorsque vous accomplissez un objectif, ne le supprimez pas simplement et définitivement mais rayez-le (ou cochez-le, qu’importe). La Bucket List permet ainsi avec le temps de se remémorer les rêves accomplis et d’avoir une vision d’ensemble de tout votre chemin parcourus ! Vous gagnerez en confiance et vous aurez plus d’espoir quant à l’avenir.

« Soyez fier de ce que vous avez accomplis et ayez foi dans ce qu’il vous reste à accomplir. » (Christian Larson)

 

Quelques pistes de ma propre Bucket-list pour vous aider:

 

Lieux à voir :

 

–       Lac du Loch-Ness

–       Fjords Norvégiens

–       Café Licorne à Bangkok

–       Pokémon Center à Tokyo

–       Petra

–       Grand Canyon

–       Statue de la Liberté (30/04/2014)

–       Machu Pichu

–       Pyramides d’Egypte (03/06/2016)

–       Ile de Pâque

–       Baie d’Halong

–       Angkor vat

–       Maison du hobbit

–       Mont Fuji

–       Park de Yellowstone

–       Monument Valley

–       Mont Rushmore

–       Sagrada Familia (mai 2015)

–       La Grande muraille de Chine

 

Expériences à vivre :

 

–       Sauter en parachute

–       Sauter à l’élastique

–       Faire du parapente

–       Descente en rappel

–       Faire de la plongée sous-marine (Guadeloupe, 02/05/2017)

–       Faire les 9 great walks de NZ

–       Faire Te Araroa : la randonnée de 3 000km et de 4 mois qui traverse l’île du Nord et du Sud en NZ

–       Faire l’une des randonnées les plus dangereuses au monde : le mont Huashan

–       Faire un safari en Afrique

–       Faire une escale sur l’Himalaya

–       Ascension du mont Blanc

–       Construire une école en Afrique

–       Faire une mission à dominante écologique

–       Planter un arbre (cerisier japonais, 08/04/2017)

–       Participer à un festival du pouce

–       Participer à un Rainbow Gatherings

–       Voire des Aurores boréales

–       Faire une balade en chien de traîneau

–       Balade en Montgolfière (05/06/2016 Egypte)

–     Balade à dos de dromadaire (09/06/2016 Nubie)

–       Faire un vol en Hélicoptère au-dessus du grand Canyon

–      Chanter les Lacs du Connemara dans le parc national du Connemara (22/07/2016)

–       Nager avec les dauphins dans l’océan

–       Voire une tortue pondre ses œufs ou assister à une naissance de bébé tortues

–       Flotter dans la mer morte

–       Dormir dans un vieux château écossais

–       Fêter la St-Patrick en Irlande

–       Participer au festival Holi en Inde

–      Randonnée de 2 jours sur un glacier (aout 2011)

–       Survivre plusieurs mois en territoire hostile

–       Assister à un spectacle de Moine shaolin

–       Faire une retraite spirituelle en Asie

–       Faire une retraite de yoga

–       Participer à une cérémonie du thé au Japon

–       Élever des Husky en Laponie

–       Participer à une mission archéologique

–       Partager la vie d’une tribu aborigène

–       Partager la vie d’une tribu berbère

–       Faire un trek à cheval en Mongolie

–       Faire un trek en Amazonie

–       Vivre un temps en Nouvelle-Zélande

–       M’acheter un van aménagé et vivre un temps sur les routes en Amérique

–       Faire un road trip en moto en Asie

 

Réalisations personnelles :

 

–       Habiter en montagne ou au milieu de la forêt dans une petite cabane cosy en bois (ou chalet) écologique

–       Vivre en autosuffisance

–       Devenir végétarienne

–      Permis moto (18/09/2014)

–       Adopter un bébé Husky

–       Passer ma certification en bouddhisme

–       Tout plaquer

–       Avoir des connaissances en herboristerie

–       Rencontrer en vrai Laurent Gounelle, Paulo Coelho et Éric Emmanuel Schmitt

–       Ecrire un livre

–       Créer un blog de voyage (novembre 2016)

–       Apprendre le dessin

–       Apprendre la boxe (2015)

–       Apprendre le piano

–       Apprendre le yoga (sept 2016)

–       Apprendre le Reiki

–       Atteindre un jour la position du Lotus

–       Gagner 10 concours créatif (5/10)

–       Lire un livre différent chaque semaine

–       Apprendre de nouvelles langues (chinois, arabe, russe …)

–       Développer de nouvelles compétentes insolites

–       Améliorer constamment mon degré de spiritualité et d’éveil, mon lien avec la nature & avec ma conscience etc…

 

Cette liste est très loin d’être exhaustive, ma Bucket List entière faisant déjà 9 pages ! Et elle continuera de s’agrandir avec le temps, c’est certain. Vous pouvez télécharger ma bucket-list dans sa totalité pour vous en inspirez (ou par simple curiosité) ici : Ma Bucket List🙂

 

« Partage tes rêves avec ceux qui sont capables de rêver. »

(Auteur inconnu)

imgp0044

Publié dans Irlande, Tuyaux malins et Conseils astucieux

Faire de l’auto-stop en Irlande !

Nature et verdure à perte de vue, druide et sorcière, dolmen sacrés et forêt centenaires, lutins et leprechauns, paysage spectaculaire et mer de toute beauté : vous voilà donc prêt à découvrir l’Irlande !

Néanmoins, vous êtes quelque peu aventureux et souhaitiez essayer un mode de voyage un peu plus alternatif ? A moins que vous ne soyez fauchés et que vous tentiez de voyager de la manière la plus économique qu’il soit ? Ou encore vous êtes un éternel amoureux des rencontres et souhaitiez croiser la route du plus grand nombre de locaux possible ?

Aucun problème, lancez-vous !

Le pays est génial pour lever le pouce ! (attention, ne confondez pas avec le majeur sinon je ne donne pas cher de votre peau…)

 

  • L’Irlande, un pays facile pour voyager en auto-stop

 

Le pays des Leprechauns est vraiment l’idéal pour un voyage en auto-stop. Non seulement c’est une pratique ancré et courante, mais aussi il y a très peu d’autoroute ce qui facilite le voyage. En outre, les Irlandais sont pour la plupart d’une nature généreuse et sociable. Ils sont toujours prêts à aider leurs prochains et une bonne conversation avec un intéressant inconnu leur fait toujours plaisir !

Personnellement, j’ai toujours attendu en moyenne entre 0 et 15 minutes sur la route. 0 minutes, oui car il m’est aussi arrivé de me faire accoster par un automobiliste le long de la route pour me demander si je comptais faire du stop ! Plus concrètement, j’étais en train de m’éloigner le plus possible de la ville et j’étais prête à me lancer après encore 5 minutes de marche quand ce conducteur m’a devancé et m’a prise avec lui à son bord !

Bon après, il m’est aussi arrivé d’attendre 3-4h le long de la route (et sous une grosse averse !) mais cela ne m’est arrivé qu’une seule fois en 1 mois et demi de voyage entre Oughterard et Cleggan dans le comté de Galway. Pourtant j’étais très bien situé, il y avait une sorte de parking le long d’une route avec une excellente marge de manœuvre pour que les voitures puissent s’arrêter et me prendre. En outre, la route était directe et menait directement jusque Clifden et le trafic routier était normal. Il y avait aussi une excellente visibilité et malgré le temps désastreux, je gardais mon sourire ainsi qu’une adorable peluche en forme de mouton (Shelby pour les curieux) accroché à mon sac-à-dos !

C’était donc juste la faute à « pas de chance » !

Bref, sans quoi faire de l’auto-stop en Irlande, c’est vraiment facile ! (si si !)

 

  • Le moyen de transport économique par excellence

 

Si vous comptez traverser toute l’Irlande et voyager pour une longue durée, l’auto-stop reste incontestablement la meilleure solution. Pour commencer, c’est gratuit (en soi, c’est déjà suffisant non ?) mais en plus, même si le pays est assez bien desservi par les bus, leur prix est vraiment très cher. Il faut compter entre 12 et 20 euro pour un trajet moyen/long. Ainsi, lorsque l’on veut voir le pays en large et en travers, on se ruine très facilement en ticket d’autobus.

L’auto-stop reste donc LA solution pour les petits budgets (ou pour les radins aussi, je sais que cela existe en France et ce n’est pas une espèce en voie de disparition contrairement aux Fugu… … …Qu’est ce que c’est mon précieux ?)

A moins que vous ne comptiez traverser le pays entier en vélo ou à pied (ce qui est tout à fait faisable d’ailleurs)… Les moutons le font bien ! Béééé

 

  • Un outil formidable pour faire des rencontres

 

L’auto-stop, en plus d’être un moyen de transport bon marché, permet aussi d’aller à la rencontre d’autrui et le plus souvent, vous ne le regretterez-pas (ou si) !

Lors de mon voyage en Irlande, j’ai vraiment rencontré des gens formidable que je n’aurais certainement jamais rencontré si je n’avais pas osé lever le pouce. C’était des rencontres qui mettent du baume au cœur, réchauffent l’âme et montre combien le monde est beau et magique pourvus que l’on aille à sa rencontre.

Par exemple, il m’est arrivé de découvrir de nouveaux endroits insoupçonné grâce à la dévotion et à l’entrain de conducteur voulant à tout prix me faire découvrir quelques merveilles de la nature.

C’était le cas de Georgie qui m’avait prise à son bord à Moycullen. Sur la route, au fil de la conversation, je lui expliquais mon amour de la nature et des espaces sauvages et après m’avoir demandé si j’avais le temps, il a tenu à me montrer plusieurs petits coin de nature du côté de chez lui qui lui tenait à cœur. J’ai ainsi pu découvrir des nouveaux petits endroits charmants que je n’aurais jamais été voir si je ne l’avais pas rencontré.

« Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rencontres. »

(Paul Eluard)

Il y a aussi la rencontre de personne généreuse et bienveillante, sensible à notre bien-être et à notre sécurité alors que nous ne nous connaissons même pas.

Ce fut le cas pour Janet, une charmante professeure d’université qui m’a prise avec elle à son bord 1h vers la ville de Cork. Alors que je lui relatais mes récits de voyages et mes prochaines envies, elle me demanda ce que mes parents pensaient de tout cela. Forcément, la discussion dévia vers la sécurité en voyage, les risques et tout cela.

Malgré mes tentatives pour la rassurer sur le voyage en solo pour une jeune fille de 20 ans, elle restait inquiète et ne tenait pas à ce que je fasse de l’auto-stop aussi souvent. Aussi, elle me donna un billet de 50€ afin que je prenne le bus pour mes prochains trajets. Je fus très surprise et bien entendu très gêné, d’autant plus que je la connaissais à peine et qu’il s’agissait d’une grosse somme d’argent. J’ai bien tenté de refuser mais face à son insistance emplis de bienveillance, j’ai tout de même accepté.

Par la suite, j’ai pris un peu le bus pour respecter mon engagement mais bien entendu, lorsque l’on voyage sur une longue période, il arrive toujours un moment où l’argent vient à manquer et j’ai donc repris l’auto-stop par la suite. Peut-être ai-je évité de tomber sur de mauvais automobiliste grâce à elle, je ne le saurais jamais mais ce fut une rencontre vraiment marquante qui donne foi en l’humanité.

Il y aura toujours des personnes prête à vous aider, n’en doutez point ! Les médias relatent sans cesse les risques et tout ce qui touche à la négativité, mais le monde est un véritable arc-en-ciel ! (avec des licornes !)

Ayez foi en l’univers et en vous-mêmes !

 

  • Qu’en est-il des risques?

 

Nous en arrivons désormais au sujet qui fâche : les risques. Je ne vais pas vous mentir, le risque zéro n’existe pas. Mais globalement, ils sont plutôt rares et suivant votre attitude, vous pourrez éventuellement (ce mot est important) les minimiser. Si vous avez confiance en vous-même et ne paraissaient pas effrayés, les gens seront moins tentés de vous agresser. La peur est une porte que vous leur ouvrez, cela va les confortez et les rassurez, ils pourraient ainsi passez à l’acte plus facilement, leur confiance en eux-mêmes étant galvanisé par vos craintes.

Personnellement, je n’ai jamais subie d’agressions en auto-stop. Heureusement d’ailleurs !

Néanmoins, il m’est arrivé une fois de tomber sur un automobiliste très (très) entreprenant ayant le double de mon âge et souhaitant me mettre dans son lit. Je n’étais pas certaine de ses intentions au début mais au fur et à mesure de la conversation, mes doutes se sont envolés et mes craintes se sont confirmées.

Je me souviens qu’au tout début nous parlions de sport, puis il a dévié et a tenu à me montrer des vidéos trash et pornographiques sur YouTube. J’ai d’abord crus naïvement à une erreur, la vidéo aurait pu passer par erreur à une suivante et je lui ais tendu son téléphone avec un sourire gêné pour qu’il remette la bonne vidéo. Mais non, c’était bien la bonne vidéo ! Et il interpréta mon demi-sourire gêné par un accord tacite ou je ne sais quoi.

Il me complimenta sans cesse le long de la route, et malgré mes tentatives pour changer de sujets (notamment en tentant de dévier la discussion vers Game of Thrones), il commença à exprimer clairement ses intentions. Bien entendu, j’ai refusais de suite et je commençais à être très mal à l’aise.

J’ai exprimé clairement un « non ! » mais rien à faire, il était persuadé que nous avions un bon feeling.

Avec le temps, je me dis que j’aurais dus être plus ferme mais c’était la première fois que cela m’arrivait et sur le coup, je ne voulais pas manquer de respect à un automobiliste qui avait eu la « gentillesse » de me prendre à son bord.

L’histoire s’est bien terminé si l’on omet de préciser qu’il m’a retrouvé sur le site de couchsurfing et s’est créé spécialement un compte pour pouvoir communiquer avec moi, et ce avec des messages vraiment lourd 4, 5 fois par semaines pendant 2 mois, auquel je n’ai jamais donné suite évidemment.

Bien entendu, si cela vous-arrive, n’ayez aucun scrupule et soyez ferme dès le départ ! Dire non ne suffit pas toujours et des hommes comme cela entendent seulement ce qu’ils veulent bien entendre. Et si cela dégénère, un petit coup bien placé remet toujours les idées en place ! Je parle bien en cas de légitime défense car je ne veux pas prôner la violence gratuite.

Mais globalement, les agressions sont plutôt faibles en auto-stop et encore plus en Irlande !

 

Le plus souvent, les seuls êtres successibles de vous agresser seront les moutons ! J’en parle en connaissance de cause ! Un jour, alors que je caressais une biquette, l’une d’elles en a profité pour grignoter et manger mes lacets ! Faites donc très attention !!! 😉

 

  • Quelques conseils pour se lancer

 

  • Sortir de la ville le plus possible
  • Se positionner sur une route menant à la direction que vous souhaitiez prendre
  • Laisser une bonne marge de manœuvre et un espace suffisant le long de la route pour que les voitures puissent s’arrêter sans risque et vous prendre
  • Etre visible de loin : cela implique de ne pas se positionner juste après un tournant mais aussi de ne pas porter de vêtements trop sombre
  • Avoir le sourire et la pêche !
  • Petit Bonus pour les filles : Amadouer les conducteurs avec des peluches attendrissantes et adorables sur votre sac ! (initialement, ce n’était pas prévu à cet effet mais ça marche bien !)

 

Si vous êtes débutant, il ne vous reste plus qu’à vous lancer ! Moi-même, avant de venir en Irlande je n’avais jamais fait d’auto-stop de ma vie, ni avec des amis, ni seule, ni même en France. C’était donc une grosse première !

Mais finalement, passé les premiers moments de gêne ou l’on a l’impression d’être le point de mire de tous les conducteurs, c’est plutôt simple et amusant ! De toute façon, plus vous pratiquerez et plus cette gêne s’estompera.

 

Sinon, il y a aussi un site super sympa qui donne des conseils sur l’auto-stop en général et sur les meilleurs spots par ville, région et pays : c’est http://hitchwiki.org/fr.

Je vais continuer sur les recommandations et vous proposez de faire un petit tour sur le blog d’Anick-Marie Bouchard appelé http://www.globestoppeuse.com/. C’est vraiment le blog à suivre sur l’auto-stop au féminin ! D’ailleurs, elle a contribué à écrire le livre « la bible du grand voyageur » de Lonely Planet que certains d’entre vous possèdent peut-être.

Pour finir sur cette joyeuse lancée, gardez en tête cette citation emplis de vérité d’Hugo Verlomme :

« Le vrai voyage, c’est d’y aller. Une fois arrivé, le voyage est fini. Aujourd’hui les gens commencent par la fin. »

 

imgp5392
Pour les petits curieux, je vous présente Shelby !