Publié dans Irlande du Nord, Voyage et Escapade

A la poursuite des fresques de Belfast !

Symbole de paix aujourd’hui, mais signe de conflit jadis, la ville de Belfast fut et demeure encore à l’heure actuelle marquée par l’époque des Troubles.

Une période d’agitation politique et de violence qui débuta à la fin des années 1960 et qui opposa les communautés catholiques et protestantes.

 

Guerre civile, émeutes, attentats meurtriers, guérillas urbaines… la ville porte encore les stigmates de ce conflit. Notamment de par la division de la ville en secteur catholique républicain et protestant unioniste, mais aussi par la présence des fresques politiques, rappelant la violence du passé.

Si aujourd’hui la capitale régionale s’est dynamisée et réinventée, passant de ville défigurée par les bombes à celle de ville contemporaine et vivante tournée vers l’avenir, il n’en existe pas moins quelques tensions du passé, en dehors du centre-ville.

Notamment aux environs du 12 juillet, date de commémoration annuelle de la Bataille de la Boyne où l’on peut observer quelques émeutes ponctuelles…

 

 

Après ce petit rappel d’histoire, laissez-moi vous emmener à la découverte des fresques politiques de Belfast, l’un des aspects les plus importants de l’histoire de l’Irlande du Nord.

 

Lors de mon court séjour de 3 jours à Belfast, j’étais hébergée en couchsurfing en plein cœur du quartier loyaliste.

De quoi me plonger droit dans l’histoire de cette ville !

 

Accompagnée de mon hôte, je partis à la poursuite des fresques du quartier loyaliste, marqué par des peintures plus militaristes et provocatrices que les peintures républicaines.

Je laissais ma mascotte (nommée Chamus), fièrement accrochée à mon sac-à-dos depuis le début de mon voyage, chez mon hôte, sur ses recommandations… En effet, il s’agissait d’un petit leprechauns en peluche, souvenir et symbole d’Irlande, ce qui risquait selon lui de contrarier les habitants de la ville malgré le retour à la paix.

Je passais ainsi la soirée plongée dans le passé tumultueux de la ville, affairée à découvrir chaque fresque et à écouter l’histoire de Belfast et les enjeux actuels, relatés par mon hôte.

imgp9250

 

Le lendemain matin, direction l’Ouest du centre où se situent l’ancien champ de bataille de West Belfast, mais aussi la majeure partie des fresques de la ville.

Falls Road, Shankill Road, Donegall Road… autant de rues emblématiques du conflit, recouvertes de fresques remarquables et chargées d’émotions. Sans oublier le mur de la Paix !

imgp9504

 

Le quartier ne présente pas de risque particulier mais je me suis tout de même fait copieusement insulter par l’un des automobilistes qui circulait sur la route, tandis que je photographiais les fresques.

J’étais consciente qu’un tourisme voyeurisme pourrait être mal-perçus par les habitants, mais il ne s’agissait que de simples photos et j’étais seule (ce n’est pas comme s’il y avait une horde de touristes avide de photos dans les rues).

D’ailleurs, je n’en ai pas croisé réellement, la plupart se contentant de visite en taxi noir : les black cabs. J’imagine que ce genre de circuit en taxi pourrait être très intéressant mais j’aime visiter par mes propres moyens et à mon rythme, je m’imprègne plus facilement de l’atmosphère ambiante de par ce biais.

D’ailleurs, il y a certains recoins inaccessibles en voiture, mais qui recèlent de fresques fantastiques ! Je vous recommanderais donc d’explorer le quartier à pied, même si j’admets que les circuits en taxi noir sont très emblématiques !

 

Je vous dévoile désormais quelques-unes de mes photos !

imgp9449imgp9442imgp9451imgp9458imgp9459imgp9466imgp9473imgp9474imgp9475imgp9476imgp9477imgp9478imgp9479imgp9480imgp9485imgp9486imgp9487imgp9488imgp9490-2imgp9491imgp9492imgp9493imgp9509imgp9494imgp9495imgp9496imgp9507imgp9500

 

« Le souvenir, c’est la présence invisible. »

Victor Hugo

Publié dans Truc muche et Machin chose

Exploratology : une box littéraire qui fait voyager !

Aujourd’hui, je vous parle d’une petite box qui me tient particulièrement à cœur, et ce chaque mois : la box littéraire Exploratology !

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept de box : en gros, c’est un colis surprise (vous ne savez pas ce qu’il y aura dedans, hé hé !), généralement mensuel et auquel vous êtes abonnés (ou pas).

Il y en a pour tous les goûts : des box culinaires, des box beautés, des box geeks, des box kawaii, des box voyages, des box littéraires etc…

 

PS : si vous aimez les box voyage, il y a aussi :

 

De vrais petites pépites, vous dis-je !

Si je pouvais, je m’abonnerais à toute les box du monde (ou presque). J’adoooore les surprises !

 

On est sur un blog de voyage, pourquoi parler de livre ?

 

Je vous vois venir ! Si je vous parle de ceci, c’est qu’il y a bien une raison (autre que mon amour pour la lecture) !

Cette petite box contient non seulement des livres (mais ça, je pense que vous l’aviez déjà devinés), mais SURTOUT, elle est accompagnée de goodies en tout genre (papeterie, marque-page, petite gourmandise, thé bio) venant des 4 coins du monde !

 

Une douce manière de voyager tout en restant chez soi…

 

Je vous fais un topo : Imaginez-vous seul dans votre petit chez vous… Le facteur arrive et délivre le courrier, vous vous empressez alors de sortir pour récupérer votre petit colis. Vous le déballez, les yeux brûlant d’excitation et l’esprit curieux, et là … SURPISE !

 

Vous découvrez alors du thé Higher Living, une marque bio et anglaise ; un carnet coréen ; un recueil de souvenir sur le Vietnam…

Ou encore du thé Or Tea ?, une marque bio de Hong-Kong ; du thé Pukka, spécialisé dans les infusions ayurvédiques indiennes et un livre (ou pavet) reprenant les histoires du Mahabharata (poème épique indien de 250 000 vers).

 

Toujours pas dépaysé ?

 

Vous pourriez aussi très bien découvrir des cartes naturalistes de la marque néerlandaise Mélisse ; des thés d’inspirations herbales de chez Nunshen, Bistrotea (mmh), Hampstead

Mais encore des romans sur le Congo authentique ; des badges Livresques ; du thé Le Chapelier Fou (on peut aussi voyager dans le monde de l’imaginaire)…

Ou même du thé de la marque anglaise Joe’s Tea Company  ; du thé de la marque allemande Paper & Tea et des cartes postales de l’artiste néerlandaise Marleen Kleiberg.

Des thés d’Afrique de la marque Cape and Cape ; des petits bonbons de la marque italienne de confiserie Vicentini

Mais aussi de la littérature historique qui nous plonge au cœur de la méditerrané sous Charles Quint ; des nouvelles d’auteurs méditerranéen sur la Turquie d’avant ; du thé El Greco, une marque bio provenant de la Grèce ; ou encore du chocolat à boire bio de la marque autrichienne Zotter (un délice !!!)…

 

Bref, un vrai petit tour du monde gustatif et littéraire !

 

Alors, OUI c’est une box littéraire ! Mais c’est aussi une box qui vous emmène à la découverte de nouveaux horizons lointains !

 

Exploratology… Quèsaco ?

 

Une grande histoire d’amour qui dure depuis mai 2016 pour ma part ?

 

Plus sérieusement, derrière Exploratology se cache Marjorie, amoureuse de lecture (mais aussi des tartes au citron et des lapins mignons), et créatrice du concept.

Son but est de nous faire découvrir des romans inconnus ou presque (l’impression de n’avoir jamais lu ça ailleurs), mais aussi de nous faire partager ses derniers coups de cœur, et de nous donner l’envie de dévorer ses livres, choisis avec soin et passion !

criteres-choix-livres-exploratology

 

Retrouvez le concept expliqué de A à Z par Marjorie sur cette page : https://www.exploratology.com/content/47-comment-les-livres-d-exploratology-sont-ils-choisis-

 

Le principe ? Allez, je vous retranscris l’une de ses conversations :

« Alors comme ça, votre truc c’est d’envoyer des livres à des gens sans qu’ils savent ce que c’est ?! C’est culotté ! » (Un inconnu)

« Eh oui, c’est culotté, c’est même un pari de folie, mais voilà, vous et moi, on est peut-être des aventuriers dans l’âme. » (Marjorie)

 

Du côté de l’abonnement…

 

Vous êtes curieux ? Vous aimez les surprises ? Vous aimez le thé, les livres et les goodies ?

Vous aurez le choix entre deux types d’abonnements (génial, non ?).

 

  • L’abonnement Roman

abonnement-romans-box-livres-slider-01_final

Bon, ça c’est celui que j’ai choisis… C’est aussi le moins cher (il faut bien que je finance mes voyages !).

Concrètement, qu’est-ce que vous y trouverez ?

  • 1 ou 2 romans coups de cœur, de la papeterie, des cartes postales (magnifiques), du thé à profusion et parfois des petits goodies surprises (carnet, pin’s, bonbons, marque-page etc…)

Et combien cela coûte ? 15€90 frais de ports inclus.

 

  • L’abonnement Gros Lecteur

abonnement-gros-lecteur-box-livres-slider-01

Rien de très différent mais vous aurez un livre en plus !

  • Soit 2 ou 3 romans coups de cœur et toutes les petites surprises qui vont avec.

Cela coûte 29€90 frais de port inclus.

 

Du côté des modalités…

 

Vous pourrez choisir un abonnement au mois, un abonnement mensuel, un abonnement pour 3 mois ou encore un abonnement pour 6 mois.

Quel que soit votre type d’abonnement, vous ne faites pas d’économies, cela revient toujours au prix à la box, ce qui est un peu dommage soit dit entre nous.

 

Personnellement, j’ai toujours choisis l’abonnement au mois, cela me convient très bien. Je n’ai aucun engagement et je suis libre chaque mois de réitérer ma commande ou non.

D’ailleurs, pour les nomades, cette option est la plus intéressante. Lorsque je pars en voyage 2 mois, je peux toujours commander et envoyer la box à l’adresse de mes parents (ce que je fais déjà d’ailleurs).

Mais si je pars une année ou plus à l’étranger (ce qui va m’arriver l’année prochaine avec mon PVT en NZ), j’arrête de commander (avec une tristesse au cœur, par contre), jusqu’à mon retour (temporaire) en France.

 

Des box, mais encore ?

 

Sur le site https://www.exploratology.com/, vous trouverez non seulement les box littéraires mensuelles, mais aussi des coffrets spéciaux à thème (plus chers que les box) et le Book Lover’s Shop !

image-principale-shop_1170

Vous y trouverez les goodies et surprises des box précédentes,  mais aussi plus de 200 objets de marques et de créateurs internationaux.

 

Que cela soit des carnets, des marques-pages, des pins, des totes bags, des cartes, des vêtements, des sucreries, du thé ou des accessoires divers pour la maison, tout tournera autour de la littérature et de la lecture !

marques-createurs-exploratology-01

 

Pourquoi Exploratology est devenue ma box fétiche ?

 

Tout d’abord, j’adore déballer les petits colis confectionnés avec soin et amour. Ils sont toujours mignons ! Des petites cordelettes colorées, du scotch imprimé, des enveloppes rose ou or pailletés… Bref, ça donne envie !

 

Et puis, j’aime retrouver chaque mois le petit livret explicatif de la box ou Marjorie détaille avec soin ses sentiments quant au livre qu’elle a choisie. Elle y explique son ressentie, développe ses émotions… Elle nous parle aussi des goodies, des créateurs, des marques contenues dans la box.

 

J’aime aussi les petits mots personnels écrits à la main qu’elle prend le temps d’écrire parfois au dos des cartes ou sur un sachet de thé. J’aime cette relation de proximité.

 

J’aime aussi l’éthique de la marque : les produits sont toujours sélectionnés en fonction  de leur respect pour l’environnement, de l’origine de leurs matériaux de fabrication et des conditions de travail de leurs employés.

 

Et puis, les thés sont toujours bio, variés et délicieux (coup de cœur pour les marques Pukka & Bistrotea) sans oublier le chocolat à boire Zotter !

Les cartes postales sont souvent jolies et délicates.

Les box sont toujours uniques : la saveur des thés et le modèle de la carte postale diffèrent d’une box à une autre.

Les goodies sont vraiment très sympathiques, par exemple, j’ai adoré le marque-page en forme de chat de la jeune illustratrice lyonnaise Sonia Cavallini, et le pin’s livresque (ou des livres se font enlever par des extraterrestres !) de la marque R-Diffusion.

 

Enfin, j’adoooore les surprises ! Je suis toujours super excitée lorsque je reçois ma box, je me demande toujours ce qu’elle va contenir !

Combien de thé vais-je avoir ? Y aura-il un marque page, des bonbons ? Quelle carte vais-je recevoir, me plaira-t-elle ? etc…

 

Bien sûr, il y a toujours un risque de déception (je me souviens lorsque j’avais déballé ma box de décembre, j’avais reçu une carte postale en double, celle déjà contenue dans leur calendrier de l’avant version découverte…), mais le jeu en vaut la chandelle !

Et puis côté livres, je n’ai jamais peur d’être déçu car dans tous les cas, j’élargis ma culture littéraire, c’est le bon côté des choses !

 

Bref, j’adore Exploratology ! Voyages littéraires, voyages gustatifs, découvertes de marques internationales, surprises en tout genre : je vous recommande donc chaudement cette box ! ❤

 

Et si on déballait tout cela ?

 

  • Le colis !

 

Quelques exemples…

imgp2784

imgp0944

 

  • L’ouverture !

 

IMGP1531 (2).JPG

imgp2791

imgp1090-2

imgp09421

 

  • Le déballage !

 

imgp0960
Box de novembre 2016 : les livres
imgp0975
Box de novembre 2016 : le thé et les surprises gustatives
imgp0969
Box de novembre 2016 : l’ensemble avec la papeterie
imgp9780
Box d’octobre 2016
imgp1111
Box de décembre 2016
imgp2794
Box de janvier 2017
imgp3400-2
Mise à jour : Box de février 2017
IMGP7135
Mise à jour : Box de mars 2017
IMGP0890
Mise à jour : Box d’avril 2017
IMGP0882
Mise à jour : Box de mai 2017
IMGP1065
Mise à jour : Box de juin 2017

 

« La vie est pleine de surprises et de répétitions. Osons les surprises pour éviter les répétitions. »

Jacques Salomé

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

A la découverte du parc national de Killarney !

 

Dans ma quête insatiable de nature, il m’était impensable de rentrer en France sans avoir pu visiter les nombreux parcs nationaux qu’offre l’Irlande.

Bon, au final, je n’en aurais visitée que 4 sur 6 (sorry Ballycroy & Glenveagh !) avec un gros coup de cœur pour le parc national des montagnes de Wicklow et pour le parc national du Connemara (« Des nuages noirs, qui viennent du nord »… ça m’échappe à chaque fois).

Mais il ne fait aucun doute que je retournerais un jour en Irlande et je pourrais alors visiter ces deux derniers parcs restant (oh les petits abandonnés…).

 

Bref, aujourd’hui je vous parle du parc national de Killarney !

 

Situé dans le comté de Kerry, près de la ville de Killarney, et traversé par l’emblématique Ring of Kerry, le parc national de Killarney est le premier parc national d’Irlande !

jgv

photo-album-24-67y

 

Et c’est par une charmante journée pluvieuse que je commençais ma visite…

 

Au départ de la ville de Killarney, le plan du parc entre mes mains (merci l’office de tourisme !), je m’engage avec enthousiasme à la sortie de la ville pour une journée placée sous le signe de la marche et de la verdure !

imgp7396

 

Je commence tout naturellement par une petite promenade le long d’une rivière ou j’observe avec attention la faune et la flore locale, notamment un héron s’élancer avec grâce dans l’eau afin de se nourrir copieusement.

imgp7414-2

 

Lorsque j’arrive au lac inférieur, la pluie s’est arrêtée et je m’aventure alors au hasard sur les chemins de terre alentours qui me sont offerts.

Je quitte bien vite les chemins de terre principaux (trop passants et étroits), les calèches touristiques et assidues ne manquant pas de m’écraser toute les 5 minutes.

Et puis, ras-le-bol d’attendre dans la gadoue sur le bas-côté à chacun de leurs passages !

 

Direction les bois et les chemins équestres et je ne tarde pas à voir mon changement de trajectoire remercié par la nature.

En effet, j’aperçois alors une adorable biche ! Je dégaine rapidement mon appareil photo afin d’immortaliser ce moment heureux puis je ne bouge plus d’un pied. Je contemple avec admiration la petite biche tandis qu’elle me fixe de ses yeux doux et intenses. Les secondes se prolongent et je m’hasarde à faire quelques pas supplémentaires dans sa direction.

Par malheur, malgré des mouvements lents et réfléchis, je lui fais peur et elle s’enfuie dans les bois.

imgp7428
La petite biche au centre du chemin …

Déterminée coûte que coûte à croiser de nouveau son regard, j’abandonne le sentier pour filer dans les bois à sa rencontre.  J’apercevrais alors à de nombreuses reprises son corps derrière les arbres et les feuillages pour mon plus grand plaisir, mais cet échange de regard ne se reproduira plus.

 

« En route, le mieux c’est de se perdre. Lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »

(Nicolas Bouvier)

 

En fin de matinée, après nombre de déambulations diverses dans les bois, j’arrive au château de Ross datant de la fin du XVème siècle.

imgp7425

imgp7464

J’y prends mon casse-croûte et me réchauffe avec un chocolat chaud, les mains engourdies et les cheveux dégoulinant d’eau.

La pluie ne cesse pas pour autant et il est l’heure de repartir. Pour cela, je prends la direction de la Ross Road puis de la Muckross Road. Rien d’intéressant à vrai dire, une route, 7km à pied et quelques voitures…

 

Plus loin, un chemin de terre piéton apparaît et je quitte enfin cette route morose.

J’avance enfin avec joie parmi les arbres et les fleurs, le sentier s’estompe par moment et je me précipite vers le lac pour admirer la vue. Je débouche sur une berge, un morceau d’arbre trône dans l’herbe mêlée de terre, et je m’y assoie le temps d’imprimer cet endroit à jamais dans mon esprit (cf : photo de présentation).

 

Plus tard, je reprends la route avant d’arriver à la Muckross Abbey. J’y retrouve alors avec une grande surprise deux jeunes filles allemandes que j’avais rencontrées à Cork et avec qui nous partagions le même hôte en couchsurfing. Nous avions aussi passé la soirée ensemble dans un pub lors de la coupe d’Europe de football France/Allemagne, soutenant chacune nos patries respectives. C’est donc avec joie que nous nous partageons nos histoires récentes de voyages et nos derniers itinéraires.

Sans doute trop enthousiaste, j’en oublie l’anglais et déblatère d’un trait tout ce qui m’est arrivée depuis notre dernière rencontre, en français, et ce sans m’en rendre compte. A la fin, gênées, elles me regardent et m’avouent qu’elles n’ont rien compris car je parlais français… Eclat de rire de ma part et je reprends la conversation en anglais.

Nous nous quittâmes plus tard et je repris la visite de l’abbaye, le sourire aux lèvres.

imgp7519

imgp7516

imgp7514

imgp7486

imgp7484

imgp7498

Une heure plus tard (ou peut-être même deux ?), j’arrive à la Muckross House (un manoir de 65 pièces) et ses jardins. Je ne visiterais pas la demeure, trouvant les prix trop chers (15€ pour la visite du manoir et de la ferme attenante). Mais qu’importe, la beauté des jardins suffit amplement !

imgp7549imgp7544imgp7547

Nous sommes alors en milieu d’après-midi et j’en profite pour déguster une glace italienne avec un chocolat chaud (eh oui, j’adore ça).

imgp7550

 

Après m’être remplis la panse, je repars à l’assaut des petits sentiers de randonnées et promenades diverses (mossy woods nature trail, Arthur young’s nature trail etc…).

imgp7554-2imgp7533imgp7527imgp7529imgp7556imgp7572Puis, j’arrive enfin à l’endroit tant espéré qui avait accroché mon regard sur la carte : Torc Waterfall (des chutes d’eau hautes de 18m) !

Alors que je remonte le sentier, mes yeux dévient sur les côtés ou des arbres à l’apparence vigoureuse sont déracinés. Cela me fait mal au cœur. J’en ai croisée une cinquantaine dans cet état là depuis ce matin…

imgp7804

J’arrive alors trop rapidement devant la cascade tant convoitée. Je suis un peu déçu en arrivant, je pensais trouver un endroit reposant dans la nature mais il y a une dizaine de touriste présent sur le site, s’acharnant avec leur foutue perche à selfie.

Je m’approche de la cascade pour la photographier mais des jeunes s’amusent à escalader les rochers du bas, pour la plus grande irritation des touristes alentours, attendant impatiemment de la photographier.

Je patiente et j’en profite pour admirer les chutes d’eau se jeter avec ardeur sur les rochers, et pour écouter le bruit apaisant des fracas sur les rocs de pierre.

IMGP7566 (2).JPG

Je reprends ensuite la marche et m’aventure sur le Forest roads on torc mountain puis sur le Torc Mountain scenic trail. Les chemins sont magnifiques et la mousse verte présente un peu partout achève de me convaincre que je suis bel et bien en Irlande.

imgp7588imgp7594imgp7591imgp7586imgp7799imgp7595A la tombée de la nuit, il est l’heure pour moi de rentrer (ma tendinite n’appartient pas encore au passé et la douleur me brûle comme au premier jour, je n’écoutais pas trop les conseils du médecin m’ayant recommandé de laisser ma cheville au repos).

N’ayant aucune envie de rentrer à pied en boitant, je m’en remets à l’auto-stop. La circulation étant inexistante, je regagne le parking du site de la cascade et entreprend de faire de l’auto-stop actif !

Grande première pour moi ! Je m’étais jusqu’à présent, toujours contentée de l’auto-stop passif (je lève le pouce et puis c’est tout !).

J’arbore alors un timide sourire et me met en quête d’une voiture pour rentrer. Malheureusement, nous sommes déjà en soirée et la majeure partie des touristes sont repartis depuis longtemps. Je trouve néanmoins un charmant couple qui acceptera de me prendre en auto-stop sans difficultés.  Les questions habituelles sur la sécurité pour une jeune fille seule en auto-stop reviennent sur le tapis mais je commence à en avoir l’habitude.

Lorsque j’arrive à destination, je les remercie chaleureusement et accueille à bras ouverts la ville de Killarney dans laquelle je plongerais, pour cette nuit, dans les bras de Morphée…

 

imgp7802

 

« Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur. »

Leonard de Vinci

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

Kilkenny : la charmante

Il y a parfois des moments en voyage ou l’on a besoin de faire une halte afin de se recentrer sur soi-même, se reposer et faire un point sur ce que l’on vient de vivre.

Pour ma part, cela m’est arrivée dans la charmante petite ville de Kilkenny à l’aspect médiéval et aux jolies ruelles pavées.

Lorsque j’y pénètre pour la première fois, cela fait alors deux semaines que je suis arrivée en Irlande. Je suis fatiguée et je venais de prendre une décision assez importante pour le reste de mon voyage quelques jours plus tôt.

 

Mon trekking en autonomie des deux premières semaines s’était révélé plus difficile que je ne le pensais.

Tout d’abord, j’avais surestimé mes capacités de portage avec un sac-à-dos de 20 kilos…

Pourtant je peux vous assurer que rien de ce que j’ai pris n’était superflu ! Mais partir en autonomie nécessite de prendre avec soi tout le matériel de camping (tente, tapis de sol, sac de couchage…) les rations, l’eau pour plusieurs jours etc… bref, autant il m’est facile de partir léger en voyage conventionnel (avec un sac-à-dos de 40L pour plusieurs semaines/mois), autant préparer un sac pour voyager en autonomie dans la nature n’est pas du tout mon fort.

Du coup, faire de la rando du matin au soir avec un sac assez lourd sur ses épaules épuise forcément le corps et le moral. Le plaisir de crapahuter et de marcher se perd, et en prime je me suis blessée à l’épaule.

Nonobstant cela, pour ce voyage en Irlande, j’avais inaugurée mes nouvelles chaussures de randonnées Salomon en goretex et je pense les avoir quelques peu trop serrés dès le départ. Le résultat s’est vite fait sentir au bout de quelques jours : une tendinite douloureuse, une démarche boiteuse et une cheville gonflée.

N’emportant que très peu de vêtement avec moi, je ne pouvais pas changer de chaussures pour des baskets confortables, n’ayant que mes Salomon à disposition. J’ai donc dus me coltiner cette unique paire pendant 1 mois et demi.

 

A cause de tout cela, j’ai dus arrêter le trekking car la douleur devenait difficile à supporter et après avoir rejoint la ville de Dublin en auto-stop, j’ai filé directement chez le médecin dès le lendemain. Je n’avais aucune envie de boiter comme cela pendant encore plusieurs semaines.

Résultat : adieu les randos itinérantes sur plusieurs jours, épaule et cheville au repos… (Sans compter les frais supplémentaires pour la crème et les cachets)

 

 

J’ai donc dus revoir tout le programme de mon voyage…

Afin de ne plus devoir supporter la charge trop lourde de ce sac, je me suis rabattue sur le couchsurfing (ma façon habituelle et conventionnelle de voyager).

Ainsi, je laissais tout l’équipement de camping chez mon hôte et partais en rando (ou en visite) à la journée avec un petit sac-à-dos de 20L contenant le strict nécessaire (appareil photo, papiers, argent et eau).

Ce fut un réel soulagement de pouvoir à nouveau marcher dans la nature sans être écrasée par le poids de mon gros sac à dos !

 

Bref, j’ai dus modifier la nature de mon voyage et c’est ainsi que les nombreuses randos de 3 à 12 jours que j’avais prévue au fin fond de la verdure irlandaise (et inaccessibles en voiture) ont laissés place aux petites villes charmantes et aux parcs nationaux (je n’oublie tout de même pas que je suis venue ici en priorité pour la nature !).

 

« Le changement paraît toujours très difficile au début, bordélique au milieu et sublime à la fin. »

Robin Sharma

 

C’est ainsi que je suis arrivé à Kilkenny, le corps endolori et les plans de voyage tout chamboulés.

Manque de pot supplémentaire, j’avais décidé de prendre le bus pour sortir de Dublin et renoncer à l’auto-stop (juste pour une fois) pour plus de confort et de facilité (on en a parfois besoin en voyage).

Conséquence malencontreuse : je me suis fait voler mon smartphone en descendant du bus…

Pour les petits curieux, je parle plus en détail de cette petite mésaventure et de ses nombreuses et fâcheuses conséquences dans cet article.

 

Ce fut la goutte d’eau qui fait déborder le vase comme on dit. Je suis restée assise par terre sur la route et j’ai pleurée quelques minutes…

Par la suite, j’ai essayée de récupérer mon énergie et ma positivité et je me suis mise en quête d’un smartphone pour pouvoir prévenir mon prochain hôte de l’endroit où je me trouvais.

 

 

Kilkenny, la consolatrice

Plus tard, en milieu d’après-midi, mon hôte (du nom de Benny) est venu me chercher et nous sommes partis vers le centre-ville. Je lui relate alors ma petite mésaventure et il m’invite à boire un chocolat chaud (avec des guimauves mmh) et tiens à me payer un délicieux sandwich (je n’avais pas encore mangé depuis la veille au soir).

Au cours de la discussion, mon moral remonte en flèche (quand l’appétit va, tout va !) et nous discutons des différentes alternatives qui me sont offertes.

Nous filons ensemble dans une boutique de téléphonie mobile et je m’achète un nouveau smartphone pas trop cher et une carte sim locale valable 1 mois (pour 20€ : la carte sim avec l’abonnement j’entends, pas le smartphone ! Ne rêvez-pas trop !).

Mon budget est alors sacrément amoché. Nous partons ensuite pour le commissariat qui ne donnera pas suite de mon affaire.

Mais lorsque j’y retournerais le lendemain, j’aurais enfin reçu une déclaration de vol (indispensable pour faire fonctionner mon assurance en France) par un policier autrement plus gentil et compréhensif que celui de la veille.

 

Pour me changer les idées, Benny m’emmène ensuite au terrain de sport de la ville ou je rencontre ses amis.

C’est alors parti pour 2h de sport entre basket-ball, football et handball.  Ma cheville étant gonflée et douloureuse, je joue sur le terrain avec d’un côté une chaussure de rando, et de l’autre une chaussette !

Et sans mauvais jeux de mot, je peux vous assurer que c’était le pied ! Je pouvais enfin courir et marcher sans douleur (ou presque) !

Malheureusement, impossible de traverser tout le reste de l’Irlande en chaussette ! Bien que…

Mais ce fut un moment salvateur et de grand répit pour ma cheville.

Et c’est ainsi que je fis perdre mon équipe avec joie et bonne humeur ! Et que j’abîmais à jamais l’une de mes chaussettes : le « gazon » synthétique du terrain (à vrai dire, je ne sais pas comment on appelle cela car ce n’est pas vraiment du gazon) restant inlassablement collé à ma chaussette, et ce malgré d’innombrables passages en machine.

IMGP5923.JPG

 

Au soir, nous passons ensemble la soirée dans l’un des nombreux pubs typiques de la ville.

 

Lorsque je pénètre dans la douceur d’un lit chaud et confortable au retour de la soirée, les événements passés n’ont plus lieu d’être dans mon esprit, la déception du trek en autonomie prévue initialement pour une durée de 2 mois s’estompe et je m’endors alors apaisée.

 

Au lendemain matin, les petits instants de réconfort se multiplient. Nous partons déjeuner ensemble chez Vio’s, un petit café restaurent bien sympathique.

Le soir, nous allons manger des tacos et des frites de patates douces dans un restaurent au concept fort bien original : les cuisines et la réception se situent dans un bus ! Je vous recommande d’ailleurs fortement cette adresse, je m’y suis régalée ! (The Bula Bus : 39 John St, Highhays, Kilkenny, Irlande)

IMGP6203.JPG
The Bula Bus !

Au deuxième soir, nous repassons une soirée bien agréable au sein d’un pub typique Irlandais avec quelques-uns de ses amis et nous nous faisons nos adieux le troisième jour, après notre petit déjeuner devenu routinier chez Vio’s.

La rencontre avec Benny fut mémorable et c’est un garçon vraiment génial avec qui je me suis beaucoup amusée et avec qui j’ai eue de longues conversations enrichissantes.

Je ne recommanderais jamais assez de faire du couchsurfing !

Do it !

 

 

Kilkenny, la belle

Lieu réconfortant subjectivement, Kilkenny est aussi une très jolie petite ville à visiter absolument (et ça c’est objectif pour le coup !).

IMGP6169.JPG

 

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous perdre dans les petites ruelles pavées !

IMGP5993.JPG

 

Personnellement, j’ai eu un petit coup de cœur pour la Black Abbaye.

IMGP6177.JPG

 

Mais les autres églises de la ville sont toutes aussi jolie, notamment la Cathédrale Sainte-Marie.

IMGP5929.JPG

 

Amateur de bière, ne ratez-pas la Smithwick’s Experience. Vous y découvrirez les secrets de brasserie de cette bière, l’histoire de l’entreprise et vous aurez même droit à une dégustation à la fin de la visite.

N’étant pas férue de boisson alcoolisé et encore moins de bière, je n’ai pas d’avis personnel à vous livrer, ne l’ayant pas expérimenté, mais mon hôte me l’a chaudement recommandé !

 

Le soir, si vous êtes fêtard, vous pouvez faire la tournée des pubs typiques de la ville.

IMGP6175.JPG

 

 

Enfin, ne ratez surtout pas le château de Kilkenny datant du XIIème siècle et son immense parc parsemés de jardins d’ornement ici et là.

Cette forteresse fut bâtit par William de Clare dès 1192 avant d’être cédé à la famille Butlers.

Ouvert au public jusque 17h30 (16h30 en hiver), l’entré coûte 8€ pour les adultes et 4€ pour les étudiants.

Coup de chance pour moi lorsque j’y suis allée, l’entrée était gratuite pour les étudiants !

Au sein du château, la pièce la plus emblématique est sans aucun doute la galerie Butler. Mais à l’extérieur du château, tout est prétexte à la beauté et vous trouvez forcément votre bonheur au sein des 21 hectares de verdures qui composent le parc.

IMGP6049.JPG

IMGP6040.JPGIMGP6155.JPG

IMGP6069 (2).JPG

IMGP6113.JPG

IMGP6140.JPG

 

 

Kilkenny, la charmante

Entre instants de doux réconfort, d’adorables rencontres et visite d’endroits agréables, la petite ville de Kilkenny m’a mise un peu de baume au cœur et m’a permis de m’offrir une petite pause accueillante au milieu de chamboulement de voyage, de modestes problèmes de santé et de petites mésaventures.

Charmante Kilkenny, je te remercie !

 

« Sur ton chemin, tu rencontreras des êtres merveilleux, mais aussi des êtres orgueilleux, vaniteux, voir même odieux. Le plus dur sera de continuer à poursuivre ton chemin et à accepter ces leçons à chaque fois que tu ressentiras ce mal être et ces afflictions. Se recentrer, sans cesse se recentrer permet d’être toujours sur son chemin. L’amour que l’on se porte, l’amour que l’on a pour tout et en toutes choses est un magnifique bouclier qui protège chacun des pas que l’on est prêt à faire vers soi. Un chemin tortueux, boueux, rempli de cailloux, est et restera toujours un très bon chemin. Rencontre toi et continues à admirer chacun de tes pas, tu verras que ta route est belle. »

Chris Bauberger

Publié dans Irlande, Voyage et Escapade

L’abbaye de Kylemore : entre nature et quiétude !

C’est reparti pour quelques nouveaux articles sympathiques sur le pays des Leprechauns !

Eh oui, je n’avais pas fini d’écrire à ce sujet, l’Irlande est si inspirante et il y a tellement de belles choses à y voir !

Bref, aujourd’hui je vous parle de l’un de mes endroits favoris (Blarney Castle restant incontestablement le number one), un lieu situé au fin fond de la nature Irlandaise : l’Abbaye de Kylemore !

Pour cela, on repart dans le Connemara (youpiiiii) au pied du magnifique lac Pollacappul (entre nous, j’adore la consonance de ce nom…).

imgp9048

 

Petit brin d’histoire (vous pourrez vous couchez moins bête ce soir) :

 

L’abbaye remonte à 1867, date de la construction du château sous l’égide de Mitchell Henry et de son épouse Margaret Vaughan qui tombèrent sous le charme de la région.

Au cours de la 1ère guerre mondiale, des sœurs Bénédictines y ont élus domicile, fuyant leur monastère d’Ypres, en Flandre. L’abbaye est donc devenue un foyer monastique dès 1920.

Par la suite, cela devint un internat pour jeunes filles de renommé internationale jusque juin 2010.

Aujourd’hui, la communauté Bénédictine réside toujours au sein de ce château et vous pourrez vous procurer nombre de leur travaux manuels (poterie, chocolaterie, cosmétiques etc…) au cœur de leur boutique de produits artisanaux.

imgp8897

Voili, Voilou ! Pas trop de bavardage et de blablatage historique, ce n’est pas l’objet de cet article !

 

 

Vous vous en doutez, si je vous parle de cet endroit, c’est que forcément il m’a tapé dans l’œil !

Entre la verdure omniprésente, les montagnes de Duchruach en arrière-plan et la sérénité qui y règne, on ne peut qu’être subjugué devant tant de beauté.

L’abbaye en elle-même est assez belle, côté architecturale, c’est indéniable. Mais ce qui m’a le plus frappée, c’est bien entendu la nature alentour.

D’ailleurs, entre les promenades pédestres dans les bois, les sentiers autours des lacs Pollacappul et Maladrolaun et le somptueux jardin Victorien, vous ne serez pas déçu.

Peut-être que les Midges (ah ces sales bestioles voraces !) vous irriterons, mais au milieu des plantes et des fleurs cosmopolites du jardin victorien (qui a gagné le grand prix de l’Europa Nostra Award 2001 soit dit entre nous), vous penserez vite à autre chose (ou pas) et votre regard sera tourné vers ces 3 hectares de végétations affriolantes.

 

imgp8962

imgp9016

IMGP8953.JPG

imgp9033

imgp9014

imgp9025

imgp8986

imgp8970

imgp8976

imgp8968

imgp9039

imgp9012

« Un simple regard posé sur une fleur et voilà une journée remplie de bonheur. »

Céline Blondeau

 

Désolé, je me dois d’être honnête avec vous chers lecteurs mais moi-même je n’ai pu chasser ces satanés Midges de mon esprit. Si vous y allez en été et sachant que le jardin victorien fut construit sur une tourbière, il me semble probable que vous soyez vous aussi les pauvres victimes de ces créatures chiatiques !

Bref, c’était mon devoir de blogueuse de vous prévenir …

 

 

Une abbaye, un magnifique jardin victorien et ses serres, un bois, des lacs : oui mais pas que !

Au sein de ce domaine de 600 hectares, vous trouverez aussi une grotte, une église Néo-Gothique (ou des chorales du monde entier viennent régulièrement s’y produire), un mausolée ou reposent les premiers propriétaires (bouuuuh), une église bénédictine et un salon de thé.

imgp8934

imgp8942

imgp8914

 

Tout au fond du lac principal, vous pourrez vous essayer à la légende de Kylemore et vaincre la pierre « fer à repasser ». Pour plus de détails, lisez mon article sur le folklore irlandais.

 

Amateurs de randonnées, vous pourrez aussi vous rendre à la statue du Sacré-Cœur accompagné d’un guide entraîné. Vous découvrirez par la même occasion les petits chemins cachés de la montagne. Néanmoins, une réservation à l’avance est nécessaire.

Et mauvaise nouvelle : vous ne pouvez pas y allez de vous-même… C’est avec le guide ou rien du tout ! Et là vous vous dites : mince alors ! J’ai eu la même réaction…

Adieu charmante et désirable petite randonnée en montagne…

 

IMGP8949.JPG
Il ne me reste plus que la balade à dos de mouton pour me remonter le moral !

.. 

Petites informations pratiques pour les lecteurs intéressés :

 

Situé sur la N59 dans le Connemara, l’abbaye de Kylemore est ouverte toute l’année 7j/7.

Le prix d’entrée est de 13€ pour les adultes et de 9€ pour les étudiants (qui a dit que les études n’avaient pas du bon ?).

Etant à proximité du Parc national du Connemara, soit 10 minutes en voiture et 1h à pied, je vous conseille de faire les deux dans la même journée.

Par exemple, vous pouvez partir en randonnée sur Diamond Hills le matin, déjeuner dans le parc national et vous rendre dans le domaine de Kylemore l’après-midi.

L’auto-stop entre les deux endroits est assez facile et vous n’attendrez pas bien longtemps.

Boutique artisanale, toilette, restaurant, parking payant, navette gratuite entre l’abbaye et le jardin victorien… Le site est adapté à tous !

 

Accourez, venez, rappliquez, débarquez et tout ce que vous voulez ! L’endroit vaut le détour !

 

imgp8887

 

« Laisse le vert de la nature t’équilibrer. »

Diana Cooper

Publié dans Pensées vagabondes

Chère année 2016, au revoir !

Pour commencer, je dois t’avouer que j’ai passé une excellente année à tes côtés. Certes, l’année n’a pas été toujours rose mais elle fut multicolore tel un arc-en-ciel de bonheur.

Tu m’as empli de rire, de plaisir et de joie. Mais aussi de colère parfois, de tristesse et de désarroi.  Tu m’as permis de vivre toute une palette d’émotions hautes en couleur. Tu as fait chavirer mon cœur. Tu as chassé mes dernières peurs.

Tu m’as fait vivre de formidables aventures comme d’âcres mésaventures. J’ai aimé, pleuré et souris à tes côtés. J’ai profité du bon comme du mauvais et j’ai tiré un enseignement de mes erreurs passées.

Aujourd’hui, tu fais partie du passé, le temps s’est écoulé et 2017 m’offre ses promesses bleutées et rêvées.

Je pense à toi, je ne t’oublie pas ; tous ces instants de réjouissance, je les dois à toi…

Alors je te dis Adieu, Ciao, Bye Bye et au Plaisir ! N’aie crainte, je garde de toi mes plus joyeux souvenirs…

 

« Le temps qui nous reste à vivre est plus important que toutes les années écoulées. »

Léon Tolstoï

 

2016 fut aussi l’année de nombreuses expérimentations, d’une multitude de premières fois… Ces premières fois…

 

Du côté vadrouille et voyage :

  • 1ère fois en Afrique
  • Découverte de l’Egypte
  • Rentrer à l’intérieur d’une pyramide
  • Balade en montgolfière au-dessus du Nil
  • Balade à dos de dromadaire dans le désert Nubien
  • Balade en felouque
  • Croisière sur le Nil
  • Marchander dans un souk oriental
  • Découverte de l’Irlande
  • Découverte de l’Irlande du Nord
  • Camping sauvage en montagne
  • Partir en trekking en totale autonomie plusieurs jours
  • Faire de l’auto-stop
  • Voyage d’un mois et demi en auto-stop
  • Dormir plusieurs nuits dans un hamac
  • Dormir dans un aéroport
  • Conduire à gauche
  • Découverte de l’Alsace et de ses marchés de noël
  • Participer à un event meeting couchsurfing
  • Participer et contribuer à un Food not Bombs
  • Faire de la collecte d’aliments bio et vegan
  • Cuisiner et distribuer des repas vegan toute la soirée à des passants
  • Passer une/des soirée/s dans un pub typique Irlandais
  • Gravir des dunes dans le désert Nubien

..

imgp4608

dsc02204

IMGP4531.JPG

..

« Ta vie est le résultat des choix que tu fais. Si tu n’aimes pas ta vie, il est temps de faire de meilleurs choix. »

Auteur inconnu

 

Du côté de la mangeaille et de la boustifaille :

  • Manger des tacos
  • Manger du porridge blanc et noir
  • Boire du jus d’hibiscus
  • Boire du Chaï (je suis devenue accro depuis !)
  • Manger des Kenafeh
  • Manger des basboussa
  • Manger des fallafels
  • Manger des Naan
  • Manger des Konafa
  • Manger des belah el sham
  • Manger des Bretzel
  • Manger des Spaetzle

Et tant d’autres recettes culinaires plus ou moins exotiques qui seraient trop nombreuses à énumérer ici !

 

« Si vous vous endormez en pensant que quelque chose est impossible, vous risquez d’être réveillé par le bruit qu’un autre fera en l’accomplissant. »

Jean de la Bruyère

 

Du côté personnel et intime :

  • Tout plaquer pour vivre mes rêves
  • Laisser tomber mes looooooongues études de droit et rendre mon appartement
  • Obtenir un deuxième permis de conduire, voiture en l’occurrence (eh oui, j’ai commencé par le permis moto à mes 18 ans !)
  • Apprentissage du yoga
  • Pratique de la naturopathie et de l’aromathérapie
  • Ouverture dans ma vie à la spiritualité
  • Commencer un blog de voyage et d’aventure

 

imgp2720
Je vous présente mon bébé .

 

 

« Dans la vie, tu as deux choix le matin.

Soit tu te recouches pour continuer à rêver.

Soit tu te lèves pour réaliser tes rêves. »

Cherry Blossom

 

Bien entendu, il y eu aussi des moments désagréables et déplaisants tel que des problèmes de santé à long terme (soit plusieurs années), des mauvaises rencontres et des mésaventures mais qu’importe ! J’ai tiré une leçon de chacune de ses mauvaises passes et j’en suis sorti grandi. J’ai gardé ma positivé, mon sourire et les choses se sont améliorées d’elles-mêmes.

Je peux donc affirmer sans le moindre doute que 2016 fut une année de gaieté et de réjouissance. Je n’ai aucuns regrets !

 

« Souviens-toi que le bonheur dépend non pas de ce que tu es ou de ce que tu possèdes, mais uniquement de ta façon de penser. »

Dale Carnegie

 

Rappelez-vous que ce sont ces petites ou grandes déconvenues qui nous permettent chaque jour de savourer plus intensément le bonheur, déjà à notre portée.

 

« La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. »

Sénèque

 

IMGP6866.JPG

 

Une année s’achève, mais une nouvelle débute. C’est l’heure du renouveau. Une page blanche s’offre à vous et il importe à vous seul d’en choisir le contenu.

En ce qui me concerne, 2017 sera une année de joie et de découverte car j’ai décidé qu’il en serait ainsi, aussi simple que cela soit. Ne sous-estimez jamais votre mental et l’impact qu’il a sur votre vie !

Bien entendu, je caresse aussi quelques espoirs, quelques rêves, quelques ambitions…

 

Mes projets pour 2017 :

  • Voyage dans les pays d’Europe centrale (Pologne, République Tchèque, Autriche, Allemagne etc…)
  • Retrouver la place de la demeure de ma grand-mère qui fut bombardé à Varsovie sous les bombes allemandes
  • Retrouver le reste de ma famille en Pologne que je n’ai jamais connue
  • Voyage approximatif de 2 mois en Italie
  • Préparer mon voyage d’un an (ou plus ?) en Nouvelle-Zélande prévue pour janvier 2018 (économies, économies et économies !)
  • Continuer à cultiver le bonheur, à croire en mes rêves et conserver mon âme d’enfant !

 

« Quoi que vous rêviez d’entreprendre, commencez-le. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. »

Goethe

IMGP4583.JPG

 

Chers lecteurs, chères lectrices, c’est à vous désormais que je m’adresse.

Tout d’abord, je vous souhaite à tous une merveilleuse année 2017 mais surtout des rêves à n’en plus finir, des voyages à profusion, du bonheur en abondance et de la joie de vivre à toute épreuve !

Cette année, ce sera 365 jours de bonheur !. 🙂

Alors, faites ce qu’il vous plait, réalisez vos projets les plus extravagants, découvrez de nouveaux horizons et SURTOUT laissez-vous guider par vos rêves.

 

imgp2749

 

« Un jour vous vous réveillerez et vous n’aurez plus le temps de faire ce que vous avez toujours voulu faire. Faites-le donc maintenant. »

Paulo Coelho