Blog

Publié dans Truc muche et Machin chose

Le Cahier Voyageur, un concept d’évasion !

Qui a dit que les choses matérielles ne pouvaient pas voyager elles-aussi ?

Après tout, il y a bien les livres voyageurs avec le bookcrossing, alors pourquoi pas les cahiers ?

 

Le concept de cahier voyageur, Quèsaco ?

 

Une correspondance originale… Un outil destiné aux personnes créatives et lumineuses ! … Mais encore ?

Il s’agit d’un cahier vierge que vous allez acheter, customiser et compléter en partie sur un thème précis, celui de votre choix.

Après en avoir crayonné, gribouillé, griffonné et tout ce que vous voulez, quelques pages, vous l’expédierez ailleurs ! Celui-ci va voyager de maison en chaumière, de cabane en appartement, de hutte en château, jusqu’à ce qu’il revienne vers vous, terminé et prêt à exploser !

Chaque personne y aura apporté sa plume, sa créativité, ses idées et sa touche personnelle !

 

« Comme tout ce qui compte dans la vie, un beau voyage est une œuvre d’art: une création. De la plus humble à la plus haute, la création porte témoignage d’un créateur. Les pays ne sont que ce qu’il est. Ils varient avec ceux qui les parcourent. »

André Suarès


 

Je veux créer mon premier cahier voyageur, comment faire ?

 

Plus concrètement, il existe pour cela une page spéciale dédiée à ce concept sur facebook : « LES CAHIERS VOYAGEURS ».

 

Il vous suffit de créer (après avoir été admis bien entendu), un fichier dans le groupe au nom du thème que vous aurez choisi pour votre cahier (cela peut être les moustaches, les lucioles, les hobbits, les frites, les ours en peluche et tout ce que vous voulez !).

Capture d_écran (63)

 

Vous y détaillerez votre thème, les raisons de votre choix et vos attentes (ex : des conseils, des photos, des histoires, des partages d’expériences, des dessins, des avis etc…).

Par exemple, voici ce que j’avais mis pour le mien :

Capture d_écran (59)

 

C’est aussi dans ce fichier que vous inscrirez les éventuelles consignes pour votre cahier (ex : pas plus de deux semaines chez la même personne, envoi en courrier suivi etc…).

Capture d_écran (60)

 

Une fois le fichier créé, les personnes intéressées et inspirées vont venir s’inscrire à votre cahier en laissant un commentaire sous votre publication.

Lorsque vous aurez un nombre suffisant d’inscrits (j’avais attendu au moins 5 inscriptions pour ma part avant de lancer le mien en vadrouille à travers la France), vous pourrez alors envoyer votre joyeux cahier rejoindre sa nouvelle famille adoptive temporaire !


 

Je n’ai aucune idée mais je veux participer à ce concept génial, que puis-je faire ?

 

N’ayez crainte, si vous êtes en panne d’inspiration, vous pouvez très bien naviguer sur le groupe à la recherche de cahiers voyageurs déjà existants, créés par d’autres individus terriens.

Si l’un des thèmes vous inspire (à savoir les Bisounours, je sais, je lis dans vos pensées !), vous n’aurez plus qu’à vous inscrire.

A savoir : premier arrivé, premier servi ! Si la liste est longue, il vous faudra patienter avant de le recevoir.


 

Les Avantages :

 

  • Partager une part de soi avec le reste du monde

 

  • S’émerveiller devant les créations des joyeux participants

 

  • Découvrir et s’enrichir des écrits, expériences et conseils d’autrui

 

  • Transmettre une part de lumière et de couleur à tout un chacun

 

  • Pratiquer sa créativité et mettre en œuvre ses idées novatrices

 


 

Les inconvénients :

 

  • Il peut arriver que le cahier soit perdu par la Poste

 

  • Il arrive aussi que le cahier soit retenu en otage (définitivement) chez une personne de mauvaise intention qui ne donne plus aucune nouvelle d’elle, et ne renverra jamais le précieux cahier voyageur

 

Quelques astuces :

 

  • Lorsque vous aurez créé votre fichier et que vous aurez suffisamment d’inscrits, je vous recommande de créer une conversation de groupe avec tous les participants pour faciliter la transmission des adresses de chacun et le suivi du cahier.

 

  • N’hésitez pas à remercier à la fin chaque participants à votre cahier voyageur en leur envoyant une enveloppe surprise (ex : cartes, marque-page, thé, bonbons etc…).

Capture d_écran (61)

 

  • N’hésitez pas à mettre régulièrement à jour votre fichier avec le nombre de participants et le suivi du cahier pour informer les éventuels curieux et intéressés

Capture d_écran (64)

 

  • Complétez vous-même une partie de votre cahier avant de l’envoyer pour la première fois. Cela pourrait donner des idées aux autres, et surtout, c’est plus agréable d’y participer soi-même en y apportant de sa couleur et de son âme !

 

  • Il peut être intéressant de créer une carte de bord dans votre cahier, signée et datée par tous les participants au fur et à mesure de son escapade.

IMGP8891

 

  • Ne vous inscrivez à un cahier voyageur que si vous êtes certain de pouvoir tenir vos engagements en termes de temps ou de finance. Il peut arriver des imprévus à tout le monde bien entendu, mais alors renvoyez le cahier à la prochaine personne. Ne le gardez pas indéfiniment chez vous sous prétexte que vous avez quelques soucis financiers vous empêchant de payer les frais de port. Inscrivez-vous en conscience !

 

  • Lorsque votre cahier voyageur vous sera parvenu achevé, ne soyez pas égoïstes et partagez-le avec le monde entier ! Ou tout du moins avec la communauté du groupe en y créant un album dédié à votre cahier voyageur.

 

Mon cahier voyageur sur le Bonheur et le développement personnel !

 

Après avoir pris la route le 9 juin 2017, curieux et enthousiaste, mon cher cahier m’est revenu gonflé à bloc  le 26 janvier 2018 et emplis de merveilleux souvenirs, après avoir vagabondé chez 10 joyeux énergumènes !

 

Il y avait même des surprises à mon intention à l’intérieur, notamment du thé, une broderie, une carte et un livre !

IMGP9075

 

Le cahier qui m’est revenu est devenu sublime et de toute beauté ! Composé d’écriture, de dessin, de peinture, de scrapbooking, de collage et de découpage : il est devenu l’empreinte créative d’une petite communauté de personnes inspirées par le bonheur et la joie de vivre !

IMGP1154IMGP1125IMGP1126IMGP1128IMGP1129IMGP1130IMGP1131IMGP8892IMGP8893IMGP8894IMGP8900IMGP8896IMGP8902IMGP8898IMGP8903IMGP8899IMGP8904IMGP8905IMGP8906IMGP8907IMGP8908IMGP8909IMGP8910IMGP8911IMGP8912IMGP8913IMGP8914IMGP8915IMGP8916IMGP8917IMGP8918IMGP8919IMGP8920IMGP8921IMGP8922IMGP8923IMGP8924IMGP8925IMGP8926IMGP8927IMGP8928IMGP8929IMGP8930IMGP8931IMGP8932IMGP8933

Qu’attendez-vous donc pour vous lancer vous aussi dans cette aventure créative et voyageuse ? 

 

« Le Bonheur le plus doux est celui que l’on partage »

(Jacques Delille)

Publié dans Truc muche et Machin chose

Le Postcrossing : recevez le monde dans votre boîte aux lettres !

Correspondance, Amitié, Voyage par procuration, Echanges, Cartes postales, Ecriture, Passion : voici autant de mots-clés permettant de définir cet article…

Cela fait déjà bien longtemps que je ne suis plus aussi constante que je le voudrais sur ce blog. La raison est toute simple : je me suis découverte une passion aussi fulgurante qu’enflammée pour le Postcrossing !

 

Le Postcrossing, quèsaco ?

 

Il s’agit d’un concept entièrement gratuit permettant d’envoyer et de recevoir des cartes postales de parfaits inconnus disséminés aux 4 coins de notre belle planète ! Le site comprend 214 pays à proprement parlé !

Tout le monde ne peut pas se permettre de voyager en continu, ce système permet donc de voyager à domicile et de recevoir sa petite dose journalière de bonheur.

Quel plaisir alors de découvrir sa boîte aux lettres pleine à craquer !

Les questions fulminent : De quel pays provient ce timbre ? Quel type de carte vais-je recevoir ? Quel mot attentionné vais-je avoir la chance de lire ? Quelle personne se cache derrière cette carte ? Quelle culture vais-je découvrir ? …


 

Le Postcrossing : mode d’emploi

 

  • La création du profil

 

Pour débuter cette grande aventure, il vous faut vous inscrire sur le site https://www.postcrossing.com/ .

Capture d_écran (17)_LI

Dans la création de votre profil, vous pouvez parler un peu de vous, de vos passe-temps, de votre famille, de vos rêves etc… Cela apporte une touche de sympathie pour la personne qui lira votre profil.

Personnellement, je déteste tomber sur un profil vide ! Cela me donne l’impression que la personne ne s’intéresse pas réellement aux échanges et n’est sur le site que pour enrichir sa collection de cartes postales…

Vous pouvez aussi parlez de vos goûts en matière de cartes postales. Si vous préférez recevoir des photographies, des illustrations, des cartes touristiques, des cartes artistiques, des cartes en noir et blanc, des cartes handmade (type scrapbooking, DIY) etc…Si vous collectionnez ou aimez des thèmes particuliers (les chats, les livres, le thé, Disney, les fleurs, les châteaux etc…).

Voici mon profil si vous voulez vous faire une première idée : https://www.postcrossing.com/user/Nomade197

 

Au début, je conçois que c’est un peu compliqué de parler de ses goûts en matière de cartes postale lorsque l’on débute. Moi-même, je ne savais pas encore ce que j’aimais réellement…

Aujourd’hui, pratiquement 1an après mes premiers pas, mon profil est devenu trop petit pour parler de tout ce que je collectionne en matière de cartes !

Je me suis découverte une culture en matière d’artiste. Notamment les artistes russes et français qui produisent de magnifiques illustrations !

Auparavant, des noms tel que Lena Gnedkova, Mila Marquis, Izou, Marie Brožová, Jehanne Weyman etc… m’auraient laissé plus que perplexe.

Mais à force d’envoyer et de recevoir des cartes postales, d’arpenter la galerie de cartes du site, de faire des échanges directs et de découvrir de nouveaux sites de vente en ligne de cartes, je suis devenu incollable sur les cartes artistiques !

 

 

  • L’envoi de sa première carte postale

 

Après la création de votre sympathique profil, il est temps d’envoyer vos premières cartes !

L’excitation monte, sur quel pays allez-vous tomber ? En effet, les adresses sont générées aléatoirement dans les deux sens ! Il ne s’agit pas d’une correspondance (au début).

Pour cela, vous devez cliquer sur « Send a postcard ». Le site va générer une adresse au hasard et vous la transmettre ! Vous pourrez accéder au profil de la personne et en apprendre plus sur ses goûts.

Il est préférable et plus sympathique d’envoyer une carte postale dans les goûts de la personne si c’est possible. La quête de la carte parfaite, celle qui fera plaisir à votre correspondant fait aussi partie de l’aventure Postcrossing ! Et c’est un vrai bonheur en ce qui me concerne de dénicher LA carte de ses rêves et de lui transmettre un peu de joie !

Le site va aussi vous donner un numéro ID. C’est un numéro unique correspondant à cet échange, vous devez l’inscrire sur la carte postale que vous allez envoyer. Une fois que la personne aura reçu votre carte, elle enregistrera votre carte par le biais de ce numéro. Vous pourrez alors vous-même recevoir vos premières cartes ! C’est donc très important de ne pas oublier de noter ce numéro ID.

 

Lorsque vous débutez sur le site, vous serez limité à l’envoi de 5 cartes postales maximum. Vous pourrez bien entendu en envoyer plus, une fois que vos 5 cartes auront été enregistrées par le destinataire sur le site. Selon la destination de la carte, cela prendra plus ou moins de temps (notamment certains coins de Russie où votre carte arrive seulement au bout de 3 mois voire 1 an ! Mais ce n’est pas toute la Russie qui est concernée heureusement !).

Personnellement, mes 5 premières destinations ont été l’Allemagne, la Pologne, les Pays-Bas, la République-Tchèque et les Etats-Unis. Elles ont été enregistrées assez rapidement, deux à trois semaines de manière générale.

Les envois fonctionnent par palier : une fois que vos 5 premières cartes seront arrivées à destination, vous pourrez en envoyer 6 à la fois et ainsi de suite.

Capture d_écran (19)

 

Si votre carte n’est pas enregistrée par le destinataire après 60 jours à partir de la date de tirage au sort de l’adresse, elle sera considérée comme expirée. Cela vous libère de la place et vous pourrez envoyer une nouvelle carte postale. Malgré tout, votre carte n’est pas encore perdue, le destinataire à 365 jours pour l’enregistrer ! Après cela, dites adieu à votre carte…

 

  • La réception de sa première carte

 

Oh joie, oh bonheur suprême ! Vous venez de recevoir votre première carte postale ! Pour l’enregistrer sur le site (et ainsi permettre à votre expéditeur de pouvoir tirer une nouvelle adresse), vous devez cliquer sur « Register a postcard » et inscrire le numéro ID de la carte, puis valider !

Vous pouvez aussi scanner la carte en question si l’expéditeur ne l’a pas fait et l’ajouter. Ainsi, lorsque vous naviguerez dans vos albums, il sera plus facile et agréable de s’y retrouver.

A titre personnelle, j’ai reçu ma toute première carte postale du japon. Il s’agissait d’un mignon petit chaton ! J’avais écris sur mon profil adorer les chats. Et l’expéditrice avait pris très soin de la carte avec du masking tape et des stickers !

16601762_238228949970968_6350026721945502128_o

 

Puis j’ai reçu de l’Allemagne, de la République Tchèque, de la Finlande et de la Slovaquie !

 

  • Affiner ses goûts

 

Si une carte postale que vous recevez vous plait particulièrement, vous pouvez l’ajouter dans vos favoris. Cela aidera votre expéditeur a mieux cerner vos souhaits en matière de carte postale et d’affiner vos propres goûts.

Pour cela, allez dans votre mur et cliquez sur l’ID de la carte en question, puis cliquer sur le cœur ! La voici dans vos favoris !

Cela fera aussi grandement plaisir à votre expéditeur qui aura la certitude d’avoir trouvé une carte qui vous plait sincèrement !

 

Vous pouvez aussi surfer sur la galerie de cartes postales du site. Vous verrez alors  toutes les cartes du monde entier enregistrées sur le site en temps réel ! Toutes les 2 secondes, une carte est enregistrée sur le site !

Il existe tout de même plus de 713 905 membres à l’heure où je vous écris. Et plus de 226 028 644 777 km ont étés parcourus par les cartes depuis l’ouverture du site. En moyenne, plus de 1000 cartes sont enregistrées toutes les heures dans le monde.

Bref, en surfant sur la galerie du site, vous découvrirez de nouvelles cartes postales en plus grand nombre, et vous pourrez les rajouter à vos favoris si elles vous plaisent.

Votre futur expéditeur aura ainsi plus de facilité à vous choisir une carte.

 

A l’inverse, si votre destinataire n’a rien écris sur son profil concernant ses goûts, il est d’usage de lui envoyer une carte touristique de votre ville/région.

IMGP2572


 

Quelques astuces :

 

  • Le site est en anglais, n’hésitez pas à faire un clic droit avec votre souris sur la page pour le traduire en français.

 

  • De même, écrivez votre profil en anglais, c’est la langue commune du site.

 

  • Enveloppe ou carte timbrée ? De manière générale, il est de coutume d’envoyer la carte sans enveloppe. La carte a plus de cachet par ce biais. D’autres personnes préfèrent les enveloppes pour éviter que leurs cartes n’arrivent abîmées, mais en général, elles le précisent sur leur profil.

 

  • De même évitez les « timbres autocollants » sortant droit des machines de la Poste, préférez de vrais timbres. Certaines personnes sont philatélistes sur ce site et prennent un plaisir particulier à collecter les timbres du monde entier. Et pour les autres, un vrai timbre est toujours plus agréable !

 

  • Si vous faites une pause ou que vous partez en vacances, vous pouvez mettre votre compte en mode inactif.

 

  • Si vous recevez une carte sans ID, vous pouvez tout de même l’enregistrer. Pour cela, cliquez sur « Register a postcard ». Puis sur « Search the postcard ». Inscrivez toutes les informations que vous avez sur la carte (le pays, la date à laquelle vous l’avez reçu etc…) puis cliquez sur « Request help ». Le site va faire ses recherches pour vous. Puis dans la journée, vous recevrez un mail avec l’ID de votre expéditeur qui aura été retrouvé. Vous pourrez alors enregistrer sans soucis la carte que vous venez de recevoir.

 

  • Si vous oubliez le numéro ID de la carte que vous devez envoyer, ou même l’adresse, pas de panique ! Il suffit de cliquer sur « Traveling postcards » et vous retrouvez toutes les informations sur vos cartes.

 

  • N’oubliez jamais d’affranchir correctement vos cartes sous peine d’être dénoncé sur le site ! Ce n’est pas sympa pour le destinataire qui soit ne reçoit jamais votre carte, soit paye une taxe…

 

  • La création d’un album Flickr est vraiment avantageuse lorsque l’on fait de nombreux échanges et que l’on collectionne de nombreuses cartes. C’est gratuit. Cela permet de trier ses cartes par pays/par thème/par artistes. On s’y retrouve mieux. Et pour ma part, cela m’évite de recevoir des doublons par mes correspondants. Ils savent ce que je possède et je ne recevrais pas deux fois la même carte (en théorie). Voici mon album Flickr avec mes collections pour les curieux : https://www.flickr.com/photos/151369403@N05/albums

 

  • Toujours grâce à Flickr, vous pouvez créer un album spécial swap dans lequel vous ajouterais toutes les cartes postales que vous voulez échanger. Cela facilite grandement les demandes de swap.

 

  • Une fois par mois, vous recevrez par mail votre classement sur le site et toutes vos statistiques.

 

  • Vous pouvez faire des échanges directs sur le site ! Pour cela, vous devez inscrire sur votre profil si vous êtes d’accord ou non pour des swaps directs. A partir de là, vous recevrez des propositions d’échanges par mail, ou vous pourrez vous-même faire des propositions à d’autres membres en leur envoyant un message. Peut-être cela sera-t-il pour vous le début d’une correspondance !

 

  • Si vous ne savez pas quoi écrire sur vos cartes, n’hésitez pas à parler de votre pays et de ses coutumes, ses spécialités, ses paysages… Vous pouvez parler de vous, de vos passions et de vos rêves. Parler de vos animaux ou de votre famille. Parler d’un livre que vous avez lu récemment et que vous aimez. Parler de votre dernière sortie. Parler de la carte que vous lui avez envoyée et de ses origines. Parler de vos espoirs. Ecrire un poème ou dessiner si vous avez l’âme artistique. Raconter des souvenirs. Partager des anecdotes. Parler de votre métier ou de vos études. Partager vos sources d’inspiration, des citations que vous aimez, une personne que vous prenez en modèle. Parler de vos voyages etc… Le choix est vaste et les possibilités infinies !

 

Les avantages du postcrossing :

 

  • Renouer des liens intimes avec l’écriture en ces temps si modernes

 

  • Découvrir un nouveau pays, une culture, des traditions inconnues par le biais des échanges internationaux

 

  • Recevoir sa dose journalière de surprise et de joie en ouvrant sa boîte aux lettres

 

  • Lier des amitiés et des correspondances à travers le monde

 

  • Voyager par le biais des cartes touristiques que l’on reçoit du monde entier

 

  • Lutter contre l’ennui et s’évader par l’écriture

 

  • Se découvrir une passion pour les cartes postales et débuter une nouvelle collection

 

  • Enrichir la curiosité des enfants et l’apprentissage ludique de la géographie dans une classe scolaire. En effet, il n’est pas rare de voir des profils de professeurs sur le site où ce sont les élèves qui écrivent les cartes postales (soit au compte du professeur, soit au compte de l’école si le directeur approuve).

 

  • Garder une part matérielle de sa vie (ce n’est pas avec les sms et les mails que vous pourrez vivre des moments de nostalgie, des années après, dans votre cher grenier)

 IMGP1889


 

Les inconvénients du Postcrossing :

 

  • Il arrive que certaines personnes ne prennent pas le temps de vous remercier pour votre carte, ou le font mais de manière froide et succincte. Cela fait toujours mal au cœur, surtout lorsque l’on s’est investi pour trouver la carte parfaite !

 

  • La poste perd parfois vos courriers (aussi bien ceux que vous envoyez que ceux que vous devez recevoir)

 

  • Certaines cartes n’arrivent jamais, elles expirent. Soit le courrier s’est perdue en route, soit la personne a arrêté le postcrossing entre temps et ne juge pas nécessaire d’enregistrer votre carte (ce qui est très irrespectueux soit dit entre nous, et qui m’est arrivé bien trop souvent).

 

  • A force de faire du postcrossing, vous devenez plus exigeants et affinez vos souhaits (alors qu’au commencement, n’importe quelle carte vous remplissait de bonheur). Le risque est donc de recevoir une carte qui ne vous plait pas…

 

  • Lorsque l’on commence sur le site, les délais sont assez longs pour recevoir ses premières cartes et vous serez limités à un nombre maximum d’envoi.

 

  • Certaines personnes ne respectent absolument pas l’esprit du postcrossing et ne sont présents que pour accumuler des cartes et voir leur collection s’enrichir. Par exemple, elles n’écrivent presque rien sur la carte excepté un « happy postcrossing » avec leur ID, bref aucun partage. Certains envoient même 1 000 fois la même carte. Ils n’essayent même pas de respecter les goûts de la personne…

 

Le Postcrossing sur Facebook

 

Un jour, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres une carte de meeting provenant des USA avec une multitude de signatures au dos. Je suis restée perplexe face à cette carte, me posant nombre de questions… J’ai commencé à faire des recherches, notamment sur facebook et j’ai découvert des groupes sur le Postcrossing : certains francophones, d’autres internationaux.

C’est grâce à Facebook que j’ai pu nouer des correspondances et des amitiés. Sur le site officiel, comme les échanges sont à sens unique, je n’avais encore jamais eu de vraies correspondances.

J’ai commencé à échanger des cartes avec des personnes à travers le monde sur les groupes fb internationaux « Postcrossing – Postcardsswapping » et « POSTCROSSING FACEBOOK ».

Ma toute première correspondante régulière fut une femme des Pays-Bas qui collectionne les cartes sur les hiboux. Régulièrement, je lui envoie des cartes avec des hiboux accompagnées parfois de surprises (peluche hiboux, suspension de noël d’un hibou en bois etc…).

 

Puis j’ai découvert les groupes francophones et je me suis fait mes premières amies.

  • Il y a le groupe de base « Postcrossing francophone ».

 

  • Il y a le groupe très sympathique d’Yves où règne une bonne ambiance amicale : « Echanges Et Cartes Postales Entre Amis ».

 

  • Il y a le groupe « Postcrossing FR : Jeux et Loteries » qui permet de participer à des jeux, à des tirages au sort et des loteries de toute sorte pour gagner des cartes postales.

 

  • Enfin, il y a mon groupe préféré : celui où j’ai tout découvert, où je me suis faite de vraies amies, ce groupe qui m’a permis d’avoir chaque jour ou presque ma boîte aux lettres pleine : « Swaps Postcrossing Francophone ».

 

Sur ce groupe, des « défis » sont organisés régulièrement.

 

  • Il y a les BAV (sigle de Boîte aux Lettres Vide).

Il faut tagger la personne avant nous et lui envoyer une carte dans ses goûts. Lorsqu’elle recevra son courrier spécial BAV, elle devra le mettre de côté pour un jour où sa boîte aux lettres sera vide. C’est une sorte de courrier réconfort. C’est ensuite au tour de la personne qui nous suit  de nous tagger et nous envoyer un courrier BAV. Il n’y a pas de limite, on peut tagger autant de fois qu’on le souhaite, se faire une belle réserve de BAV et rencontrer de nouvelles personnes par écrit !

 

  • Il y a les Tag à thème.

Cela fonctionne sur le même principe que les BAV, on tag la personne précédente, la personne suivante nous tag etc… Sauf qu’il y a un thème ! Cela peut être un tag thé (il faut envoyer une carte + un sachet de thé), un tag chocolat (il faut envoyer une carte + un ou plusieurs chocolats), un tag déco de noël (il faut envoyer une carte + une déco de noël), un tag solde d’hiver etc… Chaque mois, le thème change !

 

  • Il y a les swaps duo.

On se met en binôme avec une autre personne et on s’envoie mutuellement une carte avec l’objet du thème en cours (magnet, stylos etc…)

 

  • Il y a les swaps tournant.

Une fois inscrit sous la publication, chaque participant est regroupé dans un groupe de 5 personnes.

Chacun créé une grande enveloppe avec 4 petites enveloppes aux noms des autres participants.

 

Il y a un système de rotation : A envoie sa grande enveloppe vide à B qui remplit la petite enveloppe à son nom. B envoie le tout à C qui remplit l’enveloppe à son nom. C envoie le tout à D. D envoie à E. Et E renvoie à A sa grande enveloppe initiale.

Elle aura été complétée par les 4 autres membres du groupe selon le thème (il peut s’agir du Printemps : il faut alors mettre des graines de fleurs et une carte en rapport avec le thème ; cela peut être la lecture : il faut alors mettre un marque-page et une carte sur les livres etc…).

Il s’agit d’une grande enveloppe qui va tourner entre les mains de 5 personnes. Comme il y a 5 membres, il y a 5 grandes enveloppes qui vont tourner en même temps, mais toujours dans le même sens. A la fin, chacun récupère la grande enveloppe vierge qu’il avait créée au départ. Sauf que les 4 petites enveloppes au nom des 4 autres membres sont désormais remplis de surprises sur le thème !

J’avais participé une fois à un swap tournant mais sur le thème du Postcrossing. Voici ce que j’avais reçu :

IMGP4579

 

  • Il y a les swaps week-end sur un thème précis.

L’administratrice propose un thème le week-end (par exemple, les chats). Chacun peut s’inscrire et échanger des cartes sur le thème imposé avec les personnes de son choix.

 

  • Enfin, il y a mon préféré : le swap direct !

Il ne s’agit pas d’un défi organisé par une administratrice. Il s’agit simplement de vous. Vous avez des cartes en stock et souhaitez faire un échange ? Il suffit de poster les photos de vos cartes sur le groupe et de parler de ce que vous souhaitez en échange. Les membres intéressés vont alors laisser des commentaires et vous allez négocier des échanges, agrandir vos collections et faire de nouvelles rencontres !

 

Toutes les correspondances françaises que j’ai pu nouer n’ont été rendues possible que grâce à ce groupe ! Au-delà des défis et des échanges, j’ai sympathisé avec bon nombre de personnes et je n’attends plus de négocier des swaps avec elles pour leur envoyer des cartes. Cela se fait naturellement. Elles m’envoient des surprises et je leur en envoie. Le but premier étant de faire plaisir à l’autre et d’échanger. Une vraie correspondance en somme.

 

«  Il y a dans la vie des vagues de bonheur qui nous transportent vers le chaud, le bon et le doux de nous-mêmes et nous ouvrent à l’abandon des échanges en réciprocité. »

(Jacques Salomé)


 

Les meeting Postcrossing

 

Après plusieurs mois d’échanges et de correspondances, les amitiés se tissent, les liens se créent… Mais le plus grand bonheur est de rencontrer ses correspondants en vrai ! D’où le but des meeting postcrossing organisés régulièrement et un peu partout dans le monde.

En général, des cartes sont créées pour l’occasion avec le logo officiel par l’organisateur.

IMGP8112

Le matin, les membres se rencontrent pour la première fois. Des photos de groupes sont faites. Chacun fait connaissance. La matinée est dédiée au shopping de cartes postales en tout genre.

Le midi, tous les membres présents se réunissent dans un restaurent pour manger et discuter. A la fin du repas, tout le monde signe les cartes de chacun ! Cela peut prendre plusieurs heures selon le nombre de participants.

Puis direction la boîte aux lettres pour poster toute les cartes et faire des photos individuelles ! S’il reste du temps, les membres continuent de faire du tourisme, du shopping et de visiter la ville !

Mon premier meeting officiel fut celui d’Arras le 10 décembre 2017 ! La journée s’était finie sur le marché de Noël d’Arras et nous avions signés 463 cartes !

25189729_10210807875252314_1199755677_oIMGP8100IMGP8114IMGP8056IMGP8074IMGP8072IMGP8079IMGP8099IMGP8151IMGP8164

 

J’avais aussi participé à un mini meeting non officiel à Venise le 12 novembre avec ma correspondante Italienne Barbara. J’en garde un souvenir merveilleux !

23472149_10212464211753070_4784576632501806853_n

 

Bref, les meeting sont l’occasion magique de mettre un visage sur la personne avec qui l’on correspond.

Les yeux brillants, on se regarde pour la première fois. Tout est nouveau mais pourtant nous avons l’impression de nous connaître depuis toujours…

 

« L’échange et la confidence des âmes, tel est le but de la causerie intime. »

(Henri-Frédéric Amiel)


 

Mon matériel de Postcrossing 

 

Lorsque j’ai débuté l’aventure du Postcrossing, je n’avais que quelques cartes sous la main et mon stylo plume.

Au fil du temps, j’ai commencé à customiser mes cartes et mes enveloppes avec du masking tape, des tampons, des stickers, des stylos paillettes, des enveloppes colorées ou à motifs etc… Les cartes sont ainsi plus attrayantes ! Et cela montre votre investissement.

Personnellement, je trouve cela mignon à souhait mais chacun ses goûts…

IMGP2561IMGP2570IMGP2594

 

J’ai aussi toujours un stock de thé et de marque-page dans mes tiroirs pour faire plaisir à mes destinataires avec quelques surprises en plus.

 

Moi-même, je suis gâtée par mes expéditeurs qui m’envoient de temps en temps des petites surprises.

IMGP2598


 

Le rangement

 

On ne s’en rend pas forcément compte dès le départ, mais l’aventure du Postcrossing peut devenir très vite encombrante. Etre organisé est pour ma part très important si l’on veut s’y retrouver rapidement.

Par exemple, je range mes cartes standards dans des valises et malles diverses.

IMGP8858

 

Mes cartes artistiques, quant à elles, sont rangées dans des books de présentation au format 45 cm x 35 cm, idéal pour ranger tous les formats (rond, carré, arrondies etc…).

IMGP9131IMGP9117IMGP9120IMGP9122IMGP9118IMGP9126IMGP9123

 

Enfin, les cartes vierges que je garde en stock pour envoyer à mes correspondants sont rangées dans un grand tiroir et dans des boîtes. Elles sont classés par type et par thème (illustration VS photographie, puis animaux, architecture, alimentation, paysage etc…).

IMGP8854IMGP8860

 

En ce qui concerne les timbres, j’ai pris l’habitude de les découper et de les conserver dans une boîte métallique.

IMGP8846IMGP8848


 

Mes sites fétiches

 

Au commencement, je n’avais que quelques cartes touristiques de ma région entre mes mains. Difficile alors de faire vraiment plaisir à son destinataire si celui-ci a d’autres envies.

Vous pouvez trouver des cartes postales touristiques dans les papeteries et boutiques souvenirs de votre ville ou de celles alentours. Des cartes artistiques au Furet du Nord, à la Fnac, à Zodio, à Cultura et dans certaines papeteries.

Mais si vous souhaitez un large choix, il est préférable de commander sur internet. Il existe une multitude de site de vente de cartes postales, et à des prix battants toute concurrence !

Personnellement, j’ai craqué pour les sites russes. Ce sont les champions du Postcrossing (ils sont très nombreux sur le site), les prix des cartes sont vraiment abordables (30c) et ils ont des artistes absolument fantastiques ! Leurs illustrations sont de toute beauté !

Néanmoins, il faut prendre en compte les frais de port assez important. C’est pourquoi je fais toujours de grosses commandes d’une centaine de carte à la fois pour amortir le coût.

Retrouvez tous mes sites favoris sur ce lien : Sites pour acheter des cartes postales.

Toutes les commandes que j’ai pu faire ont toujours été soigneusement emballées et expédiées avec soin.

Et elles m’ont toujours réservées de belles surprises :

Une fois, une charmante vendeuse russe m’a même écris un petit mot en français sur du papier dentelle lors d’une commande : elle était fan de la France et était heureuse de m’envoyer ma commande !

Une autre fois, j’ai reçu une commande en provenance de Russie en à peine 3 jours !


 

Quelques photos du contenu de ma boîte aux lettres certains jours :

 

IMGP2476IMGP4352IMGP4435IMGP7605IMGP7608


 

Quelques exemples de courrier que j’ai pu recevoir

 

Le Postcrossing réserve toujours de belles surprises, et quand il s’agit d’une enveloppe géante avec pleins de cartes et surprises, je me sens toujours l’âme d’une enfant le jour de Noël !

IMGP8226IMGP4387IMGP2332DSC_0485

 

Un jour, j’ai même reçu d’une correspondante Tchèque plusieurs cartes de l’une de mes artistes favorites : Marie Brožová ! Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me suis rendu compte que l’une de ces cartes été dédicacée par Marie Brožová elle-même !

Ma correspondante m’a expliqué qu’elle s’était rendue dans cette galerie d’art à Prague pour m’acheter des cartes de cette artiste que j’aime tant, et qu’elle y a rencontrée l’artiste en personne en train de dessiner !

Elles ont commencées à discuter toutes les deux et ma correspondante lui a expliqué qu’elle était venue spécialement pour l’une de ses correspondantes françaises (moi) fan de son travail. Et de ce fait, Marie Brožová m’a signé et dédicacé l’une de ses cartes ! J’étais tellement heureuse !

IMGP7765DSC_0833

 

Il y a eu aussi le jour de mon anniversaire, le 6 décembre dernier. Ma boîte aux lettres était pleine de courriers amicaux et de cartes d’anniversaire envoyés par surprise par différents correspondants.

Sans oublier les nombreux cadeaux qui jalonnaient ces cartes de toute sorte : le livre « Instinct » de mon aventurière préféré Sarah Marquis, le livre « Wild », un calendrier de mon artiste favorite (Izou), du thé, des marque-pages, une boussole à suspendre dans le sapin etc…

IMGP8008
Contenu de ma boîte aux lettres le jour de mon anniversaire

 

Quelques exemples d’enveloppes originales :

 

Depuis que j’ai commencé le Postcrossing, j’ai pu recevoir de très jolies enveloppes ! Je me suis d’ailleurs mise à collectionner les plus belles !

 

Mes préférés sont celle que je reçois de Chine ! De grandes enveloppes illustrées sur le nouvel an chinois  !

24785097_884148208409715_2969065681831341158_o

 

Il m’arrive aussi parfois de recevoir des enveloppes handmade de correspondants à l’âme d’artiste !

24210125_884148258409710_433758694854358504_o

 

Il y a aussi ces enveloppes illustrées de toute beauté.

24785269_884148241743045_6124879697384414404_o

 

Il y a ces enveloppes qui comportent toujours plus de timbres que nécessaire (très attentionné et généreux de la part de l’expéditeur).

24784981_884148245076378_2181873425576517244_o

 

Enfin, il y a les enveloppes customisées avec des stickers, du masking tape etc… Je les trouve toujours tellement mignonnes !

24313014_884148295076373_1494103761527842263_o


 

Autour du Postcrossing

 

Les correspondances et les échanges ne se limitent pas seulement au Postcrossing. Si comme moi, vous aimez les surprises. Si vous n’aimez pas avoir votre boîte aux lettres vide. Si vous avez besoin d’une dose quotidienne de plaisir, alors vous adorerez les swaps (échange) de manière générale !

Je partage donc avec plaisir mes groupes facebook de swap favori dans l’espoir qu’ils vous apportent à vous aussi autant de bonheur qu’ils m’en ont apportés ! Aussi bien dans la confection, la création et le plaisir d’envoyer ; que dans la surprise, la réception et le bonheur de déballer son colis surprise !

 

  • Il y a le groupe facebook : * Échange enveloppe surprise *. Le but étant de s’échanger en binôme des enveloppes avec du contenu surprise. Cela peut être sur un thème précis, ou simplement dans les goûts de chacun.
IMGP2330
Enveloppe surprise reçue par Marjorie
IMGP1233
Enveloppe surprise reçue par Emmanuelle
IMGP4591
Enveloppe surprise reçue par Fabienne

 

  • Le groupe facebook « Swap Box Postcrossing ». On échange du matériel de Postcrossing et des choses en lien avec nos goûts dans un colis pour une valeur de 20 euros hors frais d’envoi.
IMGP7638
Swap box px reçu par Nathalie
IMGP7729
Swap box px « Calendrier de l’avent » reçue par Carolyn
IMGP7626
Swap box px « Calendrier de l’avent » que j’ai fais pour Loan

 

 

  • Le groupe facebook « SWAPS Addict ». Des échanges en tout genre sur des thèmes précis.
IMGP8729
Swap « Le petit prince » que j’ai fais pour Aurélie
IMGP8944
Swap « Le petit prince » que j’ai reçue

 

  • Le groupe facebook « Swappons dans un bocal ». Des échanges sur un thème qui change régulièrement, mais dans un bocal !
IMGP8268
Swap bocal « esprit de Noël » que j’ai fais pour Amandine
IMGP8879
Swap bocal « 100% fan de Développement personnel » que j’ai reçue par Stéphanie
IMGP8767
Swap bocal « 100% fan de Bouddha » que j’ai fais pour Lydie

 

  • Le groupe facebook « HAPPY MAIL / France ». Echange d’un courrier créatif sous forme de cahier ou autre, customisé façon scrapbooking, peinture, broderie et autre technique DIY, contenant de nombreuses surprises tel que des cartes, de la papeterie, des stickers et autre goodies qui donnent le sourire !
IMGP8709
Happy Mail + attrape-rêve que j’ai fais pour Marjorie

IMGP4685IMGP4687

 

 

« Une lettre est une âme, elle est un si fidèle écho de la voix qui parle que les esprits délicats la comptent parmi les plus riches trésors de l’amour… »

(Honoré de Balzac)

Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

Aménager sa chambre dans un style Explorateur !

Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours été passionnée par le 19ème siècle. Il me vient toujours à l’esprit les grandes explorations, les progrès scientifiques, les romans de Jules Verne, l’Aventure à l’état pure ou tout était encore possible.

A ces pensées, ma folle imagination s’émerveille de milles choses et de milles lieux : à la poursuite d’une découverte incroyable à bord d’une montgolfière, à la ruée vers de nouvelles expériences à bord d’un train à vapeur, à la conquête de nouveaux territoires à bord d’un sous-marin fantastique…

 

Ce siècle n’était pas biaisé par les nouvelles technologies aliénantes, par cette mondialisation consumériste et cette société essayant de nous formater, aux prix de notre Liberté.

 

Je pourrais laisser mon esprit vagabonder ainsi par écrit pendant encore plusieurs centaines de lignes, glorifiant ce siècle d’aventure, mais là n’est pas le propos.

Cela fait plus de 9 mois que j’ai rendu mon appartement où j’ai vécu presque 3 années de vie étudiante et trépidante, faisant mes premiers pas dans le monde du voyage une fois la majorité atteinte.

Et en attendant les longs voyages de plusieurs années sans retour et sans attache, il me fallait retourner chez mes parents, pour un temps, du moins entre deux voyages. Je n’avais pas prévu de tout plaquer du jour au lendemain, il me fallait donc organiser tout cela. Souscrire à une nouvelle mutuelle et sécurité sociale, gérer les démarches administratives quant à l’université, l’appartement, le Crous et toutes mes bourses… C’est ainsi que j’ai retrouvé temporairement ma chambre d’adolescente, que j’étais alors auparavant, le temps de mettre un peu d’ordre dans mes affaires tout en voyageant plusieurs mois par ci par là.

Des petits city trip en Alsace pendant la période de noël, un tour d’Europe de l’Est en auto-stop de deux mois, un voyage en Guadeloupe d’un mois, quelques city trip et un trekking dans le Sud-Est de la France etc…

Plus les petits boulots de cet été comme ce séjour Trappeur d’un mois en tant qu’animatrice référente dans les Pyrénées pour me payer mon billet d’avion pour la Nouvelle-Zélande, et d’autres encore…

 

Entre voyages de plusieurs mois, jobs d’étés et tâches administratives, il m’a fallu retrouver le cocon familial quelques semaines par ci, par là dans l’année.

Après avoir vécu presque 3 ans seule dans un appartement de 41 m2, retrouver ma petite chambre de 7 m2 fut une question d’adaptation.

Les meubles entassés les uns contre les autres ne me permettaient pas de circuler librement ni de m’adonner à mes autres passions. Tout s’entassait à terre, je ressentais un besoin urgent d’espace et surtout de rangement.

Je me suis donc décidée à acheter un lit en mezzanine, certes moins confortable, mais qui me permettrait d’ajouter quelques meubles de rangement en supplément dans cette minuscule chambre.

Et alors que je naviguais sur internet à la recherche de la perle rare, j’ai eu une montée d’excitation à l’idée de refaire complètement ma chambre. Quitte à changer de lit, autant tout refaire et vivre dans un lieu qui me correspond et dans lequel je me sens bien ! D’autant plus que lorsque je suis chez moi, je reste enfermée dans ma chambre à longueur de journée, en bonne solitaire que je suis, à dévorer des livres ou à m’adonner à diverses activités créatives. En outre, on ne peut pas dire que la relation avec mon père soit au beau fixe, elle ne l’a jamais été d’ailleurs.

 

Cette décision, d’un point de vue objectif, me parait déraisonnée et irréfléchie. Je ne suis chez mes parents que temporairement, pourquoi perdre mon temps et mon argent dans cette soudaine entreprise ?

Je ferais mieux de garder cet argent pour d’autres voyages, riches en expériences et en souvenirs. J’en suis parfaitement consciente malheureusement. Je m’en suis souvent faite la réflexion, je me suis autocritiquée… et j’ai flagellé mes principes moraux…

Le plaisir que je retire à aménager et décorer un lieu de vie est intense !  Je peux naviguer des heures sur internet à la recherche d’objet décoratif vintage, vagabonder et errer dans les magasins de meubles, l’esprit tourné vers la matérialisation de cette nouvelle pièce.

J’aime les projets, quels qu’ils soient. Et aménager cette minuscule chambre de 7 mètres carré, en était un qui me motivait impatiemment !

C’est donc avec détermination et joie de vivre que j’ai entrepris ce petit chantier !

 

  • La phase préparatoire

 

Pour commencer, il me fallait redonner une touche de caractère et d’élégance à cette chambre, sans pour autant dépenser des sommes astronomiques.

Le lino effet métallique et la tapisserie avec le nom de toutes les capitales du monde ont bien vite trouvé le chemin de la poubelle.

La décoration NY à l’excès et les petits accessoires industriels ont commencés à s’entasser dans des cartons.

Quant aux meubles en bois que j’avais depuis l’âge de 4 ans (armoire, lit, table de chevet et commode), ils avaient certes du cachet, mais étaient plus adaptés à une chambre de princesse…

Vous imaginez bien l’état de ma chambre antérieure entre mélange de style industriel et princesse… Et où il fallait enjamber le lit pour atteindre le volet, se faufiler entre les meubles pour circuler tout en prenant soin de ne pas devenir obèse, faute de ne plus pouvoir accéder à la chambre.

 

La priorité est donnée à l’espace et au rangement qui me manque cruellement.

Les recherches commencent avec une idée en tête : s’immerger dans un roman de Jules Vernes, ou encore jusqu’à la première moitié du 20ème siècle dans un des films d’Indiana Jones.

Afin d’obtenir un espace d’aventure, d’exploration, de liberté et de souvenir !

 

Je commence par enregistrer des photos d’intérieurs inspirantes sur internet.

 

D’autres, un peu plus enfantines et ludiques qui me font sourires.

 

Je découvre ensuite des objets décoratifs aventureux sur Etsy.

 

Je déniche des meubles me correspondant à merveille à Maison du Monde, je rajoute à ma liste d’envies quelques cartes du monde antique décelées à droite, à gauche, au détour de mes pérégrinations informatiques…

Un fichier informatique dodu sur mon ordinateur commence à prendre forme. Les feuilles de dépenses approximatives sur Word se renouvellent.

Je mesure fréquemment l’espace de ma chambre chaque jours, armée de mon fidèle mètre afin de savoir si ce futur meuble passe éventuellement.

Je repère plancher, isolant, tapisserie et outils secondaires sur Leroy Merlin.

Enfin, après m’être fait une idée précise du rendu final, après estimation du budget et des travaux demandés, je m’œuvre à la tâche !

 

  • Les gros travaux

 

La chambre est désormais vide, les murs sont nus et à mes pieds, la moquette de 90 quand mon grand frère avait encore cette chambre…

Il faut donc reboucher les trous, mettre plusieurs couches de peinture blanche au mur et au plafond, installer l’isolant au sol, élever les prises électriques vers le plafond à hauteur du lit en mezzanine etc…

Après cela, installation du plancher en bois, qui me paraissait incontournable. J’aime sentir le bois grincer sous mes pas, cela apporte une touche de vie et d’authenticité.

Puis, place au tapissage et aux plinthes ! Tous les murs seront beige à l’exception d’un mur turquoise clair afin d’apporter une touche de luminosité et d’énergie à la pièce, tout en restant sobre et pas trop moderne.

 

Papier peint Intissé INFINITY coloris beige clair: 9,95 (x5)

Papier peint Intissé INFINITY coloris bleu turquoise : 9,95 (x2)

Sol Cottage, Ep.12 mm ARTENS : 19,95 https://www.leroymerlin.fr/v3/p/produits/sol-stratifie-cottage-ep-12-mm-artens-plus-12-e1500263121

 

  • L’Aménagement

 

La partie la plus plaisante, et de loin ! Là où l’abstrait devient concret, où l’invisible devient palpable…

 

Je commence par rayer ma liste de meuble en les commandant un par un.

 

Certains meubles demandent un peu de travaux, notamment le lit qu’il faut poncer entièrement et enduire de multiples couches de vernis couleur acajou.

 

Puis c’est au tour de ma liste secondaire décorative.

 

 

Faute de place, il y a certains meubles que je ne commanderais pas.

Notamment cette belle bibliothèque ancienne à laquelle on peut accéder au sommet avec une échelle et qui mettait la rat de bibliothèque que je suis en toute ébullition !

 

Faute d’argent, il y certains objets que je récupère et customise.

  • Avec un pot de confiture en verre, une carte routière et du masking tapes, je me fabrique un pot pour y ranger les drapeaux souvenirs des pays que je visite.

IMGP3195

 

  • Avec du papier kraft et une carte routière, je customise une vieille poubelle en métal pour la rendre plus voyageuse.

(Le rendu est temporaire, je compte poursuivre la tâche plus tard, non satisfaite de ce que cela donne actuellement.)

IMGP3122

 

  • Avec de vieilles boîtes à chaussures, une carte routière, du papier kraft, du ruban et des citations, je me fabrique des boites de rangements.

 

  • Je fais de même pour mes journaux de bords. La carte routière : l’accessoire indispensable pour customiser et redonner une seconde vie, voyageuse à de vieux objets !

IMGP3226

 

 

  • Comment donner un air d’aventure à un intérieur ?

 

Pour cela, il faut :

  • Un plancher
  • Des meubles en bois massif
  • Des couleurs chaudes et sobres
  • Des souvenirs de voyages
  • Des malles anciennes, des coffres, des valises …
  • Des cartes du monde antique
  • Un globe terrestre
  • Des accessoires anciens : Vieille boussole, Astrolabe, Sablier etc…
  • Une bibliothèque
  • Des références au voyage et à l’exploration

 

IMGP3056IMGP3113

IMGP3080
Quelques souvenirs de voyages (Egypte, Pologne, Irlande, Guadeloupe, Autriche, Allemagne, République-Tchèque, Espagne, Pays-Bas, France, Etats-Unis, Angleterre etc…)

IMGP3061

 

 

Pour ma part, j’ai aussi rajouté quelques armes blanches de ma collection personnelle (katana, machette indigène etc…) ; quelques objets cosy et cocooning pour mon bien-être personnel (bougie, encens, diffuseur d’huile essentielle etc…) ; mes papyrus d’Egypte sous cadre ; ainsi que les cartes postales des différents pays visités, collés en pèle mêle sur ma porte.

IMGP3070IMGP3079IMGP3168IMGP3096

 

J’ai aussi collé quelques gravures de Jules Verne sur mon mur (issu de mon coffret « vingt mille lieues sous les mers ») ; accroché des drapeaux de prières tibétains sur le lit (en bonne passionnée des spiritualités orientales que je suis) ; fixé des cartes postales vintages et aventureuses du monde entier collectées sur plusieurs mois de Postcrossing ; sans oublier de disséminer par ci par là quelques pierres et minéraux, la litho thérapie étant l’un de mes nombreux centres d’intérêts.

IMGP3064IMGP3106IMGP3181IMGP3067IMGP3134IMGP3086IMGP3089IMGP3144

 

Enfin, je me suis octroyée un coffre à trésor, avec à l’intérieur, du matériel de voyage : duvet, tapis de sol, paille filtrante, cartes IGN, guides de voyages en pagaille, accessoires de ma gopro, chargeurs divers et variés, adaptateurs, batterie solaire, cadenas, pèse-bagage, porte-monnaie pour chaque devise (dollar, livre sterling, livre égyptienne, zloty, couronne tchèque etc…), gogirl (achat qui s’avérera inutile), attelles, écussons de voyage (je n’ai toujours pas pris le temps de les coudre sur mes différents sacs) etc…

IMGP3239

 

  • En conclusion

 

Ma chambre n’est pas tout à fait terminée, certaines finitions sont encore à faire, notamment au niveau des prises électriques.

Je n’ai pas non plus de placard, mes vêtements sont entassés depuis 9 mois dans des cartons dans le salon. Ce n’est pas dérangeant. Les plans ont été faits et le bois a été acheté et coupé sur mesure, il faut donc encore installer cette penderie/bibliothèque sur mesure.

 

Quant au budget, cette chambre a été financée en partie par ma caution d’appartement récupéré (500 euros), les économies faites à chacun de mes jobs d’été (2 000 euros) pour les factures de 2017 (gaz, eau et électricité) que je n’ai plus eu à payer cette année (ayant rendu mon appartement) et par le restant de mes bourses…

Les gros travaux (matériel, isolant, parquet, peinture et colle) ont eux, été financés par mon grand frère, passionné par le bricolage.

 

Globalement, je suis très satisfaite de ma chambre.

Si elle avait été plus grande et si j’avais eu plus d’argent, j’aurais pu en faire quelque chose d’extraordinaire, un mélange de bibliothèque ancienne mêlé à un musée d’histoire.

J’aurais aussi pu y construire un tipi, une cabane en bois, installer un hamac, une balançoire en liane (mon esprit enfantin s’égare…).

Mais je n’oublie pas que je ne suis là que fugacement. Je repars en voyage dans trois semaines pour l’Italie.

Et le 5 février, je m’envole pour un an et demi en Nouvelle-Zélande.

Mais je peux désormais m’adonner à mes diverses passions (à l’exception du sport), je peux circuler dans ma chambre et y ranger toutes mes affaires.

C’est un lieu où je me sens bien, en paix, en sécurité, dans le confort, où je peux me retrouver et me reposer… temporairement avant de repartir pour de nouvelles aventures !

IMGP3242

 

« L’aventure, toujours, permet d’ensemencer les bas-côtés de ces routes stériles et d’éclaircir les ciels sans espoir. Il suffit de croire et de vouloir. »

(Patrice Franceschi)

Publié dans Antilles, Guadeloupe, Voyage et Escapade

Les 10 commandements du voyageur en Guadeloupe !

 

Voyageur débutant ou chevronné,

Ces commandements tu devras respecter;

Sur l’île Papillon, j’ai commise quelques erreurs,

C’est ainsi que ces conseils, je te les livres de bon cœur !

 

1. Des chaussures de randonnées tu prendras, car de la marche à profusion tu feras !

IMGP8168IMGP8759IMGP8320IMGP8335IMGP8150IMGP0816IMGP8504

IMGP8510
Comme vous pouvez le constater, je n’ai guère prise de chaussures de randonnée avec moi. Chose que j’ai amèrement regretté ! Que cela soit pour traverser les rivières ou patauger dans la boue… Les chemins étant régulièrement inondés…

 

2. Ton masque et tuba tu n’oublieras, car tortues et requins sous l’eau tu verras !

DCIM100GOPROGOPR0881.DCIM100GOPROGOPR0696.DCIM100GOPROGOPR0831.DCIM100GOPROGOPR0489.DCIM100GOPROGOPR0884.DCIM100GOPROGOPR0865.DCIM100GOPROGOPR0783.

 

3. Ta crème solaire tu mettras, car du soleil très chaud il y a !

IMGP0604IMGP9741IMGP9803IMGP9815IMGP0580

 

4. Ton appareil photo avec toi tu auras, car des paysages paradisiaques tu contempleras !

IMGP0216IMGP8543IMGP8983IMGP9087IMGP0476IMGP8302IMGP9115IMGP0256IMGP9547

 

5. Une noix de coco tu boiras, et à ses délices tu succomberas !

IMGP0199IMGP0197

 

6. Ton maillot de bain toujours sur toi, ou les cascades et sources chaudes, jamais tu ne profiteras !

IMGP8569IMGP8541IMGP927920170425_184009IMGP932120170501_183823

 

7. Punch coco et cocktail planteur tu essayeras, et de satisfaction tu capituleras !

IMGP9201IMGP9205IMGP9208

 

8. La Soufrière tu monteras, et un panorama sublime tu gagneras !

IMGP8353IMGP8346IMGP8404IMGP8421IMGP8423IMGP8453IMGP8386IMGP8375IMGP8462IMGP8457

 

9. Le bateau pour les îles avoisinantes tu réserveras, car les Saintes, La Désirade et Marie-Galante, tu arpenteras !

IMGP0557IMGP9639IMGP9636IMGP9684IMGP0542IMGP9670IMGP0564

 

10. Devant les iguanes tu te prosterneras, maîtres de l’île depuis toujours, tu leurs obéiras !

IMGP0574IMGP0423IMGP0432IMGP0350IMGP0410

IMGP0418
Enjoy Gwada ! 

 

Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

Le couchsurfing : une autre façon de dormir chez l’habitant !

Il est temps pour moi de vous parler de mon petit secret qui me permet de voyager autant et sur le long terme. Car oui, je n’ai pas un rond mais je voyage tout le temps !

Comment cela se fait-il ? La principale raison (il y en a pleins d’autres, mais je les partagerais avec vous dans un futur article spécialement dédié à cet effet), c’est que je ne paye jamais les frais d’hébergement, que cela soit sur quelques semaines ou plusieurs mois.

Vous imaginez bien que je fais de sacrées économies !

Comment c’est possible ? Grâce au couchsurfing, pardi !

Ce petit bijou informatique qui m’a ouvert les bras lors de mon premier voyage solo en sac à dos il y a deux ans !

 

Le couchsurfing, vous connaissez ?

 

Créé en 2004, ce concept génialissime propose un service d’hébergement totalement gratuit (aucun lézard, promis !) !

Pour faire simple, le site met en relation des hôtes (ceux qui hébergent) et des voyageurs (appelés couchsurfers) afin que ces derniers puissent voyager partout dans le monde sans se soucier de dormir à la rue ou à la belle étoile.

Basé sur la gratuité, le site est avant tout un outil d’échange et de partage de culture ! Ne venez-pas ici pour avoir seulement l’hôtel gratuit, c’est irrespectueux et inconvenant pour les personnes qui vous hébergent.

Le but principal est de discuter, tisser des liens sociaux avec l’hôte.

Tout ce que vous avez à faire, c’est donner un peu de votre temps pour une expérience humaine et enrichissante à tous points de vue !

 

Que vous soyez un voyageur fauché ou un éternel amoureux de rencontres, vous trouverez forcément votre bonheur !

 

« Qu’est-ce qu’en général qu’un voyageur ? C’est un homme qui s’en va chercher un bout de conversation au bout du monde. »

Barbay d’Aurevilly

 


.

1. Le principe

 

Une fois que vous êtes inscrit sur le site de Couchsurfing et que vous avez complété votre profil en bonne et due forme, une large palette d’expérience s’offre à vous :

.

> Vous pouvez séjourner gratuitement chez l’habitant et faire des rencontres inoubliables !

 

Pour commencer, il vous faut taper dans la barre de recherche le nom de la ville où vous souhaitez voyager.

Puis deux solutions :

  • Soit vous naviguez à travers les profils des différents hôtes de la ville et vous leur envoyer une requête personnelle pour séjourner chez eux (le moyen le plus sûr pour vous faire héberger, bien que plus long à faire).

 

  • Soit vous écrivez un message public à destination de la ville où vous souhaitez allez. Tous les hôtes auront accès à ce message et pourront vous offrir l’hospitalité selon leur bon vouloir et leurs disponibilités. Cela a l’avantage d’être beaucoup plus rapide, néanmoins, votre message sera impersonnel car s’adressant à tous. Et bon nombre d’hôte n’apprécient que les requêtes personnelles. A vous de choisir mais je vous recommande fortement la première solution !

 

Quelques points à préciser :

  • Ne soyez pas trop exigeants au niveau du confort. Rappelez-vous que l’hôte a accepté de vous héberger chez lui donc soyez-en reconnaissant.
  • Respectez votre hôte : ne ramenez pas de viande s’il est végétarien, ne sortez pas faire la fête toute la nuit sauf s’il vous accompagne (vous risqueriez de le réveiller et de le déranger, ce n’est pas un hôtel !), ne vous enfermez pas dans votre chambre toute la journée (l’hôte a besoin de se retrouver seul chez lui aussi), de même, accordez-lui vos soirées (vous êtes ici pour échanger et partager) etc…
  • Adaptez-vous à l’hôte qui vous héberge. Essayez de parler sa langue dans la mesure de votre niveau (même si vous êtes une quiche, essayez quand même) ! S’il doit se rendre au travail tôt le matin et qu’il ne vous donne pas un double des clés, levez-vous, partez en même temps que lui et ne le mettez surtout pas en retard. De même, ne monopolisez pas la salle de bain. Bref, les règles de bienséance habituelles !
  • Enfin, une fois le séjour terminé, n’oubliez pas d’écrire une référence sur le profil de l’hôte. Quelle soit positive, négative ou neutre, soyez objectifs et honnêtes ! Si l’hôte est un pervers, ne lui écrivez pas une référence positive ou d’autres filles risquent de tomber dans le même piège. A l’inverse, si l’hôte est une perle, ne soyez pas avares en compliments !

 

 

> Vous pouvez héberger de sympathiques voyageurs chez vous !

 

Avant toute chose, dans la case disponibilité de votre profil : il faut que vous choisissiez soit la mention « accepte des invités », soit la mention « accepte éventuellement des demandes d’hébergement ».

Là aussi, deux possibilités s’offrent à vous.

  • Soit vous recevez une requête personnelle d’un voyageur dans votre messagerie, et alors libre à vous de l’héberger ou non.

 

  • Soit vous apercevez dans votre tableau de bord un message général d’un voyageur recherchant un hébergement dans votre ville, et vous pourrez alors lui proposer de vous-même un hébergement dans votre charmante demeure !

 

Quelques points à préciser :

  • Que vous soyez propriétaire ou locataire, que vous ayez une chambre d’amis ou seulement un matelas par terre, que vous habitiez en couple, en colocation ou tout seul, rien ne vous empêche d’accueillir des couchsurfer chez vous ! Si votre conjoint ou vos colocataires sont d’accord bien sûr.
  • Si vous proposez l’hospitalité chez vous, ne réclamez jamais d’argent ! Le principe du concept repose sur l’échange et la gratuité !
  • Une fois que vous avez hébergé une personne chez vous, n’oubliez pas de lui écrire une référence sur son profil ! Le séjour s’est-il bien passé ?  Le voyageur est-il respectueux, intéressant ? Ecrivez ce que vous avez pensé de la personne et si vous l’hébergeriez à nouveau. Pour cela, vous avez le choix entre une référence positive, négative ou neutre.
  • Vous pouvez choisir de n’héberger que des femmes, que des hommes ou les deux. Néanmoins, sachez que si vous êtes un homme qui n’accepte d’héberger que des femmes, votre profil sera mal perçu par la gente féminine et à juste titre !
  • Vous pouvez aussi choisir le nombre maximum d’invités que vous souhaitez héberger par nuit.
  • Dans la catégorie « domicile », vous pouvez accepter ou refuser les fumeurs, les enfants et les animaux de compagnie. De même, vous devez spécifier si votre logement est adapté ou non aux personnes handicapés.
  • Si vous avez un mode de vie quelque peu différent (naturisme, échangisme etc..), écrivez-le d’emblée sur votre profil, cela évitera toute gêne et éventuelle perte de temps des deux côtés.
  • Renseignez sur votre profil l’accessibilité de votre demeure quant aux transports en commun (train, tramway, métro, bus etc…).
  • De même, renseignez le voyageur sur l’endroit où il va dormir, sur le mode d’hébergement. Est-ce un hamac, un canapé, un lit, un matelas, un sac de couchage, une tente ? Est-ce qu’il va dormir dans la même pièce que vous, dans une pièce séparée, dans une chambre d’amis ? Est-ce que vous avez l’eau courante et l’électricité ? Une douche ? Est-ce des toilettes sèches ou normales ?
  • Enfin, vous devrez renseigner sur votre profil ce que vous souhaitez partager avec vos invités (sorties, repas éventuels, soirées ou seulement l’hébergement). Ces données sont seulement à titre informatif, certaines personnes échangeront plus que prévu s’ils ont un bon feeling avec le voyageur, et vice versa.

 

 

> Vous pouvez rencontrer d’autres voyageurs, drôles et gentils tant qu’à faire !

 

« Chouette, un autre français ! Ils m’ont tant manqué avec leur joie de vivre à toutes épreuves ! »

Ahah, trêve de plaisanterie… Si vous vous sentez seul et que vous avez un petit coup de mou, vous pouvez décider de rencontrer d’autres voyageurs (toutes nationalités confondues) qui se trouvent dans la même ville que vous.

Que cela soit pour partager un café, un moment, une sortie ou un sourire, cela fait toujours du bien de rencontrer de nouvelles personnes !

Peut-être même que vous partagerez un bout de route ensemble, que vous rencontrerez votre âme sœur ou que vous tisserais une nouvelle amitié !

 

Pour cela, rien de plus simple !

Vous pouvez taper directement le nom de la ville où vous êtes dans la barre de recherche, dans la catégorie « trouver des voyageurs ». Ensuite, vous leur envoyez un message pour leur proposer de sortir, et le tour est joué !

Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil aux discussions près de chez vous, dans votre tableau de bord. Bien souvent, les gens recherchent une personne avec qui partager un verre pour discuter.

Enfin, sur l’application mobile, vous avez l’onglet « Hangouts » qui repère les personnes près de chez vous, disponibles pour sortir !

 

 

> Vous pouvez participer à des événements géniaux !

 

Echange de langue, brunch hebdomadaire, couchsurfing meeting, free walking tour, randonnées, soirées dans les pubs, yoga, tango, slackline, Qi-gong, pique-niques …

Il y en a pour tous les goûts et dans toutes les grandes villes !

Idéal pour découvrir une nouvelle pratique, faire des rencontres ou tout simplement tuer l’ennui.

Pour cela, même principe que tout à l’heure : vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes dans la barre de recherche, mais dans la catégorie « trouver des événements ».

Il ne reste plus qu’à vous inscrire, à sourire et à vous rendre au point de rendez-vous !

 

 

> Vous pouvez retrouver tous les conseils d’habitants par villes, et discuter dans les forums !

 

Vous cherchez un bon restaurant à Naples ? Une auberge de jeunesse pas chère à Berlin ? Des spots sympathiques à visiter sur New-York ? Des musées gratuits à Vienne ?

Vous vous demandez si le métro est safe à Paris ? Où vous pouvez acheter des disques vinyles à Londres ? Comment se rendre de l’aéroport à la ville de Moscou ?

Pas de soucis les amis ! On reprend le même principe que tout à l’heure et on recommence ! En effet, pourquoi vouloir changer les bonnes vieilles habitudes ?

Vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes (ou que vous souhaitez aller) dans la barre de recherche, mais dans la catégorie «trouvez les conseils d’habitants».

Soit vous parcourez les discussions et vous trouvez le sujet qui vous intéresse, soit vous créez un nouveau sujet et vous demandez conseil aux gens sur un sujet précis ! Simple comme bonjour !

 

IMGP0926

« Celui qui a une maison n’en a qu’une, celui qui n’en a aucune en a mille. »

Proverbe indien

.


 

2. Les avantages du couchsurfing

 

  • Vous faites des rencontres géniales, formidables, fantastiques, merveilleuses, stupéfiantes, extraordinaires, sensationnelles ! …

Bref, vous avez compris ? Vous dites adieu à la solitude !

 

  • C’est gratuit !

Vous faites donc de jolies économies sur l’hébergement ! De quoi vous financer votre futur baptême de plongée sous-marine ou votre saut en parachute !

Il arrive aussi que les hôtes vous fassent à manger le soir, ce n’est pas systématique et cela dépendra du feeling que vous aurez avec lui ! Mais cela vous permet de faire quelques économies supplémentaires en terme de budget alimentaire !

Vous pourrez ainsi vous rajouter une plongée en cage avec les requins pendant votre voyage ! Ou pas…

 

  • Vous découvrez la culture locale !

Vous partagez avec l’habitant sa langue, ses coutumes, sa cuisine, son mode de vie… Une vraie expérience enrichissante en tous points de vue !

 

  • Vous vivez une expérience authentique chez l’habitant !

Ce n’est pas dans votre hôtel ou dans votre auberge de jeunesse que vous découvrirez la vie locale à plein temps.

 

  • Vous partagez avec votre hôte des expériences nouvelles et excitantes !

Peut-être même que vous apprendrez à danser le haka en Nouvelle-Zélande, à moins que votre hôte ne vous emmène faire la tournée des pubs en Irlande !

 

« Voyager, c’est créer des liens avec le reste de l’univers. »

Auteur inconnu

.


 

3. Les inconvénients du couchsurfing

 

  • Depuis la popularisation du site, il y a de plus en plus d’inscrits uniquement pour l’hébergement gratuit, se foutant royalement (excusez mon langage) de l’échange et de l’hôte qui l’héberge…

Ce que je ne cautionne absolument pas, vous pensez-bien.

 

  • De même, il y a une autre dérive de la part des voyageurs, consistant à prendre le site pour meetic.

Ce n’est pas systématique et cela reste plutôt rare, mais cela n’existait pas il y a quelques années.

 

  • En outre, il y a de moins en moins de Backpackers et de routards sur le site.

Je ne peux parler en état de cause, n’étant inscrite que depuis deux ans, mais à l’origine, les voyageurs étaient plus « authentiques » si l’on peut dire. Moins exigeants sur le confort, se contentant seulement d’un canapé ou d’un matelas par terre, heureux de partager le repas avec la personne qui l’héberge.

Désormais, on trouve de plus en plus de citadins purs et durs, attachés à leur petit confort.

Alors que le principe même du couchsurfing était de surfer de canapé en canapé…

 

  • Autre inconvénient découlant directement de la démocratisation de ce site : le concept se commercialise pour faire du profit !

C’est vraiment récent mais depuis le 3 mars 2017, si vous n’êtes pas un membre vérifié du site, vous êtes restreint à 10 requêtes par semaines. Vous ne pouvez pas en envoyer plus, à moins de vouloir payer pour « être vérifié », ce qui ne sert strictement à rien en terme de fiabilité.

Vous ne serez pas logé deux fois plus rapidement, c’est une sottise, un argument commercial pour faire du profit ! Je ne parle pas seulement en connaissance de cause, j’en ai aussi longuement discuté avec des voyageurs et des hôtes de tous horizons…

Tout le monde peut acheter cela, cela ne prouve en rien que vous êtes digne de confiance. Un profil bien renseigné ainsi que des références positives suffisent amplement et valent bien plus qu’un pseudo titre acheté en ligne !

Bref, je n’ai jamais été vérifié et cela ne m’a jamais empêché de trouver des hôtes pour la nuit en voyage. J’ai toujours trouvé cette mention inutile et commerciale.

 

MAIS ! Parce qu’il y a toujours un mais…

Désormais, cela a une certaine utilité si vous bougez tout le temps, genre tous les deux jours : en effet, la restriction de 10 requêtes maximum par semaines risque de vous poser problème le cas échéant. Payez cette mention (54€) et vous ne serez plus limité par un quelconque nombre de requête !

Mais je ne peux que déplorer qu’il faille payer pour accéder à cette option « requête illimitée » qui fut gratuite pendant plus de 12 ans !

 

« Je suis amoureux de ville où je ne suis jamais allé et de gens que je n’ai jamais rencontrés. »

Melody Truong

.


.

4. La sécurité

 

Vous êtes quelques peu craintif ? Et si vous retombiez sur un pervers narcissique ou un obsédé sexuel ? Et si ? Et si ? …

Ne vous inquiétez pas, le système est plutôt sécuritaire !

Sachez qu’il y a un système de référence pour chaque personne, hôte comme couchsurfer. Vous saurez d’emblée ce que chacun a pensé d’autrui, s’il y a eu des problèmes etc…

Grâce à ces avis, vous pourrez entrapercevoir la motivation de votre futur hôte (bien que l’on ne puisse jamais être sûr à 100% des intentions profondes d’une personne, cela va sans dire).

Ainsi, plus une personne a de référence positives et plus celle-ci est censée être « bien ».

 

  • Bref, si jamais vous vous lancez dans cette expérience pour la première fois, choisissez une personne avec des références !

Moi-même, je ne dors jamais chez une personne qui n’a aucune référence. Même après 2 ans d’expérience sur le site. On ne sait jamais sur qui l’on peut tomber. Prudence est mère de sûreté comme on le dit si bien !

 

  • En outre, si jamais vous êtes une fille, il peut être plus rassurant de dormir chez une femme la première fois, que chez un homme.

Moi-même, c’est ce que j’ai fait lors de ma première expérience couchsurfing.

Comme cela s’était très bien passé, j’ai tenté chez un homme dès la deuxième fois, et cela s’était révélé une très bonne expérience là-aussi.

Finalement, j’aurais eu une vingtaine d’expériences couchsurfing avec des hommes, et seulement quatre avec des femmes.

Et jamais aucune mésaventures liés aux hormones masculines en ébullitions.

 

Pourquoi est-ce que j’ai plus d’expérience cs avec les hommes ?

 

Tout simplement car ils sont plus nombreux sur le site et SURTOUT, car ils répondent à mes requêtes.

Ce n’est pas systématique mais beaucoup de femme ont tendance à ne jamais me répondre, ou à me répondre quelques semaines après, quand la requête est expirée depuis longtemps. C’est plutôt agaçant à vrai dire.

Les hommes sont plus directs et donnent une réponse tout de suite, qu’elle soit positive ou négative.

Ce n’est bien sûr pas une règle absolue, mais une tendance générale que j’ai observé ces deux dernières années à travers l’Europe.

Et puis, j’imagine que le fait d’être une jeune fille blonde aux yeux bleu facilite les choses. De manière générale, les hommes préféreront héberger des filles que des garçons (sans arrière-pensée).

D’ailleurs, pratiquement tous les hommes chez qui j’ai séjourné étaient des perles ! Beaucoup sont devenu des amis avec qui je garde le contact régulièrement.

Il y en a même un que je considérais un peu comme mon deuxième père, qui m’a accueillie et traité comme un membre de sa famille, comme sa fille…

 

M’est-il déjà arrivé une mésaventure en couchsurfing ?

 

Oui, une seule et c’était assez effrayant. D’autant plus que mon hôte avait une centaine de références positives à son actif, bien qu’elles dataient de plus de 3 ans et que cela faisait longtemps qu’il n’avait plus accueilli de couchsurfer chez lui.

Comme quoi les gens changent …

Pour faire court, je séjournais chez un homme vraiment sympathique mais alcoolique et inconscient.

Il m’a mise en danger et, alors qu’il était absent de chez lui et que je dormais seule dans sa cabane, je me suis retrouvée asphyxié par la fumée vers 2h du matin, ce qui m’a réveillé immédiatement.

Il avait laissé tous les appareils de la pièce à vivre allumés, dont la cuisinière sur laquelle il avait posé 3 bouteilles d’alcool sur les plaques chauffantes ! J’ai vraiment crus que ça allait exploser… Et si jamais je ne m’étais pas réveillée, j’aurais pu être intoxiquée par la fumée et mourir asphyxiée.

J’ai vraiment eu peur pour ma vie ce jour-là…

 

Si jamais vous voulez connaître la version longue de l’histoire et tous les détails, je vous renvoie à la dernière partie de mon article sur l’envers du voyage.

Bref, si l’on met de côté cette histoire, je garde vraiment des souvenirs positifs et inoubliables de toutes mes expériences en couchsurfing ! Pour rien au monde, je ne renoncerais à ce concept formidable !

 

« Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange. »

Fréderic Lecloux

.


 

5. Quelques conseils sympathiques

 

  • Renseignez au maximum votre profil !

Mettez des photos de vous dont au moins une avec le visage découvert. Parlez de vos centres d’intérêts, de vos passions, de votre vie, de vos rêves, de votre philosophie etc…

Plus votre profil sera complété et plus vous inspirerez confiance aux gens !

 

  • Ayez un profil original et démarquez-vous des autres !

Les phrases type « je suis ici pour faire des rencontres » ou « j’aime voyager » risquent de vous faire plonger droit dans la masse ! Certains hôtes chez qui j’ai séjourné n’acceptaient que les profils originaux et refusaient systématiquement les profils trop banals.

 

  • Ecrivez la totalité de votre profil en anglais !

De même pour les requêtes que vous envoyez. C’est la langue internationale par excellence et la langue commune utilisé sur le site par tous les utilisateurs.

 

  • Si vous voyagez beaucoup et changez d’endroits tous les deux 2 jours, il peut être plus facile et intéressant d’être « membre vérifié » pour avoir accès aux requêtes illimitées.

Sinon, aucun utilité en terme de confiance comme je l’avais écrite plus haut…

 

  • Lorsque vous séjournez chez l’habitant, offrez-lui un petit cadeau de chez vous (une spécialité locale de votre région, une bougie aux senteurs de vos paysages, une carte postale avec un mot de remerciement).

Rien ne vous oblige à le faire mais c’est une façon de remercier votre hôte !

Vous pouvez aussi faire des courses et lui cuisiner un repas bien appétissant et succulent (mais ne cherchez pas à l’empoissonner avec vos talents culinaires douteux !).

Ou tout simplement lui donner un coup de main pour le ménage, le jardinage, la cuisine, la langue etc…

 

  • Enfin, faites une requête personnelle et innovante !

Si vous écrivez une requête type : « Bonjour, je cherche un hébergement pour les nuits de telle date à telle date dans votre charmante ville. Nous sommes deux voyageurs agréables et amusants. Accepteriez-vous de nous loger chez vous ? Merci, bonne soirée et au plaisir de se rencontrer… », Vous vous tirez vous-même une balle dans le pied !

Certains hôtes, en particulier ceux qui habitent dans les capitales, reçoivent plus de 50 requêtes par jour ! Démarquez-vous ! Et surtout, donnez envie à l’hôte de vous rencontrer !

Pourquoi VOUS plutôt qu’un autre ? D’ailleurs, pourquoi tenez-vous tant à séjournez chez lui ? Parlez de vos intérêts en commun !

Je sais, cela fait un peu entretien d’embauche pour une grosse entreprise !

 

  • Pour finir, rappelez-vous : plus c’est long, plus c’est bon ! (non, je n’ai pas l’esprit mal placé …)

N’hésitez surtout pas à écrire un pavé lorsque vous écrivez une requête, cela montrera à l’hôte que vous êtes motivés et surtout, que vous lui témoignez du temps ! Cela lui fera grandement plaisir !

 

 Bref, il ne reste plus qu’à vous inscrire !

https://www.couchsurfing.com

 

« Un pays, c’est pour moi, une visage, un sourire, un accueil, un prénom, bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières »

Pierre Fillit

 


.

6. Partage d’expériences !

 

Comme je suis gentille (après tout je ne m’appelle pas Angélique pour rien), je vous partage quelques-unes de mes expériences en couchsurfing.

Des activités que j’ai pu découvrir, des endroits que j’ai pu visiter, des pratiques que j’ai pu expérimenter grâce à mes hôtes…

(Liste non exhaustive bien évidemment !)

 

  • Assister au match France/Allemagne de l’euro 2016 avec deux autres couchsurfeuses allemandes dans un pub en Irlande

Moi qui déteste le football, je dois avouer que c’était très amusant de me retrouver à soutenir ma patrie face à deux allemandes, dans un autre pays. Et avec mon hôte irlandais qui soutenait l’Allemagne qui plus est !

IMGP6473

 

  • Manger pour la première fois dans un restaurant japonais avec Léo, mon hôte Strasbourgeois et ses amis de la faculté

imgp1916

 

  • Participer à un cours de salsa avec Vincent, mon hôte en Guadeloupe

 

  • S’improviser professeur de français et donner des cours de langue à Ivana, mon hôte à Prague

IMGP4052

 

  • Pratiquer la méditation dans un centre de méditation tenu par un moine bouddhiste du Sri Lanka avec Bianca, mon hôte à Vienne

IMGP4319

 

  • Boire du rhum sur la plage de la Datcha en Guadeloupe avec Ross, mon hôte australien et deux polonaises

IMGP8021

 

  • Faire la tournée des pubs (avec du jus de fruit pour moi, je n’aime pas la bière !) à Dublin avec Mustafa, mon hôte Libanais et ses colocataires

IMGP9586

 

  • Découvrir les fresques militaristes de Belfast dans le quartier loyaliste avec Keith, mon hôte en Irlande du Nord

 

  • Assister à mon premier event meeting couchsurfing et faire une multitude de rencontres enrichissantes à Galway, en Irlande

IMGP8593

 

  • Découvrir et participer à mon premier Food not Bombs avec Pascal, mon hôte à Strasbourg

Collecte d’aliments vegan dans les jardins, les marchés et parmi les invendus des boutiques bio. Cuisine toute la journée avec les autres membres de l’association. Distribution gratuite de repas vegan aux passants dans la rue, tout au long de la nuit etc…

Une expérience vraiment enrichissante que j’ai adoré !

Retrouvez le récit complet de cet événement à la fin de mon article sur Strasbourg !

imgp2188

 

Et puis il y a aussi toutes ces randonnées :

 

  • Sur l’île de la Désirade en Guadeloupe avec Laurent

IMGP0559

 

  • Dans les montagnes de Wicklow en Irlande avec Stefanos, Paulina et Roxane

DSCN0157

 

  • Dans la ville de Grenoble avec Elise en France

IMGP7197

Etc…

 

Toutes ces visites :

 

  • Le château de Sisi avec Bianca en Autriche

IMGP4296

 

  • Le château de Malahide avec Roxane et Paulina en Irlande

DSCN0272

 

  • Le château de Prague et le pont St Charles avec 4 couchsurfeuses Indiennes en République-Tchèque

IMGP3610

Etc…

.

Tous ces prénoms riches de souvenirs et d’expériences :

 

Alex, Amélie, Andrea, Benny, Bianca, Colm, Deborah, Dorie, Elise, Flo, Guillaume, Harvinder, Ivana, Jack, Joao, Karola, Keith, Laurent, Lenka, Leo, Maria, Mariam, Milos, Morlin, Mustafa, Nathalia, Nicholas, Pascal, Paulina, Ross, Roxane, Sophie, Stefanos, Thomas, Thibault, Todd, Vincent, Yonathan et tant d’autres que j’oublie certainement !

 

Tous ces types d’hébergements :

 

Lit, canapé, matelas par terre, sac de couchage sur le sol, hamac et même une capsule !

IMGP0861IMGP0866 (2)IMGP2193 (2)DSC_0779 (2)IMGP7381 (2)IMGP3475 (2)

 

Et puis il y a toutes ces photos, ces instants capturés pour l’éternité… 

IMGP5627IMGP4749IMGP7357DSCN0287IMGP7193IMG_20170504_134548IMGP8154IMGP5923DSC_0774IMGP3478DSCN0236IMGP7352IMG_20160731_175050IMGP3484

 

“Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace.”

Alexandra David-Néel

Publié dans Pensées vagabondes

J’ai tout plaqué… Qu’en est-il 6 mois après ?

 

6 mois désormais… 6 mois que j’ai choisi de tout plaquer pour débuter une nouvelle vie.

6 mois que j’ai rendu mon appartement, quitté mes études de droit à quelques mois de la licence, renoncé à mes bourses au mérite et sur critère sociaux.

6 mois que j’ai décidé d’embrasser une vie alternative de voyage et d’aventure à temps plein, devenir une nomade et parcourir le monde…

 

 

J’ai décidé de renoncer à un futur stable et confortable financièrement, à la sécurité d’un chez-soi permanent, à la propriété, à la cotisation d’une pseudo et hypothétique retraite…

Mais aussi à la routine, à l’habituation au monde, au train-train journalier, au stress quotidien, au travail sans relâche qui ne laisse que peu de temps pour savourer la vie et l’instant présent.

Ce fut la décision la plus difficile à prendre dans ma vie car tout me poussait à continuer encore sur cette voie : la peur et l’incertitude d’une telle vie sur le long terme, l’ego d’obtenir mon diplôme…

Mais je n’ai pas faibli, je n’ai laissé ni mon ego ni ma raison longtemps formatés par la société, prendre le dessus sur mon âme et mon cœur…

 

 

Cela m’a pris plus d’un an pour prendre cette décision, un an à me torturer sans relâche, 1 an d’introspection chaque jours.

 

Après m’être fondue dans le moule toute ma vie et m’être insérée dans le système scolaire avec assiduité, 1ère de la classe durant une dizaine d’année, après avoir renoncé à mes rêves d’enfants pour choisir une voie plus conventionnelle, après avoir vécu dans la société de surconsommation, dans le superflu à désirer des choses matérielles : 1 an, voilà le temps qu’il m’a fallut pour me détacher de l’emprise de la société pour retrouver ma liberté originelle !

C’est ainsi qu’à 20 ans, j’ai décidé de tout plaquer pour recommencer une nouvelle vie, en accord avec mes aspirations profondes, mes passions et mes rêves !

 

Et aujourd’hui, 6 mois après cette décision ô combien décisive pour mon épanouissement personnel et mon bonheur, je vis le paradis chaque jours ou presque !

Comme je m’y attendais, je ne regrette pour rien au monde ce choix de vie.

Certes, je vis dans l’incertitude, avec très peu d’argent, je ne sais de quoi mon avenir sera fait, mais avancer dans le brouillard avec pour seul guide mon cœur est tellement jouissif !

 

Je chemine petit à petit sur la voie de ma vie, je continue à en apprendre davantage sur moi-même, je poursuis mon cheminement spirituel, je vis l’instant présent, je m’émerveille d’un simple brin d’herbe frétillant sous le vent, je me reconnecte pleinement avec la mère nature, je fais des rencontres extraordinaires chaque jours, je vis des expériences indescriptibles, je contemple des paysages fabuleux, j’expérimente des activités complètements folles, bref je vis pleinement !

Je fais en sorte de n’avoir aucun regrets, de vivre comme si je devais mourir demain car tout change et rien ne persiste. Je ne m’attache à aucuns biens matériels, je me détache de mon ego et tente de faire de même pour ma conscience individuelle.

 

Je cumule les souvenirs et les expériences afin d’ETRE et non avoir.

 

Alors qu’auparavant je nourrissais seulement mon corps et mon esprit, aujourd’hui, je nourris aussi mon âme.

Je ne me préoccupe plus des choses futiles de la vie, et en dehors de l’entretien quotidien de mon bonheur, je ne cherche qu’une seule chose : la pleine réalisation de soi, l’éveil ultime car « une seule chose compte : cheminer vers elle pour étancher à jamais notre soif la plus profonde, celle d’une totale harmonie intérieure et d’une profonde union avec le monde ».

 

Ces 6 derniers mois ont été riches en expériences et en apprentissages notamment ces trois derniers mois où je suis partie à la conquête de la Pologne, de l’Autriche, de la Slovaquie, de l’Allemagne, de la République Tchèque et dernièrement de la Guadeloupe.

IMGP8257 (2)

 

Je vis de merveilleuses aventures (comme d’âpres mésaventures parfois), mon esprit est constamment en éveil et j’ai préservé cette capacité magique que nous avions tous enfant : s’émerveiller pour un rien (ou pour un Tout) !

Ce n’est que le début de ma vie et elle est déjà tellement riche ! Je me sens tellement reconnaissante envers l’univers !

En attendant, je ne me pose pas trop de questions, je savoure le présent et le bonheur en moi-même, j’écoute mon cœur et je pars conquérir mes rêves les plus fous !

 

Je vous souhaite à tous de réaliser vos rêves les plus profonds ! ❤

 

IMGP9547

« On ne naît pas libre, on le devient »

Publié dans Pensées vagabondes

Pensées vagabondes autour du retour de voyage

 

Rentrant tout juste de mon dernier voyage d’un mois en Europe de l’Est, je m’étonne chaque fois lorsque je lis combien le retour est difficile pour beaucoup de voyageurs.

Pour ma part, je n’irais pas jusqu’à dire que je me fais une joie intense de rentrer chez moi, mais je ressens tout de même une grande part de satisfaction à chacun de mes retours.

 

C’est le bonheur des retrouvailles avec ses proches, sa famille, ses animaux. C’est aussi le retour à ses racines, à ses origines.

C’est le plaisir de retrouver un semblant de confort après avoir passé plusieurs semaines dans l’incertitude, à attendre plusieurs heures qu’une voiture veuille bien me prendre en auto-stop, à me retrouver régulièrement à 23h du soir sans endroits où dormir…

 

N’en déplaise à chacun, j’adore ce mode de vie !

J’aime partir à l’aventure et sortir de ma zone de confort : ce n’est que par ce biais que je peux grandir et en apprendre plus sur moi-même, que je peux avancer sur le chemin de la vie et devenir celle que je me destine à être plus tard.

Mais il est vrai que vivre de la sorte chaque jour peut-être fatiguant sur le long terme. Aussi j’aime de temps à autre m’accorder une petite pause en France avant le prochain départ.

 

Ayant choisie de vivre une vie de voyage à plein temps, je n’ai guère le temps de m’installer dans une routine à mon retour.

A peine arrivée, le sac-à-dos tout juste défait, les affaires de trekking trainant encore dans le couloir, qu’il me faut déjà repartir…

 

La semaine dernière encore, rentrant tout juste de mon petit tour d’Europe de l’est, je ne suis restée que deux jours dans ma région avant de repartir pour un petit trip d’une semaine dans le sud-est de la France.

Je suis rentrée avant-hier mais déjà j’entends résonner le glas de mon prochain voyage qui approche, déterminé et impatient, ne me laissant guère le temps de souffler.

 

« Dans ces instants privilégiés, le pèlerin fait l’expérience du bonheur. Comblé, il est tenté d’interrompre son voyage et de s’octroyer le repos. Une trouée s’opère dans le Ciel : son âme veut y grimper. Pourquoi donc repartir, quand la béatitude est là- à portée de main ? Pourquoi s’acharner à marcher, encore et toujours, vers un but incertain ? Illusion. Il est trop tôt pour faire de l’étape sa demeure. Trop tôt pour s’installer de nouveau. Ainsi, le pèlerin évitera de s’attarder pour ne pas recréer ses attaches. »

Gaële de la Brosse

 

Ainsi, le temps, invention de l’homme brisant la magie de l’instant présent, ne me laissera que deux petites semaines de pause et de retrouvaille avec ma famille durant les vacances de pâques (durant lesquelles je travaillerai dans les centres aérés pour renflouer mon maigre et vide porte-monnaie), que je repartirai déjà à l’aventure, et ce pour deux mois en Italie !

Ceci explique peut-être pourquoi j’aime tant rentrer chez moi.

Contrairement à la majorité des personnes qui voyagent, je n’ai aucune obligations qui m’attendent à mon retour, aucun travail à reprendre. Je peux repartir en voyage dès le lendemain si l’envie m’en prend.

Je n’ai pas de dure réalité à laquelle me confronter.

Ma vie entière me comble de bonheur et je vis un rêve éveillé, même si j’admets que ce n’est pas toujours rose chaque jours.

Certains partent en tour du monde un an ou deux mais cela ne dure pas, ce n’est qu’une courte évasion avant de reprendre le chemin de la routine et du train-train quotidien. Dès lors, je comprends tout à fait pourquoi le retour de voyage peut-être une chose si difficile et compliqué à vivre pour certains.

Je me réjouis donc de ne pas vivre ces émotions et de vivre mon rêve chaque jour…

 

Je voyage toute l’année si ce n’est trois, quatre mois de job étudiant durant les petites et grandes vacances. Du moins, c’est mon rythme de vie pour cette année seulement…

A partir de l’année prochaine, je m’envolerai 1 an et demi pour la Nouvelle-Zélande, puis après une pause plus ou moins longue en France, direction l’Asie pour 3 ans approximativement.

Je n’ai donc guère le temps de m’ennuyer et de m’engluer dans les sempiternelles et moroses habitudes de la vie de tous les jours.

 

Et puis, le voyage ne s’arrête jamais complétement et continue inlassablement d’une quelconque manière. Les souvenirs restent, nous évoluons et changeons nos perspectives.

De même, il y a toutes les photos de voyage à trier, les carnets de bords à écrire, les fiches de dépenses à consigner, les souvenirs à ranger et à offrir, les articles à écrire…

Cela se poursuit aussi par la lecture de livres d’aventures et de voyages, par la correspondance avec les nouvelles amitiés tissées durant mes pérégrinations, par la préparation plus ou moins avancée des prochaines escapades, par les rêveries éternelles autour des futurs et bienheureux projets etc…

 

Alors, oui, je le dis sans gêne ni crainte, j’aime rentrer dans ma région, même si ce n’est que pour quelques jours ou quelques semaines !

Cela fait-il de moi une fausse amoureuse des voyages ?

Bien sûr que non !

 

A mon sens, il est important par moments de se ressourcer, de se recentrer et de retrouver un semblant de repère avant de repartir de plus belle à l’aventure, le corps reposé, l’esprit léger et le cœur regonflé d’amour.

Attention cependant à ne pas tarder trop longtemps sur place et dans ses habitudes, au risque de retrouver la routine tant détestée, de retarder son cheminement intérieur et son évolution spirituelle, et de perdre l’essence même du voyage…

 

D’ailleurs, l’état de voyage peut se vivre aussi bien chez soi, dans sa ville natale, dans sa paisible campagne, dans son village d’enfance… Inutile de parcourir des milliers de kilomètres, tout est un état d’esprit.

Il suffit d’être présent au monde qui nous entoure, d’être attentif à ce petit bruissement d’herbe qui frétille sous le vent, à ce coucher de soleil coloré et chaleureux dans notre jardin, à cette fleur rayonnante qui bourgeonne dans le pré en bas de chez soi…

En voyage, nous sommes constamment assaillis par une multitude d’odeurs inconnues, de bruits excitants, de paysages fantastiques, de mains tendues généreuses. Nous avons l’esprit grand ouvert et un regard nouveau porté vers le monde. Nous sommes dans l’instant présent, attentifs à chaque chose.

C’est ce qui fait d’ailleurs défaut dans la vie routinière et sédentaire : cet état de présence à la vie.

La plupart des gens s’enferment dans leurs pensées sombres et préoccupantes, où tout n’est qu’une question de course effrénée contre la montre, à la poursuite d’un laps de temps salvateur qui permettrait de se poser et de savourer l’instant présent.

Voilà pourquoi il est tellement important de ne pas s’enfermer dans une routine à son retour, de cultiver cet état d’esprit que nous avons tous en voyage.

Etre présent, savourer la vie, être attentif à notre environnement nouveau chaque jours, avoir l’esprit aussi curieux ici qu’ailleurs…

C’est selon moi l’une des clés du bonheur, une clé qu’il faut expérimenter et travailler au quotidien. C’est un travail sur soi, un état d’esprit à acquérir et à développer constamment. Pour pouvoir Etre tout simplement…

 

« Et si, finalement, revenir était un mot plus beau encore que partir ? Fallait-il que j’aille cheminer aux confins du monde pour rentrer chez moi ? Je cherchais sans doute à aller voir là-bas si j’y étais, mais « je suis », tout simplement, ici et maintenant. Au final, la plénitude et l’immensité auxquelles j’aspirais ne sont nulle part ailleurs qu’en moi. »

Marie-Edith Laval

 

Ainsi, si chaque personne en ce monde cultivait cet état d’esprit au quotidien, nul doute que les retours de voyage seraient plus faciles à vivre pour tout un chacun.

J’essaye moi-même de cultiver cet état de présence à chaque instant, même s’il m’arrive par moments de m’empêtrer dans les inepties du temps et de l’inquiétude.

J’essaye de regarder ma ville natale sous un jour nouveau, ses habitants comme des étrangers qui ont tout à m’apprendre, cette nature à ma porte comme un paysage fabuleux…

Je me libère tant bien que mal de mes attachements. Je fuis la routine comme si j’étais pourchassée par un essaim de guêpes avide de mon bonheur, car après tout, l’habituation au monde et à ce qui nous entoure est un prédateur terrible entravant notre éveil à la vie…

C’est un exercice auquel il faut se familiariser chaque jour mais qui apporte tellement !

 

Bien entendu, même si je me sens bien dans ma famille, je ne cesse pas pour autant d’aspirer à de longs et futurs voyages qui, sans nul doute, m’apporteront tant sur le plan extérieur qu’intérieur.

Même si le voyage se poursuit de façon incontestée à notre retour, il est plus aisé de cheminer sur la voie de sa vie lorsque l’on sort de sa zone de confort et que l’on se relève inconditionnellement après monts et embûches, après moult épreuves survenant en voyage et nous apprenant chaque fois quelque chose de nouveau sur soi ou sur le monde qui nous entoure…

J’admets qu’il est possible de vivre tout cela chez soi, mais cela sera certainement plus long et ma jeunesse imprévisible et impatiente me pousse à une quête de soi permanente.

Un cheminement de toute une vie. Le voyage est d’ailleurs un apprentissage perpétuel…

Avide de curiosité, je ne peux m’entraver volontairement des leçons que la vie a à m’apprendre.

Je n’aurais jamais assez d’une vie pour grandir et me découvrir en profondeur, mais cette quête de soi est tellement enrichissante que je me dois de poursuivre cette voie incessamment, sans cesse et à jamais…

 

IMGP0025

« La parenthèse qu’il a ouvert le jour où il a pris la route ne s’est pas refermée. Il se tient désormais en état de veille, prêt à un nouveau départ. Quand arrivera ce jour béni où s’achèvera son pèlerinage sur la Terre ? Nul ne le sait. Pour celui qui traverse son existence en cheminant, la vie est interrogation, et le chemin est mystère. »

Gaële de la Brosse