Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Top 12 des choses à voir en Irlande !

 

Vous prévoyez un voyage en Irlande ? Posez-vous d’abord ces quelques questions :

 

  • Etes-vous êtes prêts à arpenter les vertes terres et les landes sauvages du pays ?
  • Avez-vous envie d’apercevoir leprechauns, fées, trèfles magiques, dolmens sacrés et autres folklores fantastiques ?
  • Êtes-vous prêts à danser sur les airs endiablés de cessions de musiques traditionnelles irlandaises dans les pubs, et à déguster quelques pintes usuelles ?
  • Avez-vous envie d’en prendre pleins les yeux entre les falaises magnifiques, les terres sauvages, les forêts verdoyantes, les arbres biscornus et centenaires et les montagnes de toute beauté ?
  • Avez-vous envie de rencontrer une population charmante et accueillante, prête à aider son prochain et avec une vraie chaleur humaine ?
  • Etes-vous sûr de vouloir découvrir une formidable culture celtique, de vieux châteaux historiques et des contrées de légende ?

 

Si vous avez répondu oui à toutes ces questions, félicitation ! L’Irlande vous ouvre ses bras !

Laissez-moi désormais vous partager mes 12 coups de cœur du pays, et les endroits selon moi à ne rater sous aucun prétexte !

 

1) Le château de Blarney !

 

imgp6835

On commence tout de suite avec mon endroit préféré (vous l’aurez sans doute compris à force de vous rabâcher les oreilles là-dessus dans mes précédents articles) : Blarney Castle !

J’en suis tombée profondément amoureuse… Cet endroit représentait exactement l’image que je me faisais de l’Irlande : clairières féériques, verdure sans limites, charmes et ensorcellement, vestiges d’une magie passée etc…

J’y ait passée aisément toute la journée et entre le château et sa fameuse pierre de l’éloquence, ses jardins merveilleux et ses innombrables sentiers serpentant dans la nature : une chose est certaine, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer !

J’ose vous livrer quelques-uns de mes endroits favoris aux consonances ésotériques et magiques pour vous mettre l’appétit en bouche : la pierre de la sorcière, le cercle des druides, la clairière féérique, le jardin aquatique, l’escalier des désirs, la pergola des roses, le jardin des poisons et la grotte des druides…

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé à 8km de la ville de Cork, Blarney Castle est ouvert du lundi au samedi de 9h à 17h l’hiver et jusque 19h l’été. Les tarifs d’entrée sont de 11€50 pour les étudiants et 14€ pour les adultes.

Il y a des bus réguliers au départ de la gare routière de Cork pour 3€80 qui mènent directement vers Blarney.

L’été, le site est très touristique. Mais n’ayez crainte, les touristes viennent en masse seulement pour embrasser la Blarney Stone (parmi lesquels il y eut Winston Churchill, Billy Connolly ou encore Mick Jagger), et il faudra compter entre 1h et 4h de file. Vous serez donc tranquilles dans les jardins alentours et dans l’ensemble du parc.

imgp7196imgp7112imgp7172imgp7217imgp7238imgp7028imgp6806


 

2) Le parc national des montagnes de Wicklow

imgp5829

Amoureux de la nature et de la randonnée, ce parc est un passage obligé (ou du moins fortement recommandé) pour vous !

Etendues sauvages, vallées verdoyantes, faune locale, panoramas fantastiques… Le parc va vous faire rêver !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé dans le comté de Wicklow, le parc offre de très belles randonnées pour les marcheurs.

Vous pourrez tenter l’emblématique Wicklow Way d’une durée de 6 jours au départ de Dublin (à Marlay Park plus précisément). Je l’ai faite au tout début de mon séjour en camping sauvage et les montagnes sont vraiment magnifiques !

 

Vous pouvez aussi vous rendre au site monastique de Glendalough, qui offre de magnifiques promenades et randonnées, niché au creux de vallées spectaculaires et de lacs paisibles.

Sur place, vous aurez un parking payant et toutes les commodités nécessaires (restaurant, toilettes, stands de nourriture etc…).

Mais méfiez-vous des Midges (petits moustiques voraces qui attaquent toujours en meute) qui pullulent en été !

Par ailleurs, vous trouverez des promenades et des randonnées pour tous les niveaux !

imgp5841imgp5743imgp5705imgp5696imgp5815imgp5822imgp5820


 

3) L’abbaye de Kylemore

IMGP9059.JPG

Symbole du Connemara, l’abbaye bénédictine de Kylemore offre quiétude et ressourcement.

Entre les montagnes de Duchruach en arrière-plan et le lac Pollacappul, le site (d’une étendue de 600 hectares) est de toute beauté.

Sans compter le jardin victorien composé de 3 hectares de végétations affriolantes et de fleurs cosmopolites.

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé sur la N59 dans le Connemara, l’abbaye de Kylemore est ouverte toute l’année 7j/7.

Le prix d’entrée est de 13€ pour les adultes et de 9€ pour les étudiants.

Etant à proximité du Parc national du Connemara, soit 10 minutes en voiture et 1h à pied, je vous conseille de faire les deux dans la même journée.

L’auto-stop entre les deux endroits est assez facile et vous n’attendrez pas bien longtemps.

Boutique artisanale, toilette, restaurant, parking payant, navette gratuite entre l’abbaye et le jardin victorien… Le site est adapté à tous !

imgp8887imgp8962imgp8986imgp9056


 

4) Le parc national du Connemara

imgp8735

Je ne vous présente plus le célèbre Connemara, inauguré par l’emblématique chanson de notre Michel Sardou !

Je vous propose de vous aventurer au creux du parc national du Connemara où j’ai pu m’emplir de l’atmosphère sombre et légendaire de ces étendues de tourbes et de verdures.

C’était un impératif pour moi de me rendre dans cet endroit, d’autant plus que le panorama sur les landes est fantastique !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé à côté de Letterfrack dans la région du Connemara, vous aurez un office de tourisme avec des brochures et des plans du parc (de 2000 hectares).

Néanmoins sachez que je n’ai jamais vu autant de Français en Irlande qu’ici !

Il y a aussi toutes les commodités nécessaires (cafeteria, toilettes, tables de pique-nique etc…).

 

Quant à la randonnée en elle-même, sachez qu’il y a trois circuits : un petit, un moyen et un plus long qui permet pour ce dernier d’atteindre le sommet de la montagne de Diamond Hills (comptez 3h aller/retour)

Amateurs de randonnées, vous ne trouverez pas de défis sportif ici mais ne manquez pas cette marche car la faune et la flore alentour vaut vraiment le détour !

 

PS : C’est au sein de la région du Connemara (+ comté de Mayo) que vous trouverez la Blue Way où se trouvent les plus beaux spots de snorkeling du pays !

imgp8740imgp8792imgp8811imgp8846


 

5) La chaussée des géants

imgp9433

Direction l’Irlande du Nord à la rencontre du site le plus visité du pays : la chaussée des géants !

En effet, lorsque l’on voit les vastes étendues de pierre hexagonales et régulières, on peut penser logiquement à une œuvre de géants !

D’ailleurs, selon la légende, ce serait le géant Irlandais Finn Mac Cumaill qui construisit cette chaussée entre l’Irlande et l’Ecosse en jetant des pierres dans l’eau afin d’affronter son rival Benandonner.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, cette chaussée, issue d’une formation volcanique, est aussi classée réserve naturelle nationale.

Néanmoins, j’ai le regret de vous annoncer que le site est très touristique !

 

Quelques informations pratiques :

 

Située dans le comté d’Antrim, à 3km de la ville de Bushmills, la chaussée des géants est le point d’orgue de la magnifique route de la Causeway Coast et de ses panoramas imprenables.

Doté d’un centre d’accueil, le site est gratuit mais le parking est payant. Depuis le centre des visiteurs, il vous faudra marcher 1km avant d’atteindre la fameuse chaussée. Il existe aussi des navettes payantes adaptées aux fauteuils roulants qui partent toutes les 15 minutes.

Enfin, l’été, le centre des visiteurs propose des visites guidées payantes.

imgp9370imgp9376imgp9372imgp9379imgp9388

 

PS : ne manquez surtout pas à proximité de la chaussée, le magnifique pont de corde de Carrick-a-rede, reliant les falaises à la petite île de Carrick-a-rede ! Très touristique et payant (6£), le pont est totalement sécurisé !

imgp9346imgp9327imgp9347imgp9336imgp9353


 

6) Le mont St Patrick

imgp9163

Montagne sainte et historique, et lieu de culte depuis 5 000 ans, on y raconte l’ascension de ce mont par Saint Patrick qui y aurais jeuné 40 jours et fait pénitence.

 

Quelques informations pratiques :

 

Le centre d’accueil est situé dans le village de Murrisk, à quelques km de la ville de Westport dans le comté de Mayo.

Vous y trouverez toutes les commodités nécessaires. Mais aussi des casiers (payants), des douches, une boutique souvenir et un café restaurant.

 

Personnellement, je vous recommande l’ascension du Mont St Patrick dont la vue sur la baie de Clew est vraiment saisissante !

Si l’on s’intéresse à la montée en elle-même, il faudra compter 2h de montée et 1h30 de descente. Situé à 762m d’attitude, la montée est escarpée et le niveau de difficulté est modéré je dirais, mais objectivement il peut être soutenue pour les personnes non sportives.

Mais il existe aussi 4 autres balades moins sportives et beaucoup plus douces de 1km à 5km pour la dernière, au départ du centre.

imgp9185imgp9158imgp9211


 

7) Le Burren

imgp8354-2

Région rocailleuse, le Burren est un plateau karstique désertique qui concentre près de 75% des fleurs sauvage du pays.

D’une étendue de 1500 hectares, le parc national est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Vous pourrez aussi y admirer de nombreux sites mégalithiques tels que le dolmen de Poulnabrone (datant de la période néolithique).

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé au nord du comté de Clare dans la province de Munster, l’accès au parc se fait depuis le village de Corofin.

Vous pourrez aussi pratiquer nombre de randonnées à travers la Burren Way, un réseau de 123km de sentiers balisés.

imgp8337imgp8361imgp8363-2


 

8) La péninsule de Dingle

imgp8188-2

Péninsule de toute beauté dominée par l’océan, les collines vertes et les plages de sable blanc, vous vous trouverez dans l’une des zones Gaeltachts du pays (zone où le gaélique est fréquemment parlé et où le patrimoine culturel est conservé d’une main de fer).

Boucle de Slea Head et sa vue imprenable sur les falaises et les îles environnantes, ville de Dingle ô combien pittoresque et mystérieuse, Blaskets Islands et ses nombreuses randonnées sportives, pointe de Dunmore Head, site monastique de Riasc, château et oratoire de Galarus … Les activités ne manquent pas sur la péninsule !

Sans oublier la présence dans l’océan du célèbre dauphin Fungie, mascotte de Dingle !

 

Quelques informations pratiques :

 

Située dans le comté de Kerry, c’est le point le plus à l’ouest de l’Irlande où se prêtent aventures aquatiques et pêche à la chaloupe.

imgp8200


 

9) Le parc national de Killarney

imgp7802

Premier parc national d’Irlande, c’est aussi le plus grand de par ses 10 236 hectares de végétations.

Classé réserve biosphère de l’Unesco en 1982, le parc est composé notamment de lacs glaciaires, d’eaux tourbeuses, de forêts verdoyantes et de montagnes de toute beauté.

Vous y trouverez aussi le château de Ross, l’abbaye et le manoir de Muckross ainsi que de somptueuses forêts verdoyantes, sans compter les chutes d’eau et la faune exceptionnelle du parc !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situé dans le comté de Kerry, au départ de la ville de Killarney, le parc national de Killarney a une position géographique très apprécié des voyageurs.

Vous trouverez notamment à proximité le Gap of Dunloe (magnifique vallée situé entre les Macgillycuddy’s Reeks et les Purple Mountain), le Ring of Kerry ainsi que le Ladies View.

L’une des entrées du parc national se situe à proximité de la cathédrale St Mary dans la ville de Killarney. Sinon il existe aussi d’autres entrées aux abords de la N71.

imgp7594imgp7572imgp7464imgp7533imgp7565


 

10) Les falaises de Moher

imgp8421

Passons maintenant aux célébrissimes falaises de Moher !

Comptant parmi les sites les plus visités d’Irlande, les falaises dominent à 203m d’attitude dans une mer bleutée, agitée et de toute beauté.

La splendeur de ce site est vraiment exceptionnelle et malgré les flots de bus et de touristes, j’ai vraiment apprécié cet endroit, notamment ses pentes vertigineuses.

D’autant plus sous une météo généreuse agrémenté d’un beau ciel bleu et d’un soleil éclatant !

 

Quelques informations pratiques :

 

Situées dans le comté de Clare, au sud-ouest du Burren, les falaises disposent d’un centre des visiteurs et de murs de protections assez hauts, gâchant la vue tout le long du chemin.

Mais n’ayez crainte, en marchant quelques minutes, il y a un endroit permettant d’enjamber la clôture et vous pourrez alors admirer sans relâche la vue sur les îles d’Aran et sur les collines du Connemara.

Si au début vous êtes noyés dans le flot des touristes, en marchant une dizaine de minutes le long des sentiers, vous vous en éloignerez bien vite !

 

PS : Je m’adresse désormais aux fans d’Harry Potter (dont je fais partis).

C’est ici qu’a été tournée la scène de la grotte ou Dumbledore et Harry viennent chercher le premier horcruxe de Voldemort (faux médaillon de Salazar Serpentard) dans Harry Potter et le prince de sang mêlé.

Du moins, l’extérieur de la grotte car l’intérieur a été intégralement généré en studio. Il faut juste se remettre dans le contexte et imaginer une terrible tempête avec un océan déchainé et un ciel noir !

imgp8445imgp8467imgp8441imgp8526imgp8533imgp8515


 

11) L’île d’OmeyIMGP9078.JPG

On repart dans le Connemara où je vous présente un lieu des plus méconnus et paisible : l’île d’Omey.

Jamais citée dans les guides touristiques, cette île rocheuse recèle pourtant de nombreux attraits.

Île inhabitée, ruines abandonnées, plages désertes… Cet endroit m’a totalement subjugué ! Vous ne trouverez aucun touristes, ni âme qui vive d’ailleurs.

 

Amateurs de nature et de méditation, adeptes du silence, voyageurs solitaires, je vous ai trouvé un véritable petit coin de paradis !

Par contre, si vous aimez l’agitation des villes, passez votre chemin…

 

Quelques informations pratiques :

 

Située sur le bord du Connemara dans le comté de Galway, à 20 minutes en voiture de Clifden et 15 minutes en voiture de Cleggan, cette île offre beaucoup de quiétude, de discrétion et de ressourcement.

Pour s’y rendre, inutile de prendre un bateau : il est possible de s’y aventurer à pied (ou même en voiture) durant la marée basse à travers de longues étendues de sables fin.

imgp9115imgp9100imgp9112


 

12) Le Ring of Kerry

imgp7699-2

Je termine désormais avec le fameux Ring of Kerry, l’une des plus belles routes d’Irlande !

Considérée comme la plus célèbre boucle routière d’Irlande, cette route offre un paysage de carte postale et des vues incomparables !

Petit concentré d’Irlande de 180km où se mêle villages, pâturages et paysages côtiers, le circuit se parcourt facilement en une journée.

 

Quelques informations pratiques :

 

Prenant départ dans la ville de Killarney, vous traverserez de nombreux villages tels que Kenmare, Sneem, Caherdaniel, Waterville, Cahersiveen, Glenbeigh et Killorglin.

La boucle est très prisée et vous croiserez souvent des bus touristiques durant l’été.

Enfin, sachez que certains virages sont serrés et que la chaussée est étroite !

imgp7742imgp7728imgp7715


 

Quelques pistes supplémentaires :

 

Bien entendu, les lieux à voir en Irlande ne se résume pas seulement à un nombre.

Je vous recommanderais donc aussi :

  • Les îles d’Aran
  • Skellig Michael (désormais très touristique et très onéreuse depuis que l’île fut utilisée comme lieu de tournage pour la dernière scène de Stars Wars 7)
  • Les fjords de Killary
  • Le site archéologique de Brú na Bóinne
  • Le monastère de Clonmacnoise
  • Le Rock of Cashel
  • Les falaises de Slieve League
  • Etc…

Quant aux villes à voir dans le pays, je vous renvoie à mon précédent article !

 

En espérant que cet article saura vous être utile et pratique, je vous souhaite un merveilleux (futur) voyage en Irlande !

Et n’oubliez pas de dire bonjour aux moutons en passant !

 

IMGP7784.JPG

« Le voyage, comme l’amour, représente une tentative pour transformer un rêve en réalité. »

Alain de Botton

 

 

 

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Top 6 des villes à voir en Irlande ! (part. 2)

 

On reprend la suite de l’article sur les 6 villes incontournables à visiter en Irlande !

Bien entendu, ce classement est subjectif et il y a tellement de belles villes à voir dans ce pays magique.

Mais si vous manquez de temps sur place, ce petit Top pourrait-vous être très utile pour ne rater aucunes pépites !

 

4) Killarney

imgp7599

La charmante petite ville de Killarney est située au creux d’une vallée bordant les Macgillycuddy’s Reeks (chaîne de montagne composé de roche sédimentaire modelée par les glaciers), dans le comté de Kerry.

 

Situé à 308km de Dublin, la ville est desservie par les bus.

De toute façon, où que vous alliez, l’Irlande possède un excellent réseau de bus et vous pourrez voyager partout par ce biais.

 

Connue principalement pour être la porte d’entrée du parc national de Killarney (amateur de nature, passez par ici !), la ville est de ce fait touristique mais comporte tous les avantages qui en découlent : location de vélo, auberges de jeunesse et hôtels disponibles toute l’année en grand nombre, lieu de départ pour les balades en calèche dans le parc (mode de transport traditionnel de la ville), circuits organisés, balades en bateau, promenades guidés, activités touristiques diverses et variés etc…

 

Killarney est aussi connue pour être le point de départ du fameux Gap of Dunloe (que je vous conseille d’ailleurs de faire à pied ou en vélo), l’une des plus belles vallées d’Irlande situé entre les Macgillycuddy’s Reeks et les Purple Mountain.

Néanmoins, la période estivale est très touristique et vous n’aurez pas l’occasion de vous retrouver seul face à la beauté sauvage de ce col.

Sans compter les flots de bus et de voitures emplis de visiteurs !

 

Enfin, c’est aussi de là que vous pourrez démarrer la célèbre et illustre route du Ring of Kerry (classée parmi les plus belles routes d’Irlande) !

 

Bref, vous l’aurez compris, Killarney a une situation géographique extrêmement apprécié des touristes et des voyageurs !

Préférez donc la visiter au début de l’automne ou à la fin du printemps.

 

Que voir à Killarney ?

 

  • Pour commencer, je vous conseille d’arpenter la ville et ses ruelles étroites et colorés, ses boutiques de produits artisanaux et bariolés et son centre-ville typique et fleuris à souhait !

imgp7393imgp7392imgp7388

 

  • Le soir, arrêtez-vous dans l’un des nombreux pubs traditionnels qu’offre la ville, buvez une pinte et écoutez les cessions de musiques irlandaises.

imgp7391

 

  • Faites un crochet par la sublime cathédrale gothique St Mary’s qui se situe à seulement quelque minutes à pied de l’une des entrées du parc national de Killarney !

imgp7402

 

  • Enfin, visitez le fameux Killarney National Park !

Ross Castle, Muckross Abbey, Muckross House … Il y a pléthore de lieux à voir au sein de cet écrin de verdure de 10 236 hectares composé de lacs glaciaires, d’eaux tourbeuses, de forêts verdoyantes et de montagnes de toute beauté.

Sans compter la faune et la flore exceptionnelle ! J’ai pu croiser biche, cerfs, cygnes, hérons et autres animaux de toute nature.

D’ailleurs, le parc a été classé réserve de biosphère par l’Unesco en 1982.

Pour plus d’informations sur le parc, je vous renvoie à mon article écrit à ce sujet !

imgp7464imgp7594imgp7565


.

5) Dingle

imgp8129

Aaaah Dingle… Sans aucun doute, ma ville favorite d’entre toutes celles d’Irlande ! L’atmosphère est juste incroyable !

Situé dans le comte de Kerry et capitale de la péninsule, Dingle est l’une des plus grandes villes Gaeltachts (zone où le gaélique est fréquemment parlé et où le patrimoine culturel est conservé d’une main de fer).

Vous ne trouverez donc pas son pareil ailleurs !

J’imagine que cela a beaucoup contribué à mon amour pour cette ville car vous l’imaginez bien, celle-ci est typique et pittoresque à souhait !

Port de pêche, brume ambiante et mystérieuse, criques secrètes : mon imagination folle a été mise en ébullition !

Petite ville authentique, population cosmopolite… j’errais sans but… avec joie et intrigue…

Honnêtement, c’est la ville où je me suis sentie le plus dépaysé !

Je ne saurais trop vous recommander de la visiter, elle est vraiment géniale ! Et les locaux sont vraiment sympathiques, je me suis tout de suite sentie proche de ses habitants et de cette ville !

Et la nature qui entoure Dingle est juste fantastique : péninsule verdoyante, falaises et océan de toute beauté !

 

Que voir à Dingle ?

 

  • Perdez-vous dans le port brumeux, respirez l’air vivifiant de l’océan et observez l’envol des mouettes s’élançant avec liberté dans le ciel…

imgp7840imgp7855imgp7906imgp7908imgp7813

 

  • Cheminez dans le dédale des ruelles typiques de la ville, sortez des sentiers battus et n’hésitez pas à vous aventurer dans quelques endroits qui attirerait votre attention.

imgp7825-2imgp8071imgp8072imgp7827imgp8089imgp8087imgp8090imgp8097

 

  • Sortez de la ville et observez la mascotte de Dingle nager avec grâce et entrain dans l’océan le long de la péninsule (ou réservez une balade en bateau pour 16€ pour l’apercevoir). J’ai nommé Fungie le dauphin !!!

imgp7807imgp7970

 

  • Entrez dans les boutiques de produits artisanaux et errez dans les librairies pittoresques à la recherche des contes fabuleux de Fionn le géant et de ses prodiges.

N’hésitez pas non plus à parcourir les boutiques ésotériques et magiques de la ville, sans oublier de ramener une petite « dingle fairy » en souvenir !

 

  • Sortez vous amuser dans les nombreux pubs traditionnels de la ville, buvez une pinte et relaxez-vous !

imgp8145

 

  • Visitez l’église de la ville et son parc intimiste et secret (que j’ai adoré entre nous) !

imgp8082imgp8113imgp8103

 

  • Du côté des activités touristiques, vous pourrez faire du kayak en mer, vous baigner avec Fungie ou encore tester les nombreuses excursions en bateau proposés au port pour visiter les îles environnantes (les Blaskets Islands entre autre où l’on peut faire de nombreuses randonnées sportives)…

imgp7882

 

 

  • Enfin, sortez vous balader le long de la péninsule de Dingle qui recèle de beauté ! Plages de sable dorés, collines vertes et eaux de couleur opales vous ensorcelleront !

N’hésitez pas non plus à passer par la magnifique boucle de Slea Head !

IMGP8188 (2).JPG

 

Pour plus d’informations pratiques sur la ville de Dingle (accès, commodités, routes), je vous invite à lire mon article consacré à mon amour pour cette ville !


 

 

6) Galway

imgp8560

Je termine désormais cet article avec la plus grande ville de l’Ouest Irlandais : Galway !

Situé à 209 km de Dublin, la ville est célèbre pour ses festivals et son atmosphère branchée, créative et cosmopolite.

Ville étudiante, jeune et bohème, elle est assaillie par les touristes l’été.

 

Moi qui aime les ambiances intimistes et les lieux pittoresques, je suis très mal retombée lors de mon séjour dans cette ville !

J’étais en pleine période du Galway Art festival ! Et je me suis aussi coltinée 2 jours de canicule ! Autant vous dire que la ville était bondée et j’ai détesté cela !

Et je ne vous parle pas de l’état des plages, chacun ayant eu l’idée de se désaltérer à la mer et de faire un petit plongeon rafraîchissant (moi la première) !

Petite anecdote : je n’avais pris qu’une seule paire de chaussure pour mon voyage d’un mois et demi en Irlande (mon sac était déjà bien assez lourd avec le matériel de camping et de trekking).

Je vous laisse donc imaginer le décor : j’étais plantée au milieu de la plage avec mes grosses chaussures de randonnée Salomon en goretex au milieu des baigneurs et des touristes en maillot de bain, pied-nus ou en tong…

 

Bref, autant la plupart des gens (si ce n’est la totalité) que j’ai rencontré ont adorés Galway, autant je suis restée perplexe avec un sentiment de grosse déception…

Je m’attendais à quelque chose de Waouh et finalement l’atmosphère ne m’a pas du tout convenue…

Néanmoins, la ville est vraiment magnifique ! Et je me permets d’en parler tout de même car je suis certaine que mon jugement sur cette belle ville aurait pu être totalement différent à une autre période.

Car saison estivale + festival en ville + canicule = l’enfer !

Même Dublin qui est pourtant la capitale du pays était moins touristique, et c’est peu dire !

Impossible de déambuler sereinement dans les ruelles pavées de la ville…

J’espère que je ne vous fait pas peur avec ces mots ahah ! Mais je préfère vous prévenir.

Mais gardez en tête que bien souvent, cette ville est l’une des préférés des touristes et des voyageurs si cela peut vous rassurer.

Et même si je suis mal retombée, la ville est vraiment à visiter !

 

Que voir à Galway ?

 

  • Pour commencer, Galway est une ville où la fête règne en maître : pubs colorés et variés, festivals, concerts, spectacles de rues… Vous ne pourrez pas vous ennuyer !

imgp8589imgp8565

imgp8290
Galway Art Festival

 

  • Passez ensuite vous ressourcer dans les très belles et nombreuses églises de la ville.

Notamment l’église médiévale de St Nicholas datant de 1320, sans oublier la magnifique Cathédrale de Galway construite en 1831 et considérée comme l’un des plus beaux monuments de la ville !

imgp8282

 

  • Explorez ensuite la vieille ville, ses ruelles pavés et notamment la Spanish Arch (qui devait permettre à l’époque aux navires de décharger leur cargaison à l’est du Wolfe Tone Bridge) et les remparts médiévaux.

imgp8582

 

  • N’oubliez pas d’observer les pêcheurs et les poissons jaillir hors de l’eau au barrage à saumons pour une petite pause nature.

D’ailleurs, la plupart des poissons franchissent le Salmon Weir vers mai-juin (mais y étant allée en juillet, j’ai pu en voir aussi). Le barrage permet notamment de réguler le niveau du Lough Corrib.

imgp8272

 

  • Enfin, sachez que Galway est considéré comme la porte d’entrée du Connemara. C’est la ville étape idéale avant de s’enfoncer dans les landes et les tourbes, au milieu de lacs sauvages et des montagnes de toute beauté…

imgp8735

Vous prendrez alors la direction d’Oughterard, Clifden, Letterfrack… et inaugurerez par la même occasion l’emblématique chanson « les lacs du Connemara » de notre bien-aimé Michel Sardou !

 

 

IMGP9235.JPG

« Je suis amoureux de ville où je ne suis jamais allé et de gens que je n’ai jamais rencontrés. »

Melody Truong

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Top 6 des villes à voir en Irlande ! (part. 1)

L’Irlande c’est la nature, la féerie, la beauté sauvage et la verdure sans limite…

Mais c’est aussi une population sympathique et généreuse, une culture de renom et des villes typiques et accueillantes.

Il est vrai qu’après avoir passé 1 mois et demi en Irlande, je n’ai que très peu parlé des villes dans mes articles, privilégiant les sites naturels et la nature.

Il est donc temps d’y remédier !

L’Irlande possède bon nombre de villes de toute beauté et après en avoir arpentée une bonne quinzaine, je vous propose un petit Top 6 des villes qui m’ont le plus touchés et qui me paraissent incontournables…

 

1).Dublin

imgp9624

Commençons donc par la capitale, pardi !

Ville cosmopolite et noctambule par excellence, Dublin est LA ville à voir absolument si vous passez en Irlande.

Pubs animés, ruelles marchandes et bondés, parcs de toute beauté, concert de rue à l’improviste et monuments emblématiques ; une chose est certaine : vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer à Dublin.

Personnellement, j’y suis restée une semaine (3 jours au début de mon séjour et 4 jours à la fin) et c’est suffisant pour arpenter la capitale de fond en comble. Il s’agit tout de même d’une petite capitale à taille humaine et c’est beaucoup plus agréable de s’y promener que dans les grandes mégalopoles urbaines.

 

Que voir à Dublin ?

 

Des tonnes de choses !

.

  • Plus concrètement, je vous recommande en premier lieu le quartier ô combien symbolique de Temple Bar!

Baladez-vous dans les ruelles, arrêtez-vous pour écouter quelques concerts de rue, et prenez une pinte dans les nombreux pubs du quartier dont le très renommé Temple Bar.

imgp5413

A titre personnel, j’ai eu le coup de cœur pour le pub traditionnel Oliver St John Gogarty. Il est génial et il y a des groupes de musiciens qui jouent de la musique traditionnelle Irlandaise ! Tout ce que j’adore ! Je me vois encore en train de danser et chanter sur les airs entraînant de « Whiskey in the jars »…

imgp5430imgp5623imgp5422imgp5449

  • Ne manquez pas non plus la rue de Grafton Street qui recèle d’artistes de rue en tout genre et de boutiques shopping.

 

  • Faites un tour à Trinity college (gratuit), la prestigieuse université irlandaise et admirez le Book of Kells (9€) encore appelé le Grand Évangéliaire de saint Colomba, situé dans le Long Room et écrit par des moines vers l’an 800 sur une île au large de l’Ecosse.

imgp9558imgp9566imgp9568

Flânez dans les jardins de la fac et admirez la sphère, représentation de la Terre, incluse dans une seconde sphère représentant le christianisme, réalisé par Arnaldo Pomodoro.

imgp9570

 

  • Amateurs de nature, faites-un tour à Phoenix Park, un immense écrin de verdure de 709 hectares au sein de la capitale !

Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’en faire le tour complet, manquant de temps, et je vous recommande donc de louer un vélo et d’y passer une journée entière agrémentée d’un délicieux pique-nique le midi.

imgp9591

 

  • Toujours sur la nature, je vous présente mon parc favori, point de départ pour la grande randonnée de 6 jours de la Wicklow Way : Marlay Park!

Ce parc est vraiment super ! Des arbres tordus, des ruisseaux, des maisons de fées, des sculptures & jeux en bois… Bref, j’ai adoré !!

imgp5334imgp5333imgp5341imgp5396imgp5350

 

  • Enfin, côté parc, ne manquez pas non-plus St Stephen’s Green, en plein cœur du centre-ville !

imgp5578imgp5514imgp5538imgp5542imgp5572imgp5546

 

  • Pas très loin de celui-ci, vous trouverez le centre commercial du parc St Stephen’s Green qui vaut le coup d’œil !

imgp5479imgp5485

 

  • Vous avez faim ? Faites-une pause et mangez des pâtisseries délicieuses au café excentrique et loufoque Foam (24 Strand Street Great) qui fut un gros coup de cœur (bien qu’assez onéreux pour mon budget serré) !

Une cinquantaine de lampions de toute les couleurs au plafond, des murs dépareillés, des tableaux superposés en tout genre, des motifs sans limites où se côtoie le zébré, les fleurs et le psychédélique…

Une chose est certaine : ce salon de thé n’a pas son pareil au monde !

 

  • Si vous aimez la culture et les musées, vous ne serez pas déçus !

Irish museum of modern art (gratuit), national museum of Ireland (gratuit), Little museum of Dublin (6€), Museum of natural History (gratuit), National Gallery (gratuit) etc…

Il y a pléthore de lieux culturels à Dublin et vous ressortirez de là certainement la tête bien pleine !

Il y a même un musée sur les Leprechauns !!! Quoique assez cher (14€)… Je vous donne quand même l’adresse (Twilfit House, Jervis St) car les leprechauns c’est génial ! J’en avais toujours un d’accroché à mon sac-à-dos d’ailleurs !

imgp7895

 

  • Amateurs de bière, il y a la Guinness Storehouse à visiter et à expérimenter.

Dans le même genre, il y a aussi l’Old Jameson Distillery (14€) sur le Whisky. Pour n’avoir visité aucun des deux, je n’ai pas d’avis personnel à vous livrer mais mes hôtes me l’ont chaudement recommandés (à condition d’aimer la bière et l’alcool !).

 

  • Enfin, si vous n’êtes toujours pas convaincu, vous pouvez toujours faire un tour à la Cathédrale St Patrick, au château de Dublin, à la prison de Kilmainham ou encore vous balader le long de la Liffey et traverser les nombreux ponts de la ville…

imgp9607imgp9619imgp9624imgp9548


.

2) Kilkenny

imgp6202

Située à 150 km de Dublin, la charmante petite ville de Kilkenny a tout pour plaire !

Ruelles typiques et pavées, maisons médiévales, devantures colorées, château ancestral et cathédrale épatante : le mieux à faire est encore de se perdre dans les méandres de la ville !

Patrimoine de renom, ville animée et pubs traditionnels, la ville recèle de secrets !

J’y ai passé deux jours et demi, ce qui en soit est assez suffisant pour faire le tour de la ville et visiter ses merveilles.

Si Kilkenny fut assez salvatrice et réconfortante d’un point de vue personnel (j’en parle plus longuement dans cet article), c’est aussi une petite ville touristique à l’âme ogivale mais sportive (vous y découvrirez notamment leur sport national gaélique : le hurling !).

D’ailleurs, l’hôte chez qui je séjournais en couchsurfing dans cette ville était un fan invétéré de ce sport et c’est ainsi que je découvris cette pratique célèbre un peu similaire au hockey sur gazon.

 

Que voir à Kilkenny ?

 

  • Pour commencer, le château de Kilkenny vaut vraiment le détour !

Fondé à la fin du XIIème siècle, le château est l’un des sites les plus visités d’Irlande. Au sein de ce bâtiment, vous trouverez notamment la Long Gallery, une pièce de tout beauté abritant les portraits de plusieurs générations des membres de la famille Butler.

imgp6270-2imgp6217imgp6226imgp6259

L’extérieur, quant à lui, n’a rien à envier à l’intérieur : jardins d’ornements fleuris, vaste parc de 21 hectares agrémenté de sentiers et de bassins en tout genre… On y passe aisément la journée sous un ciel bleu et un soleil éclatant.

Le prix d’entrée est de 6€ pour les adultes mais je n’ai rien payé lorsque j’y suis allée : c’était une journée spécialement gratuite pour les étudiants !

imgp6049imgp6040imgp6155imgp6069-2imgp6113imgp6140

 

  • Je vous recommande aussi très fortement la Black Abbaye !

L’extérieur est fleuri et engageant, mais lorsque l’on pénètre au sein de l’abbaye, on s’y sent tout de suite en paix. J’ai pu m’y recueillir seule une bonne trentaine de minute et admirer sans relâche le plus grand vitrail en rosace d’Irlande !

imgp6177

 

  • Mais la Cathédrale Ste Marie est toute aussi belle, bien que d’un genre différent (même si j’ai préféré l’abbaye noire).

D’architecture gothique, cette cathédrale est la deuxième d’Irlande de par sa taille. Néanmoins, contrairement à la Black Abbaye, l’entrée est payante et il vous faudra débourser 4€ pour y pénétrer.

imgp5929

 

  • Enfin, pour les amateurs de bière, vous pourrez tenter la Smithwick’s Experience.

Vous y découvrirez les secrets de brasserie de cette bière, l’histoire de l’entreprise et vous aurez même droit à une dégustation à la fin de la visite.

 

  • Et pour les fêtards, la ville recèle de pubs typiques et animés, vous aurez l’embarras du choix pour sortir le soir !

imgp6175


.

3) Cork

imgp6461

Pour terminer cette première partie de l’article, je vous invite chaudement à Cork, deuxième plus grande ville du pays après Dublin.

En sachant que les villes d’Irlande sont plus petites qu’en France, la notion de grandeur est bien sûr différente et il est facile d’en faire le tour à pied.

Considérée par bon nombre d’habitant comme la véritable capitale irlandaise, Cork est une ville où il fait bon vivre.

Je m’y suis tout de suite sentie bien, je me sentais plus proche de ses habitants qu’à Dublin par exemple, il y avait une meilleure proximité et bien moins de touristes au sein de la ville.

J’y suis restée 5 jours et il est très agréable de s’y promener.

Gastronomie délicieuse, maisons et pubs pittoresques, port maritime, place forte et festivals, vous trouverez chaussure à votre pied comme on dit !

imgp6311

 

Que voir à Cork ?

 

  • On commence tout de suite avec l’immanquable, le succulent, l’attrayant … English Market!

Halle à l’architecture Victorienne, voûtes au plafond, victuailles locales, marchands de poissons et viandes en tout genre : c’est l’endroit idéal pour y faire ses emplettes !

Déambulez avec gourmandise et laissez votre odorat vous guider parmi les méandres de ce marché alimentaire couvert !

imgp6322imgp6330imgp6333imgp6335imgp6353imgp6356

 

  • Ne ratez pas non plus l’UCC : University College Cork!

Si certaines bâtisses sont résolument modernes, le bâtiment principal vend du rêve avec ses airs d’université d’Oxford !

Vous aurez l’impression d’être à l’école de Poudlard dans Harry Potter !

J’aurais adoré y faire mes études !

imgp6530imgp6537imgp6543imgp6549imgp6552imgp6565imgp6572imgp6586imgp6577

 

  • Dans le coin, vous trouverez le musée public de Cork, qui en outre, est totalement gratuit ! Si vous aimez les musées, il y a aussi le Crawford Art Gallery, le Cork City Gaol et le Cork Butter museum.

 

  • La Cathédrale Saint-Finbarr, quant à elle, est absolument magnifique de l’extérieur (l’entrée étant payante, je ne suis pas rentrée à l’intérieur) et le cimetière adjacent est fantastique !

Mausolée en pierre, corbeaux en masse, croassements discontinues, dédale de sentiers entre les tombes… L’atmosphère est géniale !

imgp6386imgp6394imgp6437imgp6422imgp6428

 

  • Toujours dans le coin, vous trouverez aussi le Fort Elisabeth (gratuit) qui vaut le coup d’œil, au moins pour admirer la vue depuis les remparts sur la ville !

PS : j’ai trouvé l’endroit difficile à trouver, je suis passée 2, 3 fois devant le fort sans trouver l’entrée. Ne vous attendez pas à quelque chose de majestueux ni de gigantesque, ce qui fut mon erreur…

imgp6478imgp6479imgp6481imgp6491imgp6494imgp6506

 

  • Enfin, passez par l’église St Anne et ses cloches à sonner !

Manque de pot pour moi, l’endroit était immanquablement fermé lorsque j’y suis allée, malgré le respect des horaires d’ouvertures… Allez savoir pourquoi…

 

  • Et sinon, les environs de Cork sont époustouflants ! Réserve naturelle, parcs, lacs… Aucune excuse pour ne pas se balader dans la nature !

imgp7376

PS : Ne ratez SURTOUT pas le château de Blarney situé à 8km de Cork ! Ce fut mon endroit préféré de toute l’Irlande ! J’ai adoré cet endroit magique et féérique ! Pour plus d’informations (et d’inspirations), je vous renvoie à mon article sur Blarney (je vous préviens, l’endroit vend du rêve !).

 

 

La suite au prochain épisode (ici!

 

 

« Voyager ne sert pas beaucoup à comprendre mais à réactiver pendant un instant l’usage des yeux : la lecture du monde. »

Italo Calvino

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

A la découverte du parc national de Killarney !

 

Dans ma quête insatiable de nature, il m’était impensable de rentrer en France sans avoir pu visiter les nombreux parcs nationaux qu’offre l’Irlande.

Bon, au final, je n’en aurais visitée que 4 sur 6 (sorry Ballycroy & Glenveagh !) avec un gros coup de cœur pour le parc national des montagnes de Wicklow et pour le parc national du Connemara (« Des nuages noirs, qui viennent du nord »… ça m’échappe à chaque fois).

Mais il ne fait aucun doute que je retournerais un jour en Irlande et je pourrais alors visiter ces deux derniers parcs restant (oh les petits abandonnés…).

 

Bref, aujourd’hui je vous parle du parc national de Killarney !

 

Situé dans le comté de Kerry, près de la ville de Killarney, et traversé par l’emblématique Ring of Kerry, le parc national de Killarney est le premier parc national d’Irlande !

jgv

photo-album-24-67y

 

Et c’est par une charmante journée pluvieuse que je commençais ma visite…

 

Au départ de la ville de Killarney, le plan du parc entre mes mains (merci l’office de tourisme !), je m’engage avec enthousiasme à la sortie de la ville pour une journée placée sous le signe de la marche et de la verdure !

imgp7396

 

Je commence tout naturellement par une petite promenade le long d’une rivière ou j’observe avec attention la faune et la flore locale, notamment un héron s’élancer avec grâce dans l’eau afin de se nourrir copieusement.

imgp7414-2

 

Lorsque j’arrive au lac inférieur, la pluie s’est arrêtée et je m’aventure alors au hasard sur les chemins de terre alentours qui me sont offerts.

Je quitte bien vite les chemins de terre principaux (trop passants et étroits), les calèches touristiques et assidues ne manquant pas de m’écraser toute les 5 minutes.

Et puis, ras-le-bol d’attendre dans la gadoue sur le bas-côté à chacun de leurs passages !

 

Direction les bois et les chemins équestres et je ne tarde pas à voir mon changement de trajectoire remercié par la nature.

En effet, j’aperçois alors une adorable biche ! Je dégaine rapidement mon appareil photo afin d’immortaliser ce moment heureux puis je ne bouge plus d’un pied. Je contemple avec admiration la petite biche tandis qu’elle me fixe de ses yeux doux et intenses. Les secondes se prolongent et je m’hasarde à faire quelques pas supplémentaires dans sa direction.

Par malheur, malgré des mouvements lents et réfléchis, je lui fais peur et elle s’enfuie dans les bois.

imgp7428
La petite biche au centre du chemin …

Déterminée coûte que coûte à croiser de nouveau son regard, j’abandonne le sentier pour filer dans les bois à sa rencontre.  J’apercevrais alors à de nombreuses reprises son corps derrière les arbres et les feuillages pour mon plus grand plaisir, mais cet échange de regard ne se reproduira plus.

 

« En route, le mieux c’est de se perdre. Lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »

(Nicolas Bouvier)

 

En fin de matinée, après nombre de déambulations diverses dans les bois, j’arrive au château de Ross datant de la fin du XVème siècle.

imgp7425

imgp7464

J’y prends mon casse-croûte et me réchauffe avec un chocolat chaud, les mains engourdies et les cheveux dégoulinant d’eau.

La pluie ne cesse pas pour autant et il est l’heure de repartir. Pour cela, je prends la direction de la Ross Road puis de la Muckross Road. Rien d’intéressant à vrai dire, une route, 7km à pied et quelques voitures…

 

Plus loin, un chemin de terre piéton apparaît et je quitte enfin cette route morose.

J’avance enfin avec joie parmi les arbres et les fleurs, le sentier s’estompe par moment et je me précipite vers le lac pour admirer la vue. Je débouche sur une berge, un morceau d’arbre trône dans l’herbe mêlée de terre, et je m’y assoie le temps d’imprimer cet endroit à jamais dans mon esprit (cf : photo de présentation).

 

Plus tard, je reprends la route avant d’arriver à la Muckross Abbey. J’y retrouve alors avec une grande surprise deux jeunes filles allemandes que j’avais rencontrées à Cork et avec qui nous partagions le même hôte en couchsurfing. Nous avions aussi passé la soirée ensemble dans un pub lors de la coupe d’Europe de football France/Allemagne, soutenant chacune nos patries respectives. C’est donc avec joie que nous nous partageons nos histoires récentes de voyages et nos derniers itinéraires.

Sans doute trop enthousiaste, j’en oublie l’anglais et déblatère d’un trait tout ce qui m’est arrivée depuis notre dernière rencontre, en français, et ce sans m’en rendre compte. A la fin, gênées, elles me regardent et m’avouent qu’elles n’ont rien compris car je parlais français… Eclat de rire de ma part et je reprends la conversation en anglais.

Nous nous quittâmes plus tard et je repris la visite de l’abbaye, le sourire aux lèvres.

imgp7519

imgp7516

imgp7514

imgp7486

imgp7484

imgp7498

Une heure plus tard (ou peut-être même deux ?), j’arrive à la Muckross House (un manoir de 65 pièces) et ses jardins. Je ne visiterais pas la demeure, trouvant les prix trop chers (15€ pour la visite du manoir et de la ferme attenante). Mais qu’importe, la beauté des jardins suffit amplement !

imgp7549imgp7544imgp7547

Nous sommes alors en milieu d’après-midi et j’en profite pour déguster une glace italienne avec un chocolat chaud (eh oui, j’adore ça).

imgp7550

 

Après m’être remplis la panse, je repars à l’assaut des petits sentiers de randonnées et promenades diverses (mossy woods nature trail, Arthur young’s nature trail etc…).

imgp7554-2imgp7533imgp7527imgp7529imgp7556imgp7572Puis, j’arrive enfin à l’endroit tant espéré qui avait accroché mon regard sur la carte : Torc Waterfall (des chutes d’eau hautes de 18m) !

Alors que je remonte le sentier, mes yeux dévient sur les côtés ou des arbres à l’apparence vigoureuse sont déracinés. Cela me fait mal au cœur. J’en ai croisée une cinquantaine dans cet état là depuis ce matin…

imgp7804

J’arrive alors trop rapidement devant la cascade tant convoitée. Je suis un peu déçu en arrivant, je pensais trouver un endroit reposant dans la nature mais il y a une dizaine de touriste présent sur le site, s’acharnant avec leur foutue perche à selfie.

Je m’approche de la cascade pour la photographier mais des jeunes s’amusent à escalader les rochers du bas, pour la plus grande irritation des touristes alentours, attendant impatiemment de la photographier.

Je patiente et j’en profite pour admirer les chutes d’eau se jeter avec ardeur sur les rochers, et pour écouter le bruit apaisant des fracas sur les rocs de pierre.

IMGP7566 (2).JPG

Je reprends ensuite la marche et m’aventure sur le Forest roads on torc mountain puis sur le Torc Mountain scenic trail. Les chemins sont magnifiques et la mousse verte présente un peu partout achève de me convaincre que je suis bel et bien en Irlande.

imgp7588imgp7594imgp7591imgp7586imgp7799imgp7595A la tombée de la nuit, il est l’heure pour moi de rentrer (ma tendinite n’appartient pas encore au passé et la douleur me brûle comme au premier jour, je n’écoutais pas trop les conseils du médecin m’ayant recommandé de laisser ma cheville au repos).

N’ayant aucune envie de rentrer à pied en boitant, je m’en remets à l’auto-stop. La circulation étant inexistante, je regagne le parking du site de la cascade et entreprend de faire de l’auto-stop actif !

Grande première pour moi ! Je m’étais jusqu’à présent, toujours contentée de l’auto-stop passif (je lève le pouce et puis c’est tout !).

J’arbore alors un timide sourire et me met en quête d’une voiture pour rentrer. Malheureusement, nous sommes déjà en soirée et la majeure partie des touristes sont repartis depuis longtemps. Je trouve néanmoins un charmant couple qui acceptera de me prendre en auto-stop sans difficultés.  Les questions habituelles sur la sécurité pour une jeune fille seule en auto-stop reviennent sur le tapis mais je commence à en avoir l’habitude.

Lorsque j’arrive à destination, je les remercie chaleureusement et accueille à bras ouverts la ville de Killarney dans laquelle je plongerais, pour cette nuit, dans les bras de Morphée…

 

imgp7802

 

« Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur. »

Leonard de Vinci

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Kilkenny : la charmante

Il y a parfois des moments en voyage ou l’on a besoin de faire une halte afin de se recentrer sur soi-même, se reposer et faire un point sur ce que l’on vient de vivre.

Pour ma part, cela m’est arrivée dans la charmante petite ville de Kilkenny à l’aspect médiéval et aux jolies ruelles pavées.

Lorsque j’y pénètre pour la première fois, cela fait alors deux semaines que je suis arrivée en Irlande. Je suis fatiguée et je venais de prendre une décision assez importante pour le reste de mon voyage quelques jours plus tôt.

 

Mon trekking en autonomie des deux premières semaines s’était révélé plus difficile que je ne le pensais.

Tout d’abord, j’avais surestimé mes capacités de portage avec un sac-à-dos de 20 kilos…

Pourtant je peux vous assurer que rien de ce que j’ai pris n’était superflu ! Mais partir en autonomie nécessite de prendre avec soi tout le matériel de camping (tente, tapis de sol, sac de couchage…) les rations, l’eau pour plusieurs jours etc… bref, autant il m’est facile de partir léger en voyage conventionnel (avec un sac-à-dos de 40L pour plusieurs semaines/mois), autant préparer un sac pour voyager en autonomie dans la nature n’est pas du tout mon fort.

Du coup, faire de la rando du matin au soir avec un sac assez lourd sur ses épaules épuise forcément le corps et le moral. Le plaisir de crapahuter et de marcher se perd, et en prime je me suis blessée à l’épaule.

Nonobstant cela, pour ce voyage en Irlande, j’avais inaugurée mes nouvelles chaussures de randonnées Salomon en goretex et je pense les avoir quelques peu trop serrés dès le départ. Le résultat s’est vite fait sentir au bout de quelques jours : une tendinite douloureuse, une démarche boiteuse et une cheville gonflée.

N’emportant que très peu de vêtement avec moi, je ne pouvais pas changer de chaussures pour des baskets confortables, n’ayant que mes Salomon à disposition. J’ai donc dus me coltiner cette unique paire pendant 1 mois et demi.

 

A cause de tout cela, j’ai dus arrêter le trekking car la douleur devenait difficile à supporter et après avoir rejoint la ville de Dublin en auto-stop, j’ai filé directement chez le médecin dès le lendemain. Je n’avais aucune envie de boiter comme cela pendant encore plusieurs semaines.

Résultat : adieu les randos itinérantes sur plusieurs jours, épaule et cheville au repos… (Sans compter les frais supplémentaires pour la crème et les cachets)

 

 

J’ai donc dus revoir tout le programme de mon voyage…

Afin de ne plus devoir supporter la charge trop lourde de ce sac, je me suis rabattue sur le couchsurfing (ma façon habituelle et conventionnelle de voyager).

Ainsi, je laissais tout l’équipement de camping chez mon hôte et partais en rando (ou en visite) à la journée avec un petit sac-à-dos de 20L contenant le strict nécessaire (appareil photo, papiers, argent et eau).

Ce fut un réel soulagement de pouvoir à nouveau marcher dans la nature sans être écrasée par le poids de mon gros sac à dos !

 

Bref, j’ai dus modifier la nature de mon voyage et c’est ainsi que les nombreuses randos de 3 à 12 jours que j’avais prévue au fin fond de la verdure irlandaise (et inaccessibles en voiture) ont laissés place aux petites villes charmantes et aux parcs nationaux (je n’oublie tout de même pas que je suis venue ici en priorité pour la nature !).

 

« Le changement paraît toujours très difficile au début, bordélique au milieu et sublime à la fin. »

Robin Sharma

 

C’est ainsi que je suis arrivé à Kilkenny, le corps endolori et les plans de voyage tout chamboulés.

Manque de pot supplémentaire, j’avais décidé de prendre le bus pour sortir de Dublin et renoncer à l’auto-stop (juste pour une fois) pour plus de confort et de facilité (on en a parfois besoin en voyage).

Conséquence malencontreuse : je me suis fait voler mon smartphone en descendant du bus…

Pour les petits curieux, je parle plus en détail de cette petite mésaventure et de ses nombreuses et fâcheuses conséquences dans cet article.

 

Ce fut la goutte d’eau qui fait déborder le vase comme on dit. Je suis restée assise par terre sur la route et j’ai pleurée quelques minutes…

Par la suite, j’ai essayée de récupérer mon énergie et ma positivité et je me suis mise en quête d’un smartphone pour pouvoir prévenir mon prochain hôte de l’endroit où je me trouvais.

 

 

Kilkenny, la consolatrice

Plus tard, en milieu d’après-midi, mon hôte (du nom de Benny) est venu me chercher et nous sommes partis vers le centre-ville. Je lui relate alors ma petite mésaventure et il m’invite à boire un chocolat chaud (avec des guimauves mmh) et tiens à me payer un délicieux sandwich (je n’avais pas encore mangé depuis la veille au soir).

Au cours de la discussion, mon moral remonte en flèche (quand l’appétit va, tout va !) et nous discutons des différentes alternatives qui me sont offertes.

Nous filons ensemble dans une boutique de téléphonie mobile et je m’achète un nouveau smartphone pas trop cher et une carte sim locale valable 1 mois (pour 20€ : la carte sim avec l’abonnement j’entends, pas le smartphone ! Ne rêvez-pas trop !).

Mon budget est alors sacrément amoché. Nous partons ensuite pour le commissariat qui ne donnera pas suite de mon affaire.

Mais lorsque j’y retournerais le lendemain, j’aurais enfin reçu une déclaration de vol (indispensable pour faire fonctionner mon assurance en France) par un policier autrement plus gentil et compréhensif que celui de la veille.

 

Pour me changer les idées, Benny m’emmène ensuite au terrain de sport de la ville ou je rencontre ses amis.

C’est alors parti pour 2h de sport entre basket-ball, football et handball.  Ma cheville étant gonflée et douloureuse, je joue sur le terrain avec d’un côté une chaussure de rando, et de l’autre une chaussette !

Et sans mauvais jeux de mot, je peux vous assurer que c’était le pied ! Je pouvais enfin courir et marcher sans douleur (ou presque) !

Malheureusement, impossible de traverser tout le reste de l’Irlande en chaussette ! Bien que…

Mais ce fut un moment salvateur et de grand répit pour ma cheville.

Et c’est ainsi que je fis perdre mon équipe avec joie et bonne humeur ! Et que j’abîmais à jamais l’une de mes chaussettes : le « gazon » synthétique du terrain (à vrai dire, je ne sais pas comment on appelle cela car ce n’est pas vraiment du gazon) restant inlassablement collé à ma chaussette, et ce malgré d’innombrables passages en machine.

IMGP5923.JPG

 

Au soir, nous passons ensemble la soirée dans l’un des nombreux pubs typiques de la ville.

 

Lorsque je pénètre dans la douceur d’un lit chaud et confortable au retour de la soirée, les événements passés n’ont plus lieu d’être dans mon esprit, la déception du trek en autonomie prévue initialement pour une durée de 2 mois s’estompe et je m’endors alors apaisée.

 

Au lendemain matin, les petits instants de réconfort se multiplient. Nous partons déjeuner ensemble chez Vio’s, un petit café restaurent bien sympathique.

Le soir, nous allons manger des tacos et des frites de patates douces dans un restaurent au concept fort bien original : les cuisines et la réception se situent dans un bus ! Je vous recommande d’ailleurs fortement cette adresse, je m’y suis régalée ! (The Bula Bus : 39 John St, Highhays, Kilkenny, Irlande)

IMGP6203.JPG
The Bula Bus !

Au deuxième soir, nous repassons une soirée bien agréable au sein d’un pub typique Irlandais avec quelques-uns de ses amis et nous nous faisons nos adieux le troisième jour, après notre petit déjeuner devenu routinier chez Vio’s.

La rencontre avec Benny fut mémorable et c’est un garçon vraiment génial avec qui je me suis beaucoup amusée et avec qui j’ai eue de longues conversations enrichissantes.

Je ne recommanderais jamais assez de faire du couchsurfing !

Do it !

 

 

Kilkenny, la belle

Lieu réconfortant subjectivement, Kilkenny est aussi une très jolie petite ville à visiter absolument (et ça c’est objectif pour le coup !).

IMGP6169.JPG

 

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous perdre dans les petites ruelles pavées !

IMGP5993.JPG

 

Personnellement, j’ai eu un petit coup de cœur pour la Black Abbaye.

IMGP6177.JPG

 

Mais les autres églises de la ville sont toutes aussi jolie, notamment la Cathédrale Sainte-Marie.

IMGP5929.JPG

 

Amateur de bière, ne ratez-pas la Smithwick’s Experience. Vous y découvrirez les secrets de brasserie de cette bière, l’histoire de l’entreprise et vous aurez même droit à une dégustation à la fin de la visite.

N’étant pas férue de boisson alcoolisé et encore moins de bière, je n’ai pas d’avis personnel à vous livrer, ne l’ayant pas expérimenté, mais mon hôte me l’a chaudement recommandé !

 

Le soir, si vous êtes fêtard, vous pouvez faire la tournée des pubs typiques de la ville.

IMGP6175.JPG

 

 

Enfin, ne ratez surtout pas le château de Kilkenny datant du XIIème siècle et son immense parc parsemés de jardins d’ornement ici et là.

Cette forteresse fut bâtit par William de Clare dès 1192 avant d’être cédé à la famille Butlers.

Ouvert au public jusque 17h30 (16h30 en hiver), l’entré coûte 8€ pour les adultes et 4€ pour les étudiants.

Coup de chance pour moi lorsque j’y suis allée, l’entrée était gratuite pour les étudiants !

Au sein du château, la pièce la plus emblématique est sans aucun doute la galerie Butler. Mais à l’extérieur du château, tout est prétexte à la beauté et vous trouvez forcément votre bonheur au sein des 21 hectares de verdures qui composent le parc.

IMGP6049.JPG

IMGP6040.JPGIMGP6155.JPG

IMGP6069 (2).JPG

IMGP6113.JPG

IMGP6140.JPG

 

 

Kilkenny, la charmante

Entre instants de doux réconfort, d’adorables rencontres et visite d’endroits agréables, la petite ville de Kilkenny m’a mise un peu de baume au cœur et m’a permis de m’offrir une petite pause accueillante au milieu de chamboulement de voyage, de modestes problèmes de santé et de petites mésaventures.

Charmante Kilkenny, je te remercie !

 

« Sur ton chemin, tu rencontreras des êtres merveilleux, mais aussi des êtres orgueilleux, vaniteux, voir même odieux. Le plus dur sera de continuer à poursuivre ton chemin et à accepter ces leçons à chaque fois que tu ressentiras ce mal être et ces afflictions. Se recentrer, sans cesse se recentrer permet d’être toujours sur son chemin. L’amour que l’on se porte, l’amour que l’on a pour tout et en toutes choses est un magnifique bouclier qui protège chacun des pas que l’on est prêt à faire vers soi. Un chemin tortueux, boueux, rempli de cailloux, est et restera toujours un très bon chemin. Rencontre toi et continues à admirer chacun de tes pas, tu verras que ta route est belle. »

Chris Bauberger

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

L’abbaye de Kylemore : entre nature et quiétude !

C’est reparti pour quelques nouveaux articles sympathiques sur le pays des Leprechauns !

Eh oui, je n’avais pas fini d’écrire à ce sujet, l’Irlande est si inspirante et il y a tellement de belles choses à y voir !

Bref, aujourd’hui je vous parle de l’un de mes endroits favoris (Blarney Castle restant incontestablement le number one), un lieu situé au fin fond de la nature Irlandaise : l’Abbaye de Kylemore !

Pour cela, on repart dans le Connemara (youpiiiii) au pied du magnifique lac Pollacappul (entre nous, j’adore la consonance de ce nom…).

imgp9048

 

Petit brin d’histoire (vous pourrez vous couchez moins bête ce soir) :

 

L’abbaye remonte à 1867, date de la construction du château sous l’égide de Mitchell Henry et de son épouse Margaret Vaughan qui tombèrent sous le charme de la région.

Au cours de la 1ère guerre mondiale, des sœurs Bénédictines y ont élus domicile, fuyant leur monastère d’Ypres, en Flandre. L’abbaye est donc devenue un foyer monastique dès 1920.

Par la suite, cela devint un internat pour jeunes filles de renommé internationale jusque juin 2010.

Aujourd’hui, la communauté Bénédictine réside toujours au sein de ce château et vous pourrez vous procurer nombre de leur travaux manuels (poterie, chocolaterie, cosmétiques etc…) au cœur de leur boutique de produits artisanaux.

imgp8897

Voili, Voilou ! Pas trop de bavardage et de blablatage historique, ce n’est pas l’objet de cet article !

 

 

Vous vous en doutez, si je vous parle de cet endroit, c’est que forcément il m’a tapé dans l’œil !

Entre la verdure omniprésente, les montagnes de Duchruach en arrière-plan et la sérénité qui y règne, on ne peut qu’être subjugué devant tant de beauté.

L’abbaye en elle-même est assez belle, côté architecturale, c’est indéniable. Mais ce qui m’a le plus frappée, c’est bien entendu la nature alentour.

D’ailleurs, entre les promenades pédestres dans les bois, les sentiers autours des lacs Pollacappul et Maladrolaun et le somptueux jardin Victorien, vous ne serez pas déçu.

Peut-être que les Midges (ah ces sales bestioles voraces !) vous irriterons, mais au milieu des plantes et des fleurs cosmopolites du jardin victorien (qui a gagné le grand prix de l’Europa Nostra Award 2001 soit dit entre nous), vous penserez vite à autre chose (ou pas) et votre regard sera tourné vers ces 3 hectares de végétations affriolantes.

 

imgp8962

imgp9016

IMGP8953.JPG

imgp9033

imgp9014

imgp9025

imgp8986

imgp8970

imgp8976

imgp8968

imgp9039

imgp9012

« Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur. »

Céline Blondeau

 

Désolé, je me dois d’être honnête avec vous chers lecteurs mais moi-même je n’ai pu chasser ces satanés Midges de mon esprit. Si vous y allez en été et sachant que le jardin victorien fut construit sur une tourbière, il me semble probable que vous soyez vous aussi les pauvres victimes de ces créatures chiatiques !

Bref, c’était mon devoir de blogueuse de vous prévenir …

 

 

Une abbaye, un magnifique jardin victorien et ses serres, un bois, des lacs : oui mais pas que !

Au sein de ce domaine de 600 hectares, vous trouverez aussi une grotte, une église Néo-Gothique (ou des chorales du monde entier viennent régulièrement s’y produire), un mausolée ou reposent les premiers propriétaires (bouuuuh), une église bénédictine et un salon de thé.

imgp8934

imgp8942

imgp8914

 

Tout au fond du lac principal, vous pourrez vous essayer à la légende de Kylemore et vaincre la pierre « fer à repasser ». Pour plus de détails, lisez mon article sur le folklore irlandais.

 

Amateurs de randonnées, vous pourrez aussi vous rendre à la statue du Sacré-Cœur accompagné d’un guide entraîné. Vous découvrirez par la même occasion les petits chemins cachés de la montagne. Néanmoins, une réservation à l’avance est nécessaire.

Et mauvaise nouvelle : vous ne pouvez pas y allez de vous-même… C’est avec le guide ou rien du tout ! Et là vous vous dites : mince alors ! J’ai eu la même réaction…

Adieu charmante et désirable petite randonnée en montagne…

 

IMGP8949.JPG
Il ne me reste plus que la balade à dos de mouton pour me remonter le moral !

.. 

Petites informations pratiques pour les lecteurs intéressés :

 

Situé sur la N59 dans le Connemara, l’abbaye de Kylemore est ouverte toute l’année 7j/7.

Le prix d’entrée est de 13€ pour les adultes et de 9€ pour les étudiants (qui a dit que les études n’avaient pas du bon ?).

Etant à proximité du Parc national du Connemara, soit 10 minutes en voiture et 1h à pied, je vous conseille de faire les deux dans la même journée.

Par exemple, vous pouvez partir en randonnée sur Diamond Hills le matin, déjeuner dans le parc national et vous rendre dans le domaine de Kylemore l’après-midi.

L’auto-stop entre les deux endroits est assez facile et vous n’attendrez pas bien longtemps.

Boutique artisanale, toilette, restaurant, parking payant, navette gratuite entre l’abbaye et le jardin victorien… Le site est adapté à tous !

 

Accourez, venez, rappliquez, débarquez et tout ce que vous voulez ! L’endroit vaut le détour !

 

imgp8887

 

« Laisse le vert de la nature t’équilibrer. »

Diana Cooper

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Pourquoi Dingle fut ma ville préféré lors de mon périple en Irlande…

La journée se terminait délicieusement bien. Assise sur les rebords escarpés de rochers, le long de la péninsule de Dingle, je contemplais la mer.

Les vagues se fracassaient  avec ardeur sur le récif rocailleux, les remous de l’eau formaient une aquarelle de formes diverses et poétiques et la brume au loin apportait à l’atmosphère ambiante une touche mystérieuse et inconnue.

Quelque temps après, on y voit aussi Fungie, le dauphin vedette de la ville, virevoltait dans l’eau, poursuivis par une horde de touriste venus l’admirer.

On y voit des centaines de mouettes accourir, sans doute poussés par la curiosité de tant d’étranges personnes si différentes les unes des autres au sein même de l’océan.

 

Le temps passe et met un terme salvateur à l’agitation autour de moi. Je suis à nouveau seule face à la mer, face à l’Irlande et face à moi-même. Contemplation introspective et méditation, les minutes s’écoulent puis ce sont les heures…

 

« Le véritable voyage, ce n’est pas de parcourir le désert ou de franchir de grandes distances sous-marines, c’est de parvenir en un point exceptionnel où la saveur de l’instant baigne tous les contours de la vie intérieure. »

Antoine de St-Exupéry

 

Derrière moi, un phare surplombait les écueils. Je me croyais transporté dans l’un de ses romans énigmatiques et mystiques où il est question d’éternel marins, de navires clandestins, de criques secrètes et d’histoires ombrageuses.

 

Plus loin, les vestiges d’une tour en ruine. Un chemin dans la verdure longeant la côte. Un chemin menant tout droit à la ville de Dingle.

 

Dingle… Sans aucun doute, ce fut la ville que je préférai d’entre toutes au sein des terres Irlandaises.

 

Nonobstant sa péninsule d’une beauté à couper le souffle et ses chemins côtoyant les récifs, il y a aussi le port dans la brume, les fanions colorés suspendues à travers les ruelles bariolés, l’église et son parc intimiste et secret, les nombreux pubs traditionnels d’où s’élèvent des ballades irlandaises envoûtantes, les librairies offrant aux visiteurs contes et légendes irlandaise et racontant les prodiges du géant Fionn lors de temps ancestraux, les boutiques ésotériques et magiques d’où l’on peut voir par la vitrine quelques « Dingle fairy » et l’atmosphère toujours mystérieuse que je ressentais en ces lieux chargés d’un passé énigmatique.

Ville pittoresque, je me sentais telle une âme vagabonde ayant trouvé refuge en ces lieux.

La brume permanente au sein de la ville charge cette dernière de secrets et de mystères.

Population cosmopolite, on y voit des marins pêcheurs, des agriculteurs, des artisans, des voyageurs mais aussi des bikers (si si !).

J’imaginais aisément l’existence d’un repère de pirates en lieu et place de cette ville il y a quelques siècles.

En ces lieux authentiques, on y parle encore fréquemment le gaélique. Le patrimoine est préservé d’une main ferme et on s’y sent amplement plus dépaysé que dans le reste de l’Irlande.

Déambuler sans but précis à travers cette petite ville fut un réel plaisir. Je m’y sentais bien contrairement aux grandes villes ou j’étouffe facilement. Je faisais quelques pas hors de la ville et la nature m’entourait. Face à moi, la majesté de la mer. Et au sein de la ville, une population accueillante et pittoresque.

Mon âme errante y a trouvé refuge et c’est avec nostalgie que mes souvenirs m’y transportent… Avec nostalgie que j’écris ces bribes de mots…

 

« Il y a pour l’âme des aubes et des crépuscules sans nombre chaque jour. »

Pierre Reverdy

 

imgp8119

 

Information pratique :

 

Situé dans le comté de Kerry, la petite ville de Dingle, capitale de la péninsule, se situe à 80km de Killarney et il faudra compter 16€ pour l’aller simple avec les bus Eireann. Si vous venez de Tralee, il faudra compter 45 minutes de route et 13€ environ pour le ticket de bus.

Au niveau des commodités, vous avez des toilettes publiques gratuits près de l’office de tourisme. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’y brossais mes dents chaque jours et que je m’y coiffais, mon hôte n’ayant pas de lavabo chez lui (je vous rassure, il avait tout de même une douche !).

Il y a aussi de très nombreux pubs, restaurants et boutiques souvenirs.

Touristes en masse, jeunesse dynamique… Vous ne verrez rien de tel ici contrairement aux villes de Galway, Cork ou encore Dublin. C’est d’ailleurs l’un des éléments qui a contribué à mon amour pour cette ville.

Sa situation géographique étant assez éloigné et enfoncé au sein de la péninsule, cela contribue certainement à la fuite des touristes !

Bien entendu, il y en a quand même, on ne va pas se mentir entre nous ! Mais dans une proportion bien moindre par rapport à toutes les autres villes que j’ai arpentées, et ce pour mon plus grand bonheur.

 

 

Du côté de la boustifaille et de la bectance :

 

Ne manquez sous aucun prétexte les glaces artisanales de chez Murphy’s qui sont absolument délicieuse ! Pour vous donner une idée de prix, j’ai payé 5€20 une glace avec deux boules saveur Lavande et Chocolat. Cela peut paraitre cher mais ce fut un régal !

img_20160715_164650

Côté saveur, vous avez l’embarras du choix entre caramel, sel de mer, whisky, banane, cookies et … je ne me souviens plus du reste ! Il y a bien entendu toutes les saveurs traditionnelles (chocolat, vanille, fraise etc…) et aussi des expérimentations selon les moments (pudding, chili Pepper, saumon fumé, fromage bleu, réglisse, avocat etc…). A vos papilles !

 

 

Pour les amateurs de chocolats chaud, il y a le marchand de glace Kool Scoops (oui, je parle bien de chocolat chaud pourtant). Ce n’est pas trop cher (2€) et c’est un délice. C’est même devenu ma routine matinale durant le temps de mon séjour à Dingle. Et le propriétaire est vraiment très gentil ! Toujours souriant et affable, il dégage de la bonne humeur et des ondes positives !

img_20160715_150209

 

Enfin, ne manquez pas les fameux fish and chips proposés dans les multiples restaurent le long du port. Par contre, je n’ai pas trouvé moins cher que 12€ pour le plat simple en salle. Avec un budget alimentation de 8€ par jour, ce fut donc mon seul repas de la journée (comme chaque jour d’ailleurs) mais bon, il faut bien se faire plaisir de temps à autre ! J’ai même dévalisé leur récipient de sauce tartare ! On est gourmand ou on ne l’est pas !

img_20160717_140054

 

Du côté de l’amusement et de la frivolité :

 

Kayak en mer, baignade privative avec Fungie le dauphin, nombreuses excursions en bateau sur les îles environnantes (les Blaskets Islands entre autre où l’on peut faire de nombreuses randonnées sportives), pubs animés … Les activités ne manquent pas à Dingle !

imgp7882

imgp7807

Personnellement, j’ai opté comme tout le reste des touristes venant ici (mea culpa) pour la balade d’observation en mer de Fungie, la mascotte de la ville. J’ai payé 16€ et si jamais le dauphin ne se montre pas, nous sommes remboursés. Bien heureusement, ce ne fut pas le cas et j’ai pu apercevoir l’éclat de ses yeux malicieux et joueurs.

Petite vidéo sans prétention qui n’était pas destiné a être montré à l’origine… C’était seulement pour moi mais je vous la partage tout de même (ayez-pitié de moi… et de mon reflex qui gêne la vidéo… J’essayais de le photographier le petit voyou…).

Rassurez-vous, par la suite, je ferais des contenues vidéo de qualité (je ne parle pas de la qualité vidéo en tant que tel car je filmerais toujours avec ma gopro mais plutôt du contenu, du montage, du son et du visuel) mais ce n’est pas pour aujourd’hui (mais j’y crois !)   🙂

 

Et bien sûr, il y a toutes les promenades & randonnées aux alentours de la ville le long de la péninsule de Dingle !

Plages sauvages et paysages spectaculaire au rendez-vous ! ..

 

 

imgp7813
Adieu Dingle…