Blog

Publié dans Antilles, Guadeloupe, Voyage et Escapade

Les 10 commandements du voyageur en Guadeloupe !

 

Voyageur débutant ou chevronné,

Ces commandements tu devras respecter;

Sur l’île Papillon, j’ai commise quelques erreurs,

C’est ainsi que ces conseils, je te les livres de bon cœur !

 

1. Des chaussures de randonnées tu prendras, car de la marche à profusion tu feras !

IMGP8168IMGP8759IMGP8320IMGP8335IMGP8150IMGP0816IMGP8504

IMGP8510
Comme vous pouvez le constater, je n’ai guère prise de chaussures de randonnée avec moi. Chose que j’ai amèrement regretté ! Que cela soit pour traverser les rivières ou patauger dans la boue… Les chemins étant régulièrement inondés…

 

2. Ton masque et tuba tu n’oublieras, car tortues et requins sous l’eau tu verras !

DCIM100GOPROGOPR0881.DCIM100GOPROGOPR0696.DCIM100GOPROGOPR0831.DCIM100GOPROGOPR0489.DCIM100GOPROGOPR0884.DCIM100GOPROGOPR0865.DCIM100GOPROGOPR0783.

 

3. Ta crème solaire tu mettras, car du soleil très chaud il y a !

IMGP0604IMGP9741IMGP9803IMGP9815IMGP0580

 

4. Ton appareil photo avec toi tu auras, car des paysages paradisiaques tu contempleras !

IMGP0216IMGP8543IMGP8983IMGP9087IMGP0476IMGP8302IMGP9115IMGP0256IMGP9547

 

5. Une noix de coco tu boiras, et à ses délices tu succomberas !

IMGP0199IMGP0197

 

6. Ton maillot de bain toujours sur toi, ou les cascades et sources chaudes, jamais tu ne profiteras !

IMGP8569IMGP8541IMGP927920170425_184009IMGP932120170501_183823

 

7. Punch coco et cocktail planteur tu essayeras, et de satisfaction tu capituleras !

IMGP9201IMGP9205IMGP9208

 

8. La Soufrière tu monteras, et un panorama sublime tu gagneras !

IMGP8353IMGP8346IMGP8404IMGP8421IMGP8423IMGP8453IMGP8386IMGP8375IMGP8462IMGP8457

 

9. Le bateau pour les îles avoisinantes tu réserveras, car les Saintes, La Désirade et Marie-Galante, tu arpenteras !

IMGP0557IMGP9639IMGP9636IMGP9684IMGP0542IMGP9670IMGP0564

 

10. Devant les iguanes tu te prosterneras, maîtres de l’île depuis toujours, tu leurs obéiras !

IMGP0574IMGP0423IMGP0432IMGP0350IMGP0410

IMGP0418
Enjoy Gwada ! 

 

Publié dans Tuyaux malins et Conseils astucieux

Le couchsurfing : une autre façon de dormir chez l’habitant !

Il est temps pour moi de vous parler de mon petit secret qui me permet de voyager autant et sur le long terme. Car oui, je n’ai pas un rond mais je voyage tout le temps !

Comment cela se fait-il ? La principale raison (il y en a pleins d’autres, mais je les partagerais avec vous dans un futur article spécialement dédié à cet effet), c’est que je ne paye jamais les frais d’hébergement, que cela soit sur quelques semaines ou plusieurs mois.

Vous imaginez bien que je fais de sacrées économies !

Comment c’est possible ? Grâce au couchsurfing, pardi !

Ce petit bijou informatique qui m’a ouvert les bras lors de mon premier voyage solo en sac à dos il y a deux ans !

 

Le couchsurfing, vous connaissez ?

 

Créé en 2004, ce concept génialissime propose un service d’hébergement totalement gratuit (aucun lézard, promis !) !

Pour faire simple, le site met en relation des hôtes (ceux qui hébergent) et des voyageurs (appelés couchsurfers) afin que ces derniers puissent voyager partout dans le monde sans se soucier de dormir à la rue ou à la belle étoile.

Basé sur la gratuité, le site est avant tout un outil d’échange et de partage de culture ! Ne venez-pas ici pour avoir seulement l’hôtel gratuit, c’est irrespectueux et inconvenant pour les personnes qui vous hébergent.

Le but principal est de discuter, tisser des liens sociaux avec l’hôte.

Tout ce que vous avez à faire, c’est donner un peu de votre temps pour une expérience humaine et enrichissante à tous points de vue !

 

Que vous soyez un voyageur fauché ou un éternel amoureux de rencontres, vous trouverez forcément votre bonheur !

 

« Qu’est-ce qu’en général qu’un voyageur ? C’est un homme qui s’en va chercher un bout de conversation au bout du monde. »

Barbay d’Aurevilly

 


.

1. Le principe

 

Une fois que vous êtes inscrit sur le site de Couchsurfing et que vous avez complété votre profil en bonne et due forme, une large palette d’expérience s’offre à vous :

.

> Vous pouvez séjourner gratuitement chez l’habitant et faire des rencontres inoubliables !

 

Pour commencer, il vous faut taper dans la barre de recherche le nom de la ville où vous souhaitez voyager.

Puis deux solutions :

  • Soit vous naviguez à travers les profils des différents hôtes de la ville et vous leur envoyer une requête personnelle pour séjourner chez eux (le moyen le plus sûr pour vous faire héberger, bien que plus long à faire).

 

  • Soit vous écrivez un message public à destination de la ville où vous souhaitez allez. Tous les hôtes auront accès à ce message et pourront vous offrir l’hospitalité selon leur bon vouloir et leurs disponibilités. Cela a l’avantage d’être beaucoup plus rapide, néanmoins, votre message sera impersonnel car s’adressant à tous. Et bon nombre d’hôte n’apprécient que les requêtes personnelles. A vous de choisir mais je vous recommande fortement la première solution !

 

Quelques points à préciser :

  • Ne soyez pas trop exigeants au niveau du confort. Rappelez-vous que l’hôte a accepté de vous héberger chez lui donc soyez-en reconnaissant.
  • Respectez votre hôte : ne ramenez pas de viande s’il est végétarien, ne sortez pas faire la fête toute la nuit sauf s’il vous accompagne (vous risqueriez de le réveiller et de le déranger, ce n’est pas un hôtel !), ne vous enfermez pas dans votre chambre toute la journée (l’hôte a besoin de se retrouver seul chez lui aussi), de même, accordez-lui vos soirées (vous êtes ici pour échanger et partager) etc…
  • Adaptez-vous à l’hôte qui vous héberge. Essayez de parler sa langue dans la mesure de votre niveau (même si vous êtes une quiche, essayez quand même) ! S’il doit se rendre au travail tôt le matin et qu’il ne vous donne pas un double des clés, levez-vous, partez en même temps que lui et ne le mettez surtout pas en retard. De même, ne monopolisez pas la salle de bain. Bref, les règles de bienséance habituelles !
  • Enfin, une fois le séjour terminé, n’oubliez pas d’écrire une référence sur le profil de l’hôte. Quelle soit positive, négative ou neutre, soyez objectifs et honnêtes ! Si l’hôte est un pervers, ne lui écrivez pas une référence positive ou d’autres filles risquent de tomber dans le même piège. A l’inverse, si l’hôte est une perle, ne soyez pas avares en compliments !

 

 

> Vous pouvez héberger de sympathiques voyageurs chez vous !

 

Avant toute chose, dans la case disponibilité de votre profil : il faut que vous choisissiez soit la mention « accepte des invités », soit la mention « accepte éventuellement des demandes d’hébergement ».

Là aussi, deux possibilités s’offrent à vous.

  • Soit vous recevez une requête personnelle d’un voyageur dans votre messagerie, et alors libre à vous de l’héberger ou non.

 

  • Soit vous apercevez dans votre tableau de bord un message général d’un voyageur recherchant un hébergement dans votre ville, et vous pourrez alors lui proposer de vous-même un hébergement dans votre charmante demeure !

 

Quelques points à préciser :

  • Que vous soyez propriétaire ou locataire, que vous ayez une chambre d’amis ou seulement un matelas par terre, que vous habitiez en couple, en colocation ou tout seul, rien ne vous empêche d’accueillir des couchsurfer chez vous ! Si votre conjoint ou vos colocataires sont d’accord bien sûr.
  • Si vous proposez l’hospitalité chez vous, ne réclamez jamais d’argent ! Le principe du concept repose sur l’échange et la gratuité !
  • Une fois que vous avez hébergé une personne chez vous, n’oubliez pas de lui écrire une référence sur son profil ! Le séjour s’est-il bien passé ?  Le voyageur est-il respectueux, intéressant ? Ecrivez ce que vous avez pensé de la personne et si vous l’hébergeriez à nouveau. Pour cela, vous avez le choix entre une référence positive, négative ou neutre.
  • Vous pouvez choisir de n’héberger que des femmes, que des hommes ou les deux. Néanmoins, sachez que si vous êtes un homme qui n’accepte d’héberger que des femmes, votre profil sera mal perçu par la gente féminine et à juste titre !
  • Vous pouvez aussi choisir le nombre maximum d’invités que vous souhaitez héberger par nuit.
  • Dans la catégorie « domicile », vous pouvez accepter ou refuser les fumeurs, les enfants et les animaux de compagnie. De même, vous devez spécifier si votre logement est adapté ou non aux personnes handicapés.
  • Si vous avez un mode de vie quelque peu différent (naturisme, échangisme etc..), écrivez-le d’emblée sur votre profil, cela évitera toute gêne et éventuelle perte de temps des deux côtés.
  • Renseignez sur votre profil l’accessibilité de votre demeure quant aux transports en commun (train, tramway, métro, bus etc…).
  • De même, renseignez le voyageur sur l’endroit où il va dormir, sur le mode d’hébergement. Est-ce un hamac, un canapé, un lit, un matelas, un sac de couchage, une tente ? Est-ce qu’il va dormir dans la même pièce que vous, dans une pièce séparée, dans une chambre d’amis ? Est-ce que vous avez l’eau courante et l’électricité ? Une douche ? Est-ce des toilettes sèches ou normales ?
  • Enfin, vous devrez renseigner sur votre profil ce que vous souhaitez partager avec vos invités (sorties, repas éventuels, soirées ou seulement l’hébergement). Ces données sont seulement à titre informatif, certaines personnes échangeront plus que prévu s’ils ont un bon feeling avec le voyageur, et vice versa.

 

 

> Vous pouvez rencontrer d’autres voyageurs, drôles et gentils tant qu’à faire !

 

« Chouette, un autre français ! Ils m’ont tant manqué avec leur joie de vivre à toutes épreuves ! »

Ahah, trêve de plaisanterie… Si vous vous sentez seul et que vous avez un petit coup de mou, vous pouvez décider de rencontrer d’autres voyageurs (toutes nationalités confondues) qui se trouvent dans la même ville que vous.

Que cela soit pour partager un café, un moment, une sortie ou un sourire, cela fait toujours du bien de rencontrer de nouvelles personnes !

Peut-être même que vous partagerez un bout de route ensemble, que vous rencontrerez votre âme sœur ou que vous tisserais une nouvelle amitié !

 

Pour cela, rien de plus simple !

Vous pouvez taper directement le nom de la ville où vous êtes dans la barre de recherche, dans la catégorie « trouver des voyageurs ». Ensuite, vous leur envoyez un message pour leur proposer de sortir, et le tour est joué !

Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil aux discussions près de chez vous, dans votre tableau de bord. Bien souvent, les gens recherchent une personne avec qui partager un verre pour discuter.

Enfin, sur l’application mobile, vous avez l’onglet « Hangouts » qui repère les personnes près de chez vous, disponibles pour sortir !

 

 

> Vous pouvez participer à des événements géniaux !

 

Echange de langue, brunch hebdomadaire, couchsurfing meeting, free walking tour, randonnées, soirées dans les pubs, yoga, tango, slackline, Qi-gong, pique-niques …

Il y en a pour tous les goûts et dans toutes les grandes villes !

Idéal pour découvrir une nouvelle pratique, faire des rencontres ou tout simplement tuer l’ennui.

Pour cela, même principe que tout à l’heure : vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes dans la barre de recherche, mais dans la catégorie « trouver des événements ».

Il ne reste plus qu’à vous inscrire, à sourire et à vous rendre au point de rendez-vous !

 

 

> Vous pouvez retrouver tous les conseils d’habitants par villes, et discuter dans les forums !

 

Vous cherchez un bon restaurant à Naples ? Une auberge de jeunesse pas chère à Berlin ? Des spots sympathiques à visiter sur New-York ? Des musées gratuits à Vienne ?

Vous vous demandez si le métro est safe à Paris ? Où vous pouvez acheter des disques vinyles à Londres ? Comment se rendre de l’aéroport à la ville de Moscou ?

Pas de soucis les amis ! On reprend le même principe que tout à l’heure et on recommence ! En effet, pourquoi vouloir changer les bonnes vieilles habitudes ?

Vous tapez le nom de la ville dans laquelle vous êtes (ou que vous souhaitez aller) dans la barre de recherche, mais dans la catégorie «trouvez les conseils d’habitants».

Soit vous parcourez les discussions et vous trouvez le sujet qui vous intéresse, soit vous créez un nouveau sujet et vous demandez conseil aux gens sur un sujet précis ! Simple comme bonjour !

 

IMGP0926

« Celui qui a une maison n’en a qu’une, celui qui n’en a aucune en a mille. »

Proverbe indien

.


 

2. Les avantages du couchsurfing

 

  • Vous faites des rencontres géniales, formidables, fantastiques, merveilleuses, stupéfiantes, extraordinaires, sensationnelles ! …

Bref, vous avez compris ? Vous dites adieu à la solitude !

 

  • C’est gratuit !

Vous faites donc de jolies économies sur l’hébergement ! De quoi vous financer votre futur baptême de plongée sous-marine ou votre saut en parachute !

Il arrive aussi que les hôtes vous fassent à manger le soir, ce n’est pas systématique et cela dépendra du feeling que vous aurez avec lui ! Mais cela vous permet de faire quelques économies supplémentaires en terme de budget alimentaire !

Vous pourrez ainsi vous rajouter une plongée en cage avec les requins pendant votre voyage ! Ou pas…

 

  • Vous découvrez la culture locale !

Vous partagez avec l’habitant sa langue, ses coutumes, sa cuisine, son mode de vie… Une vraie expérience enrichissante en tous points de vue !

 

  • Vous vivez une expérience authentique chez l’habitant !

Ce n’est pas dans votre hôtel ou dans votre auberge de jeunesse que vous découvrirez la vie locale à plein temps.

 

  • Vous partagez avec votre hôte des expériences nouvelles et excitantes !

Peut-être même que vous apprendrez à danser le haka en Nouvelle-Zélande, à moins que votre hôte ne vous emmène faire la tournée des pubs en Irlande !

 

« Voyager, c’est créer des liens avec le reste de l’univers. »

Auteur inconnu

.


 

3. Les inconvénients du couchsurfing

 

  • Depuis la popularisation du site, il y a de plus en plus d’inscrits uniquement pour l’hébergement gratuit, se foutant royalement (excusez mon langage) de l’échange et de l’hôte qui l’héberge…

Ce que je ne cautionne absolument pas, vous pensez-bien.

 

  • De même, il y a une autre dérive de la part des voyageurs, consistant à prendre le site pour meetic.

Ce n’est pas systématique et cela reste plutôt rare, mais cela n’existait pas il y a quelques années.

 

  • En outre, il y a de moins en moins de Backpackers et de routards sur le site.

Je ne peux parler en état de cause, n’étant inscrite que depuis deux ans, mais à l’origine, les voyageurs étaient plus « authentiques » si l’on peut dire. Moins exigeants sur le confort, se contentant seulement d’un canapé ou d’un matelas par terre, heureux de partager le repas avec la personne qui l’héberge.

Désormais, on trouve de plus en plus de citadins purs et durs, attachés à leur petit confort.

Alors que le principe même du couchsurfing était de surfer de canapé en canapé…

 

  • Autre inconvénient découlant directement de la démocratisation de ce site : le concept se commercialise pour faire du profit !

C’est vraiment récent mais depuis le 3 mars 2017, si vous n’êtes pas un membre vérifié du site, vous êtes restreint à 10 requêtes par semaines. Vous ne pouvez pas en envoyer plus, à moins de vouloir payer pour « être vérifié », ce qui ne sert strictement à rien en terme de fiabilité.

Vous ne serez pas logé deux fois plus rapidement, c’est une sottise, un argument commercial pour faire du profit ! Je ne parle pas seulement en connaissance de cause, j’en ai aussi longuement discuté avec des voyageurs et des hôtes de tous horizons…

Tout le monde peut acheter cela, cela ne prouve en rien que vous êtes digne de confiance. Un profil bien renseigné ainsi que des références positives suffisent amplement et valent bien plus qu’un pseudo titre acheté en ligne !

Bref, je n’ai jamais été vérifié et cela ne m’a jamais empêché de trouver des hôtes pour la nuit en voyage. J’ai toujours trouvé cette mention inutile et commerciale.

 

MAIS ! Parce qu’il y a toujours un mais…

Désormais, cela a une certaine utilité si vous bougez tout le temps, genre tous les deux jours : en effet, la restriction de 10 requêtes maximum par semaines risque de vous poser problème le cas échéant. Payez cette mention (19€) et vous ne serez plus limité par un quelconque nombre de requête !

Mais je ne peux que déplorer qu’il faille payer pour accéder à cette option « requête illimitée » qui fut gratuite pendant plus de 12 ans !

 

« Je suis amoureux de ville où je ne suis jamais allé et de gens que je n’ai jamais rencontrés. »

Melody Truong

.


.

4. La sécurité

 

Vous êtes quelques peu craintif ? Et si vous retombiez sur un pervers narcissique ou un obsédé sexuel ? Et si ? Et si ? …

Ne vous inquiétez pas, le système est plutôt sécuritaire !

Sachez qu’il y a un système de référence pour chaque personne, hôte comme couchsurfer. Vous saurez d’emblée ce que chacun a pensé d’autrui, s’il y a eu des problèmes etc…

Grâce à ces avis, vous pourrez entrapercevoir la motivation de votre futur hôte (bien que l’on ne puisse jamais être sûr à 100% des intentions profondes d’une personne, cela va sans dire).

Ainsi, plus une personne a de référence positives et plus celle-ci est censée être « bien ».

 

  • Bref, si jamais vous vous lancez dans cette expérience pour la première fois, choisissez une personne avec des références !

Moi-même, je ne dors jamais chez une personne qui n’a aucune référence. Même après 2 ans d’expérience sur le site. On ne sait jamais sur qui l’on peut tomber. Prudence est mère de sûreté comme on le dit si bien !

 

  • En outre, si jamais vous êtes une fille, il peut être plus rassurant de dormir chez une femme la première fois, que chez un homme.

Moi-même, c’est ce que j’ai fait lors de ma première expérience couchsurfing.

Comme cela s’était très bien passé, j’ai tenté chez un homme dès la deuxième fois, et cela s’était révélé une très bonne expérience là-aussi.

Finalement, j’aurais eu une vingtaine d’expériences couchsurfing avec des hommes, et seulement quatre avec des femmes.

Et jamais aucune mésaventures liés aux hormones masculines en ébullitions.

 

Pourquoi est-ce que j’ai plus d’expérience cs avec les hommes ?

 

Tout simplement car ils sont plus nombreux sur le site et SURTOUT, car ils répondent à mes requêtes.

Ce n’est pas systématique mais beaucoup de femme ont tendance à ne jamais me répondre, ou à me répondre quelques semaines après, quand la requête est expirée depuis longtemps. C’est plutôt agaçant à vrai dire.

Les hommes sont plus directs et donnent une réponse tout de suite, qu’elle soit positive ou négative.

Ce n’est bien sûr pas une règle absolue, mais une tendance générale que j’ai observé ces deux dernières années à travers l’Europe.

Et puis, j’imagine que le fait d’être une jeune fille blonde aux yeux bleu facilite les choses. De manière générale, les hommes préféreront héberger des filles que des garçons (sans arrière-pensée).

D’ailleurs, pratiquement tous les hommes chez qui j’ai séjourné étaient des perles ! Beaucoup sont devenu des amis avec qui je garde le contact régulièrement.

Il y en a même un que je considérais un peu comme mon deuxième père, qui m’a accueillie et traité comme un membre de sa famille, comme sa fille…

 

M’est-il déjà arrivé une mésaventure en couchsurfing ?

 

Oui, une seule et c’était assez effrayant. D’autant plus que mon hôte avait une centaine de références positives à son actif, bien qu’elles dataient de plus de 3 ans et que cela faisait longtemps qu’il n’avait plus accueilli de couchsurfer chez lui.

Comme quoi les gens changent …

Pour faire court, je séjournais chez un homme vraiment sympathique mais alcoolique et inconscient.

Il m’a mise en danger et, alors qu’il était absent de chez lui et que je dormais seule dans sa cabane, je me suis retrouvée asphyxié par la fumée vers 2h du matin, ce qui m’a réveillé immédiatement.

Il avait laissé tous les appareils de la pièce à vivre allumés, dont la cuisinière sur laquelle il avait posé 3 bouteilles d’alcool sur les plaques chauffantes ! J’ai vraiment crus que ça allait exploser… Et si jamais je ne m’étais pas réveillée, j’aurais pu être intoxiquée par la fumée et mourir asphyxiée.

J’ai vraiment eu peur pour ma vie ce jour-là…

 

Si jamais vous voulez connaître la version longue de l’histoire et tous les détails, je vous renvoie à la dernière partie de mon article sur l’envers du voyage.

Bref, si l’on met de côté cette histoire, je garde vraiment des souvenirs positifs et inoubliables de toutes mes expériences en couchsurfing ! Pour rien au monde, je ne renoncerais à ce concept formidable !

 

« Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange. »

Fréderic Lecloux

.


 

5. Quelques conseils sympathiques

 

  • Renseignez au maximum votre profil !

Mettez des photos de vous dont au moins une avec le visage découvert. Parlez de vos centres d’intérêts, de vos passions, de votre vie, de vos rêves, de votre philosophie etc…

Plus votre profil sera complété et plus vous inspirerez confiance aux gens !

 

  • Ayez un profil original et démarquez-vous des autres !

Les phrases type « je suis ici pour faire des rencontres » ou « j’aime voyager » risquent de vous faire plonger droit dans la masse ! Certains hôtes chez qui j’ai séjourné n’acceptaient que les profils originaux et refusaient systématiquement les profils trop banals.

 

  • Ecrivez la totalité de votre profil en anglais !

De même pour les requêtes que vous envoyez. C’est la langue internationale par excellence et la langue commune utilisé sur le site par tous les utilisateurs.

 

  • Si vous voyagez beaucoup et changez d’endroits tous les deux 2 jours, il peut être plus facile et intéressant d’être « membre vérifié » pour avoir accès aux requêtes illimitées.

Sinon, aucun utilité en terme de confiance comme je l’avais écrite plus haut…

 

  • Lorsque vous séjournez chez l’habitant, offrez-lui un petit cadeau de chez vous (une spécialité locale de votre région, une bougie aux senteurs de vos paysages, une carte postale avec un mot de remerciement).

Rien ne vous oblige à le faire mais c’est une façon de remercier votre hôte !

Vous pouvez aussi faire des courses et lui cuisiner un repas bien appétissant et succulent (mais ne cherchez pas à l’empoissonner avec vos talents culinaires douteux !).

Ou tout simplement lui donner un coup de main pour le ménage, le jardinage, la cuisine, la langue etc…

 

  • Enfin, faites une requête personnelle et innovante !

Si vous écrivez une requête type : « Bonjour, je cherche un hébergement pour les nuits de telle date à telle date dans votre charmante ville. Nous sommes deux voyageurs agréables et amusants. Accepteriez-vous de nous loger chez vous ? Merci, bonne soirée et au plaisir de se rencontrer… », Vous vous tirez vous-même une balle dans le pied !

Certains hôtes, en particulier ceux qui habitent dans les capitales, reçoivent plus de 50 requêtes par jour ! Démarquez-vous ! Et surtout, donnez envie à l’hôte de vous rencontrer !

Pourquoi VOUS plutôt qu’un autre ? D’ailleurs, pourquoi tenez-vous tant à séjournez chez lui ? Parlez de vos intérêts en commun !

Je sais, cela fait un peu entretien d’embauche pour une grosse entreprise !

 

  • Pour finir, rappelez-vous : plus c’est long, plus c’est bon ! (non, je n’ai pas l’esprit mal placé …)

N’hésitez surtout pas à écrire un pavé lorsque vous écrivez une requête, cela montrera à l’hôte que vous êtes motivés et surtout, que vous lui témoignez du temps ! Cela lui fera grandement plaisir !

 

 Bref, il ne reste plus qu’à vous inscrire !

https://www.couchsurfing.com

 

« Un pays, c’est pour moi, une visage, un sourire, un accueil, un prénom, bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières »

Pierre Fillit

 


.

6. Partage d’expériences !

 

Comme je suis gentille (après tout je ne m’appelle pas Angélique pour rien), je vous partage quelques-unes de mes expériences en couchsurfing.

Des activités que j’ai pu découvrir, des endroits que j’ai pu visiter, des pratiques que j’ai pu expérimenter grâce à mes hôtes…

(Liste non exhaustive bien évidemment !)

 

  • Assister au match France/Allemagne de l’euro 2016 avec deux autres couchsurfeuses allemandes dans un pub en Irlande

Moi qui déteste le football, je dois avouer que c’était très amusant de me retrouver à soutenir ma patrie face à deux allemandes, dans un autre pays. Et avec mon hôte irlandais qui soutenait l’Allemagne qui plus est !

IMGP6473

 

  • Manger pour la première fois dans un restaurant japonais avec Léo, mon hôte Strasbourgeois et ses amis de la faculté

imgp1916

 

  • Participer à un cours de salsa avec Vincent, mon hôte en Guadeloupe

 

  • S’improviser professeur de français et donner des cours de langue à Ivana, mon hôte à Prague

IMGP4052

 

  • Pratiquer la méditation dans un centre de méditation tenu par un moine bouddhiste du Sri Lanka avec Bianca, mon hôte à Vienne

IMGP4319

 

  • Boire du rhum sur la plage de la Datcha en Guadeloupe avec Ross, mon hôte australien et deux polonaises

IMGP8021

 

  • Faire la tournée des pubs (avec du jus de fruit pour moi, je n’aime pas la bière !) à Dublin avec Mustafa, mon hôte Libanais et ses colocataires

IMGP9586

 

  • Découvrir les fresques militaristes de Belfast dans le quartier loyaliste avec Keith, mon hôte en Irlande du Nord

 

  • Assister à mon premier event meeting couchsurfing et faire une multitude de rencontres enrichissantes à Galway, en Irlande

IMGP8593

 

  • Découvrir et participer à mon premier Food not Bombs avec Pascal, mon hôte à Strasbourg

Collecte d’aliments vegan dans les jardins, les marchés et parmi les invendus des boutiques bio. Cuisine toute la journée avec les autres membres de l’association. Distribution gratuite de repas vegan aux passants dans la rue, tout au long de la nuit etc…

Une expérience vraiment enrichissante que j’ai adoré !

Retrouvez le récit complet de cet événement à la fin de mon article sur Strasbourg !

imgp2188

 

Et puis il y a aussi toutes ces randonnées :

 

  • Sur l’île de la Désirade en Guadeloupe avec Laurent

IMGP0559

 

  • Dans les montagnes de Wicklow en Irlande avec Stefanos, Paulina et Roxane

DSCN0157

 

  • Dans la ville de Grenoble avec Elise en France

IMGP7197

Etc…

 

Toutes ces visites :

 

  • Le château de Sisi avec Bianca en Autriche

IMGP4296

 

  • Le château de Malahide avec Roxane et Paulina en Irlande

DSCN0272

 

  • Le château de Prague et le pont St Charles avec 4 couchsurfeuses Indiennes en République-Tchèque

IMGP3610

Etc…

.

Tous ces prénoms riches de souvenirs et d’expériences :

 

Alex, Amélie, Andrea, Benny, Bianca, Colm, Deborah, Dorie, Elise, Flo, Guillaume, Harvinder, Ivana, Jack, Joao, Karola, Keith, Laurent, Lenka, Leo, Maria, Mariam, Milos, Morlin, Mustafa, Nathalia, Nicholas, Pascal, Paulina, Ross, Roxane, Sophie, Stefanos, Thomas, Thibault, Todd, Vincent, Yonathan et tant d’autres que j’oublie certainement !

 

Tous ces types d’hébergements :

 

Lit, canapé, matelas par terre, sac de couchage sur le sol, hamac et même une capsule !

IMGP0861IMGP0866 (2)IMGP2193 (2)DSC_0779 (2)IMGP7381 (2)IMGP3475 (2)

 

Et puis il y a toutes ces photos, ces instants capturés pour l’éternité… 

IMGP5627IMGP4749IMGP7357DSCN0287IMGP7193IMG_20170504_134548IMGP8154IMGP5923DSC_0774IMGP3478DSCN0236IMGP7352IMG_20160731_175050IMGP3484

 

“Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace.”

Alexandra David-Néel

Publié dans Pensées vagabondes

J’ai tout plaqué… Qu’en est-il 6 mois après ?

 

6 mois désormais… 6 mois que j’ai choisi de tout plaquer pour débuter une nouvelle vie.

6 mois que j’ai rendu mon appartement, quitté mes études de droit à quelques mois de la licence, renoncé à mes bourses au mérite et sur critère sociaux.

6 mois que j’ai décidé d’embrasser une vie alternative de voyage et d’aventure à temps plein, devenir une nomade et parcourir le monde…

 

 

J’ai décidé de renoncer à un futur stable et confortable financièrement, à la sécurité d’un chez-soi permanent, à la propriété, à la cotisation d’une pseudo et hypothétique retraite…

Mais aussi à la routine, à l’habituation au monde, au train-train journalier, au stress quotidien, au travail sans relâche qui ne laisse que peu de temps pour savourer la vie et l’instant présent.

Ce fut la décision la plus difficile à prendre dans ma vie car tout me poussait à continuer encore sur cette voie : la peur et l’incertitude d’une telle vie sur le long terme, l’ego d’obtenir mon diplôme…

Mais je n’ai pas faibli, je n’ai laissé ni mon ego ni ma raison longtemps formatés par la société, prendre le dessus sur mon âme et mon cœur…

 

 

Cela m’a pris plus d’un an pour prendre cette décision, un an à me torturer sans relâche, 1 an d’introspection chaque jours.

 

Après m’être fondue dans le moule toute ma vie et m’être insérée dans le système scolaire avec assiduité, 1ère de la classe durant une dizaine d’année, après avoir renoncé à mes rêves d’enfants pour choisir une voie plus conventionnelle, après avoir vécu dans la société de surconsommation, dans le superflu à désirer des choses matérielles : 1 an, voilà le temps qu’il m’a fallut pour me détacher de l’emprise de la société pour retrouver ma liberté originelle !

C’est ainsi qu’à 20 ans, j’ai décidé de tout plaquer pour recommencer une nouvelle vie, en accord avec mes aspirations profondes, mes passions et mes rêves !

 

Et aujourd’hui, 6 mois après cette décision ô combien décisive pour mon épanouissement personnel et mon bonheur, je vis le paradis chaque jours ou presque !

Comme je m’y attendais, je ne regrette pour rien au monde ce choix de vie.

Certes, je vis dans l’incertitude, avec très peu d’argent, je ne sais de quoi mon avenir sera fait, mais avancer dans le brouillard avec pour seul guide mon cœur est tellement jouissif !

 

Je chemine petit à petit sur la voie de ma vie, je continue à en apprendre davantage sur moi-même, je poursuis mon cheminement spirituel, je vis l’instant présent, je m’émerveille d’un simple brin d’herbe frétillant sous le vent, je me reconnecte pleinement avec la mère nature, je fais des rencontres extraordinaires chaque jours, je vis des expériences indescriptibles, je contemple des paysages fabuleux, j’expérimente des activités complètements folles, bref je vis pleinement !

Je fais en sorte de n’avoir aucun regrets, de vivre comme si je devais mourir demain car tout change et rien ne persiste. Je ne m’attache à aucuns biens matériels, je me détache de mon ego et tente de faire de même pour ma conscience individuelle.

 

Je cumule les souvenirs et les expériences afin d’ETRE et non avoir.

 

Alors qu’auparavant je nourrissais seulement mon corps et mon esprit, aujourd’hui, je nourris aussi mon âme.

Je ne me préoccupe plus des choses futiles de la vie, et en dehors de l’entretien quotidien de mon bonheur, je ne cherche qu’une seule chose : la pleine réalisation de soi, l’éveil ultime car « une seule chose compte : cheminer vers elle pour étancher à jamais notre soif la plus profonde, celle d’une totale harmonie intérieure et d’une profonde union avec le monde ».

 

Ces 6 derniers mois ont été riches en expériences et en apprentissages notamment ces trois derniers mois où je suis partie à la conquête de la Pologne, de l’Autriche, de la Slovaquie, de l’Allemagne, de la République Tchèque et dernièrement de la Guadeloupe.

IMGP8257 (2)

 

Je vis de merveilleuses aventures (comme d’âpres mésaventures parfois), mon esprit est constamment en éveil et j’ai préservé cette capacité magique que nous avions tous enfant : s’émerveiller pour un rien (ou pour un Tout) !

Ce n’est que le début de ma vie et elle est déjà tellement riche ! Je me sens tellement reconnaissante envers l’univers !

En attendant, je ne me pose pas trop de questions, je savoure le présent et le bonheur en moi-même, j’écoute mon cœur et je pars conquérir mes rêves les plus fous !

 

Je vous souhaite à tous de réaliser vos rêves les plus profonds ! ❤

 

IMGP9547

« On ne naît pas libre, on le devient »

Publié dans Pensées vagabondes

Pensées vagabondes autour du retour de voyage

 

Rentrant tout juste de mon dernier voyage d’un mois en Europe de l’Est, je m’étonne chaque fois lorsque je lis combien le retour est difficile pour beaucoup de voyageurs.

Pour ma part, je n’irais pas jusqu’à dire que je me fais une joie intense de rentrer chez moi, mais je ressens tout de même une grande part de satisfaction à chacun de mes retours.

 

C’est le bonheur des retrouvailles avec ses proches, sa famille, ses animaux. C’est aussi le retour à ses racines, à ses origines.

C’est le plaisir de retrouver un semblant de confort après avoir passé plusieurs semaines dans l’incertitude, à attendre plusieurs heures qu’une voiture veuille bien me prendre en auto-stop, à me retrouver régulièrement à 23h du soir sans endroits où dormir…

 

N’en déplaise à chacun, j’adore ce mode de vie !

J’aime partir à l’aventure et sortir de ma zone de confort : ce n’est que par ce biais que je peux grandir et en apprendre plus sur moi-même, que je peux avancer sur le chemin de la vie et devenir celle que je me destine à être plus tard.

Mais il est vrai que vivre de la sorte chaque jour peut-être fatiguant sur le long terme. Aussi j’aime de temps à autre m’accorder une petite pause en France avant le prochain départ.

 

Ayant choisie de vivre une vie de voyage à plein temps, je n’ai guère le temps de m’installer dans une routine à mon retour.

A peine arrivée, le sac-à-dos tout juste défait, les affaires de trekking trainant encore dans le couloir, qu’il me faut déjà repartir…

 

La semaine dernière encore, rentrant tout juste de mon petit tour d’Europe de l’est, je ne suis restée que deux jours dans ma région avant de repartir pour un petit trip d’une semaine dans le sud-est de la France.

Je suis rentrée avant-hier mais déjà j’entends résonner le glas de mon prochain voyage qui approche, déterminé et impatient, ne me laissant guère le temps de souffler.

 

« Dans ces instants privilégiés, le pèlerin fait l’expérience du bonheur. Comblé, il est tenté d’interrompre son voyage et de s’octroyer le repos. Une trouée s’opère dans le Ciel : son âme veut y grimper. Pourquoi donc repartir, quand la béatitude est là- à portée de main ? Pourquoi s’acharner à marcher, encore et toujours, vers un but incertain ? Illusion. Il est trop tôt pour faire de l’étape sa demeure. Trop tôt pour s’installer de nouveau. Ainsi, le pèlerin évitera de s’attarder pour ne pas recréer ses attaches. »

Gaële de la Brosse

 

Ainsi, le temps, invention de l’homme brisant la magie de l’instant présent, ne me laissera que deux petites semaines de pause et de retrouvaille avec ma famille durant les vacances de pâques (durant lesquelles je travaillerai dans les centres aérés pour renflouer mon maigre et vide porte-monnaie), que je repartirai déjà à l’aventure, et ce pour deux mois en Italie !

Ceci explique peut-être pourquoi j’aime tant rentrer chez moi.

Contrairement à la majorité des personnes qui voyagent, je n’ai aucune obligations qui m’attendent à mon retour, aucun travail à reprendre. Je peux repartir en voyage dès le lendemain si l’envie m’en prend.

Je n’ai pas de dure réalité à laquelle me confronter.

Ma vie entière me comble de bonheur et je vis un rêve éveillé, même si j’admets que ce n’est pas toujours rose chaque jours.

Certains partent en tour du monde un an ou deux mais cela ne dure pas, ce n’est qu’une courte évasion avant de reprendre le chemin de la routine et du train-train quotidien. Dès lors, je comprends tout à fait pourquoi le retour de voyage peut-être une chose si difficile et compliqué à vivre pour certains.

Je me réjouis donc de ne pas vivre ces émotions et de vivre mon rêve chaque jour…

 

Je voyage toute l’année si ce n’est trois, quatre mois de job étudiant durant les petites et grandes vacances. Du moins, c’est mon rythme de vie pour cette année seulement…

A partir de l’année prochaine, je m’envolerai 1 an et demi pour la Nouvelle-Zélande, puis après une pause plus ou moins longue en France, direction l’Asie pour 3 ans approximativement.

Je n’ai donc guère le temps de m’ennuyer et de m’engluer dans les sempiternelles et moroses habitudes de la vie de tous les jours.

 

Et puis, le voyage ne s’arrête jamais complétement et continue inlassablement d’une quelconque manière. Les souvenirs restent, nous évoluons et changeons nos perspectives.

De même, il y a toutes les photos de voyage à trier, les carnets de bords à écrire, les fiches de dépenses à consigner, les souvenirs à ranger et à offrir, les articles à écrire…

Cela se poursuit aussi par la lecture de livres d’aventures et de voyages, par la correspondance avec les nouvelles amitiés tissées durant mes pérégrinations, par la préparation plus ou moins avancée des prochaines escapades, par les rêveries éternelles autour des futurs et bienheureux projets etc…

 

Alors, oui, je le dis sans gêne ni crainte, j’aime rentrer dans ma région, même si ce n’est que pour quelques jours ou quelques semaines !

Cela fait-il de moi une fausse amoureuse des voyages ?

Bien sûr que non !

 

A mon sens, il est important par moments de se ressourcer, de se recentrer et de retrouver un semblant de repère avant de repartir de plus belle à l’aventure, le corps reposé, l’esprit léger et le cœur regonflé d’amour.

Attention cependant à ne pas tarder trop longtemps sur place et dans ses habitudes, au risque de retrouver la routine tant détestée, de retarder son cheminement intérieur et son évolution spirituelle, et de perdre l’essence même du voyage…

 

D’ailleurs, l’état de voyage peut se vivre aussi bien chez soi, dans sa ville natale, dans sa paisible campagne, dans son village d’enfance… Inutile de parcourir des milliers de kilomètres, tout est un état d’esprit.

Il suffit d’être présent au monde qui nous entoure, d’être attentif à ce petit bruissement d’herbe qui frétille sous le vent, à ce coucher de soleil coloré et chaleureux dans notre jardin, à cette fleur rayonnante qui bourgeonne dans le pré en bas de chez soi…

En voyage, nous sommes constamment assaillis par une multitude d’odeurs inconnues, de bruits excitants, de paysages fantastiques, de mains tendues généreuses. Nous avons l’esprit grand ouvert et un regard nouveau porté vers le monde. Nous sommes dans l’instant présent, attentifs à chaque chose.

C’est ce qui fait d’ailleurs défaut dans la vie routinière et sédentaire : cet état de présence à la vie.

La plupart des gens s’enferment dans leurs pensées sombres et préoccupantes, où tout n’est qu’une question de course effrénée contre la montre, à la poursuite d’un laps de temps salvateur qui permettrait de se poser et de savourer l’instant présent.

Voilà pourquoi il est tellement important de ne pas s’enfermer dans une routine à son retour, de cultiver cet état d’esprit que nous avons tous en voyage.

Etre présent, savourer la vie, être attentif à notre environnement nouveau chaque jours, avoir l’esprit aussi curieux ici qu’ailleurs…

C’est selon moi l’une des clés du bonheur, une clé qu’il faut expérimenter et travailler au quotidien. C’est un travail sur soi, un état d’esprit à acquérir et à développer constamment. Pour pouvoir Etre tout simplement…

 

« Et si, finalement, revenir était un mot plus beau encore que partir ? Fallait-il que j’aille cheminer aux confins du monde pour rentrer chez moi ? Je cherchais sans doute à aller voir là-bas si j’y étais, mais « je suis », tout simplement, ici et maintenant. Au final, la plénitude et l’immensité auxquelles j’aspirais ne sont nulle part ailleurs qu’en moi. »

Marie-Edith Laval

 

Ainsi, si chaque personne en ce monde cultivait cet état d’esprit au quotidien, nul doute que les retours de voyage seraient plus faciles à vivre pour tout un chacun.

J’essaye moi-même de cultiver cet état de présence à chaque instant, même s’il m’arrive par moments de m’empêtrer dans les inepties du temps et de l’inquiétude.

J’essaye de regarder ma ville natale sous un jour nouveau, ses habitants comme des étrangers qui ont tout à m’apprendre, cette nature à ma porte comme un paysage fabuleux…

Je me libère tant bien que mal de mes attachements. Je fuis la routine comme si j’étais pourchassée par un essaim de guêpes avide de mon bonheur, car après tout, l’habituation au monde et à ce qui nous entoure est un prédateur terrible entravant notre éveil à la vie…

C’est un exercice auquel il faut se familiariser chaque jour mais qui apporte tellement !

 

Bien entendu, même si je me sens bien dans ma famille, je ne cesse pas pour autant d’aspirer à de longs et futurs voyages qui, sans nul doute, m’apporteront tant sur le plan extérieur qu’intérieur.

Même si le voyage se poursuit de façon incontestée à notre retour, il est plus aisé de cheminer sur la voie de sa vie lorsque l’on sort de sa zone de confort et que l’on se relève inconditionnellement après monts et embûches, après moult épreuves survenant en voyage et nous apprenant chaque fois quelque chose de nouveau sur soi ou sur le monde qui nous entoure…

J’admets qu’il est possible de vivre tout cela chez soi, mais cela sera certainement plus long et ma jeunesse imprévisible et impatiente me pousse à une quête de soi permanente.

Un cheminement de toute une vie. Le voyage est d’ailleurs un apprentissage perpétuel…

Avide de curiosité, je ne peux m’entraver volontairement des leçons que la vie a à m’apprendre.

Je n’aurais jamais assez d’une vie pour grandir et me découvrir en profondeur, mais cette quête de soi est tellement enrichissante que je me dois de poursuivre cette voie incessamment, sans cesse et à jamais…

 

IMGP0025

« La parenthèse qu’il a ouvert le jour où il a pris la route ne s’est pas refermée. Il se tient désormais en état de veille, prêt à un nouveau départ. Quand arrivera ce jour béni où s’achèvera son pèlerinage sur la Terre ? Nul ne le sait. Pour celui qui traverse son existence en cheminant, la vie est interrogation, et le chemin est mystère. »

Gaële de la Brosse

Publié dans Truc muche et Machin chose

Nomination au Liebster Award !

Roulement de tambour… Projecteurs allumés… Tapis rouge déployé… C’est parti pour ma toute première nomination aux Liebster Award !

 

En effet, j’ai eu l’heureuse et agréable surprise il y a quelques semaines d’être nominée par Marine du blog voyage Affranchie ! Une nouvelle qui m’a rendu enthousiaste et reconnaissante toute la journée alors que j’étais en train de me déchaîner sur la spectaculaire patinoire extérieure de 7 000 mètres carré à Vienne (avant de foncer droit vers un muret, mais ça il ne faut pas le dire)…

Affranchie : un blog que vous devez découvrir absolument soit-dit entre nous !

A travers ses articles riches et variés, Marine offre de très belles réflexions profondes et pertinentes sur le voyage. Elle s’interroge sur l’individu, elle se questionne sur la place du voyage dans nos vies et à notre époque, la reconnaissance des aventurières dans le monde etc… Elle nous partage ses pensées et creuse le fond des choses avec adéquation et richesse.

Bref, un blog voyage comme je les aime !

 

Mais qu’est-ce donc que les Liebster Award ?

 

Sacrilège et damnation ! Vous ne savez donc pas ce qu’est que cette chose extraordinaire et ô combien fabuleuse ?

Trêve de plaisanterie (ou de sincérité), il s’agit tout simplement d’une récompense virtuelle visant à promouvoir les blogs (nouveau généralement mais pas obligatoirement) que l’on aime particulièrement.

Le fonctionnement est très simple : un peu à la manière d’une chaîne, il faut citer et mettre le lien du blog qui nous a nominé, révéler 11 choses sur soi-même, répondre à 11 questions, poser 11 nouvelles questions et nominer 11 bloggeurs que l’on aime bien (et les prévenir bien entendu).

Voili, Voilou !

 

11 petites anecdotes sympathiques sur moi :

 

  • Chaque matin si j’ai le temps, je pratique la salutation au soleil (yoga) dans la nature.

Cela me permet de profiter des premiers rayons du soleil dès le matin et de commencer la journée du bon pied avec enthousiasme et bonne humeur !

 

  • Je raffole des moules marinières avec des frites (bon, c’est aussi la spécialité de ma région) !

Aussi bien les manger qu’aller à la pêche aux moules !

14086484_1192545930806761_4905523275039870430_o
A la pêche aux moules au Portel avec ma meilleure amie et mon frère !

 

  • Adolescente et enfant, j’écrivais de la poésie.

J’ai même gagné un concours national, une fois !

Amettes - plan de visite - 60227

 

  • On ne dirait pas comme cela, mais je suis une vrai geek !

Je peux passer des jours entier sur Assassin’s Creed ! Mon opus préféré est la trilogie d’Ezio Auditore da Firenze notamment, ainsi qu’Assassin Creed Syndicate avec Jacob et Evie Frye si vous voulez tout savoir !

Et je joue encore à Pokémon (oui encore aujourd’hui !), j’ai même gardé ma Gameboy color et ma Gameboy advance ! D’ailleurs, je trouve Pikachu trop mignon !

Jpeg

 

  • J’adore faire de la balançoire !

Ce mouvement de va et vient perpétuel me procure allégresse, euphorie et liberté !

IMGP3349
Photo prise il y a à peine 2 mois !

 

  • J’ai un grand frère qui est magicien.

Il pratique la prestidigitation, le close-up et depuis peu, le mentalisme et l’hypnose. Lorsque j’avais 10ans, il m’a d’ailleurs coupé en deux et planté des sabres dans ma tête !

 

  • A mes heures perdues, j’aime bien faire du scrapbooking et toutes sortes d’activités manuelles créatives.

 

  • Je ramène très souvent de nouvelles peluches en souvenir à chacun de mes voyages !

C’est l’un de mes points faibles face à une chose mignonne et douce : je craque !

IMGP5392

 

  • Je suis motarde. Mon petit bébé est d’ailleurs une CBR de chez Honda !

imgp2720

 

  • J’ai vécu une expérience paranormale effrayante à l’âge de 10 ans et depuis ce jour, je crois fermement aux esprits.

C’est d’ailleurs l’une de mes plus grandes peurs aujourd’hui…

 

  • Je suis une fan invétérée de Game of Thrones depuis plus de 6 ans !

Mes personnages préférés (vivants jusqu’à aujourd’hui, mais peut-être plus pour longtemps) sont Arya Stark, Jaime Lannister et Tyrion Lannister !

J’aime aussi beaucoup Brienne de Torth, Sandor Clegane et Jorah Mormont. Néanmoins, je ne supporte pas Sansa Stark et Brandon Stark (il a quand même tué Hodor ce petit c**) !

D’ailleurs, pour mes 20 ans, j’ai eu droit à un gâteau d’anniversaire GOT ! La même année, j’ai pu assister à l’exposition Game of Thrones à Paris et m’asseoir sur le fameux trône de fer !

 

 

Les 11 questions de Marine :

 

  • Tu es seul sur une île déserte. Tu as le choix d’emmener trois objets qu’emmènes-tu ?

Tout d’abord, j’emmènerais une malle remplis de livre avec moi (eh oui, je triche un peu sur le contenu mais une malle en tant que tel cela compte comme un objet non ?) car je suis férue de lecture et dévore toutes sortes de livre à grande vitesse.

Ensuite, j’emporterais avec moi un couteau (affuté de préférence) parce que la survie c’est important tout de même (couper le bois, assurer sa défense, fabriquer toutes sortes d’outils etc…).

Enfin, j’emmènerais avec moi une trousse et un cahier pour lutter contre la solitude et la folie par le biais de l’écriture tout en laissant une marque de mon passé, un souvenir de cette époque solitaire et de ces jours qui se succèdent inlassablement sans fin…

 

  • Dis-moi une citation que tu aimes particulièrement ?

 « Dans 20 ans vous serez plus déçu par ces choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port ô combien sécurisant. Explorez. Rêvez. Découvrez »

Mark Twain

Cette citation m’inspire constamment et me rappelle combien la vie est courte. Il faut prendre en main ses rêves dès maintenant afin de savourer pleinement la vie et n’avoir aucuns regrets !

 

  • Ta conception du bonheur ?

Une pensée à cultiver, un sourire à afficher, l’instant présent à savourer… Le bonheur est à l’intérieur de nous-mêmes, c’est à nous de le trouver, de cheminer vers lui chaque jours puis de l’entretenir en étant positif et reconnaissant envers la vie pour ce qu’elle nous offre. La gratitude et l’amour sont des pouvoirs exceptionnels que peu de gens expérimentent malheureusement.

Comme le dit Mark Nepo : « La fleur ne rêve pas de l’abeille. Elle fleurit et l’abeille vient à elle ».

 

  • Si tu étais un pays ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter la majeure partie de notre belle planète mais idéalement, je m’imagine bien en Finlande ou au Canada (même si je n’y suis encore jamais allée pour le moment) : grands espaces sauvages, nature à profusion, pins à perte de vue, terre dépeuplées, cabanes dans les bois cosy et solitaires, montagnes enneigées, lacs et forêts …

Ces deux pays font rêver l’amoureuse de la nature que je suis !

 

  • Tu as la possibilité d’emmener dîner un personnage historique qui emmènes-tu ?

J’aimerais beaucoup dîner en compagnie de Lao Tseu ! Lui poser des questions à propos du Tao-te-king et du Taoïsme afin qu’il puisse faciliter mon éveil et ma compréhension des choses.

 

  • Qui est le plus grand artiste toutes époques confondues ?

La magie qui est à l’œuvre dans le monde, celle qui est à l’origine de toute chose et de l’univers : voici la plus grande artiste selon moi !

 

  • Le don d’ubiquité ou l’immortalité ?

Au risque de surprendre, ni l’un ni l’autre.

C’est notre condition de mortelle qui fait que nous puissions vivre plus intensément notre vie. Si nous n’étions pas pris par le temps, sans doute nos vies seraient plus mornes et nous remettrions nos rêves au lendemain, inlassablement … La vie est courte, de ce fait nous la vivons avec plus d’intensité pour la savourer pleinement ! Donc le don d’immortalité ne me parait pas une bonne chose.

De même pour le don d’ubiquité, je suis un peu plus réservé et moins renfermé quant à ce don mais il me semble que le fait de se retrouver partout à la fois nous empêcherait de nous centrer et de vivre l’instant présent.

 

  • Un acteur, une actrice préférée ?

Question difficile ! J’en aime beaucoup mais difficile d’en choisir un ou une en particulier. Je n’ai pas spécialement de préférence… En acteur, je dirais donc Sean Bean, Brad Pitt, Vin Diesel, Harrison Ford et Ian McKellen.

En actrice : Angelina Jolie et surtout un gros coup de cœur pour Uma Thurman ! Notamment pour son rôle dans Kill Bill qui est l’un de mes films favoris !

IMG_3558
Petit cosplay de Beatrix Kido (Kill Bill) à mes 18 ans !

 

  • Un livre préféré ?

« Le philosophe qui n’était pas sage » de Laurent Gounelle !

Une observation adéquate et profonde remettant en cause le fondement de notre société. Une lecture qui pose débat sur notre mode de vie et les bases de notre civilisation destructrice et déplorable, une lecture qui fait réfléchir et qui bouscule nos pensées !

Un conte philosophique dépeignant notre mode de vie consumériste et individualiste engendré par la société qui nous formate depuis notre plus jeune âge.

Mais aussi une invitation à renouer avec nos origines profondes, à nous rapprocher de la nature et à vivre en harmonie avec celle-ci.

Bref, une lecture à méditer !

 

  • Un événement récent dans l’actualité qui t’as particulièrement touché ?

Les attentats en France. Non pour l’horreur que cela inspire mais pour les réactions qu’elles engendrent en France.

C’est dans ces moments-là où les gens se rassemblent pour exprimer leur peine que je me sens indéfectiblement étrangère et à l’opposé de leurs émotions…

J’ai le sentiment de me trouver face à une population peuplé de personnes immanquablement racistes, égoïstes, individualistes, centrés sur leur propre personne, concernés que par les faits susceptibles de les toucher directement, incapables de se mettre à la place de personne trop différentes d’eux, incapables d’humanisme et d’humanité !

Pourquoi donc me demanderiez-vous ?

A cause de cette p**** de sélectivité et hiérarchie des morts qui ne fait qu’aggraver cette perception que j’ai de mes semblables français !

Pourquoi tant de pleurs, tant de peines pour nos morts français, et à la fois tant d’indifférence et de mépris pour les victimes d’attentats d’autres pays ? Je pense notamment à Beyrouth par exemple.

Je n’ai pas supporté cette hiérarchie des morts, cette hypocrisie des français, cette sélectivité et cet égoïsme ! Un mort français devrait avoir autant d’importance qu’un mort Libyen mort dans les mêmes circonstances par exemple.

Les français ne se sentent concernés que lorsque cela se rapporte à eux, ce qui se passe à l’étranger ne les touchent pas, l’humanisme se perd pour laisser place à l’individualisme.

Tout comme le filtre facebook français qui fut la preuve d’une sélectivité atroce et monstrueuse puisque de telles choses ne sont pas faites pour les pays témoins des mêmes évènements mais appartenant à la sphère des pays pauvres, sous-développés et qui subissent le mépris des géants au pouvoir dans cette société capitaliste prête à tout pour la suprématie, l’hégémonie et la domination…

Bref, petit coup de gueule de ma part car les attentats terroristes se produisent régulièrement en Europe depuis quelques années mais n’ont pas la même valeur tragique aux yeux des citoyens des pays développés, que ceux produits dans les pays d’Afrique ou du Moyen-Orient…

Avant de nous distinguer par notre nationalité, notre couleur de peau, notre religion, notre richesse, notre profession… il est important de se rappeler que nous sommes avant tout des êtres humains dotés d’une âme et d’un cœur !

« La terre est ce que nous avons tous en commun. »

(Wendell Berry)

 

  • Si Dieu existe, qu’aimerais tu qu’il te dise ?

De faire confiance en l’univers, de me laisser transporter par la vie et de lâcher prise car la vie est magique !

 

Mes 11 questions curieuses pour les petits chanceux :

 

  • Comment vois-tu ta vie dans 10 ans ?

 

  • Pourquoi as-tu créé ce blog ?

 

  • Comment as-tu trouvé le nom de ton blog ?

 

  • Quel est ton plus beau souvenir de voyage, celui qui te laisse encore des traces dans l’âme ?

 

  • Quel est ta plus grande mésaventure, ta pire expérience en voyage ?

 

  • Quel est le plat le plus insolite que tu ais mangé jusqu’à présent ?

 

  • Quel est le moment le plus gênant que tu aies eu à vivre dans ta vie (eh oui, curiosité malsaine) ?

 

  • Un rêve en particulier à réaliser, aussi fou soit-il ?

 

  • Un aventurier, voyageur qui t’inspire grandement ?

 

  • Ta façon de voyager par excellence ?

 

  • Un évènement, une rencontre, quelque chose qui a bouleversé ta vie de façon radicale et modifié ta façon de voir les choses ?

 

Et surprise… Les 11 nominés sont :

 

Là aussi j’ai triché car certains ne sont pas de nouveaux blogueurs fraichement débarqués sur le net (mea culpa) mais j’adore les lires, alors qu’importe !

 

 

« On peut allumer des dizaines de bougies à partir d’une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant. »

Bouddha

Publié dans Afrique, Egypte, Voyage et Escapade

Voyage en Egypte : la concrétisation d’un rêve d’enfant ! ( part. 2)

 

Végétation luxuriante, civilisation pharaonique et climat désertique : c’est partie pour la deuxième partie de l’article sur l’Egypte !

 

PS : si vous voulez connaître les détails quant au budget, à la sécurité, à la nourriture ou encore à la circulation en Egypte, je vous invite à lire la partie 1 de l’article !

 

La découverte du temple d’Edfou

imgp3573

Dédié au dieu faucon Horus, ce temple pharaonique est l’un des mieux préservés d’Egypte. Sa construction s’étend de 237 à 57 av JC sous le règne de Ptolémée XII.

On y raconte notamment la grande fête annuelle accompagnant la venue de l’épouse d’Horus : la déesse Hathor (déesse de la joie, de l’amour, de la musique, de la beauté et de la fertilité) descendue de Dendéra par le fleuve.

Au sein de ce temple, vous trouverez notamment de nombreuses salles hypostyles, une salle des offrandes, un sanctuaire, dix petites chapelles ainsi que de nombreux pylônes monumentaux.

imgp3562imgp3593imgp3618imgp3669imgp3674imgp3677imgp3678


 

 

La découverte d’Abou Simbel

imgp4422

Situé au nord du lac Nasser, ces monuments furent construits à l’occasion de la victoire de Ramsès II lors de la bataille de Qadesh.

Temples de beauté creusés dans la roche, les temples de Ramsès II et de son épouse Néfertari sont devenus un symbole du sauvetage des monuments de la Nubie.

Plus de 3000 personnes sous l’égide de l’Unesco travaillèrent au déplacement de ce site historique. Plus de 40 millions de dollars furent dépensés à cet effet et il fallut dégager les temples, les découper et les remonter dans leur orientation initiale.

imgp4375imgp4384imgp4396imgp4397imgp4412imgp4407


 

 

La découverte du musée du Caire

imgp1628

Abritant la plus riche collection d’art égyptien au monde, le musée du Caire abrite plus de 25 siècles de civilisations et plus de 100 000 pièces de collection !

Vous y trouverez notamment le trésor de Toutankhamon sans compter d’innombrables sarcophages, momies, stèles, statues, mobiliers et autres objets divers historiques.

imgp1698imgp1707


 

 

Observation de la faune et de la flore du Nil

imgp4560

C’était accompagnée d’un ornithologue local que je débutais cette charmante excursion matinale.

Tandis que le bateau à moteur naviguait sur le Nil, le guide nous parlait de la vie locale animale environnante. C’est ainsi que j’ai pu croiser divers oiseaux dont des hérons, des aigrettes et tant d’autres oiseaux dont je ne connais malheureusement pas le nom (eh oui, on ne s’improvise pas ornithologue).

Après âpre observation des joyeux êtres vivants peuplant ce charmant fleuve, le guide proposa à ceux qui le souhaitaient de monter sur le toit du bateau !

Ni une, ni deux, je grimpais avec excitation et enthousiasme la première sur le toit !

La vue fut fantastique et la nature m’entourant était tellement belle !

Rochers formant naturellement diverses formes animales, buffles d’eau, arbre magique entouré par l’eau du Nil … Je ne perdais pas une miette de ce spectacle fantastique.

Au retour, je croisais deux jeunes enfants sur une sorte de planche qui s’accrochèrent au bateau avant de se mettre à chanter « Il était un petit navire » dans leur langue locale !

C’était vraiment magique bien que je fus un peu attristé quant à l’origine de cette action. Ce n’était pas les premiers enfants égyptiens que je croisais faisant tout leur possible pour ramener quelques pécules à leurs parents.

Convaincu qu’ils donneraient l’argent récolté à leurs parents ou à un quelconque adulte qui les forceraient à mendier toujours plus, je leur donnais quelques bonbons que j’avais sous la main, espérant leur donner le sourire, en vain. Certainement s’attendaient-ils à recevoir de l’argent…

Enfin, cette balade s’acheva et nous passâmes devant l’hôtel Old Cataract qui servit de lieu de tournage au film « Mort sur le Nil » adapté du roman d’Agatha Christie.

D’ailleurs, nous passâmes aussi devant le fameux, l’authentique et célébrissime bateau de croisière « Le SS Sudan » qui laisse rêveur pour ses voyages d’époques…

imgp4498imgp4507imgp4531imgp4532imgp4542imgp4574imgp4583imgp4587imgp4597imgp5022


 

 

La découverte d’une ferme Nubienne

imgp4823

Sans conteste l’un de mes meilleurs souvenirs d’Egypte !

C’est par bateau que j’arriverais sur place.

Devant moi, se dresse un escalier coloré de jaune, de vert ou encore de bleu.

Un panneau indique la présence de la cabane Nubienne et sur la gauche, je peux apercevoir une sorte de terrasse avec des pilotis en bois et des couvertures orientales suspendues en guise de plafond.

L’ensemble fait penser à un petit cocoon de douceur et de bonheur avec des coussins de sol à profusion invitant à la détente et à la convivialité.

Je poursuis la visite en empruntant un dédale de chemin sableux déambulant à travers une végétation luxuriante et lumineuse.

Lorsque j’arrive devant la bâtisse principale, des tapis à l’effigie de Toutankhamon sont dispersés de part et d’autres, habillant les murs du bâtiment.

Dans la cour, j’aperçois un habitant afféré à la préparation du thé et du café tandis que j’admire un faucon de toute beauté, perché et attaché sur la branche d’un arbre.

Plus loin, un autre local nourrit de charmants dromadaires plus ou moins jeunes.

Je passe à côté de la cage d’un bébé crocodile qui me fend le cœur, privé de sa famille, d’amour et de liberté ; puis je poursuis ma visite vers la ferme où se trouvent poules, oies, brebis et canards.

Je visite ensuite une boutique locale vendant étoffes, souvenirs et épices en tout genre avant de déambuler avec curiosité dans les jardins.

Je finirais cette charmante matinée ensoleillée par une chicha à la pomme, une citronnade maison, un thé vert à la menthe et des falafels cuisinés avec amour et délice dans un décor attrayant, naturel et resplendissant.

imgp4831imgp4836imgp4842imgp4853imgp4856imgp4868imgp4876imgp4880imgp4898imgp4921imgp4931imgp4937imgp4941imgp4944imgp4948imgp4956imgp4961imgp4964imgp4965imgp4967imgp4968imgp4972imgp4981imgp4983imgp4988imgp4989

 

La suite dans la partie 3 !

 

« Il existe un jardin secret où les Miracles et la Magie abondent. Il est ouvert à tous ceux qui font le choix de le visiter. »

Dr Wayne Dyer

Publié dans Afrique, Egypte, Voyage et Escapade

Voyage en Egypte : la concrétisation d’un rêve d’enfant ! (part. 1)

 

Dunes de sables dorés, palmiers verdoyants, pyramides antiques, mythologie légendaire, vestiges historiques… L’Egypte m’a toujours fait rêver.

 

Je ne compte plus les fois où j’ai suivis derrière mon écran les aventures de Rick O’connell et d’Imhotep. C’est certainement le film que j’ai le plus vu et revu au monde.

D’ailleurs, c’est en écoutant en boucle le générique de « la Momie » que je suis en train d’écrire ces quelques mots…

Mon enfance a donc été bercée par les noms de Thèbes ou encore d’Hamunaptra.

A la même époque, je rêve toujours plus de pyramides tout en regardant « les aventuriers de l’arche perdue ».

C’est alors décidé : plus tard, je serais archéologue et aventurière !

Je ne suis malheureusement pas cette voie-là lorsque j’apprends au collège qu’il n’y a aucun débouché en Egyptologie.

Mais ma passion pour la mythologie égyptienne et mon rêve d’Egypte ne faiblis guère.

 

 

Et c’est l’année dernière, tandis que je prépare mon voyage pour l’Irlande, que je décide de partir sur un coup de tête en Egypte.

Je n’aurais guère le temps de rester sur place plusieurs longues semaines, mon billet d’avion simple pour Dublin étant déjà pris mais qu’importe !

 

 

Je décide donc de partir deux semaines en Egypte, un voyage que j’avais rêvé toute ma vie.

Pour être honnête, je n’ai pas vraiment voyagé de façon aventureuse (je n’ai ni dormis chez l’habitant ni pratiqué l’auto-stop). D’ailleurs, après avoir passé quelques jours au Caire, j’ai poursuivi le voyage en faisant la fameuse croisière sur le Nil (absolument génial soit-dit entre nous !).

Mais contrairement à ce que l’on peut penser, cela ne m’a pas empêché d’être libre et de me retrouver seule plusieurs heures sur les sites historiques (il n’y a malheureusement plus aucun touriste en Egypte depuis la révolution égyptienne de 2011) ou me balader par exemple seule la nuit en ville lorsque le bateau était accosté.

Et puis, le pays est tellement vaste que cela m’a paru être le moyen le plus facile pour visiter les différents points d’intérêts et sites archéologiques.

Sans compter l’inquiétude de ma mère de me voir aller seule à 20 ans dans un pays qu’elle considère « dangereux ». D’ailleurs, l’incident avec l’avion d’Egyptair qui s’est crashé, est intervenu une semaine avant mon propre vol Egyptair Paris-Le Caire… Autant vous dire que ma mère était dans tous ses états, d’autant plus qu’à ce moment-là, tout le monde privilégiait la piste terroriste…

Bref, si en plus je décidais de partir à la grande aventure là-bas, jamais ma mère ne m’aurais conduit à l’aéroport…

 

 

Toutefois, maintenant que je suis un peu plus familière de l’Egypte, je compte bien y retourner plus tard car ce pays reste pour le moment mon plus gros coup de cœur ❤

L’Afrique est tellement belle et l’Egypte me fait vraiment rêver, j’ai donc le projet d’y revenir et d’y rester plusieurs mois à l’avenir…

 

Et la nourriture ?

 

Amateurs de pâtisseries, j’ai le plaisir de vous annoncer que vous ne serez pas déçus.

Vous trouverez ainsi en Egypte Kenafeh (pâtisserie feuilletée et trempée dans un sirop, réalisée à base de cheveux d’ange), basboussa (pâtisserie préparée à base de semoule fine de blé, de sucre et de fruits secs) ou encore mon préféré : des belah el sham (choux au sirop : trop délicieux !).

Sans oublier les fallafels maison et le thé vert à la menthe ! Désormais, j’en achète régulièrement en épicerie fine, c’est devenu mon thé numéro 1.

 

Et le budget ?

 

Ayant gardé tous mes tickets d’entrée pour les sites historiques (j’ai même plusieurs classeurs de voyage dans lesquels je range billets d’avion, tickets divers etc… sans compter mes boites à brochures de voyage et mes boites à cartes postales), je suis en mesure de partager avec vous le prix d’entrée officiel pour chacun des endroits que j’ai visité :

  • Musée du Caire : 75 LE
  • Droit de prendre des photos dans le musée du Caire : 50 LE
  • Temple de Louxor : 60 LE
  • Temple de Karnak : 80 LE
  • Site de Saqqarah : 80 LE
  • Pyramides de Gizeh : 100 LE
  • Droit de pénétrer à l’intérieur de l’une des pyramides : 80 LE
  • Barrage d’Assouan : 20 LE
  • Temple de Kom Ombo : 50 LE
  • Temple d’Edfou : 60 LE
  • Vallée des rois (pour 3 tombeaux seulement) : 100 LE
  • Temple d’Hatchepsout : 50 LE
  • Temple d’Abou Simbel : 100 LE
  • Temple de Philae : 60 LE

 

Et la circulation ?

 

Concernant la circulation, c’est vraiment le capharnaüm, surtout au Caire ! Les voitures s’engagent à coup de klaxon et il faut avoir l’oreille tendue et le regard vif. C’est comme un rapport de force ou le plus confiant et aguerri s’engage en premier tout en coupant la route aux autres. Une vraie jungle urbaine !

Lorsque l’on est piéton, il faut donc regarder à deux fois avant de traverser la route car les voitures ne s’arrêtent pas.

 

Et la sécurité ?

 

Si cela peut vous rassurer et malgré tout ce que l’on peut entendre de négatif par rapport au pays, jamais je ne me suis sentie en danger là-bas et la population a vraiment un cœur en or !

Bien entendu, je me suis faite constamment harcelée par les vendeurs pour acheter leurs produits mais si l’on s’y prépare à l’avance, ce n’est pas dérangeant.

En tant que fille blonde aux yeux bleus, j’ai aussi attiré les regards et la curiosité des locaux mais jamais rien de malveillant.

Les femmes me touchaient les cheveux dans la rue, les jeunes se prenaient en photos à mes côtés, certains vendeurs me demandaient en mariage, bref rien de bien inquiétant.

Il n’y a eu qu’un seul incident : une nuit ou je me baladais dans le souk de Louxor, un homme m’a ploté les fesses par derrière et lorsque je me suis retournée pour lui asséner un coup de poing, il avait déjà disparu dans la foule…

Bref, sinon le pays est vraiment extraordinaire et la population vraiment charmante.

Alors s’il vous plait, n’écoutez pas tout ce que les médias peuvent dire au sujet de l’Egypte, du terrorisme et de la sécurité. De cette façon, vous ne sortirez jamais de chez vous et resterez ancrés dans vos peurs infondées…

Si le pays vous fait envie, allez-y ! ❤

 

 

Je partage désormais avec vous quelques-uns un de mes plus beaux souvenirs d’Egypte.

 

  • Ma première balade à dos de dromadaire

imgp4608

C’était dans le désert Nubien. Je m’empressais de choisir un dromadaire à la peau caramel qui me faisait les yeux doux avant de grimper sur sa bosse.

J’étais vraiment excitée, un grand sourire accroché à mes lèvres : j’avais toujours rêvé de faire une balade à dos de dromadou !

Lorsque le dromadaire entrepris de se lever, je fus assez surprise et un peu ballotée d’avant en arrière. J’ai même failli casser l’objectif de mon appareil photo accroché à mon cou dont j’avais retiré le cache. Plus de peurs que de mal heureusement. Après cela, ce ne fut que du plaisir !

Le paysage désertique s’étendait sous mes yeux et à ma gauche, une rive du Nil bleuté scintillait sous un soleil éclatant.

J’essayais de ne pas prêter attention à la dispute entreprise entre mon chamelier et celui qui devait être son petit-fils, et reportait mon attention sur mon adorable dromadaire à la peau si douce et au rythme de marche dynamique.

J’espérais qu’il était heureux, que je n’étais pas trop lourde à porter et que sa corde ne lui faisait pas mal. Après quelques minutes de culpabilité, j’envoyais tout mon amour à ce ravissant dromadaire dont je ne connaissais même pas le nom, à ma plus grande honte.

Les minutes se succédèrent et trop rapidement à mon goût, la balade pris fin. Je ne saurais dire combien de temps elle dura, peut-être 20 ou 30 minutes. Je n’avais pas vu le temps passer et c’est avec mélancolie que j’abandonnais mon « caramel »…

imgp4603imgp4626imgp4664


 

 

  • La découverte du temple de Philae

imgp3927

Sanctuaire dédié à la déesse Isis et édifié par Nectanébo Ier, le temple de Philae était à l’origine situé sur une petite île fleurie du Nil.

A la suite de la construction du Haut barrage, le site fut submergé et un gigantesque chantier de sauvetage instauré par la communauté internationale et financé par l’Egypte et l’Unesco pris effet. Le temple fut démonté pierre par pierre avant d’être transporté sur l’île voisine d’Aguilkya.

Fleurie, romantique, ensoleillé : le site est vraiment extraordinaire !

imgp3946imgp3960imgp3968imgp3976imgp4015imgp4021imgp4031imgp4048imgp4054imgp4056imgp4058imgp4065imgp4082imgp4090imgp4099


 

 

  • Déambulation dans le souk de Louxor

 

Il est 21h lorsque je sors du bateau pour me rendre dans le centre-ville de Louxor.

Nous sommes en pleine période du Ramadan, les magasins n’ouvrent leur porte qu’au soir et les locaux commencent à se faire de plus en plus présents dans les rues.

Sur les devantures des immeubles, j’admire d’innombrables fanous colorés : ce sont des lanternes que les Egyptiens utilisent pour décorer et éclairer les rues en période de Ramadan.

Je rentre dans une boutique d’épice ou l’un des vendeurs m’offre quelques cacahuètes avant de m’engouffrer dans le souk ô combien local de Louxor.

 

Un jeune égyptien d’une vingtaine d’année, me voyant toute seule, se met en quête de me coller tout le long du chemin. Au début, je le trouve bien sympathique et nous discutons de choses et d’autres, mais au bout d’une trentaine de minute, je le trouve vraiment collant…

J’essaye d’échapper à sa compagnie mais rien à faire, il continue de me suivre partout. Je lui ai pourtant dit et répété que je souhaitais me retrouver seule.

Je voulais juste déambuler entre les étals, m’imprégner de l’atmosphère tranquillement sans être obligée de tenir une conversation…

Je le suis alors dans la boutique de son père pour lui faire plaisir et achète un petit scarabée que j’offrirais à mon frère à mon retour, espérant obtenir la paix. En vain…

Une fois l’achat effectué, il continue de me suivre partout et gênée, je n’ose pas le congédier trop fermement malgré nombre de répétitions intempestives de mon amour pour la solitude, et les allusions constantes au fait que je souhaitais me retrouver seule…

J’arriverais tout de même à m’en « débarrasser » au bout d’un temps indéterminé.

Après cela, c’est avec soulagement que je poursuis ma déambulation dans le souk de Louxor.

 

Vers minuit, j’aperçois une boutique attrayante idéale pour ramener quelques souvenirs à ma famille et je m’y engouffre avec enthousiasme.

Le vendeur est très sympathique et après avoir repéré les articles qui me convenaient, nous engageons une négociation serrée.

N’ayant pratiquement plus d’argent (à peine 20€ pour tenir les derniers jours et me payer de l’eau jusqu’à mon retour en France), je ne lâche pas l’affaire sur les prix !

Il m’invite donc à boire le thé dans sa boutique et c’est autour d’un thé vert à la menthe que je continuerais la soirée et le marchandage à ses côtés.

Une fois le prix conclu et une négociation remporté haut la main, il est temps de rentrer car il se fait vraiment tard.

Le vendeur souhaite prendre un selfie à mes côtés et c’est avec plaisir que je me prête au jeu en sortant mon téléphone portable.

dsc_1324

Au moment de sortir de sa boutique, une bagarre entre deux musulmans éclate et un attroupement se forme dans la rue. Quelque peu surprise, je questionne le vendeur quant à l’éthique de cette violence (nous sommes en pleine période de ramadan tout de même, et la paix dans tout cela ?).

Inquiet pour ma sécurité, il m’accompagne dans la rue jusqu’à ce que je sois éloignée de la mêlée emplie de violence.

 

Il est 2h du matin lorsque je sors du marché de Louxor pour me rendre vers les quais de la ville.

C’est alors que je fais une découverte bouleversante : je fais la rencontre d’un petit chat à 3 pattes ! Maltraité, famélique, ce chat me procure énormément de peine et je pleure quelque peu à ses côtés.

Je le caresserais alors une bonne vingtaine de minute en essayant de lui transmettre tout mon amour avant de rejoindre le bateau pour me coucher, les souvenirs, les sons et les odeurs de cette soirée, imprimés à jamais dans mon esprit…


 

 

  • La découverte des pyramides de Saqqarah !

imgp2165

Considéré comme l’un des sites les plus importants de l’Egypte, la nécropole de Saqqarah comporte les dépouilles de nombreux pharaons, membres de la famille royale, nobles et animaux sacrés à travers divers temples, cachettes, mastabas et pyramides…

Plus grand site archéologique du pays, on peut y observer la grande pyramide à degré conçue par le fameux Imhotep !

Bien sûr, ce n’était pas un prêtre épris de la fille du pharaon et momifié vivant comme dans la saga cinématographique « la momie ». Mais j’étais bien contente de découvrir ses œuvres ! Architecte et vizir pour le roi Djoser, il était également médecin et philosophe.

imgp2116imgp2140imgp2164imgp2188


 

 

  • La découverte du temple de Karnak !

imgp2340

Sanctuaires, chapelles, salles, cours… Karnak est un véritable ensemble colossal constitué de multiples temples dédiés à la triade thébaine (Amon, Mout et Khonsou).

Situé au nord de Thèbes dans la ville de Louxor, le complexe religieux de Karnak  est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979.

On y passe aisément une demi-journée complète à admirer sans relâche les ruines monumentales, dont la beauté a survécu au temps et aux âges…

 imgp2385imgp2428imgp2438imgp2458imgp2462imgp2467imgp2489imgp2582imgp2592imgp2615imgp2631imgp2645imgp2662imgp2669imgp2679imgp2695imgp2716imgp2732imgp2769imgp2751imgp2778imgp2759

 

La suite au prochain article !

 

imgp3713-2

« Où que tu ailles, va-t’en avec tout ton cœur. »

Confucius