Publié dans France, Voyage et Escapade

Une semaine en Alsace

Alors que les fêtes de fin d’année battent leur plein et que les boites de chocolats se vident tout doucement (ou pas), je me décide enfin à écrire cet article. Vous m’excuserez mon absence tardive mais étant plongé dans les livres à travers bon nombre d’histoires palpitantes (en bon rat de bibliothèque que je suis), je n’ai pas réussi à décrocher plus tôt et les tasses de thé vert fumantes sous divers plaid de douceur n’ont pas arrangés les choses, bien au contraire…

 

Mais aujourd’hui je me fais force de vaincre mon obsession maladive pour la lecture (« malheur » à mon frère qui m’a offert une dizaine de livres passionnants pour mon anniversaire) et je vous raconte mon dernier petit trip en détail !

imgp1832

 

Jour: Strasbourg

 

Après 2h de tensions dans les bouchons et un accident de camion, j’arrive in extremis à monter dans le bus en direction de Strasbourg, 2 minutes avant le départ, le corps encore tremblant, persuadée quelques minutes plus tôt que ma douce pérégrination n’aurait jamais lieu.

Après 9h de route, me voici enfin arrivée dans la Capitale de Noël ou je retrouve mon hôte du nom de Léo qui m’hébergera 4 nuits chez lui en couchsurfing.

La nuit est tombée, les étoiles scintillent.

C’est l’occasion pour moi de découvrir la ville de mes yeux curieux et avides.

IMGP2161 (2).JPG

Direction le centre-ville paré de ses lumières étincelantes. J’aperçois les premières maisons à colombages et tandis que je foule les ruelles pavées éclairées par divers lampadaires d’époque, je découvre l’hôpital civil de Strasbourg.

 

L’hôpital civil

Au premier abord, rien ne m’aurais laissé penser que je visiterais cet endroit plutôt incongru, synonyme de meurtrissure. Mais alors que je pénètre dans l’antre de ce site historique, je ne puis m’empêcher de poser les yeux sur la tour-porte médiévale absolument charmante et typique. Mon regard s’attarde peu après sur l’ancienne pharmacie datant de 1537 et sur différents pavillons à colombages mêlant architecture ancienne d’un côté et architecture moderne de l’autre. C’est donc conquise que je repars de ces lieux et sans l’ombre du moindre regret.

 

Le centre-ville et les marchés de Noël

Peu après, je pénètre dans le cœur de la ville, entouré par l’Ill.

Balade nocturne à travers les petites ruelles parées de mille joyaux, des illuminations sont suspendues de toute part et sur les vitrines des boutiques, on peut apercevoir boules de noël, guirlandes, représentation d’Hansel et Gretel, pains d’épice grandeur nature et autres fééries magiques.

Rue des Orfèvres, rue du chaudron, rue du sanglier  … tant de rues rappelant l’approche imminente de Noël…

Entre temps, je m’arrête dans l’une de ces ruelles afin d’écouter une merveilleuse chorale de noël composé d’étudiants au conservatoire de Strasbourg.

Dans une vitrine d’une quelconque pharmacie, on peut apercevoir des bébés husky automates faisant des galipettes et adressant nombre de signes sympathiques aux visiteurs penchés les uns les autres contre la paroi, le sourire aux lèvres. Après quelques coups de petites pattes contre la vitrine, je m’arrache à ce spectacle attendrissant et emplis de mignonitude pour m’élancer à la découverte des marchés de noël.

 

IMGP2160.JPG

Néanmoins, l’heure étant tardive, les exposants ferment déjà leurs portes lorsque nous arrivons sur place. Une petite photo surprise et un gif rigolo avec Léo dans le marché OFF de noël, place Grimmeissen et quelques spécialités alsaciennes sur le pouce (ce sera des spaetzles pour moi, sortes de petites nouilles alsaciennes façon carbonara et une flambée gratinée pour Léo) dans l’un des stands du marché de noël du Carré d’or et il est temps de repartir…

giforama_1481311615188

 

Jour: Colmar et la petite Venise

 

Le soleil n’est pas encore levé et le froid est glacial (-8) lorsque je me rends à la gare routière située place de l’étoile (je ne me suis pas encore transformé en bonhomme de neige jusqu’à présent).

Peu de temps après, le bus arrive et je me rends à Colmar, après une heure de route somnolente mais ô combien irritante (une femme avait emmené à son bord un ordinateur portable et s’était mise en tête de nous faire profiter à tous de ses goûts musicaux douteux, le volume sonore étant au maximum ; j’espère tout au moins que l’un de ses proches aura eu la bonté d’esprit de lui offrir des écouteurs pour noël…).

N’existant qu’un seul départ de bus tôt le matin pour Colmar (du moins à prix avantageux soit 5€ avec isilines), lorsque j’arrive à destination, la ville est déserte et les magasins et cafés sont donc encore fermés. Je passe peu après par le champ de Mars ou le marché aux sapins est lui aussi encore fermé. J’en profite donc pour m’atteler à la photographie de la ville avant qu’une horde de touristes s’empare des ruelles de cette commune de charme.

imgp1296

imgp1308

imgp1315

imgp1319

 

imgp1340

imgp1501

 

9h arrive enfin et comme je l’avais craint, des masses d’excursionnistes, voyageurs et vacanciers divers débarquent en ville. Nous sommes samedi et il est impossible de déambuler sereinement à travers les 6 marchés de noël de la ville. Mais qu’importe.

imgp1289

 

 

Les marchés de noël

Après m’être rendue à l’office de tourisme encombré de cartes et brochures diverses (dont je ne consulterais même pas la moitié), je file à la rencontre de l’atmosphère des fêtes dans le marché de noël situé place des Dominicains, dominé par la magnifique église des Dominicains. L’ambiance est à l’émerveillement et les senteurs de vin chaud parviennent à mon odorat et je me laisse alors tenter, comme bon nombre de touristes, un gobelet à la main, par un jus de pomme chaud à la cannelle et aux épices.

imgp1403-2

imgp1398

imgp1373

imgp1372

imgp1380

imgp1382

 

Après m’être promenée à travers une soixantaine de maisonnettes typiques et proposant diverses tentations des plus onéreuses, je me rends rue des têtes à la découverte de la boutique souvenir pittoresque du Musée Hansi ou je tombe sous le charme des peluches bonhomme en pain d’épice (vous m’excuserez par avance de ma faiblesse).

IMGP1365 (2).JPG

 

Puis je me rends Place de la cathédrale d’où l’on peut admirer la Collégiale St Martin, l’ancien corps de garde et la maison Adolf.

 

Après cela, direction le marché de noël intérieur Koïfhus réputé pour son artisanat local ou se mêlent bijoutiers, céramistes, ébénistes et autres artisans de talent.

imgp1469

 

A quelque pas de là, se trouve le Marché de noël de la place de l’ancienne Douane en plein cœur de la vieille ville. Une cinquantaine de maisonnettes y sont disposées autour de la fontaine Schwendi.

imgp1478

imgp1488

 

La petite Venise

Je continue ma déambulation dans mon quartier coup de cœur de la journée : la petite Venise. Je tombe alors sous le charme des maisons colorées à colombages le long de la rive.

imgp1527

imgp1539

imgp1508IMGP1558.JPG

 

C’est aussi dans ce quartier emblématique que se situe le marché de noël des enfants et c’est là que je m’arrête pour y déguster une délicieuse mauricette (pain alsacien) façon hot dog.

 

Le reste de la journée se poursuit par la visite du marché de noël situé place Jeanne d’Arc, reconstitution intimiste d’un village traditionnel alsacien où vous pourrez déguster les mets du terroir ; et se termine par une promenade nocturne de la vieille ville.

imgp1442

 

Les articulations gelées et endolories (n’ayant aucun manteau d’hiver digne de ce nom, mais je compte y remédier pour mon prochain voyage à travers les pays d’Europe centrale), je ne peux me permettre de rester sur place plus longtemps et d’attendre l’unique bus au départ de 22h.

Je rentre donc en co-voiturage pour le même prix et je termine la soirée sur Strasbourg ou je rejoins mon hôte qui m’invite à nourrir les ragondins (charmantes créatures que celles-ci) puis autour d’un délicieux couscous convivial dans sa chambre étudiante.

 

Jour: La Petite France

 

Après une petite promenade matinale dans le Parc du Heyritz, il est temps de découvrir le quartier de la petite France et ses maisons à colombages toutes plus belles les unes que les autres.

imgp1687

imgp1689

imgp1695

imgp1699

imgp1704

imgp1733

 

IMGP1744 (2).JPG

imgp1746

imgp1758

imgp1782

imgp1803

imgp1810

imgp1837

imgp2168

imgp2185

 

Les ponts couverts

Direction les ponts couverts et sa superbe vue sur la ville de Strasbourg et sur la Cathédrale.

imgp1655

imgp1635

IMGP1641.JPG

 

Les marchés de noël

Après cela, je chemine vers le marché off de noël installé à la lisière de la Grande Île. Ici, rien de typique mais un concept plutôt original. Au sein de containers réaménagés, vous trouverez divers produits bio, éthiques et responsables issue de l’économie sociale et solidaire. J’en profite pour déguster une nouvelle spécialité alsacienne (qui ressemble à s‘y méprendre à nos flammekueche du Nord, ce qui est à peu près la même chose à vrai dire) : une tarte flambée traditionnelle.

 

Plus loin, après quelques ruelles pavées typiques, vous tomberez sur le Marché de noël des rois mages place Benjamin-Zix toujours au sein du quartier de la Petite France.

imgp1736-2

 

 

Un jus de pomme chaud à la cannelle et au citron et direction le Marché de noël des irréductibles petits producteurs d’Alsace place des Meuniers. Dégustation gratuite de nougat et de biscuit fait maison, je repars de là l’estomac plein et la gourmandise assouvie.

imgp1773

imgp1775

imgp1764

 

Il est temps après de partir à la découverte du Marché de noël de la place St Thomas puis de revenir vers le centre-ville.

imgp1920

imgp1410

 

Après nombre déambulations, Léo me rejoint et nous partons nous promener le long du Canal du Faux-Rempart jusqu’aux Institutions Européennes. Néanmoins, la nuit est déjà tombée et nous ne distinguons pas grand-chose à travers le brouillard. Un petit détour par le parc de l’Orangerie puis par l’église St Paul et nous retournons enfin au centre-ville.

 

C’est alors partie pour une petite soirée bien sympathique avec mon hôte Léo et ses amis de la faculté au restaurent japonais Matsumotoya (13, Rue des Veaux). Au menu : tofu frit à la sauce soja, Soupe miso, champignon shitake, Karaage, Karaage Don et glace au thé macha. Verdict : un délice (à part la glace quelque peu amer) !

IMGP1916.JPG

Et c’est ainsi que je repars de là la panse bien pleine et l’appétit repus…

 

 

Jour: Strasbourg

 

Par un début de matinée ensoleillée, je prends la direction de la Cathédrale et de ses ruelles typiques. Parmi celles-ci se distingue la très belle rue du Maroquin et ses nounours suspendus au-dessus des maisons à colombages.

imgp1951

 imgp1949

imgp1942

imgp1965

imgp1967

La cathédrale

Direction la rue Mercière pour une vue d’ensemble de la cathédrale avant d’y pénétrer pour y admirer l’horloge astronomique et la magnifique crèche reconstituant l’histoire de la nativité qui s’étend tout le long de l’allée transversale.

imgp1972

imgp1986

 

Après cela, j’ai enfin eu l’occasion de me ridiculiser devant tout le monde lorsque je demande à l’un des stands du marché de noël une choucroute … sans choucroute (comprenez juste les pommes de terre et la charcuterie sans le chou), chose qui fut impossible malheureusement…

 

Après cela, je me rends à l’office de Batorama, réserver une balade en bateau (comptez 12€50 pour un circuit d’1h). L’embarcation se fait au Palais Rohan et le prix comprend un casque audio tenant lieu de guide.

imgp1917

Au cours de cette balade, vous passerez devant l’ancienne Douane, l’église St Nicolas, l’ancien hôtel du Dragon, l’église St Thomas, l’église du Bouclier, la maison des Tanneurs, les ponts couverts, le Barrage Vauban, les institutions européennes et … je vous laisse la surprise car je ne pense pas que vous ayez envie que je vous énumère la cinquantaine de lieux emblématique devant lesquels le bateau passe… Mais si vous êtes insomniaque, cela peut être un très bon remède je pense (j’entends par là mon énumération soporifique) !

 

Les marchés de noël

Lorsque la balade s’achève, je prends la direction du Marché des délices de noël d’Alsace place du Marché-aux-Poissons (juste à côté du palais Rohan). Vous y trouverez Bredele, vins, biscuits, chocolats, foie gras, bières et autres mets au sein de petits chalets chypriotes.

imgp2008

 

Puis c’est au tour du Marché de noël Portugais place Gutenberg. Etant donné que Strasbourg présente une dimension européenne,  il est de coutume chaque année pour la ville d’inviter un pays à représenter sa culture et sa gastronomie. C’est année, c’est le Portugal qui a été choisie et vous trouverez au sein de ce marché : bolo rei, pasteis de nata et friandises de fête d’Idanha-a-Nova. Mais aussi broderies de Castelo Branco et bijoux en filigrane entre autre.

IMGP1988 (2).JPG

 

Après cela, direction le Marché de noël de la cathédrale Notre-Dame ou j’en ai profité pour déguster une délicieuse gaufre au sirop de chocolat (vous ne me ferez pas culpabiliser !).

IMGP2051 (2).JPGIMGP2057 (2).JPG

 

Enfin, je termine la soirée avec les 3 autres marchés de noël restants : le Marché de noël Christkindelsmärik (union des corporations artisanales du Bas-Rhin) situé place Broglie, le Marché de noël du Carré d’or (mon préféré d’entre tous) place du Temple-Neuf et le marché de noël du partage et son grand sapin situé place Kléber.

 

imgp2136

imgp2140

 

C’est aussi ma dernière nuit chez Léo, mon hôte de 4 jours. Nous en profitons pour prendre des photos souvenirs et partager un dernier repas ensemble devant une bonne comédie française (Danny Boon aux premières loges bien entendu !).

 

Jour: Strasbourg

 

Une jolie journée que celle-ci ! Je rencontre mon nouvel hôte de couchsurfing pour deux nuits : Pascal.  Dégustation de Bretzels bio et vegan qu’il m’a généreusement offert au marché off de noël et balade à travers les nombreuses églises de la ville, la journée se révèle très instructive et intéressante.

Ensemble nous partons à la collecte d’aliments vegan pour le Food not Bombs du lendemain (en gros c’est un collectif international luttant contre le gaspillage alimentaire, récoltant des aliments vegan afin de les redistribuer gratuitement dans les lieux publics).

Allez, si vous n’avez toujours pas compris (ou si voulez des informations plus précises) je vous donne la définition de Wikipédia :

« Food Not Bombs (De la Bouffe, pas des Bombes) est un collectif international qui a émergé dans les années 1980 à Boston, aux États-Unis. Les groupes du réseau rassemblent des denrées alimentaires destinées à être jetées mais qui restent comestibles tels que les surplus. Ces denrées sont habituellement préparées en plats végétariens (généralement Vegan pour plus de cohérence et d’éthique) et sont offerts aux passants dans les lieux publics, aux personnes sans-abri, ou encore aux touristes. L’objectif est de discuter de différents problèmes comme le gaspillage d’aliments alors que la famine sévit dans certains endroits du monde, mais aussi d’autres thèmes plus larges comme la guerre ou le droit au logement. »

 

La pêche sera fructueuse : nous récupérons de nombreuses victuailles chez une femme travaillant dans un magasin bio et récupérant les invendus alimentaires. Elle nous invite d’ailleurs à boire un smoothie maison chez elle et l’heure est à la discussion et aux échanges.

IMGP2188.JPG

 

Lorsque je rentre chez mon hôte, il se fait tard et après m’avoir invité à boire une succulente soupe maison au potiron, place au dodo ! Ce sera l’occasion pour moi de dormir pour la première fois de ma vie dans un hamac !

IMGP2192.JPG

Verdict : c’est amusant et très confortable !

 

Jour: Food not Bombs

 

C’est le grand aujourd’hui : mon premier Food not Bombs ! L’impatience est à son comble et c’est avec enthousiasme que j’aide mon hôte Pascal en cuisine le matin (disons qu’il s’agissait surtout pour moi de surveiller la cuisson et de touiller les plats, c’est pascal le cuisinier ici !).

 

Lentilles, haricots rouge, hachis végétarien … Les heures tournent et l’odeur succulente des bons petits plats me met l’appétit en bouche.

En fin de matinée, c’est repartis pour de la récupération alimentaire. Direction les Jardins de la montagne verte afin de glaner bon nombre de légumes frais sous la générosité des travailleurs, notamment fenouils, salades, carottes, oignons et betteraves rouge en assez grande quantité.

En début d’après-midi, nous nous occupons de ramener tous les aliments récoltés depuis la veille dans la cuisine d’une salle de concert que nous nous partageons avec une autre association. Je rencontre alors les membres sympathiques du Food not Bombs de Strasbourg, des étudiants vegan pour la plupart.

C’est alors partie pour une après-midi de cuisine ! Pascal propose ses idées de menus qui sont adoptées à l’unanimité. Il est donc temps de préparer tout cela.

Nettoyage des légumes, découpe, épluchage, vaisselle, cuisson etc… L’après-midi se révèle chargé et je ne vois pas les heures passer. N’étant pas une très grande cuisinière, j’en profite pour glaner des techniques d’épluchage plus rapide que ma technique habituelle auprès des autres.

Le soir approche et il est temps de charger les petits plats mitonnés avec amour au faubourg national où aura lieu la distribution tout au long de la soirée jusque 23h.

 

arton506-18f9d
source : brest.mediaslibres

 

Au menu pour l’entrée je vous propose : salade composé et diverse ainsi  que soupe au potiron avec croutons de pain.

Au repas principal : choux, riz, pomme de terre et hachis végétarien.

Au dessert : pancakes à la banane avec sirop de chocolat.

Le tout bio et vegan ! Autant vous dire que les pancakes sont partis les premiers et que le hachis de Pascal fut un franc succès !

 

Quant à la distribution en tant que tel, ce fut un vrai moment de partage et de plaisir. Donner le sourire au gens, les voir se confondre en remerciement pour une chose aussi simple et naturelle que le partage… Bref c’était vraiment sympa !

food_not_bombs_emblem-1

 

Il y a eu même des épisodes de franche rigolade, notamment un homme (imaginez le personnage d’André Koffi joué par Pascal Nzonzi dans « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », c’est son portrait craché mais aussi la même voie, le même air courroucé !) qui fit une scène dans la rue car l’on avait omis de saler la soupe et nous n’avions pas de sel sur nous de surcroit. Ses protestations, ses critiques me faisaient tellement penser au personnage du film qu’il attira immédiatement ma sympathie.

20160405-lesvisiteurssarrasin-2
Il n’y a pas de sel dans la soupe ?!!

Le pire fut lorsqu’il me somma de mettre du vinaigre dans sa soupe tellement l’absence de sel le mettait hors de lui. Au début, je fus interloqué bien entendu, le vinaigre était destiné à la salade mais je le laissais faire. Bien entendu, lorsqu’il eut finit sa soupe, je n’eus aucune surprise lorsqu’il me déclara d’un air grave et profond : « c’était terrible… ».

Franchement, je n’ai aucun doute là-dessus avec du vinaigre comme assaisonnement ! L’apogée de ce moment fut lorsque l’on rangea les tables à la fin de l’évènement : nous trouvâmes alors … le sacré saint sel dans l’un des plastiques !

 

Par contre, il y eu aussi des rencontres moins sympathiques, la dernière à vrai dire. Je suis tombée sur un sans-domicile qui me manqua singulièrement de respect. Il me posa diverses questions (sur des repas de sénateurs à Strasbourg notamment) dont je n’avais pas la réponse bien entendu, ce qui le mit hors de lui. Après cela, il fut très désagréable à mon encontre, sous-entendant par exemple que j’étais une fainéante qui n’avait pas participé à la préparation de ce repas, que ma région était détestable, que j’étais une ignorante etc… Bref, un ivrogne déplaisant. Il insultait même les autres sdf qui passaient dans la rue, sans aucune raison. Vous voyez le tableau…

 

Mais ce fut la seule rencontre négative de cette soirée. Pour le reste, ce fut vraiment formidable et je fus très satisfaite et heureuse d’avoir pu vivre cette expérience !

 

Jour: Retour à Lille

 

Bon, je ne vais pas vous décrire cette journée, elle fut inintéressante et agaçante : 9h de bus avec un gamin pleurnichard piquant des crises tout du long, assis juste derrière moi… La joie des transports….

imgp1612
Je vous présente Croq’épice ! 🙂

 

 

Mon ressentis sur cette semain:

 

J’ai vraiment adoré ce petit trip ! Outre la découverte de la gastronomie et de l’architecture alsacienne et mis à part la féérie et l’atmosphère magique des marchés de noël typiques d’Alsace, ce sont les différentes rencontres que j’ai pu faire qui me restent en mémoire.

C’est l’une des choses formidable avec le couchsurfing : on fait des rencontres inédites et on a l’occasion de partager de nouvelles expériences, de faire des découvertes … On échange, on partage nos passions, bref c’est vraiment agréable !

Dormir chez l’habitant permet d’aller à la rencontre de nouvelle facette de la vie, de confronter différentes façons de vivre et d’expérimenter de nouvelles choses bien attrayantes.

 

Sans Pascal par exemple, je n’aurais certainement jamais entendu parler du Food Not Bombs et grâce à lui, j’ai pu découvrir son mode de vie vegan et responsable (il fabrique presque tout lui-même y compris savon et produit vaisselle, pratique la fermentation et n’achète jamais neuf) et apprendre de nouvelles recettes vegan, délicieuses de surcroit.

Ce fut une expérience très inspirante d’autant plus que je suis moi-même en quête d’un mode de vie plus sain, plus respectueux de la planète et de ses êtres vivants et plus responsable. En outre, c’est un homme avec beaucoup de culture, généreux et qui a du cœur. Je fus très attachée à sa compagnie.

 

Avec Léo, j’ai partagé de nombreux moments de convivialité autour des repas, de nombreuses discussions enrichissantes sur la société notamment dans lequel nous confrontions nos différents points de vue, et puis aussi beaucoup de rire et de découvertes. C’est un garçon amusant, sympathique et gentil que j’ai vraiment apprécié.

 

IMGP2025 (2).JPG

C’est donc avec joie que je me remémore cette charmante semaine dans une région magnifique que je ne connaissais pas encore .

 

Comme le dit Pierre Fillit : « Un pays, c’est pour moi, un visage, un sourire, un accueil, un prénom, bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières ».

 

 

Et le Budget dans tout cela ?

 

  • Au final, j’aurais dépensé 50€ en transport (bus aller-retour Lille-Strasbourg avec Flixbus + aller-retour Strasbourg-Colmar avec isilines et co-voiturage).
  • 12€50 en budget tourisme (cf balade en bateau)
  • Côté logement, 0€ bien sûr grâce au couchsurfing
  • Côté souvenirs, 15€
  • Et enfin 80€ en budget alimentation soit un budget alimentaire de 11€20 par jour
  • Ce qui fait un total de 157€50 pour une semaine en Alsace.

Concrètement, j’aurais pu faire moins de dépenses, notamment au niveau alimentaire si je ne m’étais laissée tenter par des chocolats chauds et des jus de pomme chaud aux épices chaque jours par le froid ambiant. De même, j’aurais pu faire de l’auto-stop si je n’avais pas été refroidie par l’hiver.

 

 

Sur ce, je vous souhaite à tous de merveilleuses et magiques fêtes de fin d’années !

imgp2580

 

« Pas une carte au monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas. »

Oscar Wilde